Retour

L’accident vasculaire cérébral, novembre 2013

Dans le cadre d’Avis d’experts, des professionnels du CHU ont répondu à vos questions en novembre 2013

Nos expertes

Drs Aude Triquenot Bagan, Evelyne Massardier et Ozlem Ozkul Wermester, de l’unité neuro-vasculaire du CHU

Les réponses à vos questions

[Question]
Lorsque vous suivez un traitement à la suite d’un AVC, est-il possible de récidiver ?
[Réponse]
Lorsqu’un traitement préventif est en cours le risque est moins important.

[Question]
Comment évaluer un AVC sur sa propre personne ?
[Réponse]
On peut ressentir les symptômes sur soi-même, si on ressent une paralysie d’une partie du corps, si on ne peut plus subitement trouver les mots pour parler ou comprendre ce qu’une autre personne dit, parfois seul l’entourage s’aperçoit des symptômes.

[Question]
Y a-t-il toujours des séquelles suite à un AVC ?
[Réponse]
Un AVC peut malheureusement s’accompagner de séquelles mais leur gravité est variable selon les cas. Une récupération complète est également possible. Il existe même une entité où les symptômes sont brefs et récupèrent spontanément en moins d’une heure (AIT = Accident Ischémique Transitoire). L’AIT a la même signification qu’un AVC et doit aussi conduire à un avis neurologique en urgence.

[Question]
A quel moment se rend-on compte que l’on fait un AVC ?
[Réponse]
Les symptômes apparaissent d’un instant à l’autre, donc dès que l’on ressent une faiblesse musculaire d’un hémicorps (face, bras et jambe du même côté) ou une perte de parole s’installant brutalement.

[Question]
Quand on a eu un AVC risque-t-on un autre plus tard ?
[Réponse]
Oui, le risque de récidive existe, il est important de réaliser un bilan pour proposer le meilleur traitement préventif possible pour limiter le risque.

[Question]
Combien de temps avons-nous pour appeler les secours ?
[Réponse]
Le plus tôt possible ! Au moindre doute appelez le 15.

[Question]
On peut être touché à n’importe quel âge ?
[Réponse]
Les AVC surviennent à tous les âges mais avec des causes différentes. Ils sont cependant plus fréquents chez les patients âgés.

[Question]
Quel sont les facteurs risque ?
[Réponse]
Les facteurs de risque vasculaire sont l’hypertension artérielle, l’hypercholestérolémie, le diabète, le tabagisme, le syndrome d’apnée du sommeil, la sédentarité, l’obésité et certaines pilules contraceptive.

[Question]
Est-ce que le sel peut provoquer des AVC ?
[Réponse]
Le sel favorise l’hypertension artérielle qui est elle-même un facteur de risque d’AVC. Il est aussi contre indiqué dans certaines maladies cardiaques qui provoquent des AVC.

[Question]
Lorsque l’on est diabétique, le risque est-il plus grand ?
[Réponse]
Le diabète est un facteur de risque, s’il est bien stabilisé ce risque est moindre.

[Question]
Les risques sont-ils majorés dès lors que l’on est porteur d’un trouble de la coagulation (par exemple mutation du facteur V)?
[Réponse]
Une anomalie de la coagulation peut très exceptionnellement être cause d’un AVC, la mutation du facteur V est fréquente et n’est pas considérée comme un facteur de risque à elle seule.

[Question]
Concernant la prévention de la récidive, que pensez-vous des nouveaux anti-coagulant sur le marché ?
[Réponse]
Leur place est encore en évaluation, elle se discute au cas par cas, les anticoagulants classiques ou nouveaux ont des indications précises (cause cardiaque).

[Question]
Pensez-vous que la rééducation post AVC en milieu hospitalier est suffisante ?
Quelles sont les critères évalués pour la thrombolyse (Age ? Atcd ? …) ?
[Réponse]
Concernant la rééducation post AVC, plusieurs options sont possibles selon les cas, les services de SSR (Soins de suite et de réadaptation) et MPR (Médecine physique et de réadaptation) et/ou la kinésithérapie en ambulatoire ont toutes une place.
La thrombolyse est le traitement d’urgence : l’examen neurologique précis de la personne, les signes radiologiques (scanner cérébral ou IRM) ainsi que d’autres paramètres concernant les traitements, les analyses biologiques par exemple doivent être compatibles pour retenir l’indication.

© CHU de Rouen - Tous droits réservés