Retour

AVC : une prise en charge en urgence !

La prise en charge de l’accident vasculaire cérébral

Un mot d’ordre : la rapidité

Le plan AVC 2012-2014 avait pour objectif premier de réduire la fréquence et la gravité des séquelles liées à l’AVC. Il s’agit :

  • de diminuer les facteurs de risque
  • de sensibiliser toute la population pour que l’appel au 15 devienne un réflexe partagé,
  • mais aussi d’améliorer l’organisation de la prise en charge en donnant la possibilité aux services d’urgence des établissements de proximité de recevoir et traiter les patients en lien avec l’UNV (Unité Neuro-Vasculaire) dont les prises en charge permettent de réduire la mortalité et le handicap résiduel de 20 %.

L’AVC est une URGENCE ABSOLUE. L’urgence est du se justifie par :
– la survenue brutale,
– la gravité,
– la possibilité d’améliorer l’état du patient grâce à un traitement immédiat.
Dès les premiers symptômes, il est donc nécessaire d’appeler le 15.
Si le patient est rapidement pris en charge, les risques de lésions cérébrales irrémédiables sont moindres.

L’urgence médicale nécessite que le délai entre les premiers symptômes et la prise en charge soit le plus bref possible. Il faut dissoudre le caillot qui s’est formé et qui a bouché l’artère afin de rétablir une irrigation cérébrale correcte. C’est la thrombolyse ou fibrinolyse par voie intra-veineuse. Celle-ci doit être réalisée dans les 4h30 qui suivent l’apparition du premier signe. Elle sera d’autant plus efficace si elle réalisée le plus rapidement possible.

Une autre technique de revascularisation est disponible depuis 2015, il s’agit de la thrombectomie mécanique qui consiste à retirer le caillot directement à l’aide d’un cathéter que l’on introduit dans l’artère. Ce traitement est réalisé sous anesthésie locale ou générale. La thrombectomie mécanique doit être réalisée dans les 6 heures suivant les premiers symptômes, et le plus tôt possible également. Dans quelques cas très sélectionnés, la thrombectomie mécanique peut être réalisée plus tardivement. Elle peut également être réalisée de manière complémentaire à la fibrinolyse par voie intra-veineuse.

A cet effet, l’appel au Centre 15 est indispensable Le transport du patient est alors adapté selon la rapidité de l’intervention et la situation géographique du patient.

Le SAMU organise l’arrivée du patient pour une prise en charge immédiate.  La prise en charge est multidisciplinaire : urgentiste, biologiste, radiologue et neurologue.

Au CHU de Rouen, une unité mobile de soins (UMS) dédiée à la prise en charge en urgence des patients victimes d’AVC a été créée en 2016. L’infirmier(e) de l’UMS prend en charge conjointement avec le neurologue le patient dès son arrivée en urgence pour lui permettre de bénéficier le plus rapidement possible des examens complémentaires et des traitements disponibles.

En fonction des résultats des examens, la fibrinolyse par voie intra-veineuse et/ou la thrombectomie mécanique peuvent alors être envisagées.

La fibrinolyse est réalisée selon le lieu de survenue de l’AVC, en unité neurovasculaire ou dans les services d’urgence des établissements de recours, dotés d’un dispositif de télé AVC, avant transfert vers l’unité neurovasculaire du CHU ou de l’établissement qui en dispose. La thrombectomie mécanique est réalisée dans le service de radiologie interventionnelle du CHU de Rouen.

Dans tous les cas, le patient est hospitalisé pour un bilan spécialisé. Un projet à visée rééducative en orthophonie, kinésithérapie, ergothérapie, neuropsychologie et social est alors organisé.

 

 

© CHU de Rouen - Tous droits réservés