1
Sep
30
Sep

Septembre en or : sensibilisation au cancer de l’enfant

Chaque année, le cancer touche en France 2 500 enfants entre 0 et 18 ans.

Septembre en or, mois de sensibilisation autour du cancer de l’enfant est l’occasion de faire un point sur la prise en charge de ces petits patients au CHU.

Au CHU, 80 nouveaux cas de cancer de l’enfant sont pris en charge par an dans le service d’hémato-immuno-oncologie pédiatrique (SIHOP).

Apprendre que votre enfant est atteint d’un cancer est une épreuve très difficile qui entraîne des bouleversements dans la vie quotidienne de chacun des membres de votre famille.

Une prise en charge pluridisciplinaire

L’accompagnement d’un enfant atteint d’un cancer, de ses parents et de ses proches prend en compte les aspects médicaux, psychologiques et socio-familiaux ; de nombreuses personnes sont là pour vous aider au SIHOP.

Notre équipe comprend :

  • cinq médecins et un médecin à temps partagé avec Le Havre
  • un cadre de proximité, une infirmière, une infirmière de puériculture et une aide-soignante
  • pour les soins de support : un kinésithérapeute, une psychologue et une diététicienne
  • une infirmière clinicienne, une infirmière coordinatrice de greffe et une infirmière Drak’aja

La maladie et son traitement

La maladie la plus fréquente est la leucémie aigüe, puis ce sont les tumeurs cérébrales.

La leucémie est une maladie qui se caractérise par la production d’un grand nombre de globules blancs immatures qui quittent la
moelle osseuse, circulent dans le sang et peuvent envahir tous les organes. C’est pourquoi on parle parfois de cancer des cellules du sang.

Le traitement par greffe de cellules souches hématopoiîétiques

Les cellules souches hématopoïétiques sont fabriquées par la moelle osseuse et sont à l’origine des différentes cellules du sang: les globules
rouges*, les globules blancs* et les plaquettes*. Dans certains cas, on peut proposer un traitement avec greffe de cellules souches hématopoïétiques, soit une allogreffe (les cellules souches hématopoïétiques proviennent d’un donneur), soit une autogreffe (les cellules souches hématopoïétiques proviennent alors du patient lui-même).

  • Les premières greffes dans le service ont eu lieu en 1984. En 2020, 12 allogreffes et 9 autogreffes ont été réalisées.
  • En moyenne ce sont 15 allogreffes/an

Les prises en charge ambulatoires se développent de plus en plus, les patients sortent plus précocement d’hospitalisation et poursuivent leur traitement en hôpital de jour.

Les réservations en ligne ne sont pas disponibles pour cet événement.

Quelques chiffres

80 cas par an
0 -18 ans
15 allogreffes/an