Retour

La radiothérapie

La radiothérapie consiste à exposer le malade à des rayonnements (on dit rayons ou radiations) pour détruire les cellules cancéreuses, en préservant le mieux possible les tissus sains et les organes avoisinants. Ses indications sont liées à la localisation de la tumeur, à son stade et à l’état général du malade.

La radiothérapie peut :

  • précéder la chirurgie pour réduire la tumeur préalablement et la rendre plus facilement opérable,
  • la suivre pour compléter l’intervention en détruisant les cellules qui auraient échappé à la chirurgie
  • être combinée à la chimiothérapie.

Comment se passe la radiothérapie ?

Elle ne nécessite pas d’hospitalisation et peut se faire en ambulatoire.
La première séance est consacrée au repérage de la zone à irradier (ou champ d’irradiation) : cette séance dure 1h à 2h.

Les séances suivantes sont de courte durée (quelques minutes) et non douloureuses.

Au cours de chaque séance, une dose précise de rayonnement est délivrée, comme pour un médicament. On ne délivre à chaque fois qu’une partie de la dose totale prévue, de façon à atténuer le plus possible les effets secondaires de la radiothérapie. Les séances sont répétées à un rythme rigoureusement établi, qu’il est important de respecter, et pour un nombre précis de séances.

La curiethérapie

Parfois, dans le cas d’une petite tumeur, la source de rayonnement est implantée directement dans la tumeur : c’est la curiethérapie.

Il s’agit de rayonnements précis, produits par l’introduction de corps radioactifs libérant un rayonnement à petite distance. La curiethérapie est indiquée par exemple dans certains cas de cancers gynécologiques, du sein, de la bouche et de la peau. La source est laissée en place quelques jours (4 à 5j). Cela nécessite une hospitalisation en chambre isolée et protégée durant cette période.

On utilise aussi maintenant, et pour certains types de cancers, une curiethérapie dite « à haut débit » qui réduit beaucoup le temps de traitement (jusqu’à quelques minutes).

Les effets secondaires

Ils sont fréquents mais le plus souvent transitoires ; ils disparaissant à la fin du traitement.

Ils varient suivant la zone irradiée et touchent principalement la peau et les muqueuses, associés à une fatigue.

Dans tous les cas, des mesures appropriées permettent d’en atténuer les désagréments.

Les centres de radiothérapies

© CHU de Rouen - Tous droits réservés