Retour

La vaccination : un rappel pour tous

La rentrée est souvent le moment choisi pour regarder le carnet de santé de ses enfants, mais aussi le sien. Alors, êtes-vous à jour dans vos vaccins ?

Découvrez les réponses à vos questions de nos trois experts : Dr Jean-Philippe Leroy, expert vaccinologie, Dr Didier Pinquier, pédiatre, infectiologue, expert Infovac, Dr Valérie Delbos, Centre de vaccination de voyageurs.

[Question]
Bonjour. J’ai 68 ans, l’an dernier j’ai fait pour la 2e fois le vaccin contre les pneumocoques, 5 ans après. La 1re fois, tout s’est bien passé, mais là tout l’environnement autour du point d’injection est devenu très rouge, comme une allergie. Cela a même gagné la poitrine. Il a fallu prendre un antibiotique pour que cela cesse. Cependant, peu après, comme je sentais une masse dure et un peu douloureuse dans ce bras, on a fait une échographie et on m’a parlé de « fibrose » (ou quelque chose comme cela) au niveau du muscle et on m’a dit qu’il faudrait un à 2 ans pour que cela se règle! Malgré la réaction, suis-je protégée par ce vaccin. Et surtout, y a-t-il des risques à le refaire dans 5 ans ? ET on parle beaucoup de problèmes liés aux sels d’aluminium. Qu’en est-il et est-ce en rapport avec ma réaction ? Merci.
[Réponse] Bonjour Madame, plusieurs choses. Pour bien vous répondre il me manque le nom du vaccin. Quels vaccins avez-vous reçu et quel a été le discours de votre médecin pour vous proposer cette vaccination qui est restreinte à certaines situations à risque S’il s’agit d’un vaccin Pneumo23, il n’y a pas lieu de vous revacciner dans 5 ans avec ce vaccin. En revanche, les nouvelles propositions du Haut conseil de la santé publique,  si vous entrez dans le cadre d’une prévention des infections à pneumocoque de l’adulte, reposent désormais sur un autre type de vaccin « le Prevenar 13 » qui est un vaccin conjugué. Parlez-en à votre médecin traitant (ref Avis relatif aux recommandations de la vaccination pour les adultes et les enfants âgés de plus de 2 ans à risque d’infection invasive à pneumocoque du 25/04/2013). Pour la réaction que vous décrivez au niveau musculaire, si elle est en rapport avec la vaccination cela prendra quelques jours rarement plusieurs semaines pour rentrer dans l’ordre. En revanche, il est inhabituel que cela gagne la poitrine et qu’il y ait nécessité de prendre des antibiotiques. Si cela persiste il faudra consulter de nouveau votre médecin pour faire un diagnostic plus précis.

[Question]
Bonjour, J’ai fait vacciner mes 2 filles contre la méningite C fin 2011 et début 2012. Je viens de lire le scandale autour de lots défectueux avec des doses > de 80 à 800x la normale d’aluminium de c plomb dans le sang des enfants malades ! Sur  internet circule la liste des lots incriminés de la lettre G à J…mes enfants ça commence par F. Je ne dois avoir alors aucune crainte ou n’ont-ils pas eu de retour sur les lots antérieurs ?  Et concrètement faut-il faire une prise de sang pour connaître les taux d’aluminium de plomb etc ? Merci pour votre réponse.
[Réponse 1] Bonjour, La dernière communication officielle sur ce retrait de lot du vaccin meningitec date un peu puisque l’ANSM a mis en ligne un communiqué http://ansm.sante.fr/S-informer/Points-d-information-Points-d-information/Meningitec-suspension-injectable-en-seringue-preremplie-retrait-de-lots-a-titre-de-precaution-Point-d-information le 26/09/2014. Il y est expliqué les raisons du retrait, malheureusement il semble qu’anormalement le retrait du lot n’est pas été aussi complet que possible. En effet,  ce retrait étant intervenu en cours de distribution,  il est logique que plusieurs enfants et adultes aient  malgré tout  pu recevoir ce vaccin. En tous cas il faut appeler le Centre Régionale de Pharmacovigilance au 02 32 88 90 79 pour expliquer ce qu’il vous arrive. Les dosages de métaux dans le sang sont très peu fiable et, s’ils sont réalisés, doivent être faits selon des protocoles précis, par des personnes habituées à faire ces examens. Je ne recommande pas ces dosages dans cette situation.
[Réponse 2] Bonjour Madame, Tout d’abord vous avez bien fait de faire vacciner vos enfants selon les recommandations du calendrier vaccinal.
Dans votre message plusieurs éléments mais qui ne sont pas tous à relier à ce que vous appelez lots défectueux. Je ne reprendrai que ce qui concerne le vaccin meningitec. Pour le reste,  il s’agit d’éléments de communication qui peuvent « et les mots ont été choisi pour cela » alerter et servir pour une saisine du TGI de Clermont Ferrand par un collectif pour une demande d’expertise médical de cette situation.
Je vais essayer de vous rassurer. Les faits : l’Agence sanitaire de sécurité Française (ANSM,  tout comme ses homologues internationaux à la demande du laboratoire, a  procédé à un retrait de lots de vaccins en raison de l’aspect trouble de ceux-ci sur certains lots (une vingtaine). Vos enfants ont été vaccinés en 2011 et 2012, il est possible que les vaccins que vos enfants aient reçus ne soient pas concerner. En effet, avant 2012 les vaccins étaient commercialisés par la firme Pfizer. Et les vaccins concernés sont distribué par un laboratoire localisé dans la périphérie de Clermont Ferrand : Laboratoire Nuron.
Plusieurs éléments de réponse. Le médecin qui a administré le vaccin à vos enfants a-t-il eu l’impression que les vaccins administrés à vos enfants avaient un aspect inhabituel ? Probablement non, sinon il ne les aurait pas administrés. Demandez-lui. Vous ne lui avez pas signalé de manifestations particulières après la vaccination qui vous aient inquiétées suffisamment pour consulter votre médecin au détour de la vaccination. C’est également un élément rassurant D’autre part,  il s’agit de certains lots et pas de tous les lots. Votre médecin a noté ou collé le n° de lot du vaccin sur le carnet de santé de votre enfant, ceci vous permet de vérifier qu’il ne s’agisse pas de ce lot. Votre médecin peut se procurer la liste des lots en question et en rediscuter avec vous (http://ansm.sante.fr/S-informer/Informations-de-securite-Retraits-de-lots-et-de-produits/Meningitec-suspension-injectable-en-seringue-preremplie-Laboratoire-CSP-Rappel-de-lots) Enfin ce retrait a été effectué à titre de précaution, et à ce jour il n’y a pas dans le rapport officiel des autorités de santé de septembre 2014 d’éléments mauvaise tolérance de ces vaccins tout au plus une  augmentation des effets locaux. Il n’y a pas lieu de revacciner vos enfants maintenant. Une 2e dose sera probablement nécessaire à l’adolescence mais comme pour tous les enfants vacciné avant l’âge de 5 ans. Votre médecin vous en reparlera à ce moment-là. Les allégations concernant l’aluminium sont erronées et ne reposent pas sur un dosage officiel mais sur des suppositions assez fantasques qui se veulent alarmistes Ils sembleraient au contraire qu’il s’agisse de la présence de trace d’oxydation de sel ferrique et rien à voir avec les autres éléments qui vous ont été rapportés. Mais ces éléments vont être précisés dans l’analyse en cours.

[Question]
Bonjour, J’ai 67 ans je n’ai jamais eu la rougeole, j’ai des petits enfants 15, 8 et 4 ans. Je voyage souvent à l’étranger, dois-je me faire vacciner ?
[Réponse] Il est possible de réaliser des dosages d’anticorps pour présumer d’une immunité contre la rougeole même si vous n’avez jamais eu l’impression de faire la maladie. Seules les personnes nées après 1980 font l’objet d’une recommandation d’être vaccinée par 2 doses de vaccin.

[Question]
Bonjour, Faut-il se faire vacciner contre le zona ?
[Réponse 1] Bonjour, La vaccination contre le zona par le seul vaccin disponible en France ZOSTAVAX® est indiqué pour la prévention du zona et des douleurs post-zostériennes (DPZ) pour des sujets de 50 ans et plus. Actuellement le vaccin est remboursé par l’assurance maladie pour la vaccination contre le zona des adultes âgés de 65 ans à 79 ans avec un schéma vaccinal à une dose. Discutez de cette vaccination avec votre médecin traitant.
[Réponse 2] Bonjour Monsieur, Les recommandations ciblent la vaccination de l’adulte né après 1980 considérant que les personnes plus âgées ont déjà été en contact avec le virus de la rougeole, même si les symptômes ont été frustres et sont par conséquent le plus souvent immunisées. Mais vous êtes peut être passé au travers. Vous ne dites pas si vous avez été vacciné contre la rougeole, il faut vérifier cela auprès de votre carnet de santé.
La vaccination rougeole a été introduite en France. Dans votre cas, votre médecin traitant devra vous prescrire une sérologie rougeole pour vérifier votre statut vis à vis de cette maladie est l’orientation à prendre avant de vous faire vacciner. Pour le vaccin Zona, il existe en effet un nouveau vaccin Zostavax qui a obtenu une autorisation d’utilisation dans la prévention du Zona depuis 2006. Les données d’efficacité vaccinale résultent de l’étude « SPS » (Shingles Prevention Study), multicentrique, randomisée versus placebo, chez les personnes de plus de 60 ans. Zostavax® a réduit l’incidence du zona de 63,9% (IC à 95% : 55,5 ; 70,9) chez les sujets âgés de 60 à 69 ans. Ce vaccin est bien toléré, et utilisé notamment aux états unis. Le vaccin contre le zona Zostavax® remboursé par l’assurance maladie et disponible dans les pharmacies depuis le 15 juin 2015. Son prix : 127.24 €. Taux de remboursement par l’assurance maladie : 30 %. C’est en effet une bonne idée tout comme mettre à jour les vaccinations de vos petits enfants 2 doses de vaccins ROR (rougeole-oreillons-Rubéole).

[Question]
Bonjour. Comment se fait-il que l’on utilise l’aluminium, qui est un métal très dangereux pour la santé, comme adjuvant dans les vaccins ? Produit très perturbateur endocrinien et très néfaste ! Et aussi myophasit à nacrophage se traduisant par un très lourd handicap musculaire ! Je viens de recevoir un avis pour le vaccin antigrippal… j’hésite beaucoup ! C’est forcément encore au détriment de la santé et pour le profit des laboratoires ! Bon courage à vous et mes salutations.
[Réponse] Bonjour Monsieur, Les sels d’aluminium sont ajoutés aux antigènes vaccinaux depuis 1920 comme facilitateur de la réponse immunitaire post vaccinale et sans qu’aucun pays ou instance officielle n’ait jamais remis en cause le bien-fondé de cette adjonction ni la sécurité des vaccins contenant cet adjuvant. Le Haut conseil de la santé publique (HCSP), à la demande de la Direction générale de la santé, a réalisé une revue critique de la littérature sur l’aluminium dans les vaccins et une analyse bénéfices/risques de l’aluminium comme adjuvant dans les vaccins. Dans ce rapport  figurent également des données actualisées de pharmacovigilance, les mécanismes d’action des adjuvants, les alternatives aux adjuvants à base de sels d’aluminium, ainsi que des données toxicologiques sur l’aluminium. Le HCSP estime que les données scientifiques disponibles à ce jour ne permettent pas de remettre en cause la sécurité des vaccins contenant de l’aluminium, au regard de leur balance bénéfices/risques. Il recommande la poursuite des vaccinations conformément au calendrier vaccinal en vigueur et met en garde contre les conséquences, en matière de réapparition de maladies infectieuses, que pourrait avoir une baisse de la couverture vaccinale résultant d’une remise en cause des vaccins contenant de l’aluminium en l’absence de justification scientifique. Par ailleurs, le HCSP encourage la poursuite des recherches visant à évaluer la sécurité des adjuvants disponibles et en développement.
Ci-dessous: accès au rapport : http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=369 Pour votre information, le vaccin contre la grippe ne contient pas d’aluminium. Bien cordialement

[Question]
Bonjour, Suite à l’article paru dans Paris-Normandie de ce jour, je me permets de vous faire part de mon inquiétude et de mes questions. Ma petite fille de 2 ans a été vaccinée en juin 2014 (elle avait alors 13 mois) avec un vaccin contre la méningite retiré de la vente en 2014 car, semblerait-il, des substances frelatées auraient été décelées. Certains parents dénoncent des troubles importants chez leurs enfants vaccinés avec ces lots retirés. Depuis, ma petite fille souffre très souvent de dhiarrées, symptôme rapporté très souvent chez les autres enfants concernés. Devant la difficulté à obtenir des informations sur les risques que feraient subir ces vaccins, avez-vous, de votre côté des informations. Que pouvez-vous répondre à l’inquiétude de ses parents et à la nôtre ? D’avance merci de prendre la peine de me répondre.
[Réponse] Bonjour Madame, Vous et votre médecin avez bien fait de vacciner votre enfant contre la méningite à méningocoque C  qui est une maladie sévère, potentiellement mortelle, touchant préférentiellement les enfants de 1 à 5 ans. Des lots de vaccins Méningitec ont été retiré du marché depuis fin 2014. Ce retrait a été effectué par mesure de précaution, en raison de la présence de particules dans ces lots lors du contrôle qualité.  La stérilité et l’efficacité du vaccin sont assurées. En vous connectant sur le lien ci-dessous, vous avez accès à la note d’information de l’ANSM et les numéros de lots retirés
http://ansm.sante.fr/S-informer/Points-d-information-Points-d-information/Meningitec-suspension-injectable-en-seringue-preremplie-retrait-de-lots-a-titre-de-precaution-Point-d-informationVous pouvez téléphoner au Centre Régional de Pharmacovigilance au 02 32 88 90 79 pour signaler tout effet indésirable suspecté d’être induit par un produit de santé. Bien cordialement

[Question]
Bonjour, Inquiétude dans notre famille, pour notre petite fille née en juillet 2012 et vaccinée avec MENINGITEC qui fait partie du lot contaminé au plomb. Quelles peuvent être les conséquences à long terme de ce métal dans le corps ? Y a-t-il un moyen de détoxiner son corps ? Y a-t-il un rappel pour la méningite ? Et à quel âge ? Merci pour vos réponses.
[Réponse] Bonjour Madame, Vous et votre médecin avez bien fait de vacciner votre enfant contre la méningite à méningocoque C  qui est une maladie sévère, potentiellement mortelle, touchant préférentiellement les enfants de 1 à 5 ans. Des lots de vaccins Méningitec ont été retiré du marché depuis fin 201 . Ce retrait a été effectué par mesure de précaution, en raison de la présence de particules dans ces lots lors du contrôle qualité.  La stérilité et l’efficacité du vaccin sont assurées. A l’heure actuelle des connaissances il n’a pas été montré que les lots retirés du marché contenaient du plomb. En vous connectant sur le lien ci-dessous, vous avez accès à la note d’information de l’ANSM et les numéros de lots retirés : http://ansm.sante.fr/S-informer/Points-d-information-Points-d-information/Meningitec-suspension-injectable-en-seringue-preremplie-retrait-de-lots-a-titre-de-precaution-Point-d-information
En France, en 1996, près de 85 000 enfants âgés de un à six ans étaient concernés par une intoxication par le plomb. En 2008-2009, le taux d’enfants atteints a été divisé par vingt, du fait des différentes mesures de diminution de l’exposition mises en œuvre :
– suppression de l’essence au plomb ;
– amélioration de l’alimentation ;
– traitement des eaux de distribution ;
– politiques sociales ;
– politiques de l’habitat ;
– contrôle des émissions industrielles.
Si votre habitation a été construite avant 1949, des peintures à base de plomb peuvent subsister et votre enfant peut se contaminer en grattant la peinture et en portant les mains à sa bouche.
Il n’y pas de rappel pour le vaccin méningite à l’heure actuelle, le comité technique des vaccinations en cours de réflexion à ce propos; un rappel pourrait être proposé au début de l’adolescence qui est une autre période à risque.
Bien cordialement

[Question]
Bonjour et merci pour cette belle initiative de répondre à nos questions. Concernant la vaccination, plusieurs interrogations :
– Les vaccins sont probablement les médicaments qui suscitent le plus de méfiance de la part du grand public. Existe-t-il des preuves scientifiques (études, méta-analyses) qui montrent le lien de causalité entre vaccination et l’apparition de maladies auto immunes comme par exemple la sclérose en plaques ?
– D’où provient le « scandale » (ou du moins les fortes méfiances vis-à-vis) du Gardasil ? De même, les craintes vis-à-vis de ce vaccin sont-elles appuyées par des données scientifiques ?
En vous remerciant pour le temps que vous y consacrerez. Bien cordialement,
[Réponse] Bonjour, Concernant vos questions sur la  vaccination très techniques du moins dans le libellé de la question
– Comme vous le précisez, les vaccins sont parmi les rares médicaments  qui sont administrés non pas pour traiter une maladie mais pour prévenir sa survenue. La perception du risque de la maladie est de part ce fait différemment perçue.
Et c’est l’un des éléments particuliers de tous ses débats. Suis-je à risque? Faut-il que je me vaccine? Faut-il que je vaccine mes enfants ? Ces produits sont-ils sûrs ? Vos questions sont en plein dans l’actualité et le manque d’information disponible fait enfler la rumeur comme la pâte à pain.
Prochainement, Marisol Touraine devrait recevoir un rapport de la députée Sandrine Hurel, chargée de faire des propositions pour « améliorer le taux d’adhésion» des Français à la vaccination. Et dans la foulée, la ministre devrait organiser un « grand débat public » sur le sujet.
Même si le mouvement anti-vaccinal reste très minoritaire « Les nouveaux outils de communication dont le Web ont permis d’élargir l’audience de ce discours d’une manière bien plus active que les messages des autorités de santé dans ce domaine. A tel point que  « lutter contre les programmes de vaccinations, et presque devenu lutter contre l’État qui impose un chemin et contraint par des obligations, alors que nous sommes très attachés à la liberté de décider.
Paradoxalement, les vaccins sont très sûrs et bénéficient de par leur utilisation sur une grande population, d’un recul sur leur tolérance très important.
Les problèmes tiennent le plus souvent à l’apparition de nouveaux vaccins et l’absence de recul sur leur utilisation pour des maladies graves et à la fois rares. Les modalités de surveillance là aussi ce sont paradoxalement là aussi perfectionnées avec la mise en place d’une surveillance dès l’enregistrement de nouveaux vaccins par la pharmacovigilance de nombreux pays (FDA, EMA) mais aussi de l’OMS pour justement suivre la tolérance de ces vaccins. En France on appelle ces plans de surveillance, Plan de gestion de risque, appellation peut être un peu malheureuse qui fait suite à certaines problématiques médicamenteuses non vaccinales copieusement médiatisées.
– Pour les maladies démyelinisantes, le dernier point de l’ANSM au regard des nombreuses études épidémiologiques est le suivant : Ces données scientifiques, nombreuses et robustes, constantes au cours du temps, confirment l’absence de mise en évidence de lien
http://ansm.sante.fr/Activites/Surveillance-des-vaccins/Vaccins-contre-le-virus-de-l-hepatite-B-VHB/(offset)/3
Il semble s’agir d’une polémique franco-française
– Il existe en effet de nombreuses métaanalyses sur la vaccination que vous pouvez consulter sur le site (Pubmed / immunization meta-analysis)
– Pour le gardasil justement, vous avez une récente publication sur la tolérance
An Overview of Quadrivalent Human Papillomavirus Vaccine Safety. 2006 to 2015  published on 09-14-2015. Vichnin, Michelle MD et al. Pediatric Infectious Disease Journal 2015; 34(9): 983-91
-Il existe également des études très pertinentes évaluant l’incidence de certaines pathologies dans la population générale en l’absence de vaccination, données très importantes quand on veut comparer la survenue d’un événement dans la population après une action quelle qu’elle soit, il est en effet primordial de connaître l’incidence de base pour démontrer qu’il existe une fluctuation avant après avant de rechercher un lien potentiel. L’étude jointe a évalué l’incidence de certaines maladies souvent mentionnées dans cette problématique dans la population ciblent de la vaccination HPV.
Siegrist CA, Lewis EM, Eskola J, et al. Human papilloma virus immunization in adolescent and young adults: a cohort study to illustrate what events might be mistaken for adverse reactions. PIDJ 2007; 26:979-84.
– La problématique que vous mentionnée en terme de polémique et le plus souvent un manque d’information et l’impression que les choses sont dissimulées.
Il est du ressort des autorités sanitaires de régulièrement informer les usagers et donner aux médecins les informations complémentaires dont ils ont besoin pour donner une information éclairée.

[Question]
Bonjour Docteur, Pensez-vous que la vaccination ou la sur vaccination de l’hépatite B peut engendrer une sclérose en plaque ? Merci de votre réponse. Cordialement.
[Réponse] Il n’y a pas de sûr risque de SEP avec la vaccination hépatite B même en cas d’une dose supplémentaire de vaccin. Il semble de plus pas utile en situation générale de dépasser 6 doses de vaccins en tout.

© CHU de Rouen - Tous droits réservés - Version 20161019

La vaccination : un rappel pour tous - CHU de Rouen