Musée Flaubert : un nouvel élan

Le musée Flaubert et d’histoire de la médecine intégrera la Réunion des musées métropolitains Rouen Normandie le 1er janvier 2021, année du bicentenaire de la naissance de Gustave Flaubert. Cette passation prédit un avenir prometteur à ce musée à la double vocation littéraire et médicale.

Le musée Flaubert : intimement lié à l’histoire du CHU de Rouen

Depuis quelques années, le CHU de Rouen était le dernier établissement de santé français à offrir au public l’accès à un musée géré par son personnel. En effet, dans les années 1990, lorsque le CHU a été transféré sur le site de Charles-Nicolle, l’aile de l’ancien hôtel-Dieu hébergeant le musée Flaubert et d’histoire de la médecine, créé en 1901, a été conservée par les hôpitaux de Rouen pour préserver ce patrimoine très intimement lié à l’histoire de notre établissement. Le père de Gustave Flaubert, grand écrivain normand qui y est né en 1821, en était effectivement le chirurgien en chef. C’est cette double vocation, à la fois littéraire et médicale, qui fait la richesse de ce musée et qui lui vaut un attachement certain, tant des habitants de la ville de Rouen que de notre communauté hospitalière.

La gestion et l’entretien du musée Flaubert et d’histoire de la médecine par le CHU devenaient toutefois déraisonnables pour deux raisons principales. D’une part parce que les recettes, générées par les 7 500 entrées annuelles en moyenne, ne permettent pas de couvrir les charges et il n’est pas acceptable que ces pertes soient financées par l’assurance maladie. D’autre part parce que la conservation de ce musée n’est pas notre cœur de métier et que c’est l’une des compétences phares de la Métropole Rouen-Normandie, d’où ce projet de transfert né il y a quelques années déjà.

Création d’un pôle littéraire au sein de la Réunion des musées métropolitain Rouen Normandie

C’est enfin une réalité : au 1er janvier 2021, le musée sera entièrement géré par la Métropole. En intégrant la Réunion des musées métropolitains, comprenant déjà huit musées, il devient tête de pont du nouveau pôle littéraire regroupant dorénavant deux maisons Corneille et deux maisons Flaubert. Voilà qui lui assure un avenir prometteur puisqu’il pourra bénéficier de l’expertise et des ressources d’une grande direction de musées. On ne peut dès lors que se féliciter de cette issue favorable pour ses collections regroupant plus de 4 000 objets, son bâtiment classé aux Monuments historiques et ses deux agents, Sophie Demoy-Derotte et Jean-Luc Doizy. L’opération de transfert que nous avons menée était juridiquement complexe, car le musée ayant été labellisé Musée de France en 2003, ses collections ne peuvent par principe être cédées. En conservant la vocation muséale, un tel transfert reste néanmoins possible en obtenant l’accord du ministre de la Culture qui se prononce sur avis du Haut Conseil aux musées de France. Après un long travail de recherches aux archives départementales, nous avons obtenu cet avis favorable tout début décembre ! La cession de cette maison natale de Flaubert a également nécessité de prendre les plus grandes précautions juridiques pour entériner, ces dernières semaines aussi, un transfert à l’euro symbolique. Ainsi, malgré le contexte sanitaire, durant toute cette année 2020, les équipes du CHU et de la Métropole se sont mobilisées pour tenir le calendrier. C’est dès lors une très belle réussite collective qui ouvrira 2021, année du bicentenaire de la naissance de Gustave Flaubert !

A lire aussi...

Depuis décembre 2017, le musée Flaubert et d’histoire de la médecine est inscrit sur...
Un point Information pour accueillir, informer et orienter Nouveauté à l’hôpital Charles-Nicolle : un...
Avis d’experts, au programme du mois de décembre 2020 : L’endométriose : quel accompagnement...