Mois sans tabac : on fait le point !

Quelle est votre dépendance au tabac ?

On fait le point à l’occasion de cette deuxième semaine de Mois sans tabac !

Vous avez arrêté de fumer ? Vous vous y mettez ? Vous vous posez encore des questions ?
Quelle que soit la réponse félicitations !

La dépendance au tabac

Si arrêter de fumer n’était qu’une question de volonté, ça se saurait ! La volonté nous en avons toutes et tous et nous savons parfaitement l’utiliser à différents moments clés de notre vie.
Bien sûr il faut vouloir et décider d’ arrêter de fumer, mais ce n’est pas toujours suffisant !

Le saviez-vous ?

Il existe trois types de dépendance au tabac : physique, psychologique et comportementale.

On vous explique à travers une première animation les mécanismes de la dépendance physique au tabac 🎬

 

Témoignage

Il s’appelle Paul, il est assistant-social au CHU de Rouen et ça fait 1 an qu’il a arrêté de fumer. Il a accepté de répondre à nos questions afin de partager avec vous son expérience.

Quand et pourquoi avez-vous commencé à fumer ?
J’ai commencé à fumer à l’âge de 17 ans par curiosité, pour faire comme « tout le monde » qui fumait au lycée. J’ai été attiré par la cigarette et l’addiction est venue petit à petit.

Qu’est-ce qui vous a motivé à arrêter ?
L’annonce du cancer d’un ami très proche et qui en est décédé rapidement. Cela m’a bien choqué et de là a germé l’idée d’arrêter. C’était en octobre. Comme je suis quelqu’un qui a besoin d’un cadre, il m’a semblé que l’accompagnement proposé par Mois sans tabac pouvait me correspondre et donc m’aider. Ça m’est apparu comme un clin d’œil du destin et j’ai commandé le kit. J’ai arrêté le 31 octobre !

Comment avez-vous géré le Mois sans tabac ?
J’ai très vite pris rendez-vous avec mon médecin traitant car j’avais besoin d’une autre béquille. Mon médecin m’a aidé à relativiser l’arrêt du tabac. Il m’a prescrit des patchs. Il m’a également recommandé d’y aller à mon rythme. A l’époque je fumais 30 cigarettes par jour et je ne pouvais pas arrêter en 3 mois car ma vie était dominée par la nicotine. En plus des patchs, il m’a fallu changer mes habitudes, construire différemment mon quotidien. J’ai arrêté le café et j’ai eu besoin de me dépenser. J’ai même perdu du poids !

Aujourd’hui, où en êtes-vous ?
Aujourd’hui j’ai encore un patch de 7 mg dans la journée et des substituts nicotiniques oraux mais j’y vais à mon rythme !

Merci beaucoup pour ce témoignage. Avez-vous quelque chose à ajouter pour encourager nos lecteurs ?
Oui ! On ne va pas se le cacher, ce n’est pas facile, mais un an après tous les bénéfices obtenus m’encouragent à poursuivre. J’aurais aimé avoir ce déclic avant…mais c’est comme ça. Le principal c’est de l’avoir eu justement !

A lire aussi...

Mois sans tabac : à vos marques, prêts, partez !
Comment limiter les risques de contamination lorsque l’on est fumeur en période d’épidémie de...