Asthme et incendie de Lubrizol : protocole de prise en charge

Protocole de prise en charge des patients adultes présentant des symptômes d’asthme suite à l’exposition aux fumées de l’incendie de l’usine Lubrisol©

Préambule : les conseils contenus dans ce document ont été rédigés le 26/09/19 par l’équipe de pneumologie du CHU de Rouen en accord avec le service d’accueil et des urgences. Il s’agit de recommandations qui s’appliquent de façon générale après exposition à des irritants et des fumées d’incendie sans toxicité spécifique immédiate. Ils ont été rédigé à l’attention des praticiens de médecine générale et des pneumologues libéraux en l’absence de connaissance de la composition exacte des fumées de l’incendie.

En cas de gêne oculaire et ou rhinopharyngée isolée ou associée à des signes respiratoires prescrire larmes artificielles en collyre à la demande et lavages de nez au sérum physiologique.

En cas de signes respiratoires : sibilances, toux, oppression thoracique, dyspnée évoquant un asthme, la conduite à tenir conseillée, dépendant d’un antécédent connu d’asthme est la suivante :

Patient déjà connu et prenant un traitement de fond pour l’asthme :

Vérifier l’absence de diagnostic différentiel  (pas de fièvre, pas anomalie auscultatoire que autre que des sibilants)

Faire un Débit expiratoire de pointe (DEP) :

  • Si DEP supérieur à 60% de la théorique ou de la meilleure valeur connue du patient et symptômes modérés (toux, légère dyspnée, quelques réveils nocturnes) :
    Demander au patient de majorer son traitement de fond en quadruplant la dose de corticoïdes inhalés pendant 15 jours (attention si formoterol dans l’association fixe ne pas dépasser 72µg/j, dans ce cas ajouter le corticoïde inhalé seul idéalement avec le même dispositif) et Béta2 mimétique de courte durée d’action autant que nécessaire, et revoir le patient à 48h
  • Si DEP compris entre 40 et 60% de la théorique ou de la meilleur valeur connue du patient et/ou symptômes importants (dyspnée importante, oppression thoracique, plusieurs réveils nocturnes chaque nuit) ou absence d’amélioration après 48h dans le cas ci-dessus :
    Prescrire une corticothérapie orale à la dose de 1 mg/kg/j d’équivalent Prednisone (maximum 50mg/j) pendant 7 jours et demander au patient de majorer son traitement de fond en quadruplant la dose de corticoïdes inhalés pendant 15 jours (attention si fomoterol dans l’association fixe ne pas dépasser 72µg/j, dans ce cas ajouter le corticoïde inhalé seul idéalement avec le même dispositif) et Béta2 miméntique de courte durée d’action autant que nécessaire, et revoir le patient à 48h et en l’absence d’amélioration adresser le patient pour hospitalisation
  • Si SaO2 inférieure à 92%, n’arrive pas à faire des phrases, tirage, obnubilation ou autre signe de gravité (dans ce cas ne pas faire de DEP) ou DEP inférieur à 40% de la théorique : Faire le 15

Dans tous les cas si aggravation dans l’intervalle de 48h00, prévenir le patient qu’il doit consulter en urgence.

Patient non connu asthmatique ou asthmatique sans traitement de fond :

Vérifier l’absence de diagnostic différentiel  (pas de fièvre, pas anomalie auscultatoire que autre que des sibilants), prescrire un radiographie si non connu asthmatique.

Faire un Débit expiratoire de pointe (DEP) :

  • Si DEP supérieur à 60% de la théorique ou de la meilleure valeur connue du patient et symptômes modérés (toux, légère dyspnée, quelques réveils nocturnes) :
    Prescrire une association corticoïde inhalé/formotérol ayant l’AMM en traitement de fond et symptômes (SYMBICORT 200, INNOVAIR 100, DUORESP 160, FORMODUAL 100, GIBITER 160), une dose matin et soir et une dose à reprendre en cas de besoin pendant 15 jours sans dépasser 72µg de formoterol par jour au total, et revoir le patient à 48h avec la radiographie thoracique si prescrite.
  • Si DEP compris entre 40 et 60% de la théorique ou chez l’asthmatique non traité de la meilleure valeur connue du patient et/ou symptômes importants (dyspnée importante, oppression thoracique, plusieurs réveils nocturnes chaque nuit) ou absence d’amélioration après 48h dans le cas ci-dessus :
    Prescrire une corticothérapie orale à la dose de 1 mg/kg/j d’équivalent Prednisone (maximum 50mg/j) pendant 7 jours et Prescrire une association corticoïde inhalé/formotérol ayant l’AMM en traitement de fond et symptômes (SYMBICORT 200, INNOVAIR 100, DUORESP 160, FORMODUAL 100, GIBITER 160), une dose matin et soir et une dose à reprendre en cas de besoin pendant 15 jours sans dépasser 72µg de formoterol par jour au total, et revoir le patient à 48h avec la radiographie thoracique si prescrite en l’absence d’amélioration adresser le patient pour hospitalisation

Dans tous les cas si aggravation dans l’intervalle de 48h, prévenir le patient qu’il doit consulter en urgence

Si SaO2 inférieure à 92%, n’arrive pas à faire des phrases, tirage, obnubilation ou autre signe de gravité (dans ce cas ne pas faire de DEP) ou DEP inférieur à 40% de la théorique : Faire le 15

 

A lire aussi...

Pour toutes vos questions suite à l’incendie de l’usine Lubrizol à Rouen, un nouveau...
La chirurgie ambulatoire opte pour des tablettes tactiles pour ses patients Une intervention chirurgicale...
Entrée dans la phase du second œuvre pour le bâtiment Robec Le gros œuvre...