Retour

La consultation épilepsie et travail

Une consultation conjointe médecine du travail et neurologie

Les consultations « Épilepsie et travail » proposées par le CHU de Rouen son menée par un médecin du travail et un neurologue et aboutissent à la délivrance d’un avis d’aptitude consultatif.

Au travail, un patient épileptique peut rencontrer des difficultés, du fait de ces crises ou des troubles associés, tels que des problèmes cognitifs ou des troubles du comportement, avec un risque de stigmatisation. Le médecin de santé au travail décide de l’aptitude à un poste pour un salarié épileptique, en fonction de la nature des crises, leur devenir sous traitement et les caractéristiques du poste de travail.

Les objectifs de la consultation

  • Donner un avis d’aptitude pour les salariés épileptiques dont l’aptitude au poste est mise en danger.
  • Délivrer des conseils pour ceux qui rencontrent des difficultés pour le maintien dans l’emploi.
  • Accompagner les patients épileptiques en vue de réaliser les démarches nécessaires pour le maintien dans l’emploi.

Se poser les bonnes questions dès l’école

La question de l’emploi commence dès l’école avec l’orientation professionnelle. L’emploi doit être recherché en fonction de ses qualifications professionnelles, de ses aptitudes et de ses goûts. Mais il est également essentiel d’avoir une vision réaliste de son épilepsie : est-elle contrôlée ? Existe-t-il un symptôme prévenant de l’arrivée d’une crise ? En définitive, il faut bien connaître ses possibilités et ses limites et ne pas rechercher l’emploi qui présente trop de risques pour soi ou pour les autres : tout métier qui mettrait en danger sa vie ou celle des autres est à déconseiller ou à exclure. De plus, il existe certaines professions règlementées qu’un patient épileptique ne peut exercer (aviation civile, SNCF, conduite de véhicules lourds plongeurs professionnels, police nationale, marine,…).

L’entretien d’embauche

Lors de l’entretien d’embauche avec le futur employeur ou son représentant, il n’est pas nécessaire que le candidat à l’emploi parle de son épilepsie s’il a la conviction que celle-ci ne présente ni gêne ni danger dans l’accomplissement du travail. En revanche, la visite médicale d’embauche est l’occasion de s’entretenir de son épilepsie avec le médecin du travail. C’est le médecin du travail qui décidera en toute conscience s’il peut accorder ou s’il doit refuser l’aptitude pour l’emploi considéré.

La survenue de l’épilepsie à l’âge adulte

Lorsque l’épilepsie survient au cours d’un contrat de travail, le médecin du travail peut proposer des adaptations du poste de travail. La reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé (R.Q.T.H.) peut également être sollicitée par ceux qui, pour des raisons de santé, rencontrent des difficultés d’insertion dans la vie professionnelle ordinaire. Elle permet d’accéder aux Entreprises Adaptées (EA) et aux services d’aide par le travail (ESAT), et aux centres de distribution de travail domicile (CDTD) selon certaines conditions.

A lire aussi...

Avis d’experts, au programme du mois de février 2019 : L’épilepsie : comment vivre...

© CHU de Rouen - Tous droits réservés