Retour

L’accident vasculaire cérébral, juin 2017

Quels nouveaux traitements en urgence pour l’accident vasculaire cérébral ?

L’accident vasculaire cérébral (AVC) est la première cause de handicap du sujet adulte. Il nécessite une prise en charge en urgence. De nouveaux traitements sont disponibles au CHU tels que la thrombectomie mécanique.

Qu’est-ce qu’un AVC ?

Un accident vasculaire cérébral est l’arrêt brutal de la circulation sanguine au niveau d’une partie du cerveau. Les AVC peuvent être dus soit à un caillot dans une artère soit à une hémorragie par lésions des parois du vaisseau. Six signes peuvent vous alerter d’un AVC. Devant ces symptômes, appelez le 15 sans attendre :

  • Faiblesse musculaire ou paralysie brutale touchant face, bras et jambe d’un même côté du corps (hémiplégie),
  • Perte de la sensibilité d’un bras, d’une jambe, de la face ou de tout le côté d’un corps,
  • Difficulté soudaine à trouver les mots ou à les exprimer,
  • Trouble soudain de l’équilibre et de la marche,
  • Perte soudaine de la vision d’un œil ou vision trouble,
  • Maux de tête violents et intenses.

Des traitements permettant de rétablir la circulation artérielle dans le cerveau peuvent être effectués tels que :

  • La fibrinolyse : perfusion d’un traitement qui détruit le caillot,
  • La thrombectomie mécanique : réalisation d’une recanalisation de l’artère bouchée par voie endovasculaire, c’est-à-dire en passant par les artères.

Nos expertes

  • Dr Chrysanthi Papagiannaki, neuroradiologue
  • Dr Aude Triquenot-Bagan, neurologue

Écoutez nos expertes dans l’émission « Les experts »

FranceBleu-Normandie   Podcast de l’émission Les Experts de France Bleu Normandie (100.1), du mardi 6 juin 2017.

Nos expertes vous répondent

[Question]
Bonjour, Y a-t-il des risques de faire un accident vasculaire cérébral lorsque l’on est sujet aux micro-éveils et comment les traiter ? Je vous remercie pour votre réponse. Respectueusement

[Réponse]
Bonjour, Les micro éveils ne sont des facteurs de risque d’AVC que s’ils surviennent dans le cadre d’un syndrome d’apnée du sommeil.
Le syndrome d’apnée du sommeil nécessite, lorsqu’il est confirmé, un appareillage nocturne qui permet une assistance respiratoire et évite ainsi les chutes en oxygène dans le sang et l’hypertension artérielle secondaire qui sont elles mêmes des facteurs de risque d’AVC.

© CHU de Rouen - Tous droits réservés