* Les méta-termes correspondent à des spécialités biologiques ou médicales concernées par un ou plusieurs mots clés (ou arborescences de mots clés), qualificatifs, ou types de ressources. D'autres termes bénéficient également de cette structure, lorsque leur thématique le justifie, exemple enseignement et éducation. Voir la liste.

Recherche Doc'CISMeF filtrée pour cette spécialité :


Libellé préféré : douleur;

Ressource obsolète : false;

Synonyme CISMeF : douleurs;

vrai Meta (CISMeF) : O;

Détails


Consulter ci-dessous une sélection des principales ressources :

Vous pouvez consulter :


N3-AUTOINDEXEE
Contribution à la prise en charge du syndrome fibromyalgique par l’acupuncture
http://www.sudoc.fr/240437705
La fibromyalgie est une affection chronique et complexe dont la physiopathologie reste à ce jour inconnue. Au cours de ces dernières années, différentes recommandations de l’HAS, de l’American College de Reumatology et de l’EULAR en définissent les prises en charge diagnostique et thérapeutique. Dans le domaine de l’acupuncture, différents travaux et synthèses ont également été publiés. Dans le cadre de notre étude, nous avons confronté la prise en charge actuelle par l’acupuncture à ces différentes préconisations et recherches, à partir de données recueillies dans les dossiers de sept patientes, diagnostiquées fibromyalgiques en Centre de la douleur chronique. Ce travail nous a permis de conclure que seule l’alliance des connaissances très précises de la médecine occidentale et des subtilités cliniques de la médecine chinoise permet une approche globale somato-socio-comportemento-psychique de cette pathologie, susceptible d’en améliorer la prise en charge
2019
SUDOC - Catalogue du Système Universitaire de Documentation
France
thèse ou mémoire
syndrome CHARGE
thérapie par acupuncture
fibromyosite
Fibromyalgie
Syndrome CHARGE
syndrome charge
fibromyalgie
acupuncture
gestion des soins aux patients
acupuncture

---
N3-AUTOINDEXEE
Prise en charge des douleurs chroniques en soins primaires: Connaissances et opinions des médecins généralistes concernant le jeûne comme outil thérapeutique
http://www.sudoc.fr/240472942
Introduction : les douleurs chroniques sont fréquemment rencontrées en soins primaires. Leur prise en charge peut être difficile. Le recours aux approches complémentaires dans ce contexte est fréquent. Le jeûne dit thérapeutique connaît un regain de popularité, y compris dans cette indication. Cependant, est-ce efficace ? Ce procédé est-il connu des médecins ? L’objectif de notre étude est de présenter les pratiques actuelles des médecins généralistes dans les douleurs chroniques, d’une part. D’autre part, d’évaluer leurs connaissances du jeûne. Matériel et méthodes : il s’agit d’une étude descriptive prospective, avec un recueil de données effectué sur 3 mois. Elle a été réalisée à l’aide d’un questionnaire en ligne. Le questionnaire est adressé aux médecins généralistes remplaçants et installés. Il a été diffusé via les CDOM et aux MSU d’Alsace. Résultats : 387 médecins généralistes ont répondu, de 23 départements différents. 40.3% des répondants estiment que 10 à 20% de leurs consultations hebdomadaires se rattachent au motif douleurs chroniques. 65.4% des participants déclaraient n’être ni satisfaits ni insatisfaits de la prise en charge des douleurs chroniques proposée à leurs patients. 91.2% des médecins interrogés déclarent voir un intérêt des thérapies complémentaires dans l’indication des douleurs chroniques. Seulement 44.7% des répondants connaissaient le jeûne dit thérapeutique. Parmi eux, le moyen d’information principal étaient les médias grand public. 60% des participants sont dubitatifs face à ce procédé et considèrent qu’il nécessite des études complémentaires. 80.1% se disent intéressés par une formation sur le sujet. Conclusion : la prise en charge des patients douloureux chroniques est insatisfaisante. L’étude montre que les approches complémentaires sont déjà proposées par les médecins et qu’ils n’y sont pas opposés. Le jeûne, d’après la littérature récente, semble montrer des résultats d’intérêt dans certaines indications. Il est peu connu des médecins d’après notre travail. Les études et les résultats probants manquent afin de pouvoir affirmer l’intérêt de cette pratique actuellement. Elles seront pourtant nécessaires, étant donné que des patients y auront recours, quoi qu’en pense leur médecin traitant.
2019
SUDOC - Catalogue du Système Universitaire de Documentation
France
thèse ou mémoire
douleur chronique
médecins généralistes
Thérapeutique
connaissance
douleur chronique
jeûne
soins
outil
connaissance
Thérapeutiques
gestion de la douleur
adolescent
Savoir
Médecins
Thérapeutique
thérapeutique

---
N3-AUTOINDEXEE
Auto-prescription d'antalgiques chez les médecins généralistes des Hauts-de-France
https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02297012
La douleur est un des principaux motif de consultation en médecine générale et un enjeu de santé publique. Les médecins n'échappent pas à ce symptôme et se prennent souvent en charge seuls amenant à une auto-prescription d'antalgiques. L'objectif de notre étude était d'évaluer les pratiques d'auto-prescription d'antalgiques chez les médecins généralistes des Hauts-de-France. Nous avons réalisé une étude épidémiologique descriptive quantitative du 2 février au 2 avril 2018. Elle s'adressait aux médecins généralistes des Hauts-de-France par le biais d'un questionnaire envoyé par mail et anonymisé. Nous avons pu recueillir 257 réponses valides. L'auto-prescription d'antalgiques tous paliers confondus était pratiquée par 90,6% des médecins sans influence de l'âge ou du sexe. Ils étaient 65,4% à évoquer une capacité à gérer seuls leurs douleurs. Les recommandations usuelles étaient respectées dans 88% des cas et 93,7% n'avaient jamais eu à faire face à des conséquences néfastes de leur auto-prescription. La présence d'antécédents majorait la consommation et l'auto-prescription d'antalgiques. 22,2% des médecins mentionnaient une influence de celle-ci sur leur hétéro-prescription et 71,2% estimaient s'auto-prescrire moins d'antalgiques qu'ils ne le feraient pour leurs patients. Enfin, 66,8% des médecins interrogés refusaient un encadrement plus strict de l'auto-prescription d'antalgiques opioïdes. Nos résultats sont comparables avec d'autres études réalisées sur le sujet malgré une population jeune. La présence d'antécédents causant des douleurs chroniques représente le principal facteur influençant l'auto-prescription d'antalgiques. Cette pratique présente des risques notamment en terme de mésusage mais il apparaît difficile d'imaginer une modification des règles de prescription. L'auto-prescription d'antalgiques est une pratique très courante, le plus souvent raisonnée et intervenant dès le début de la pratique médicale. Malgré tout, le médecin doit savoir se tourner vers un confrère en cas de besoin et aussi être attentif envers eux.
2019
DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance
France
thèse ou mémoire
Médecins
France
médecins généralistes
France
analgésiques
France
France
prescription
France
français

---
N2-AUTOINDEXEE
La gestion de la douleur et de l’anxiété chez les enfants lors de brèves interventions diagnostiques et thérapeutiques
https://www.cps.ca/fr/documents/position/la-gestion-de-la-douleur-et-de-lanxiete
Les interventions médicales courantes utilisées pour évaluer et traiter les patients peuvent causer une douleur et une anxiété marquées. Les cliniciens devraient adopter une approche de base pour limiter la douleur et l’anxiété chez les enfants, notamment à l’égard des interventions diagnostiques et thérapeutiques fréquentes. Le présent document de principes est axé sur les nourrissons, les enfants et les adolescents qui subissent des interventions médicales courantes mineures, mais douloureuses. Il n’aborde pas les soins prodigués à l’unité de soins intensifs néonatale. Les auteurs examinent des stratégies simples et fondées sur des données probantes pour gérer la douleur et l’anxiété et donnent des conseils pour en faire un volet essentiel de la pratique clinique. Les professionnels de la santé sont invités à utiliser des façons de procéder peu invasives et, lorsque les interventions douloureuses sont inévitables, à combiner des stratégies simples de réduction de la douleur et de l’anxiété pour améliorer l’expérience du patient, du parent et du professionnel de la santé. Les administrateurs de la santé sont encouragés à créer des politiques pour leurs établissements, à améliorer la formation et l’accès aux lignes directrices, à créer des environnements propices aux enfants et aux adolescents, à s’assurer de la disponibilité du personnel, de l’équipement et des agents pharmacologiques appropriés et à effectuer des contrôles de qualité pour garantir une gestion de la douleur optimale.
2019
SCP - Société Canadienne de Pédiatrie
Canada
rapport
intervention médicale précoce
Enfant
douleur
Thérapeutiques
Thérapeutique
gestion de la douleur
anxiété
douleur de l'enfant
anxiété
enfant
diagnostic
Enfant
Enfant
enfant
Enfant
thérapie
anxiete
Thérapeutiques
humeur anxieuse
thérapeutique

---
N2-AUTOINDEXEE
Dépression et douleurs musculosquelettiques – Évaluation préliminaire d'une approche de réadaptation axée sur la promotion du retour au travail
https://www.irsst.qc.ca/publications-et-outils/publication-irsst/i/101049/n/depression-douleurs-musculosquelettiques
Nombre de personnes ayant subi une blessure au travail présentent des symptômes de douleur et de dépression. La combinaison de symptômes de douleur et de dépression peut avoir un effet négatif sur le rétablissement de l’individu. La présence de symptômes de dépression peut nuire à la capacité d’accomplir de nombreuses activités importantes de la vie quotidienne, inclusion faite des activités professionnelles. Des études ont démontré que les travailleurs blessés qui présentent des symptômes de dépression demeurent absents du travail deux fois plus longtemps que les travailleurs blessés non dépressifs. Les interventions utilisées pour traiter la douleur et l’incapacité fonctionnelle chez les travailleurs blessés s’avèrent nettement moins efficaces lorsque ces derniers présentent aussi des symptômes de dépression. De nombreux cliniciens et chercheurs ont réclamé le développement et l’évaluation de traitements précisément conçus pour répondre aux besoins des travailleurs blessés qui présentent des symptômes de douleur et de dépression.
2019
IRSST - Institu