Retour

La prise en charge pré et post-TAVI

Le bilan pré-TAVI

En amont de l’intervention, un ensemble d’examens et de consultations spécialistes devront être réalisés pour vérifier que la valve artificielle peut bien être implantée :

  • Examens : scanner cardiaque et artériel, échographie transthoracique (ETT), échographie des troncs supra-aortiques (TSA), coronarographie, Doppler des membres inférieurs, scanner des dents et sinus, panoramique dentaire, exploration fonctionnelle respiratoire (EFR) ;
  • Consultations : cardiologue, chirurgien cardio-vasculaire, anesthésiste, stomatologue ;
  • Prise de sang complète.

Ces examens et consultations peuvent être réalisés à la Clinique Pasteur lors d’un bilan pré-TAVI, dans le cadre d’une hospitalisation d’une ou deux journée(s), ou en externe.

Les médecins détermineront ensemble si l’indication de remplacement de valve par voie percutanée est retenue.

Suivi hospitalier après l’intervention

L’intervention nécessite une hospitalisation d’environ cinq jours, dans plusieurs services :

  • Après l’implantation de la valve aortique percutanée, le patient sera hospitalisé aux soins intensifs de cardiologie ou en salle de réanimation chirurgicale. Dans ces unités, des analyses sanguines seront réalisées et une échocardiographie sera faite afin de vérifier le bon fonctionnement de la valve. Les patients sont généralement en mesure de se lever et de marcher dans les 24-48 heures suivant l’intervention.
  • Une fois l’état du patient stabilisé, il sera transféré avec l’accord des médecins en chambre classique, pour une hospitalisation de 3 à 5 jours environ dans le service de cardiologie générale ou dans le service de chirurgie cardiaque. Il y sera continuellement suivi et de nouveaux examens seront réalisés avant sa sortie (prise de sang, électrocardiogramme et échocardiogramme).

Sortie et suivi médical

A la sortie de l’établissement, le patient devra continuer à prendre les médicaments qui lui seront prescrits et faire vérifier régulièrement le fonctionnement de la valve et du cœur.

Le patient devra se renseigner auprès de son médecin ou du personnel médical concernant les rendez-vous pour le suivi médical ainsi que pour toutes questions relatives à sa condition de porteur d’une nouvelle valve cardiaque.

Une consultation avec un cardiologue sera nécessaire à 1 mois et 1 an pour un examen clinique, un électrocardiogramme et une échographie. Ceci permettra de s’assurer du bon fonctionnement de sa nouvelle valve aortique.

Le patient devra informer son dentiste qu’il a une valve tissulaire. Lors des interventions dentaires, des bactéries peuvent être libérées dans la circulation sanguine et entraîner l’infection d’une valve tissulaire. Cela signifie qu’un traitement antibiotique doit être administré avant toute intervention dentaire, même un simple détartrage.

Par précaution, il est important d’informer les autres médecins de la possession d’une valve cardiaque avant toute intervention médicale. Il est important de se rendre aux rendez-vous du cardiologue et de suivre ses consignes sur les soins quotidiens pour obtenir les meilleurs résultats possibles.

Les bénéfices attendus

En l’état actuel de nos connaissances, et compte tenu de l’état clinique du patient, la mise en place de cette valve apparaît comme être la meilleure solution envisageable pour améliorer les symptômes et diminuer de façon plus durable les risques de la maladie.

Les bénéfices attendus de ce geste thérapeutique sont :

  • une amélioration rapide des symptômes ;
  • une amélioration de la contractilité et du fonctionnement du cœur ;
  • une amélioration de la qualité de vie, de manière plus générale ;
  • l’empêchement de l’évolution de la maladie vers un décès.

Néanmoins, compte tenu du développement récent de cette nouvelle technique, le recul que nous avons reste encore limité, le premier cas ayant été réalisé en mars 2002. Cette intervention est pratiquée depuis Juillet  2007 à la Clinique Pasteur et plusieurs milliers de patients ont été traités.

© CHU de Rouen - Tous droits réservés