Retour

La préservation de la fertilité chez la femme

Pourquoi préserver la fertilité féminine ?

Les progrès réalisés au cours des dernières années dans le traitement des cancers ont permis une augmentation de l’espérance de vie des femmes qui en sont atteintes. Cependant, ces traitements bénéfiques pour guérir du cancer peuvent être toxiques pour les ovaires et altérer la fertilité féminine en détruisant partiellement ou totalement la réserve ovarienne. La femme guérie de son cancer présentera alors une insuffisance ovarienne précoce.

Or, la loi française prévoit que « en vue de la réalisation ultérieure d’une Assistance Médicale à la Procréation, toute personne peut bénéficier du recueil et de la conservation de ses gamètes ou tissu germinal (…) lorsqu’une prise en charge médicale est susceptible d’altérer sa fertilité (…) » (art. L. 2141-11 de la loi de bioéthique n°2004-800 du 6 août 2004).

Comment préserver la fertilité féminine ?                             

Le choix de la technique la plus adaptée dépend de multiples paramètres : l’âge de la patiente, la toxicité ovarienne des traitements qu’elle a déjà reçus et qu’elle va recevoir dans le cadre de sa maladie, l’état de sa réserve ovarienne, le fait qu’elle soit en couple ou célibataire, l’urgence pour débuter le traitement de sa maladie, la nature de sa maladie… Ce choix est discuté au cas par cas avec la patiente (et/ou avec ses parents) par l’équipe médicale qui la prend en charge.

Il existe plusieurs techniques de préservation de la fertilité féminine :

La stimulation hormonale pour obtenir plusieurs ovocytes et les congeler, en vue d’une fécondation in vitro après guérison

La cryoconservation de tissu ovarien

La transposition d’un ovaire pour éviter son irradiation en cas de radiothérapie

La réalisation d’une fécondation in vitro et congélation des embryons obtenus, en vue de leur réimplantation après guérison

La transposition ovarienne s’adresse aux patientes qui vont subir une irradiation (radiothérapie). Il s’agit d’une opération chirurgicale, qui consiste à déplacer les ovaires pour les éloigner de la zone qui va subir une irradiation, afin de les protéger des effets néfastes des rayons. Le chirurgien pratique cette intervention avec l’objectif de conserver la vitalité des ovaires.

 

© CHU de Rouen - Tous droits réservés