Objet

Le projet PlaIR a été construit pour structurer les travaux du thème « Contenus Intelligents » de l’axe Technologies de l’Information du Grand Réseau de Recherche Transport Logistique – Technologies de l’Information (GRR TL-TI). Ainsi, il prolonge et renforce les travaux initiés depuis 2007 dans le cadre du GRR TL-TI (Droit des transports 2007-2009, Santé 2007-2008, Archives 2008-2009).

Le projet PlaIR a déjà commencé avec le soutien financier de l'ANR en 2007 avec le projet InterSTIS et en 2008 sur les deux projets ALADIN et L3IM. Ce projet a démarré officiellement en janvier 2008, date du démarrage du projet InterSTIS.

InterSTIS a comme finalité l'interopérabilité sémantique inter et intra-terminologie. Neuf partenaires publics et privés s’engagent à offrir dès 2009 à tous les acteurs du système de santé des services (web) pérennes s’appuyant sur un serveur regroupant toutes les terminologies médicales francophones standards les plus utilisées (SNOMED pour le codage d’informations cliniques, la CIM-10 et la CCAM pour le codage médico-économique, la CISP utilisée par les médecins libéraux, le MeSH pour la bibliographie, et d’autres terminologies propriétaires).

L'objectif d'ALADIN est la détection automatique d'infections nosocomiales. L'équipe CISMeF, en collaboration avec la société Vidal, développe un outil d'indexation automatique F-MTI qui a l'originalité d'être multi-terminologique, qui n'existe pas en dehors du monde anglosaxon.

Le projet L3IM va permettre une innovation majeure dans le projet plus global PlaIR : l'intégration d'un langage iconique de santé au sein de la plateforme multi-terminologique de CISMeF . Ce langage iconique est donc indépendant de la langue, potentiellement compréhensible par les 6,5 milliards d'habitants de notre planète, au même titre que les panneaux de signalisation.

Le projet PlaIR s’appuie également sur les travaux issus du projet ANR NAVIDOMASS (2007-2010). Il comprend également un volet exploratoire international dans le cadre du projet INTERREG DocExplore avec l’université du Kent à Canterburry (12 mois d’avril 2009 à avril 2010).

La plateforme, sera accessible aux laboratoire publics comme aux industriels avec l'objectif de créer un centre de ressources partagées pour l'indexation automatique (accès sécurisé). Les perspectives de développement en direction de plusieurs secteurs économiques (santé, assurance, intelligence économique, sciences de l'ingénieur, droit des transports) sont nombreuses et contribuent à renforcer l'attractivité de la région Haute Normandie.