CISMeFÀ propos deSites et documents médicauxTerminologies de SantéConnexion


Titre : Vaccins prophylactiques antipapillomavirus : enjeux et perspectives;

Année de publication : 2006;

URL : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/16807045

URL : http://linkinghub.elsevier.com/retrieve/pii/S1297-9589(06)00187-1

Auteurs : Hantz S; Alain S; Denis F;

Lien DOI : 10.1016/j.gyobfe.2006.05.008;

Résumé : abstract-sec simple-para Les papillomavirus humains sont impliqués dans le développement du cancer du col en association à divers cofacteurs. À ce jour, plus de 120 génotypes ont été découverts mais seuls les génotypes à haut risque oncogène peuvent induire un cancer. HPV 16 et 18 sont retrouvés mondialement dans environ 70 % des cancers du col. Bien que certaines infections à HPV progressent vers un cancer du col, l'immunité de l'hôte entraîne la clairance de la majorité des infections à HPV, ce qui a permis d'envisager la mise au point d'un vaccin. Les candidats vaccins fondés sur la production de pseudo-particules virales L1 (VLP L1) sont actuellement en essais cliniques. L'un a comme cible le cancer du col à l'aide d'un vaccin bivalent VLP L1 contenant les deux génotypes les plus fréquemment impliqués dans le cancer du col (types 16 et 18). L'autre permet de protéger à la fois contre les condylomes et contre le cancer du col avec un vaccin quadrivalent VLP L1 contenant les génotypes 6, 11, 16 et 18. Les premiers essais cliniques montrent une bonne tolérance et une excellente immunogénicité (titres d'anticorps sériques anti-L1 élevés) avec très peu d'effets indésirables. Avec un recul de plus de trois ans, les deux essais cliniques portant sur des femmes de 15 à 25 ans montrent que les vaccins protègent contre environ 90 % des infections dues aux types inclus dans les vaccins et contre le développement des néoplasies intraépithéliales. La stratégie vaccinale définie à ce jour cible les jeunes filles préadolescentes et adolescentes (11–13 ans) avant les premiers rapports sexuels mais certaines questions sont encore en suspens concernant le prescripteur, la personne qui vaccinera et la durée de protection conférée par le vaccin. Il faudra, même si l'on part sur une stratégie de vaccination large, continuer en parallèle le dépistage du cancer du col par frottis cervico-vaginal. Un tel vaccin doit permettre de sauver des vies et de réduire les coûts médicaux et psychologiques de cette pathologie. /simple-para ;

Mois de publication : Jul-Aug;

Numéro : 7-8;

Volume : 34;

Pagination : 647-655;

PII : S1297-9589(06)00187-1;

Mot-clés auteurs : Papillomavirus humain; Vaccin; VLP; Cancer du col;

greenArrow Détails



Indexation :

Spécialité(s) : *************virologie
********allergologie et immunologie
********oncologie
*******thérapeutique
****médicaments
****infectiologie
****gynécologie
****pharmacie
****hématologie
****médecine préventive
****physiologie
**pédiatrie
*épidémiologie
*métabolisme
*environnement et santé publique
*microbiologie
*statistique
*médecine de l'adolescence
*génétique

greenArrow Vous pouvez consulter :


Courriel
24/06/2017


[Accueil] [Haut de page]

© CHU de Rouen. Toute utilisation partielle ou totale de ce document doit mentionner la source.