CISMeFÀ propos deSites et documents médicauxTerminologies de SantéConnexion


Libellé préféré : syndrome des ovaires polykystiques;

Synonyme CISMeF : ovaires polykystiques, syndrome; dystrophie sclérokystique des ovaires; syndrome ovarien polykystique;

Synonyme MeSH : Syndrome de Stein-Leventhal; Dystrophie ovarienne; Polykystose ovarienne; SOPK; OPK (Ovaires Polykystiques); SOPK (Syndrome des Ovaires PolyKystiques); Ovaires polykystiques; SOMPK; ovarite sclérokystique; MPO (MicroPolykystose ovarienne); micropolykystose ovarienne; syndrome des ovaires micropolykystiques;

Hyponyme MeSH : Ovaires sclérokystiques;

Définition VIDAL : Affection complexe associant des kystes multiples des ovaires, une absence d'ovulation et des troubles métaboliques.;

Hyponyme CISMeF : Syndrome des ovaires micro-polykystiques; Micropolykystose ovarienne; MPO (MicroPolykystose Ovarienne); Syndrome des ovaires micropolykystiques;

greenArrow Détails


greenArrow Consulter ci-dessous une sélection des principales ressources :

greenArrow Vous pouvez consulter :


N1-VALIDE
Syndrome des ovaires polykystiques : quoi de neuf ?
http://www.revmed.ch/rms/2015/RMS-N-477/Syndrome-des-ovaires-polykystiques-quoi-de-neuf
Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) est la pathologie endocrinienne la plus fréquente chez les femmes en âge de procréer, avec des implications cliniques importantes comme les troubles de fertilité, l’hirsutisme et les complications métaboliques associées. En décembre 2013, la Société américaine d’endocrinologie publiait ses dernières recommandations pour le diagnostic et la prise en charge de cette pathologie, suivie par la Société européenne d’endocrinologie, en 2014. Au cours de ses dernières années, le perfectionnement des méthodes de dosage des androgènes avec la spectrométrie de masse et de l’imagerie des ovaires avec l’échographie 3D nous a permis d’améliorer notre compréhension de cette entité. Des nouveaux traitements de l’infertilité ont émergé, comme les inhibiteurs de l’aromatase. Qu’y a-t-il alors de neuf pour le SOPK pour la pratique clinique ?
2015
false
false
false
Revue Médicale Suisse
Suisse
français
article de périodique
syndrome des ovaires polykystiques
syndrome des ovaires polykystiques
syndrome des ovaires polykystiques

---
N1-VALIDE
Les ovaires polykystiques : savez-vous que près de 10% des femmes présentent ce syndrome ?
http://www.franceculture.fr/emission-revolutions-medicales-les-ovaires-polykystiques-savez-vous-que-pres-de-10-des-femmes-presen
Les ovaires polykystiques ont été découverts en 1935 par Stein et Leventhal. A l’époque il fallait pratiquer une chirurgie abdominale pour aller voir l’aspect des ovaires bourrés de follicules qui ne trouvaient pas le moyen d’ovuler correctement. Aussi le trouble de cette pathologie est bien un trouble de l’ovulation (seulement 2 à 3 règles par an) à l’adolescence, accompagné d’acné, d’une pilosité anormale (par sa localisation) et souvent majorée par une obésité.
2015
false
false
false
France Culture
France
français
syndrome des ovaires polykystiques
émission radiophonique

---
N1-SUPERVISEE
Metformine chez les femmes atteintes du syndrome des ovaires polykystiques pour améliorer la fertilité
http://www.cochrane.org/fr/CD006105
Objectifs : Déterminer l'efficacité et l'innocuité de la metformine, en tant que traitement associé dans le cadre d'une FIV ou d'une injection intracytoplasmique de sperme (IICS), dans l'obtention d'une grossesse ou d'une naissance vivante chez les femmes atteintes du SOPK
2014
false
false
false
Centre Cochrane Français
France
metformine
résultat thérapeutique
syndrome des ovaires polykystiques
méta-analyse
résumé ou synthèse en français
fécondation in vitro
metformine
injections intracytoplasmiques de spermatozoïdes

---
N1-SUPERVISEE
Multiperforation laparoscopique par diathermie ou laser pour induire l'ovulation dans le syndrome des ovaires polykystiques anovulatoires
http://www.cochrane.org/fr/CD001122
La résection cunéiforme chirurgicale des ovaires a été le premier traitement reconnu pour les femmes présentant le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) anovulatoires, mais elle a été largement abandonnée en raison à la fois du risque d'adhérences post-chirurgicales et de l'introduction de l'induction médicale de l'ovulation. Cependant, les femmes atteintes de SOPK qui sont traitées avec une induction médicale de l'ovulation, avec des médicaments comme les gonadotrophines, ont souvent une surproduction de follicules qui peut entraîner un syndrome d'hyperstimulation ovarienne et des grossesses multiples. En outre, les gonadotrophines, bien qu'efficaces, sont coûteuses et demandent du temps et leur utilisation nécessite une surveillance intensive. Le traitement chirurgical avec une multiperforation ovarienne par voie laparoscopique (MOL) peut éviter ou réduire la nécessité d'une induction médicale de l'ovulation, ou peut faciliter son utilité.
2012
false
true
false
Centre Cochrane Français
France
induction d'ovulation
résultat thérapeutique
revue de la littérature
résumé ou synthèse en français
syndrome des ovaires polykystiques
diathermie
laparoscopie

---
N1-SUPERVISEE
Traitement sur une durée longue vs. courte avec de la metformine et du citrate de clomifène pour induire l'ovulation chez les femmes présentant un SOPK
http://www.cochrane.org/fr/CD006226
Objectifs Déterminer l'efficacité de la metformine plus CC sur une courte durée (moins de quatre semaines) vs. la metformine plus CC sur une longue durée (quatre semaines ou plus) en ce qui concerne l'ovulation et l'obtention d'une grossesse chez les femmes stériles présentant un SOPK
false
N
Centre Cochrane Français
France
français
méta-analyse
metformine
clomifène
résultat thérapeutique
fécondostimulants féminins
syndrome des ovaires polykystiques
résumé ou synthèse en français

---
N1-SUPERVISEE
Médicaments insulino-sensibilisants (metformine, rosglitazone, pioglitazone, D-chiro-inositol) pour les femmes atteintes du syndrome des ovaires polykystiques, d'oligo-aménorrhée et d'hypofertilité
http://www.cochrane.org/fr/CD003053
Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) se caractérise par une faible fréquence ou une absence d'ovulation (anovulation), des concentrations élevées d'hormones mâles (hyperandrogénie) et des concentrations élevées d'insuline (hyperinsulinémie secondaire à une insulinorésistance accrue). L'hyperinsulinémie est associée à une augmentation du risque cardiovasculaire et au développement d'un diabète. Des agents insulino-sensibilisants, tels que la metformine, peuvent être efficaces pour traiter les caractéristiques du SOPK, notamment l'anovulation.
2012
false
N
Centre Cochrane Français
France
français
résumé ou synthèse en français
méta-analyse
syndrome des ovaires polykystiques
résultat thérapeutique
metformine
rosiglitazone
pioglitazone
hypoglycémiants
thiazolidinediones
inositol
complexe vitaminique B

---
N1-SUPERVISEE
Changements de mode de vie chez les femmes atteintes du syndrome des ovaires polykystiques
http://www.cochrane.org/fr/CD007506
Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) touche 4 % à 18 % des femmes en âge de procréer et est associé à un dysfonctionnement du système reproducteur, du métabolisme, ainsi qu'à un dysfonctionnement psychologique. L'obésité aggrave la présentation du SOPK et une gestion pondérale (perte de poids, maintien du poids ou prévention de la prise de poids excessive) est proposée comme stratégie de traitement initiale, les objectifs étant plus facilement atteints par des changements de mode de vie intégrant des interventions relatives à l'alimentation, à l'exercice physique et au comportement.
2011
false
true
false
Centre Cochrane Français
France
comportement de réduction des risques
résultat thérapeutique
méta-analyse
résumé ou synthèse en français
mode de vie
syndrome des ovaires polykystiques

---
N1-SUPERVISEE
Diagnostic et traitement des ovaires polykystiques
http://www.fmoq.org/Lists/FMOQDocumentLibrary/fr/Le%20Médecin%20du%20Québec/Archives/2010%20-%202019/2011/MQ-03-2011/041-046DreCroteau0311.pdf
Le syndrome des ovaires polykystiques est un trouble endocrinien et métabolique très fréquent. C'est l'endocrinopathie la plus commune chez les femmes en âge de procréer, qui touche de 6 % à 8 % de celles-ci et constitue la principale cause d'infertilité. La raison sous-jacente est inconnue, mais l'excès primaire d'androgènes est la plus probable.
2011
false
N
FMOQ - Fédération des Médecins Omnipraticiens du Québec
Canada
français
article de périodique
syndrome des ovaires polykystiques
syndrome des ovaires polykystiques
hyperandrogénie
syndrome des ovaires polykystiques
grossesse

---
N1-SUPERVISEE
Plantes médicinales chinoises pour les femmes hypofertiles atteintes du syndrome des ovaires polykystiques
http://www.cochrane.org/fr/CD007535
Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) est l'une des plus courantes anomalies endocriniennes du système reproducteur, touchant 5 % à 10 % des femmes en âge de procréer. Les médicaments occidentaux, tels que les contraceptifs oraux et les insulinosensibilisants, sont couramment utilisés pour améliorer les symptômes et les signes du SOPK. Récemment, de nombreuses études portant sur les plantes médicinales chinoises (PMC) comme traitement alternatif pour les femmes atteintes du SOPK ont été publiées.
2010
false
true
false
Centre Cochrane Français
France
résultat thérapeutique
infertilité féminine
revue de la littérature
résumé ou synthèse en français
syndrome des ovaires polykystiques
médicaments issus de plantes chinoises

---
N1-SUPERVISEE
Médicaments insulino-sensibilisants versus la pilule contraceptive orale combinée contre l'hirsutisme, l'acné et les risques de diabète, les maladies cardiovasculaires et le cancer endométrial dans le syndrome ovarien polykystique
http://www.cochrane.org/fr/CD005552
Les médicaments insulino-sensibilisants (MIS) ont récemment été présentés comme étant un traitement à long terme possiblement plus sûr et plus efficace que la pilule contraceptive orale (PCO) chez les femmes atteintes du syndrome ovarien polykystique (SOPK). Il est important de comparer directement l'efficacité et l'innocuité des MIS aux PCO dans le traitement à long terme de femmes atteintes du SOPK.
2010
false
true
false
Centre Cochrane Français
France
risque cardiovasculaire
syndrome des ovaires polykystiques
syndrome des ovaires polykystiques
hypoglycémiants
résultat thérapeutique
revue de la littérature
résumé ou synthèse en français
contraceptifs oraux combinés
hirsutisme

---
N1-VALIDE
Déclenchement de l'ovulation en présence du syndrome des ovaires polykystiques
http://sogc.org/wp-content/uploads/2013/02/gui242CPG1005F_000.pdf
http://www.jogc.com/article/S1701-2163(16)34505-4/abstract
Indication du niveau de preuve, Objectif : Analyser les options non pharmacologiques et pharmacologiques actuelles en ce qui concerne le déclenchement de l'ovulation chez les femmes qui présentent un syndrome des ovaires polykystiques (SOPK).
2010
false
false
true
SOGC - Société des Obstétriciens et Gynécologues du Canada
Canada
français
syndrome des ovaires polykystiques
induction d'ovulation
recommandation pour la pratique clinique

---
N3-AUTOINDEXEE
Syndrome des ovaires polykystiques (SOP)
enfant
http://www.aboutkidshealth.ca/Fr/HealthAZ/ConditionsandDiseases/GenitalandReproductiveDisorders/Pages/Polycystic-Ovaries-Syndrome-PCOS.aspx
2009
AboutKidsHealth
Canada
information patient et grand public
syndrome des ovaires polykystiques
enfant

---
N1-SUPERVISEE
Echographie en gynécologie - Pathologie de l'ovaire : Dystrophies ovariennes
DIUI d'échographie obstétricale
http://umvf.cerimes.fr/media/ressMereEnfant/ECH/gyneco04/c01/index.htm
Intérêt, Syndrome des ovaires micropolykystiques, ovaires multifolliculaires, ovaires macropolykystiques.
2009
false
true
false
false
2eme cycle / master
Mère-enfant
France
français
matériel d'enseignement audio-visuel
syndrome des ovaires polykystiques
signes et symptômes
syndrome des ovaires polykystiques
échographie gynécologique
gynécologie

---
N1-SUPERVISEE
Syndrome des ovaires polykystiques et résistance à l'insuline
http://www.revmed.ch/numero-198-page-779.htm
Le syndrome des ovaires polykystiques est la pathologie endocrinienne la plus fréquente de la femme préménopausée. Une résistance à l'insuline est fréquemment retrouvée chez les patientes affectées par ce syndrome, jouant probablement un rôle physiopathologique important. Cet article fait le point sur l'association maintenant bien reconnue entre insulino-résistance et syndrome des ovaires polykystiques, et discute le risque augmenté d'intolérance au glucose, de diabète de type 2 et de syndrome métabolique présenté par les patientes atteintes de ce syndrome. Des propositions de stratégies pratiques de dépistage et de suivi des dysfonctions métaboliques liées au syndrome des ovaires polykystiques sont émises à la lumière des rares recommandations de la littérature internationale.
2009
false
N
Revue Médicale Suisse
Suisse
français
syndrome des ovaires polykystiques
insulinorésistance
article de périodique

---
N1-SUPERVISEE
Syndrome des ovaires polykystiques
http://www.medicalforum.ch/docs/smf/archiv/fr/2008/2008-34/2008-34-152.pdf
Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) est un trouble endocrinien fréquent chez la femme en âge de procréer. Il est caractérisé par un hyperandrogénisme et/ou des manifestations androgéniques combinées avec des troubles du cycle menstruel et associées à des altérations typiques, mais pas pathognomoniques de l'aspect des ovaires à l'échographie endovaginale.
2008
false
N
Forum Médical Suisse
Suisse
français
syndrome des ovaires polykystiques
signes et symptômes
syndrome des ovaires polykystiques
syndrome des ovaires polykystiques
article de périodique

---
N3-AUTOINDEXEE
Syndrome des ovaires polykystiques et syndrome adrénogénital : une entité différente pour un phénotype comparable ?
http://www.revmed.ch/rms/2007/RMS-116/31754
2007
false
true
false
article de périodique
syndrome des ovaires polykystiques
Syndrome génitosurrénal
phénotype
syndrome génitosurrénal

---
N1-SUPERVISEE
Syndrome des ovaires micropolykystiques et risque cardiovasculaire
http://www.jle.com/fr/revues/medecine/stv/e-docs/00/04/2B/1A/resume.md?type=text.html
Le syndrome des ovaires micropolykystiques (SOPK) est connu depuis 1930 comme étant un syndrome associant des signes d'hyperandrogénie (alopécie androgénique, hyperséborrhée, acné et hirsutisme) et une anovulation chronique à l'origine d'une infertilité.Déjà, l'association de cette pathologie ovarienne avec une obésité androïde était notée.Dans les années quatre-vingt, il a été montré qu'un hyperinsulinisme existait chez un certain nombre de ces patientes \; par la suite, l'association de ces paramètres, obésité abdominale et intolérance au glucose, a fait envisager le SOPK comme une pathologie métabolique comparable au syndrome d'insulinorésistance.L'obésité abdominale est retrouvée dans plus de 30 % des cas, l'insulinorésistance dans 35 à 68 % des cas et une dyslipémie est fréquente, en particulier la diminution des HDL-cholestérol ainsi que moins fréquemment une hypertension artérielle. Dès l'adolescence, des anomalies métaboliques peuvent être identifiées. Ces modifications ont été corrélées à une altération de la fonction endothéliale précoce.A ce jour, les rôles de l'obésité et de l'insulinorésistance dans l'apparition de ce syndrome ne sont pas clairs mais il est évident que d'authentiques SOPK sont retrouvés chez des femmes de poids normal, rendant complexe la physiopathologie de cette pathologie ovarienne et métabolique. Le rôle des androgènes n'est pas déterminé.Bien qu'aucune surmortalité cardiovasculaire n'ait été mise en évidence chez ces femmes, ce syndrome devrait être considéré au moins comme un marqueur de risque cardiovasculaire et pourrait inciter à une prise en charge hygiénodiététique précoce afin de limiter l'évolution vers le diabète et ses complications vasculaires.
2007
false
N
John Libbey Eurotext
Montrouge
France
français
risque cardiovasculaire
syndrome des ovaires polykystiques
insulinorésistance
syndrome métabolique X
article de périodique

---
N1-VALIDE
Médicaments inducteurs de l'ovulation : les gonadotrophines - recommandation de bonne pratique
http://www.ansm.sante.fr/var/ansm_site/storage/original/application/fa52d19095de16df7be47b08206fa9de.pdf
Indication du niveau de preuve, 'Afssaps actualise la partie concernant les gonadotrophines des Recommandations de Bonne Pratique sur « Les médicaments inducteurs de l'ovulation » diffusées en mai 2004. En effet, une nouvelle réflexion sur le bon usage des gonadotrophines dans le domaine de la stérilité a été mise en oeuvre afin de trouver un réel consensus suite aux réactions soulevées par la précédente version, notamment par rapport à la comparaison faite entre gonadotrophines d'origine urinaire et gonadotrophines d'origine recombinante. Le message principal de cette actualisation indique que les gonadotrophines humaines d'origine recombinante et les gonadotrophines humaines d'origine urinaire ne présentent pas une efficacité clinique différente.
2007
false
O
ANSM - Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé
France
français
gonadotrophines
induction d'ovulation
syndrome des ovaires polykystiques
fécondation in vitro
insémination
gonadotrophines
recommandation de bon usage du médicament

---
N1-SUPERVISEE
Polykystose ovarienne - dysfonctionnement du sphincter uréthral
Synonyme : Syndrome de Fowler-Christmas-Chapple
http://www.orpha.net/consor/cgi-bin/OC_Exp.php?Lng=FR&Expert=2795
Ce syndrome est caractérisé par une rétention urinaire et des difficultés d'uriner associées à une activité électromyographique du sphincter de l'urètre anormale...
2006
false
N
Orphanet
France
français
maladies rares
syndrome de Fowler-Christmas-Chapple
troubles mictionnels
syndrome des ovaires polykystiques
information scientifique et technique

---
N3-AUTOINDEXEE
Le Drilling ovarien
Syndrome des ovaires polykystiques
http://www3.chu-rouen.fr/NR/rdonlyres/1775C83F-CFF7-4A14-9E52-2D58023DB6F0/0/Ledrillingovarien.pdf
Historique, Le syndrome des ovaires polykystiques, Indications du drilling ovarien, Techniques opératoires, Résultats.
2005
false
true
false
Université de Caen, Basse Normandie
France
français
Syndrome des ovaires polykystiques
syndrome des ovaires polykystiques
ovaire
cours

---
Courriel
04/12/2016


[Accueil] [Haut de page]

© CHU de Rouen. Toute utilisation partielle ou totale de ce document doit mentionner la source.