CISMeFÀ propos deSites et documents médicauxTerminologies de SantéConnexion


Libellé préféré : pneumocystis jirovecii;

Définition du MeSH : PNEUMOCYSTIS infectieuse pour l'homme et provoquant une PNEUMOCYSTOSE. Peut causer occasionnellement des maladies extra-pulmonaires chez des patients immunodéprimés. Nom antérieur Pneumocystis carinii f. sp. Hominis. [Traduction effectuée avant 2008];

Synonyme MeSH : Pneumocystis jiroveci;

greenArrow Détails


greenArrow Consulter ci-dessous une sélection des principales ressources :

greenArrow Vous pouvez consulter :

PNEUMOCYSTIS infectieuse pour l'homme et provoquant une PNEUMOCYSTOSE. Peut causer occasionnellement des maladies extra-pulmonaires chez des patients immunodéprimés. Nom antérieur Pneumocystis carinii f. sp. Hominis. [Traduction effectuée avant 2008]

N1-VALIDE
Pneumocystose
extrait du polycopié national de parasitologie et de mycologie
http://campus.cerimes.fr/parasitologie/enseignement/pneumocystose/site/html/1.html
agent pathogène, cycle, transmission, répartition géographique chez le nourrisson, chez l'adulte, diagnostic différentiel, diagnostic, traitement
2014
true
N
true
2eme cycle / master
UMVF - Campus de Parasitologie-Mycologie
France
français
nourrisson
enfant
pneumonie à pneumocystis
pneumocystis jirovecii
pneumonie à pneumocystis
pneumocystis jirovecii
pneumonie à pneumocystis
diagnostic différentiel
pneumonie à pneumocystis
pneumocystis jirovecii
pneumonie à pneumocystis
infections à VIH
adulte
mycologie
association triméthoprime-sulfaméthoxazole
pentamidine
antifongiques
parasitologie
cours
questions à choix multiple
cas clinique

---
N1-SUPERVISEE
Diagnostic de la pneumonie à Pneumocystis jirovecii chez le patient non VIH
http://rms.medhyg.ch/numero-266-page-1922.htm
La pneumonie à Pneumocystis jirovecii est une infection opportuniste qui touche les patients immunosupprimés. Son diagnostic repose sur la mise en évidence, par examen direct, du pathogène dans des sécrétions pulmonaires. La sensibilité de cet examen reste insuffisante, en particulier chez les patients non VIH. L’examen par immunofluorescence n’améliore pas significativement la sensibilité. La sensibilité de la PCR est excellente mais ne permet pas de distinguer la colonisation de l’infection. Elle peut donc se révéler faussement positive chez un patient porteur et souffrant d’une pneumonie due à un autre pathogène. L’utilisation de la PCR quantitative et du β-D-glucan sérique peut s’avérer utile pour le diagnostic de pneumonie chez les patients immunosupprimés. Cet article passe en revue les différents moyens pour le diagnostic de cette infection.
2010
false
true
false
Revue Médicale Suisse
Suisse
pneumonie à pneumocystis
pneumonie à pneumocystis
article de périodique
pneumocystis jirovecii
pneumonie à pneumocystis

---
Courriel
05/12/2016


[Accueil] [Haut de page]

© CHU de Rouen. Toute utilisation partielle ou totale de ce document doit mentionner la source.