Libellé préféré : Fumeurs;

Ressource obsolète : false;

Synonyme MeSH : Fumeuses;

Hyponyme MeSH : Fumeuses de produits autres que ceux du tabac; Fumeuses de tabac;

Terme MeSH Related : Vapoteuses;

Détails


Consulter ci-dessous une sélection des principales ressources :

Vous pouvez consulter :


N2-AUTOINDEXEE
Les concours aident-ils les fumeurs à cesser de fumer à moyen et à long terme ?
https://www.cochrane.org/fr/CD013272/les-concours-aident-ils-les-fumeurs-cesser-de-fumer-moyen-et-long-terme
Dans les concours conçus pour aider les gens à cesser de fumer, les participants sont encouragés à cesser de fumer tout en ayant la chance de gagner une récompense s'ils y parviennent. Certains concours permettent à des groupes de fumeurs de s'affronter directement, le groupe dans lequel le plus grand nombre de fumeurs ont cessé de fumer remportant un prix. Une personne qui cesse de fumer peut aussi participer à une loterie pour gagner un prix, comme des paiements en espèces, des bons, des primes salariales, des articles promotionnels (t-shirts, stylos ou sacs), des vacances ou des articles de luxe (voitures ou bateaux). Jusqu'en 2006, un type particulier de concours pour arrêter de fumer, le concours Arrêter de fumer et gagner , a été organisé à l'échelle internationale.
2019
false
true
false
false
Cochrane
France
études d'évaluation comme sujet
revue de la littérature
résumé ou synthèse en français
Arrêter de fumer
Fumeurs

---
N2-AUTOINDEXEE
Comment optimiser l’aide au sevrage tabagique: Étude qualitative des bénéfices du tabac rapportés par des patients fumeurs
http://www.sudoc.fr/234020180
INTRODUCTION : le tabac cause 73 000 décès prématurés tous les ans en France. Ses méfaits sont connus. Malgré cela un français sur trois fume. Cette question est souvent abordée par ses aspects néfastes ; considérer les bénéfices peut paraître une incitation au tabagisme. Notre étude envisage la question différemment. L’objectif est d’analyser les bénéfices rapportés pour améliorer notre compréhension et prise en charge. METHODE Étude qualitative de 18 entretiens semi dirigés de patients fumeurs adultes, volontaires, de médecine générale. Analyse avec le logiciel RQDA. Traitement des données par « théorisation ancrée ». RÉSULTATS A l’adolescence, la cigarette assouvit une curiosité, un besoin d’expérimentation. Elle intervient dans la construction d’une identité sociale (outil d’intégration, construction d’une image sociale, représentation d’une norme) et personnelle (autonomisation, construction d’un soi idéal). Elle facilite les échanges sociaux et véhicule certaines valeurs. Puis, elle structure le quotidien du fumeur, l’imprègne d’habitudes, de rituels. Elle est considérée comme indispensable au fonctionnement basal du corps, via la dépendance nicotinique, un atout pour le poids, un régulateur émotionnel, une automédication. Elle représente un plaisir, une récompense. Elle peut refléter une souffrance ou une volonté d’autodestruction. Elle est un moyen de s’octroyer une immunité face aux conséquences du tabac. Cependant, comparés aux méfaits, ces bénéfices sont insuffisants générant une culpabilité. CONCLUSION Les bénéfices rapportés sont nombreux, réels et symboliques. Notre étude nous apprend que le sevrage signifie faire le deuil d’une relation forte et d’une identité de fumeur en adoptant une nouvelle identité de nonfumeur et une nouvelle manière de vivre. En avoir conscience est une grande valorisation pour le patient lorsqu’il se lance dans cette voie. A nous de créer une ouverture et une alliance thérapeutique en étant patients, bienveillants, à l’écoute en écartant tout jugement pour avancer à son rythme vers le sevrage.
2019
SUDOC - Catalogue du Système Universitaire de Documentation
France
thèse ou mémoire
recherche qualitative
sevrage
nicotiana tabacum
Fumeurs
tabac
sevrage
fumeur
patients
rapport albumine/globuline
a comme patient

---
N3-AUTOINDEXEE
De la cigarette manufacturée à la cigarette électronique: ressenti des patients sur un usage exclusif en soins primaires : étude qualitative sur une population de patients fumeurs, vapo-fumeurs et vapoteurs exclusifs du Nord-Pas-de-Calais
http://www.sudoc.fr/237414260
Contexte : le tabac décime la population mondiale. Nous suivons les recommandations et avons des outils pour lutter contre ce fléau. Malgré tout, le sevrage tabagique stagne depuis une dizaine d’années en France. Depuis, la cigarette électronique a fait son apparition. Plusieurs études ont montré sa moindre nocivité par rapport à la cigarette, mais un bénéfice sur la santé découle d’une exclusion totale du tabac. Il existe plus de 22,5 millions de fumeurs en France et seulement 1,3 % ont un usage exclusif de la cigarette électronique. L’objectif de ce travail était d’adapter notre discours en fonction du ressenti des patients sur l‘usage exclusif de la cigarette électronique. Méthode : étude qualitative par théorisation ancrée à l’aide de 14 entretiens compréhensifs et semi-dirigés chez des fumeurs, vapo-fumeurs et vapoteurs exclusifs. Résultats : six concepts se démarquent. Aborder la cigarette électronique dans le sevrage tabagique avec le choix de personnaliser son système pour mimer au mieux la cigarette. Favoriser la communication en informant le plus fidèlement possible nos patients sur les données scientifiques concernant le système et ses répercussions comparés à la cigarette. Parler des conséquences sanitaires : de la diminution des risques à la création de nouvelles dépendances. Mettre en place un encadrement médico-légal avec un suivi en individualisant le passage exclusif. Permettre un apprentissage de l’utilisation et expliquer le fonctionnement de l’objet. Parler des enjeux économiques : des commerces à réglementer ou éviter, aux économies que la consommation engendre. Préférer un sevrage total ou à défaut un usage exclusif chez les fumeurs sans demande de sevrage. Conclusion : la majorité des fumeurs et utilisateurs mixtes sans demande de sevrage total sont intéressés par cette méthode et ont un ressenti positif. Il est possible de favoriser leur passage exclusif dans une recherche de diminution des risques.
2019
SUDOC - Catalogue du Système Universitaire de Documentation
France
thèse ou mémoire
Fumeurs
principal
Soins
patients
qualité des soins de santé
produits du tabac
a comme patient
cigarettes
recherche qualitative
population
soins de santé primaires
soins de santé primaires
Vapoteurs
Nord-Pas-de-Calais
Pression systolique
fumeur
soins
pression sanguine

---
N2-AUTOINDEXEE
Utilisation du dosage de monoxyde de carbone: quelle pratique pour le suivi des femmes enceintes fumeuses par les sages-femmes ?
http://www.sudoc.fr/236854720
La consommation de tabac touche toutes les catégories socio-professionnels et tous les âges. On se retrouve donc avec un nombre important de femmes enceintes qui fument. Cette consommation n’est pas anodine pour le bien-être de la grossesse et du foetus. Il est donc important de s’en préoccuper le plus tôt possible. Le dosage de monoxyde de carbone permet d’avoir une évaluation de la consommation sans se baser uniquement sur les dires des patientes. Pouvant être une motivation pour la patiente, il pourrait être intéressant de l’inclure lors du suivi tabacologique. Cette étude descriptive menée auprès de 827 sages-femmes libérales de la France métropolitaine et d’outre-mer a permis de mieux appréhender la prise en charge et d’évaluer l’utilisation du dosage de monoxyde de carbone. Les résultats ont démontré une prise en charge importante des patientes fumeuses mais que le CO testeur n’y trouvait que peu sa place par défaut d’interprétation. On retrouve une très faible utilisation du CO testeur de la part des sages-femmes libérales mais elles sont très impliquées dans la prévention, la détection et le suivi
2019
SUDOC - Catalogue du Système Universitaire de Documentation
France
thèse ou mémoire
Fumeurs
Sages-femmes
profession de sage-femme
Pratique
grossesse
femmes enceintes

---
N3-AUTOINDEXEE
Grossesse et tabac : l’accompagnement au sevrage des femmes enceintes fumeuses
https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02180052
Le tabagisme actif et passif durant la grossesse, par ses nombreuses conséquences sur la santé de la mère et de l’enfant, constitue un véritable enjeu de santé publique. Depuis 2010, la situation de consommation tabagique pendant la grossesse n’a pas évolué : bien que la majorité des femmes parvienne à arrêter de fumer en début de grossesse, 17 % des femmes enceintes déclarent fumer quotidiennement au troisième trimestre de leur grossesse. Une étude qualitative menée à la maternité de Port-Royal du groupe hospitalier Cochin à Paris s’est intéressée aux raisons concourant à un non-arrêt du tabac pendant la grossesse. Au cours de cette étude, 15 femmes, ayant fumé au moins jusqu’au troisième trimestre de leur grossesse ou ayant réalisé un sevrage tabagique pendant leur grossesse, ont été interrogées au cours d’entretiens individuels semi-directifs, pendant leur hospitalisation en unité de suites de couche. Les résultats obtenus ont contribué à mettre en évidence différentes raisons expliquant les difficultés de prise en charge de ces patientes. Les femmes enceintes tabagiques souhaitant réaliser un sevrage pendant leur grossesse ne sont pas toujours informées des possibilités qui s’offrent à elles et souhaitent être davantage accompagnées et conseillées. De plus, les professionnels de santé les prenant en charge pendant leur grossesse et dans le post-partum n’utilisent pas systématiquement les outils disponibles pour dépister et évaluer la dépendance ainsi que les thérapeutiques existantes pour accompagner le sevrage de leurs patientes fumeuses. Une prise de conscience générale est nécessaire afin d’assurer une prise en charge rigoureuse et adaptée des femmes enceintes tabagiques pendant leur grossesse et la période postnatale.
2019
DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance
France
thèse ou mémoire
grossesse
grossesse
Fumeurs
femmes enceintes
sevrage
sevrage
nicotiana tabacum
Tabac
grossesse
tabac

---
N2-AUTOINDEXEE
Étude de l'évolution du tabagisme après un conseil d'arrêt : Retour d'expérience dans un cabinet de médecine générale sur 156 fumeurs
https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01900727/document
Le tabac est considéré comme la 1ère cause de décès évitables selon l’OMS. En France, on estime à 73200 le nombre de décès attribuables au tabac en 2016, sans compter les comorbidités associées. La prévalence du tabagisme en France est une des plus fortes d’Europe. Les réponses à ce problème ont tardé à apparaître, mais commencent à porter leurs fruits. Pour lutter contre le tabagisme, le médecin généraliste a un rôle primordial. C’est pourquoi, en 2014, la Haute Autorité de Santé (HAS) a mis à jour ses recommandations dans l’aide au sevrage tabagique. Nous nous sommes appropriés ces recommandations pour réaliser une étude interventionnelle avec pour objectif principal d’évaluer le taux de progression de l’étape motivationnelle selon le modèle transthéorique après un conseil d’arrêt du tabac. Les objectifs secondaires sont d’étudier le taux d’arrêt et de réduction de la consommation, d’analyser la motivation des personnes qui n’ont pas arrêté de fumer et d’évaluer un impact global. br Méthode : br Il s’agit d’une étude de type interventionnelle, prospective et uni-centrique. Nous avons interrogé les patients fumeurs réguliers, volontaires, âgés de 18 à 75 ans, adressés par leur médecin traitant à la fin de leur consultation. L’étude s’est déroulée dans un cabinet médical semi-rural situé à Bourg-Achard, commune de l’Eure (27). Les fumeurs ont été évalués entre T0 et T1 (8 semaines après) sur leur tabagisme, l’étape motivationnelle du modèle transthéorique, la motivation selon le test Q-MAT et une échelle analogique. br Résultats : br 156 fumeurs ont été inclus dans notre étude, 54 fumeurs ont changé de statut dans le modèle transthéorique dont 81% dans le sens d’une progression, IC95% [69% ; 90%]. A T1, 21 personnes (13,4%) ont arrêté de fumer et 32 personnes (20,5%) ont réduit leur consommation d’au moins la moitié. Nos résultats ont montré que le test Q-MAT était plus significatif pour présager d’un arrêt du tabac, que le modèle transthéorique. La consommation du tabac a diminué globalement de 28,4%. Nous constatons également une progression chez les personnes qui n’ont pas arrêté de fumer, que ce soit de leur dépendance ou de leur motivation. Notre intervention a permis un effet positif pour 4 patients sur 10 environ, et un patient sur 10 a estimé qu’elle l’a aidé à arrêter de fumer. br Conclusion : br Le conseil à l’arrêt du tabac est et reste une des missions importantes du médecin généraliste. Ce travail devrait inciter les médecins à s’inquiéter du statut tabagique de leurs patients et à les conseiller d’arrêter de fumer.
2018
DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance
France
thèse ou mémoire
collecte de données
Arrêt de la consommation de tabac
Tabagisme
tabagisme
Fumeurs
Médecins
Agnosie spatiale
tabagisme
fumeur
médecine générale
Tabagisme
Assistance

---
Courriel (Nous ne répondons pas aux questions de santé personnelles.)
29/01/2020


[Accueil] [Haut de page]

© CHU de Rouen. Toute utilisation partielle ou totale de ce document doit mentionner la source.