Libellé préféré : adénocarcinome à cellules claires;

Définition du MeSH : Un adénocarcinome caractérisé par la présence des combinaisons variées des cellules tumorales claires et en forme de fer á chaussure. Il y a trois variétés prédominantes décrites comme tubulocystiques, solides et papillaires. Ces tumeurs, d'habitude localisées dans les organes reproducteurs de la femme, s'observent depuis 1970 plus fréquemment chez les jeunes femmes, comme résultat de l'association á l'exposition intrautérine au diethylstilbestrole. [Traduction effectuée avant 2008];

Synonyme CISMeF : adénocarcinome cellules claires;

Détails


Consulter ci-dessous une sélection des principales ressources :

Vous pouvez consulter :

Un adénocarcinome caractérisé par la présence des combinaisons variées des cellules tumorales claires et en forme de fer á chaussure. Il y a trois variétés prédominantes décrites comme tubulocystiques, solides et papillaires. Ces tumeurs, d'habitude localisées dans les organes reproducteurs de la femme, s'observent depuis 1970 plus fréquemment chez les jeunes femmes, comme résultat de l'association á l'exposition intrautérine au diethylstilbestrole. [Traduction effectuée avant 2008]

N3-AUTOINDEXEE
Rétention urinaire aiguë secondaire à un adénocarcinome à cellules claires de l'urètre
http://www.urofrance.org/fileadmin/documents/data/PU/2001/PU-2001-00110070/TEXF-PU-2001-00110070.PDF
Nous rapportons un cas de cancer primitif à cellules claires de l'urètre chez une femme ayant fait une rétention urinaire aiguë. Le diagnostic a été fait par cystoscopie et confirmé par l’examen anatomo-pathologique des biopsies urétrales. Le traitement a consisté en une uréthro-cystectomie avec confection d'une poche colique type Indiana. Le stade anatomo-pathologique était T3 N2 M0 [1]. À 3 mois postopératoire la patiente a présenté des adénopathies inguinales métastatiques. Elle a été traitée par 3 cures de chimiothérapie (mitomycine et 5 fluorouracile) associées à de la radiothérapie. Avec un recul de 10 mois la patiente est toujours vivante et les adénopathies inguinales ont régressé. Cette observation souligne la rareté de ce type histologique et précise la conduite à tenir devant une rétention urinaire chez une femme lorsque la responsabilité d’une pathologie spécifique sous-jacente est suspectée.
2010
false
false
false
false
Urofrance - Association Française d'Urologie
France
cas clinique
urètre
adénocarcinome à cellules claires
rétention d'urine

---
N3-AUTOINDEXEE
Adénocarcinome à cellules claires de type mésonéphrique de la vessie
http://www.urofrance.org/fileadmin/documents/data/PU/2004/PU-2004-00141209/TEXF-PU-2004-00141209.PDF
L’adénocarcinome mésonéphrique vésical est une tumeur rare dont l’origine demeure incertaine. Les auteurs rapportent le cas d’une jeune femme de 19 ans hospitalisée pour énorme masse pelvienne révélée par une hématurie. La biopsie trans-urétrale a objectivé la nature mésonéphrique de cette masse. Le traitement a consisté en une pelvectomie antérieure avec colpectomie totale associée à une radiothérapie complémentaire. La patiente est toujours en vie, sans récidive ni métastase, avec un recul de 30 mois. Les aspects étiopathogéniques, histologiques et thérapeutiques de cette tumeur sont revus.
2004
false
false
false
false
Urofrance - Association Française d'Urologie
France
cas clinique
vessie urinaire
adénocarcinome à cellules claires

---
Courriel
22/09/2018


[Accueil] [Haut de page]

© CHU de Rouen. Toute utilisation partielle ou totale de ce document doit mentionner la source.