CISMeF /page/out.do?view=qdn&startDate=03-12-2016&endDate=10-12-2016&lang=fr&format=xml&oti=DOC CISMeF News fr Copyright 2013, CISMeF CISMeF http://www.chu-rouen.fr/images/logo_CISMeF.gif http://www.chu-rouen.fr/cismef CISMeF News SANDOSTATINE LP 30 mg (octréotide), analogue de la somatostatine http://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_2671719/fr/sandostatine-lp-30-mg-octreotide-analogue-de-la-somatostatine SANDOSTATINE LP 30 mg a désormais l’indication dans le traitement des tumeurs neuroendocrines (TNE) avancées de l’intestin moyen ou de localisation primitive inconnue, à l’exclusion des sites de l’intestin moyen. Son efficacité par rapport au placebo a été démontrée en termes de temps médian jusqu’à progression ou décès lié à la tumeur. Aucun bénéfice sur la survie globale n’a été mis en évidence Aucune donnée chez les patients atteints de ce type de tumeur progressive n’est disponible : son intérêt thérapeutique dans les TNE progressives n’est pas établi... SANDOSTATINE LP 30 mg a désormais l’indication dans le traitement des tumeurs neuroendocrines (TNE) avancées de l’intestin moyen ou de localisation primitive inconnue, à l’exclusion des sites de l’intestin moyen. Son efficacité par rapport au placebo a été démontrée en termes de temps médian jusqu’à progression ou décès lié à la tumeur. Aucun bénéfice sur la survie globale n’a été mis en évidence Aucune donnée chez les patients atteints de ce type de tumeur progressive n’est disponible : son intérêt thérapeutique dans les TNE progressives n’est pas établi... OTEZLA (aprélimast) : nouvelles recommandations importantes concernant les idées et comportements suicidaires - Lettre aux professionnels de santé http://ansm.sante.fr/S-informer/Informations-de-securite-Lettres-aux-professionnels-de-sante/OTEZLA-aprelimast-nouvelles-recommandations-importantes-concernant-les-idees-et-comportements-suicidaires-Lettre-aux-professionnels-de-sante Des cas d'idées et de comportements suicidaires ont été rapportés lors des études cliniques et après commercialisation de Otelza, avec une fréquence comprise entre 1/1000 et 1/100 soit peu fréquente. Sur la base de ces données, il est recommandé d'évaluer soigneusement les bénéfices et les risques liés à ce traitement chez les patients présentant ou ayant présenté antérieurement des symptômes psychiatriques. Il est également recommandé d'arrêter le traitement en cas d'apparition ou d'aggravation de symptômes psychiatriques... Des cas d'idées et de comportements suicidaires ont été rapportés lors des études cliniques et après commercialisation de Otelza, avec une fréquence comprise entre 1/1000 et 1/100 soit peu fréquente. Sur la base de ces données, il est recommandé d'évaluer soigneusement les bénéfices et les risques liés à ce traitement chez les patients présentant ou ayant présenté antérieurement des symptômes psychiatriques. Il est également recommandé d'arrêter le traitement en cas d'apparition ou d'aggravation de symptômes psychiatriques... Arrêté du 21 novembre 2016 portant classement sur les listes des substances vénéneuses https://www.legifrance.gouv.fr/eli/arrete/2016/11/21/AFSP1633791A/jo Sont classées sur la liste I des substances vénéneuses les spécialités pharmaceutiques suivantes, disposant de l'autorisation de mise sur le marché prévue à l'article L. 5121-8 du code de la santé publique et dont la substance active est la poudre de pancréas. Sont classées sur la liste I des substances vénéneuses les spécialités pharmaceutiques suivantes, disposant de l'autorisation de mise sur le marché prévue à l'article L. 5121-8 du code de la santé publique et dont la substance active est la pancréatine... Sont classées sur la liste I des substances vénéneuses les spécialités pharmaceutiques suivantes, disposant de l'autorisation de mise sur le marché prévue à l'article L. 5121-8 du code de la santé publique et dont la substance active est la poudre de pancréas. Sont classées sur la liste I des substances vénéneuses les spécialités pharmaceutiques suivantes, disposant de l'autorisation de mise sur le marché prévue à l'article L. 5121-8 du code de la santé publique et dont la substance active est la pancréatine... Les antiviraux à action directe servant à traiter l’hépatite C pourraient réactiver l’hépatite B http://canadiensensante.gc.ca/recall-alert-rappel-avis/hc-sc/2016/61274a-fra.php Selon un récent examen de l’innocuité effectué par Santé Canada, la prise d’antiviraux à action directe pour le traitement de l’hépatite C pourrait entraîner une réactivation de l’hépatite B chez les patients infectés par les virus de l’hépatite B et C. La réactivation de l’hépatite B est la réapparition d’une infection active, ce qui peut entraîner de graves complications comme une insuffisance hépatique. De ce fait, Santé Canada travaille avec les fabricants pour améliorer l’information posologique sur ces médicaments en y ajoutant une nouvelle mise en garde contre ce risque... Selon un récent examen de l’innocuité effectué par Santé Canada, la prise d’antiviraux à action directe pour le traitement de l’hépatite C pourrait entraîner une réactivation de l’hépatite B chez les patients infectés par les virus de l’hépatite B et C. La réactivation de l’hépatite B est la réapparition d’une infection active, ce qui peut entraîner de graves complications comme une insuffisance hépatique. De ce fait, Santé Canada travaille avec les fabricants pour améliorer l’information posologique sur ces médicaments en y ajoutant une nouvelle mise en garde contre ce risque... Hyperaldostéronisme primaire http://www.sfendocrino.org/_images/mediatheque/articles/pdf/recommandations/Hyperaldosteronisme%20primaire/161124_traitement%20medical%20hap.pdf Introduction et manuel - Epidémiologie de l’hyperaldostéronisme primaire (HAP), chez qui rechercher une forme sporadique d’HAP ? - Premières étapes diagnostiques - Etape de confirmation diagnostique - Diagnostic étiologique des hyperaldostéronismes primaires - Diagnostic génétique dans l’hyperaldostéronisme primaire - Chirurgie surrénale - Traitement médical de l’hyperaldostéronisme primaire Introduction et manuel - Epidémiologie de l’hyperaldostéronisme primaire (HAP), chez qui rechercher une forme sporadique d’HAP ? - Premières étapes diagnostiques - Etape de confirmation diagnostique - Diagnostic étiologique des hyperaldostéronismes primaires - Diagnostic génétique dans l’hyperaldostéronisme primaire - Chirurgie surrénale - Traitement médical de l’hyperaldostéronisme primaire Évaluation de l’imagerie cardiaque non invasive dans le diagnostic des coronaropathies chroniques stables - Rapport d'évaluation http://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_2727392/fr/evaluation-de-l-imagerie-cardiaque-non-invasive-dans-le-diagnostic-des-coronaropathies-chroniques-stables-rapport-d-evaluation Objectif L’objectif étant de réserver la coronarographie, examen invasif, aux patients pour lesquels elle est indispensable (en vue d’une éventuelle revascularisation coronaire). Les examens non invasifs d’imagerie concernés par le présent rapport sont : l’échocardiographie d’effort ou de stress pharmacologique, la coro-TDM, l’IRM de stress pharmacologique, la tomoscintigraphie (TEMP) myocardique d’effort ou de stress pharmacologique, et la tomographie par émission de positons (TEP) au 18FDG. Objectif L’objectif étant de réserver la coronarographie, examen invasif, aux patients pour lesquels elle est indispensable (en vue d’une éventuelle revascularisation coronaire). Les examens non invasifs d’imagerie concernés par le présent rapport sont : l’échocardiographie d’effort ou de stress pharmacologique, la coro-TDM, l’IRM de stress pharmacologique, la tomoscintigraphie (TEMP) myocardique d’effort ou de stress pharmacologique, et la tomographie par émission de positons (TEP) au 18FDG. Traitements topiques du psoriasis du cuir chevelu http://www.minerva-ebm.be/FR/Article/2078 Près de 80% des patients atteints de psoriasis présentent des lésions au niveau du cuir chevelu. Le risque de problèmes psychosociaux est important car il est difficile de cacher sous un vêtement ces lésions rouges et desquamantes. Elles provoquent également souvent des démangeaisons. Malgré un accès difficile à travers la chevelure, les médicaments topiques restent le premier choix dans le traitement de cette affection. Les corticostéroïdes, les analogues de la vitamine D, les préparations à base de goudron, le dithranol, l’acide salicylique peuvent être appliqués, tant par contact de courte durée (shampooing) que sous une forme de plus longue durée (lotion, gel, pommade). Le psoriasis étant est une affection cutanée chronique, il est important de savoir quel médicament est le plus efficace et le plus sûr. Près de 80% des patients atteints de psoriasis présentent des lésions au niveau du cuir chevelu. Le risque de problèmes psychosociaux est important car il est difficile de cacher sous un vêtement ces lésions rouges et desquamantes. Elles provoquent également souvent des démangeaisons. Malgré un accès difficile à travers la chevelure, les médicaments topiques restent le premier choix dans le traitement de cette affection. Les corticostéroïdes, les analogues de la vitamine D, les préparations à base de goudron, le dithranol, l’acide salicylique peuvent être appliqués, tant par contact de courte durée (shampooing) que sous une forme de plus longue durée (lotion, gel, pommade). Le psoriasis étant est une affection cutanée chronique, il est important de savoir quel médicament est le plus efficace et le plus sûr. L’ibuprofène comme alternative aux antibiotiques en cas d’infection urinaire non compliquée ? http://www.minerva-ebm.be/FR/Article/2079 Contexte Les études randomisées contrôlées qui comparent les antibiotiques à un placebo dans le traitement de la cystite non compliquée chez la femme ont montré que, dans le groupe placebo, les symptômes disparaissaient moins rapidement, mais que le nombre de complications graves n’augmentait pas . Même si la cystite non compliquée est une infection généralement spontanément résolutive, un traitement antibiotique est encore recommandé comme traitement de premier choix. Dans une étude pilote menée auprès de 79 femmes présentant une infection urinaire non compliquée, aucune différence entre l’ibuprofène et la ciprofloxacine quant à la durée des symptômes n’a été observée. En raison d’un manque de puissance, les auteurs n’ont cependant pas pu tirer de conclusion définitive de cette étude. Soulager les symptômes avec de l’ibuprofène tout en réduisant le nombre de prescriptions d’antibiotiques sans accroître le risque de rechute ou de complications graves est également le but de l’étude discutée ici. Contexte Les études randomisées contrôlées qui comparent les antibiotiques à un placebo dans le traitement de la cystite non compliquée chez la femme ont montré que, dans le groupe placebo, les symptômes disparaissaient moins rapidement, mais que le nombre de complications graves n’augmentait pas . Même si la cystite non compliquée est une infection généralement spontanément résolutive, un traitement antibiotique est encore recommandé comme traitement de premier choix. Dans une étude pilote menée auprès de 79 femmes présentant une infection urinaire non compliquée, aucune différence entre l’ibuprofène et la ciprofloxacine quant à la durée des symptômes n’a été observée. En raison d’un manque de puissance, les auteurs n’ont cependant pas pu tirer de conclusion définitive de cette étude. Soulager les symptômes avec de l’ibuprofène tout en réduisant le nombre de prescriptions d’antibiotiques sans accroître le risque de rechute ou de complications graves est également le but de l’étude discutée ici. Thérapie de deuxième et troisième lignes pour la prise en charge de la dysfonction érectile https://www.revmed.ch/RMS/2015/RMS-N-497/Therapie-de-deuxieme-et-troisieme-lignes-pour-la-prise-en-charge-de-la-dysfonction-erectile Dans cet article à l’intention des médecins de premier recours, nous résumons les stratégies thérapeutiques de deuxième et troisième lignes pour la prise en charge de la dysfonction érectile, en mettant aussi l’accent sur les erreurs fréquentes qui peuvent se reproduire lors de la prise du traitement médicamenteux de première ligne.Certaines solutions de deuxième intention peuvent aussi être envisagées directement chez les patients présentant des contre-indications à l’utilisation des inhibiteurs de la PDE5 Dans cet article à l’intention des médecins de premier recours, nous résumons les stratégies thérapeutiques de deuxième et troisième lignes pour la prise en charge de la dysfonction érectile, en mettant aussi l’accent sur les erreurs fréquentes qui peuvent se reproduire lors de la prise du traitement médicamenteux de première ligne.Certaines solutions de deuxième intention peuvent aussi être envisagées directement chez les patients présentant des contre-indications à l’utilisation des inhibiteurs de la PDE5 Douleurs et tuméfactions scrotales : prise en charge initiale diagnostique et thérapeutique par le généraliste https://www.revmed.ch/RMS/2015/RMS-N-497/Douleurs-et-tumefactions-scrotales-prise-en-charge-initiale-diagnostique-et-therapeutique-par-le-generaliste Bien que le problème soit le plus souvent spécifiquement urologique, la douleur et/ou la tuméfaction scrotale n’est pas exceptionnelle dans une consultation de médecine générale. Hormis la torsion testiculaire, qui relève le plus souvent d’une prise en charge dans un service d’urgences, la tumeur testiculaire, l’orchi-épididymite, l’hydrocèle ou spermatocèle, ainsi que la varicocèle sont quatre diagnostics fréquents. Le but de cet article est d’aider le médecin de premier recours à identifier et initialiser la prise en charge des pathologies scrotales fréquentes. Bien que le problème soit le plus souvent spécifiquement urologique, la douleur et/ou la tuméfaction scrotale n’est pas exceptionnelle dans une consultation de médecine générale. Hormis la torsion testiculaire, qui relève le plus souvent d’une prise en charge dans un service d’urgences, la tumeur testiculaire, l’orchi-épididymite, l’hydrocèle ou spermatocèle, ainsi que la varicocèle sont quatre diagnostics fréquents. Le but de cet article est d’aider le médecin de premier recours à identifier et initialiser la prise en charge des pathologies scrotales fréquentes.