Titre : Actualités thérapeutiques dans le traitement de l'ostéoporose postménopausique;

URL : http://www.rmlg.ulg.ac.be/aboel.php?num_id=1596&langue=FR

Description : Au cours des dix dernières années, de nombreux traitements de l'ostéoporose ont été mis sur le marché, à la suite de la démonstration de leur efficacité anti-fracturaire. Le processus décisionnel, face à une patiente ostéoporotique, s'est donc à la fois enrichi et compliqué. A l'heure actuelle, les bisphosphonates (alendronate, risédronate et ibandronate) ont fait la preuve de leur efficacité anti-fracturaire. Il ne semble pas possible de distinguer une différence d'efficacité entre les molécules commercialisées dans notre pays. Le choix de la prescription sera principalement guidé par les possibilités d'optimaliser l'adhérence thérapeutique des patientes au traitement. Le raloxifène, modulateur sélectif des récepteurs aux oestrogènes possède à la fois un effet anti-fracturaire au niveau vertébral et un effet positif au niveau du cancer mammaire. Le peptide dérivé de l'hormone parathyroïdienne, stimulateur de la formation osseuse, permet de réduire les fractures vertébrales et non-vertébrales, tout en étant, malheureusement, grevée d'un coût prohibitif. Le ranelate de strontium possède un mécanisme d'action unique qui se traduit, cliniquement, par un large spectre d'efficacité, tant en termes de sites fracturaires où son efficacité a été démontrée, que de populations pouvant bénéficier de son action. Cette molécule est la seule, à ce jour, à avoir démontré une efficacité anti-fracturaire étendue chez les patientes âgées de plus de 80 ans.;

Année : 2007;

Détails


Type(s) de ressource(s) :

Indexation :

Spécialité(s) : ********métabolisme
*******thérapeutique
*****rhumatologie
****médicaments
****pharmacologie
****pharmacie

Vous pouvez consulter :


Courriel
24/09/2018


[Accueil] [Haut de page]

© CHU de Rouen. Toute utilisation partielle ou totale de ce document doit mentionner la source.