Titre : Agonistes dopaminergiques;

URL : http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/agonistes-dopaminergiques

Description : Il existe deux classes d’agonistes dopaminergiques : 1) les dérivés des alcaloïdes de l’ergot de seigle (bromocriptine, cabergoline, lisuride, pergolide) et 2) les non dérivés de l’ergot de seigle (ropinirole, pramipexole, piribédil). Ils agissent tous directement sur les récepteurs dopaminergiques et ne nécessitent pas de métabolisme en principe actif par les neurones dopaminergiques nigrostriés. Les dérivés de l’ergot de seigle agissent également sur les récepteurs alpha adrénergiques et sérotoninergiques ce qui occasionnent des effets indésirables. Au stade précoce de la maladie de Parkinson, les agonistes dopaminergiques permettent de bien contrôler les symptômes moteurs mais surtout réduisent de moitié le risque de survenue des complications motrices. Au stade des complications motrices, les agonistes dopaminergiques en association avec la L-Dopa permettent de compléter l’efficacité thérapeutique de la L-Dopa, d’atténuer les fluctuations motrices et de réduire les dyskinésies par la diminution posologique de L-Dopa qu’ils entraînent. Aucun agoniste n’a démontré d’efficacité supérieure par rapport aux autres. Les agonistes dopaminergiques ont démontré une efficacité dans le syndrome des jambes sans repos mais ne sont à utiliser que dans les formes sévères. Leur demi vie est plus longue que celle de la L-Dopa...;

Année : 2015;

Exclure de QDN : false;

Détails


Type(s) de ressource(s) :

Indexation :

Spécialité(s) : ************neurologie
*******médicaments
*******pharmacie
****pharmacologie
**thérapeutique

Vous pouvez consulter :


Courriel
24/09/2018


[Accueil] [Haut de page]

© CHU de Rouen. Toute utilisation partielle ou totale de ce document doit mentionner la source.