Libellé préféré : papillomavirus;

Synonyme SNOMED : groupe des papillomavirus; papovavirus; groupe du virus du papillome;

Détails


Consulter ci-dessous une sélection des principales ressources :

Vous pouvez consulter :


N2-AUTOINDEXEE
Faible couverture vaccinale contre les papillomavirus chez les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes : un manque de proposition du vaccin par les médecins
https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02171646
Introduction. En France, il est recommandé de vacciner seulement les jeunes filles contre les infections à HPV, avec deux exceptions pour les hommes : les immunodéprimés de moins de 20 ans (depuis 2014), et les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (HSH) de moins de 27 ans (depuis 2016). L'objectif de cette étude était d’explorer la couverture vaccinale contre les HPV chez les HSH, et de déterminer les facteurs associés, notamment la perception et le niveau d’adhésion au vaccin dans cette population, et l'offre vaccinale par les médecins. Matériels et Méthodes. Nous avons diffusé un questionnaire anonyme en ligne destiné aux HSH en France sur différents réseaux sociaux entre le 7 octobre 2018 et le 6 janvier 2019. Ce questionnaire explorait notamment des données sociodémographiques, le statut vaccinal pour les HPV et le VHA, les perceptions concernant la vaccination, et l'offre vaccinale par les médecins. Résultats. Le questionnaire a été complété par 2094 participants (âge 35,4 11 ans). La grande majorité (93,5%) déclarait avoir des relations sexuelles uniquement avec des hommes ; 342 (16,3%) utilisaient la prophylaxie pré-exposition (PrEP). La recommandation de vaccination contre les HPV était connue par 39,2% des participants ; dans l’ensemble, 8,0% étaient vaccinés. Parmi les 501 participants concernés par la recommandation de vaccination (avoir moins de 27 ans en 2016, et donc être dans la cible sur la période 2016-2019), 90 (17,9%) étaient vaccinés ; cette proportion était significativement beaucoup plus élevée parmi les personnes sous PrEP que chez les autres (52,5% vs 15,0%, p 0,01). Concernant la perception de la vaccination de manière générale, sur une échelle de 1 à 10, la médiane de réponse était de 10 [interquartile 25-75 : 8-10] à « être en faveur de la vaccination », 10 [9-10] à « les vaccins sont utiles », et 2 [1-5] à « les vaccins sont dangereux » ; seuls 4,0% (92) jugeaient le vaccin anti-HPV « plutôt » ou « absolument » dangereux. Ces critères ne variaient que faiblement selon le statut vaccinal. Par ailleurs, les participants avaient été informés de la recommandation vaccinale par un médecin quel qu'il soit dans 16,5% des cas, dont 22,9% de ceux ayant moins de 27 ans en 2016. Parmi les 82,6% qui avaient un médecin traitant, 9,9% avaient été informés par celui-ci (sans différence selon l’âge). Par ailleurs, 9,1% avaient été informés par un autre médecin. Enfin, 79,9% des non-vaccinés accepteraient la vaccination si celle-ci leur était proposée, dont 82,2% des personnes ayant moins de 27 ans en 2016. La moitié des participants environ (49,4%) était vacciné contre l’hépatite A. Conclusion. La couverture vaccinale contre les HPV est faible chez les HSH ayant participé à cette étude (8,0%), y compris chez les moins de 27 ans concernés par la recommandation de vaccination (17,9%). Cela semble largement résulter d'un manque de proposition du vaccin de la part des médecins plutôt que d'une opposition à la vaccination par les HSH. Sur ce plan, être dans un programme de PrEP apparait comme un avantage.
2019
DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance
France
thèse ou mémoire
Médecins
autre maladie virale; maladie virale non classée ailleurs
médecins
Vaccination
Vaccine
proposita
asthénie
vaccination
Couverture vaccinale
homosexualité masculine
vaccins
Vaccins
faute professionnelle
vaccination; médication préventive
Hommes
vaccin
Vaccine
papillomavirus

---
N2-AUTOINDEXEE
Tous égaux face aux papillomavirus ?
https://www.iresp.net/wp-content/uploads/2019/11/QSP_IReSP-n%C2%B038.Web_.pdf
En France, chez les femmes, les inégalités sociales sont particulièrement marquées pour le cancer du col de l’utérus. La vaccination contre le papillomavirus humain (HPV) est un moyen de prévention efficace, toutefois les taux de couverture demeurent très faibles (autour de 30 %). Ce faible taux est probablement en partie causé par le phénomène d’« hésitation vaccinale » dont les déterminants en France restent mal connus. Les interventions pour lutter contre l’hésitation vaccinale en matière de vaccination HPV et améliorer la couverture vaccinale en France sont nécessairement des interventions complexes. S’il s’agit de réduire les inégalités sociales en matière de vaccination HPV, ces interventions nécessitent de mieux connaître les différents déterminants de cette hésitation vaccinale dans les différents groupes sociaux si on fait l’hypothèse (en l’absence de données empiriques en France), qu’ils sont différents : résistance croissante à la vaccination dans les catégories supérieures, moindre proposition des professionnels dans les catégories défavorisées, difficulté à parler de santé sexuelle dans certaines familles, par exemple. Ces interventions complexes doivent être imaginées en co-construction avec les bénéficiaires (jeunes filles, parents et professionnels de santé). Leur évaluation doit être envisagée dès leur mise en oeuvre, être perçue par les acteurs comme un mode d’apprentissage et faire appel à des méthodes mixtes.
2019
GIS-IReSP - Institut de Recherche en Santé Publique
France
article de périodique
papillomavirus
Face
autre maladie virale; maladie virale non classée ailleurs

---
N2-AUTOINDEXEE
Apport de l'entretien motivationnel dans une consultation de médecine générale pour améliorer l'acceptabilité de la vaccination contre le papillomavirus
http://www.sudoc.fr/234040076
Introduction : La vaccination contre le papillomavirus est un moyen de prévention efficace contre les lésions précancéreuses du col de l'utérus et des études commencent à mettre en évidence son efficacité dans la lutte contre le cancer du col de l'utérus. En France, la méfiance vis-à-vis des vaccins et en particulier du vaccin contre le papillomavirus ne permet pas d'avoir des couvertures vaccinales suffisantes pour faire baisser l'incidence du cancer du col de l'utérus qui reste pourtant un véritable problème de santé publique. L'entretien motivationnel semble être un outil intéressant mais a été peu évalué dans le domaine de la vaccination. Il paraissait donc intéressant d'évaluer son efficacité dans le cadre de la vaccination contre le papillomavirus. Matériel et Méthodes : L'étude quantitative, de cohorte, prospective a été réalisée auprès de 30 parents de jeunes filles non vaccinées contre le papillomavirus. 12 parents ont bénéficié d'un entretien motivationnel et ont rempli un questionnaire électronique et 18 parents n'ont pas bénéficié d'entretien motivationnel et ont rempli un questionnaire papier. Résultats : Une meilleure acceptabilité vaccinale a été constaté dans le groupe ayant bénéficié d'un entretien motivationnel avec 58% (n 7) de parents favorables à la vaccination, 17% (n 2) de défavorables et 25% (n 3) d'indécis. Les parents n'ayant pas bénéficié d'un entretien motivationnel, étaient 39% (n 7) à être favorables à la vaccination, 11% (n 2) à ne pas être favorables et 50% (n 9) à être indécis. Les principaux freins à la vaccination étaient, dans les deux groupes, la peur des effets indésirables et de développer une maladie grave. Tous les parents manquaient de connaissances sur le papillomavirus et le vaccin contre le papillomavirus. Leurs principales sources d'information étaient les médias et le bouche à oreille. Conclusion : Notre étude a mis en évidence un intérêt de l'entretien motivationnel sur l'acceptabilité parentale de la vaccination contre HPV des jeunes filles. Si les résultats de notre étude ne sont pas significatifs en raison du faible effectif, la tendance positive de la pratique d'entretiens motivationnels sur l'acceptabilité des parents est prometteuse. La pratique d'entretiens motivationnels devrait être encouragée et évaluée à plus grande échelle.
2019
SUDOC - Catalogue du Système Universitaire de Documentation
France
thèse ou mémoire
consultants
entretien motivationnel
vaccination
vaccination
Médecins
Vaccine
vaccination
médecine générale
autre maladie virale; maladie virale non classée ailleurs
Vaccins contre les papillomavirus
papillomavirus
Vaccins
vaccination; médication préventive

---
N2-AUTOINDEXEE
Dépistage du cancer du col de l’utérus en fonction du statut vaccinal contre les papillomavirus humains: Étude descriptive sur 2188 patientes alsaciennes nées entre 1986 et 1990
http://www.sudoc.fr/234019131
Introduction : les moyens de prévention du cancer du col sont la vaccination et le dépistage par Frottis Cervico-Utérin (FCU). L’objectif était d’étudier le dépistage chez les alsaciennes ayant pu être vaccinées en rattrapage en fonction de leur statut vaccinal. Méthodes : un tirage au sort de la moitié des alsaciennes nées entre 1986 et 1990 a été fait. Les données sur la vaccination ont été collectées par courrier et celles sur le dépistage grâce aux données de l’association Eve. Un appariement des non vaccinées aux vaccinées a été fait. Résultats : 29 944 courriers ont été envoyés avec 7,3% de réponse. 30,35% des patientes étaient vaccinées. 1220 patientes ont été appariées. Le dépistage était plus souvent initié chez les non vaccinées (79,5% vs 75%,p 0,01). Le nombre de FCU était plus important chez les non vaccinées (2,2 vs 2, p 0,05) avec une augmentation des frottis anormaux (4% vs 10%, p 0,01). Conclusion : Le statut vaccinal semble influencer l’entrée en dépistage et ses modalités.
2019
SUDOC - Catalogue du Système Universitaire de Documentation
France
thèse ou mémoire
dépistage du cancer
patients
cancer
autre maladie virale; maladie virale non classée ailleurs
papillomavirus
a comme patient
Fistule vésicoutérine
Fistule oesotrachéale
cancer du col de l'utérus
cancer
Cancer du col de l'utérus
dépistage du cancer
collecte de données
col de l'utérus
Hématome
Cancer du col de l'utérus
Dépistage précoce du cancer
tumeurs du col de l'utérus

---
N2-AUTOINDEXEE
Interrogations et représentations de la population générale sur le papillomavirus humain: enquête qualitative via les forums internet
http://www.sudoc.fr/232380686
Le papillomavirus humain est l'infection sexuellement transmissible la plus fréquente. Il reste mal connu de la population générale. Les patients n'osent pas toujours poser leurs questions à leur médecin traitant. Les forums internet sont des lieux d'expression libre notamment dans la recherche d'informations en santé. L'objectif de notre étude était de déterminer les interrogations et représentations à propos du papillomavirus via les forums internet. Une étude qualitative descriptive a été conduite sur quatre forums français, Atoute, Doctissimo, Santé-médecine et Onmeda, avec les mots clés « papillomavirus », « HPV », « maladie », « transmission ». Les fils de discussion datés de janvier 2007 à décembre 2017 ont été recueillis via l'application Ncapture du logiciel Nvivo . Les données ont été catégorisées grâce à ce logiciel en codage ouvert. Nous avons retrouvé de nombreuses interrogations concernant l'épidémiologie, la pathogénicité, les moyens diagnostiques ou de prévention, le dépistage par frottis du col de l'utérus, et les traitements de l'HPV. Le sujet le plus fréquemment abordé était les modes de transmission. Il existait de nombreuses fausses croyances. L'infection par le papillomavirus était responsable d'anxiété, de peur ou de colère. Les informations données par les soignants étaient jugées insuffisantes, peu claires ou discordantes. Une différenciation homme-femme était souvent faite concernant l'infection par le virus. Les modes de transmission nombreux du papillomavirus entrainent une incompréhension de cette infection sexuellement transmissible. Les informations délivrées par les soignants sur le HPV pourraient être améliorées, tant dans la population masculine que féminine. Il serait intéressant d'évaluer à quels moments ces informations pourraient être données, notamment chez les adolescent-e-s, pour être comprises du plus grand nombre
2018
SUDOC - Catalogue du Système Universitaire de Documentation
France
thèse ou mémoire
population
Internet
papillomavirus
Populations générales
enquêteur
autre maladie virale; maladie virale non classée ailleurs
collecte de données

---
N2-AUTOINDEXEE
La vaccination contre le papillomavirus : facteurs intervenants dans la décision de vaccination. Étude quantitative basée sur un double questionnaire distribué aux jeunes filles et à leurs parents
https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01840611
Objectifs : identifier des facteurs influençant les parents dans leur décision de faire ou non vacciner leur fille contre l’HPV et étudier l’effet des représentations qu’ils peuvent avoir concernant cette vaccination ; puis étudier les caractéristiques des jeunes filles, pour préciser les résultats obtenus auprès des parents.
2018
false
false
false
DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance
France
français
thèse ou mémoire
parents
Vaccins
vaccination; médication préventive
Vaccins contre les papillomavirus
autre maladie virale; maladie virale non classée ailleurs
papillomavirus
parent
vaccination
Questionnaires
jeunes
facteur
quantitatif
vaccination
vaccin contre la vaccine
quantité
double
marketing
collecte de données
ayant une distribution
Filles
Vaccine

---
N2-AUTOINDEXEE
Vaccin papillomavirus
http://www.mongeneraliste.be/fiches-patients/vaccin-contre-le-papillomavirus
2018
false
false
false
mongeneraliste.be - Société Scientifique de Médecine Générale
France
français
information patient et grand public
Vaccins contre les papillomavirus
vaccin
Vaccine
vaccination
Vaccins
autre maladie virale; maladie virale non classée ailleurs
vaccination; médication préventive
papillomavirus
vaccination

---
N3-AUTOINDEXEE
Vaccination anti-papillomavirus : perception et rôle des infirmiers scolaires
https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02142110
Introduction : Le cancer du col de l’utérus constitue un problème de santé publique. La morbi-mortalité peut être réduite grâce à la vaccination anti-papillomavirus humain (HPV). Cependant, la couverture vaccinale en France reste actuellement la plus basse d’Europe. Certains pays voisins à couverture vaccinale élevée s’appuient sur les infirmiers scolaires. Qu’en pensent les infirmiers scolaires en France et quel est leur rôle concernant l’information sur la vaccination anti-HPV ? Méthode : Une étude qualitative par entretiens individuels semi-dirigés a été menée de novembre 2017 à mars 2018, auprès d’infirmiers scolaires volontaires de l’enseignement secondaire. Une analyse thématique manuelle avec double codage a été réalisée. Résultats : Douze entretiens ont été analysés. La vaccination anti-HPV était exceptionnellement abordée avec les élèves. Les infirmiers décrivaient un manque d’information concernant la vaccination anti-HPV, limitant leur perception et la délivrance d’une éventuelle information auprès de la population cible. Le manque de temps et la multitude de missions inhérentes à leur métier étaient des barrières dans le développement de leur mission de prévention. Leur mission était tributaire de la hiérarchie et des intervenants extérieurs. Ils ont mis en doute la transparence des laboratoires et se méfiaient des éventuels effets indésirables liés aux adjuvants. D’autres vaccins étaient considérés comme prioritaires et les infirmiers estimaient que les jeunes filles ne se sentaient pas concernées par ce sujet par immaturité ou manque d’intérêt. Ils en référaient au médecin généraliste, perçu comme un pivot central de l’information autour de la vaccination. Ils insistaient sur l’importance des parents, considérés comme décisionnaires et la nécessité de les sensibiliser à cette vaccination pour améliorer la couverture vaccinale. Conclusion : Les infirmiers scolaires semblent actuellement peu investis dans l’information sur la vaccination anti-HPV. Une meilleure information lors de leur formation permettrait de les sensibiliser à cette problématique de santé publique. La participation de cette profession en contact direct de la population cible pourrait améliorer la couverture vaccinale. Il serait intéressant d’envisager la mise en place d’actions communes avec le médecin généraliste, qui est perçu comme un acteur majeur de l’information concernant la vaccination.
2018
DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance
France
thèse ou mémoire
Vaccins contre les papillomavirus
perception
Vaccins
vaccination; médication préventive
papillomavirus
Perception
Vaccine
vaccination
autre maladie virale; maladie virale non classée ailleurs
Perception
perception
vaccination
rôle de l'infirmier

---
N2-AUTOINDEXEE
Évaluation de l'acceptabilité du vaccin contre le papillomavirus auprès des collégiens et lycéens de sexe masculin de Loire-Atlantique
http://www.sudoc.fr/229656528
L'infection par le papillomavirus humain (HPV) est une des infections sexuellement transmissibles les plus fréquentes touchant l'homme et la femme. En France, les recommandations proposent la vaccination contre le HPV aux filles depuis 2007 et aux hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes depuis 2016. Certains pays ont étendu leurs recommandations vaccinales à l'ensemble des garçons, avec des résultats encourageants concernant l'efficacité et la tolérance. L'objectif de l'étude était d'évaluer l'acceptabilité de cette stratégie et ses déterminants chez les adolescents de sexe masculin en France
2018
false
false
false
SUDOC - Catalogue du Système Universitaire de Documentation
France
français
thèse ou mémoire
sexe masculin, sai
vaccin
Vaccine
vaccination
vaccination
Vaccins
vaccination; médication préventive
Vaccins contre les papillomavirus
Sexe
étudiants
Mâle
autre maladie virale; maladie virale non classée ailleurs
papillomavirus
sexe

---
N3-AUTOINDEXEE
Analyse qualitative des informations diffusées sur les forums Internet à propos des vaccins contre le papillomavirus
https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01877279
Introduction : depuis 2011, nous assistons en France à une baisse de la couverture vaccinale des adolescentes contre le papillomavirus. Dans une société où les médias sociaux prennent une place de plus en plus importante dans la diffusion des informations sur la santé, il est important de faire le point sur les informations véhiculées par les forums Internet à propos de ces vaccins.
2017
false
false
false
DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance
France
français
thèse ou mémoire
diffusion de l'information
papillomavirus
Internet
Vaccins contre les papillomavirus
vaccination; médication préventive
vaccination
diffusion
autre maladie virale; maladie virale non classée ailleurs
vaccin
vaccine
vaccination
diffus
proposant
Vaccine
vaccination
qualitatif
propagation
Vaccins

---
N3-AUTOINDEXEE
Etat des lieux de la vaccination contre les papillomavirus en France et impact des polémiques anti vaccinales
http://www.sudoc.fr/192720732
L'histoire vaccinale a été marquée par une évolution des obligations et de la législation vaccinale. Nous avons voulu évaluer l'impact de la polémique, concernant les vaccins anti papillomavirus, sur les taux de couvertures vaccinales en France. Dans cet objectif, nous avons effectué un travail bibliographique et une analyse des arguments des associations anti vaccins, très actives sur internet
2016
false
true
false
SUDOC - Catalogue du Système Universitaire de Documentation
France
français
thèse ou mémoire
Vaccins contre les papillomavirus
France
vaccination
autre maladie virale; maladie virale non classée ailleurs
Vaccins
Vaccine
vaccination
France
français
papillomavirus
France
vaccination
vaccination; médication préventive
France
France

---
N3-AUTOINDEXEE
Vaccination contre le Papillomavirus
http://www.medqual.fr/images/grandpublic/LA_VACCINATION/FICHES_QUE_FAUT_IL_EN_PENSER/2016-PAPILLOMAVIRUS-GP.pdf
2016
Medqual
France
brochure pédagogique pour les patients
vaccination
vaccination
autre maladie virale; maladie virale non classée ailleurs
Vaccins contre les papillomavirus
Vaccins
papillomavirus
vaccination; médication préventive
Vaccine

---
N3-AUTOINDEXEE
Vaccins papillomavirus et syndromes de Guillain-Barré : gérer les incertitudes
In Rev Prescrire 2016 ; 36 (392) : 427-432
http://www.prescrire.org/Fr/3/31/52058/0/NewsDetails.aspx
Le dépistage organisé par frottis est le meilleur moyen connu de réduire la mortalité par cancers du col de l'utérus. Il faut encore quelques années de recul pour savoir dans quelle mesure le vaccin papillomavirus réduirait cette mortalité. Du côté de ses effets indésirables, il est plausible qu'il expose à un risque rare de syndrome de Guillain-Barré...
2016
false
false
false
Prescrire
France
français
résumé ou synthèse en français
polyradiculonévrite infectieuse aiguë
vaccination
Vaccins
incertitude
syndrome de Guillain-Barré
vaccine
Vaccins contre les papillomavirus
vaccination
papillomavirus
vaccin
vaccins

---
N2-AUTOINDEXEE
Les freins à la vaccination contre les papillomavirus : enquête chez les parents de jeunes filles de 11 à 19 ans
http://www.bichat-larib.com/publications/publications.dmg.php?phase=affichage_documents&numero_publication=1268
Parce que la vaccination anti HPV est recommandée chez les jeunes filles de 11 à 14 ans, le consentement parental est nécessaire. Ainsi l’acceptation par les parents est un déterminant majeur du succès de cette vaccination. 8 Devant ces constats nous avons réalisé une étude ayant pour but d’identifier les freins à la vaccination anti HPV chez les parents de jeunes filles de 11 à 19 ans, d’évaluer son taux d’acceptabilité et de déterminer les facteurs liés à cette acceptabilité.
2015
false
true
false
DMG Paris Diderot - Département de médecine générale de l'Université Paris Diderot
France
français
article de périodique
anemie ferriprive - carence en fer
vaccination
Vaccins contre les papillomavirus
jeunes
papillomavirus
Vaccine
dû à
collecte de données
Vaccins
parents
enquêteur
vaccination
parent
vaccination
Abcès splénique
frein
vaccination; médication préventive
autre maladie virale; maladie virale non classée ailleurs
Filles
adolescent
famille nucléaire

---
Courriel (Nous ne répondons pas aux questions de santé personnelles.)
09/04/2020


[Accueil] [Haut de page]

© CHU de Rouen. Toute utilisation partielle ou totale de ce document doit mentionner la source.