Libellé préféré : staphylococcus aureus;

Acronyme CISMeF : SA; SRA;

Synonyme SNOMED : staphylococcus pyogenes aureus; micrococcus pyogenes var. aureus; staphylocoque doré; staphylococcus pyogenes citreus;

Détails


Consulter ci-dessous une sélection des principales ressources :

Vous pouvez consulter :


N3-AUTOINDEXEE
Bactériémies à Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline : résultats de surveillance 2018-2019
https://www.inspq.qc.ca/infections-nosocomiales/spin/sarm/surveillance-2018-2019
Entre le 1er avril 2018 et le 31 mars 2019, 84 installations de santé ont participé à la surveillance des bactériémies à Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline (SARM), pour un cumul de 4 584 768 jours-présence (tableau 1). Ces installations ont rapporté 46 bactériémies nosocomiales à SARM. Le taux d’incidence des bactériémies nosocomiales à SARM est de 0,10 / 10 000 jours-présence et est stable depuis les quatre dernières années. La proportion de la résistance à la méthicilline parmi les bactériémies nosocomiales à S. aureus est de 9,2 %. Pour l’ensemble des résultats, seules les installations ayant participé à au moins 11 périodes sont incluses dans les analyses. Les regroupements établis en 2015-2016 à partir de la mission et du nombre de lits des installations participantes ont été maintenus cette année et appliqués pour les années antérieures lorsque celles-ci sont utilisées pour comparaisons. Les données ont été extraites le 1er mai 2019 et le 5 juin 2019 pour les complications.
2019
INSPQ - Institut National de Santé Publique - Québec
Canada
rapport
rigidité diffuse
bactériémie
organisation et administration
staphylococcus aureus
méthicilline
bactériémie
staphylococcus aureus résistant à la méticilline
ayant comme résultat
Fracture induite
Bactériémie
Fracture intercondylienne de l'humérus
Résistance à la méticilline
Staphylococcus aureus
Résistance à la méticilline
staphylococcus aureus

---
N3-AUTOINDEXEE
Le Staphylococcus aureus méthicillinorésistant d’origine non nosocomiale dans les communautés autochtones du Canada
https://www.cps.ca/fr/documents/position/SARM-ONN-dans-les-communautes-autochtones
Les infections à Staphylococcus aureus méthicillinorésistant d’origine non nosocomiale (SARM-ONN) sont devenues un grave problème dans certaines communautés autochtones du Canada (y compris les Premières nations, les Inuits et les Métis). Surtout associé à des infections de la peau et des tissus mous, cet organisme peut également entraîner une morbidité et une mortalité importantes. Il existe des lignes directrices canadiennes et américaines publiées sur la prise en charge des infections à SARM-ONN. Il faut examiner les modes précis d’épidémiologie, de microbiologie et de susceptibilité et la situation sociale et environnementale des infections à SARM-ONN dans les communautés autochtones pour parvenir à des stratégies qui en réduiront la transmission. La réduction des maisons surpeuplées et l’amélioration de l’approvisionnement en eau potable au domicile sont des stratégies optimales pour réduire les conséquences de ces infections, mais il est recommandé de mettre en œuvre les lignes directrices canadiennes et d’accroître les stratégies de prévention à titre de mesures provisoires.
2018
SCP - Société Canadienne de Pédiatrie
Canada
recommandation professionnelle
staphylococcus aureus
Communauté
staphylococcus aureus
Canada
Méticillino-résistant
Résistance à la méticilline
groupes de population

---
N3-AUTOINDEXEE
Bactériémies à Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline : résultats de surveillance 2016-2017
https://www.inspq.qc.ca/infections-nosocomiales/spin/sarm/surveillance-2016-2017
Entre le 1er avril 2016 et le 31 mars 2017, 89 installations de santé ont participé à la surveillance des bactériémies à Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline (SARM), pour un cumul de 4 835 605 jours-présence (tableau 1). Ces installations ont rapporté 66 bactériémies nosocomiales à SARM. Le taux d’incidence des bactériémies nosocomiales à SARM est de 0,14 / 10 000 jours-présence. Alors que ce taux d’incidence évolue à la baisse depuis les cinq dernières années, cette année, il est comparable à celui de l’année passée. La proportion de la résistance à la méthicilline parmi les bactériémies nosocomiales à S. aureus est de 12,1 %. Les données ont été extraites le 1er juin 2017. Pour l’ensemble des résultats, seules les installations ayant participé à au moins 11 périodes sont incluses dans les analyses. Les nouveaux regroupements établis en 2015-2016 à partir de la mission et du nombre de lits des installations participantes ont été maintenus cette année et appliqués pour les années antérieures lorsque celles-ci sont utilisées pour comparaisons.
2017
false
false
false
INSPQ - Institut National de Santé Publique - Québec
Canada
français
rapport
bactériémie
ayant comme résultat
bactériémie
Résistance à la méticilline
staphylococcus aureus résistant à la méticilline
méthicilline
Staphylococcus aureus
résistant
staphylococcus aureus
Résistance à la méticilline
staphylococcus aureus

---
N2-AUTOINDEXEE
Prise en charge en médecine générale des infections communautaires osseuses et cutanées à Staphylococcus aureus sécréteur de la toxine de Panton Valentine en Picardie
https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01293236
Introduction : L’émergence des infections à SARM communautaires (Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline) sécréteurs de la toxine de Panton Valentine (PVL) depuis les années 1980 est à l’origine d’une situation endémique aux Etats-unis avec le clone USA 300. Ces bactéries sont sources d’infections suppuratives cutanées, de pneumopathies nécrosantes et d’infections ostéo-articulaires. En fréquence croissante en Europe, le clone USA300 a été responsable d’infections groupées en France en 2013. Matériel et Méthodes : Nous avons étudié rétrospectivement une série de 19 patients entre 2006 à 2015 au Centre Hospitalier Universitaire (CHU) d’Amiens ayant présenté une infection cutanée ou ostéo-articulaire par SARM Co PVL
2015
false
true
false
DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance
France
français
thèse ou mémoire
infections osseuses
infections osseuses
toxine
médecine générale
infection osseuse
Médecins
infections de la peau
Infection communautaire
gestion des soins aux patients
staphylococcus aureus
toxines biologiques
staphylococcus aureus
infections communautaires
médecine communautaire
Picardie
peau, sai

---
N2-AUTOINDEXEE
Infections cutanées à Staphylocoque doré producteur de leucocidine de Panton Valentine : évaluation des pratiques professionnelles et de l’état des connaissances des médecins généralistes à Paris
https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01306293
En France en 2009, parmi les problèmes dermatologiques vues en médecine générale, 10% concernent les infections. En 2005, aux États-Unis, une épidémie à staphylocoque doré producteur de leucocidine de Panton Valentine responsable d’infections cutanées a entraîné plus de décès que les hépatites, le VIH et la tuberculoses réunis. L’objectif de cette étude est d’évaluer les connaissances des médecins généralistes à Paris concernant cette bactérie ainsi que leurs pratiques professionnelles dans la prise en charge des lésions cutanées d’origine infectieuse
2015
false
true
false
DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance
France
français
thèse ou mémoire
connaissance
Médecins
Savoir
médecine d'État
leucocidine
staphylococcus aureus
maladie infectieuse staphylococcique
staphylococcus aureus
paris
Infection
médecins généralistes
infections cutanées à staphylocoques
connaissance
Pratique
Paris
généralisé
peau, sai
pratique professionnelle
professionnel

---
N2-AUTOINDEXEE
Investigation des bactériémies nosocomiales à Staphylococcus aureus : intérêt d'une méthode d'analyse approfondie des causes
https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01220458
Les bactériémies à Staphylococcus aureus sont des évènements infectieux graves dont la recrudescence nous a conduit à mener une surveillance étroite associée à une analyse approfondie des causes (AAC) des cas nosocomiaux par la méthode ALARM. Entre le 1er décembre 2014 et le 31 juillet 2015, 142 bactériémies à S. aureus ont été détectées, dont 67 nosocomiales acquises dans l’établissement. Trente-sept bactériémies ont fait l’objet d’une AAC permettant de mettre en évidence des facteurs favorisant, d’émettre des recommandations à destination des équipes et de proposer des mesures correctives
2015
false
false
false
DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance
France
français
thèse ou mémoire
staphylococcus aureus
staphylococcus aureus
Méthodes
personnel de recherche
bactériémie
bactériémie
protestantisme
méthodes

---
N3-AUTOINDEXEE
Surveillance des souches de Staphylococcus aureus résistantes à la méthicilline isolées des bactériémies dans la province de Québec : rapport 2013-2014
https://www.inspq.qc.ca/publications/1970
Le Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline (SARM) est reconnu comme un pathogène nosocomial important. Depuis le milieu des années 90, on note l’émergence d’infections acquises dans la communauté causées par des souches de S. aureus résistantes à la méthicilline (SARM-AC). Ces souches de SARM-AC ont un profil génétique différent des souches de SARM-nosocomiales (SARM-N).
2015
false
false
false
INSPQ - Institut National de Santé Publique - Québec
Canada
français
rapport
rapport de recherche
Staphylococcus aureus
bactériémie
staphylococcus aureus résistant à la méticilline
rapport (information)
rapport albumine/globuline
résistant
rigidité diffuse
Québec
célécoxib
méthicilline
Résistance à la méticilline
bactériémie
staphylococcus aureus
staphylococcus aureus
Résistance à la méticilline

---
N2-TITRE
Prise en charge en médecine générale des infections communautaires osseuses et cutanées à Staphylococcus aureus sécréteur de la toxine de Panton Valentine en Picardie
https://dumas.ccsd.cnrs.fr/view/index/docid/1293236
Introduction : L’émergence des infections à SARM communautaires (Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline) sécréteurs de la toxine de Panton Valentine (PVL) depuis les années 1980 est à l’origine d’une situation endémique aux Etats-unis avec le clone USA 300. Ces bactéries sont sources d’infections suppuratives cutanées, de pneumopathies nécrosantes et d’infections ostéo-articulaires. En fréquence croissante en Europe, le clone USA300 a été responsable d’infections groupées en France en 2013. Matériel et Méthodes : Nous avons étudié rétrospectivement une série de 19 patients entre 2006 à 2015 au Centre Hospitalier Universitaire (CHU) d’Amiens ayant présenté une infection cutanée ou ostéo-articulaire par SARM Co PVL
2015
false
false
false
DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance
France
français
thèse ou mémoire
médecins généralistes
infection osseuse
peau, sai
généralisé
toxines biologiques
médecine communautaire
staphylococcus aureus
toxine
staphylococcus aureus
gestion des soins aux patients
médecine générale
infections osseuses
infections de la peau
infections communautaires

---
Courriel (Nous ne répondons pas aux questions de santé personnelles.)
17/10/2019


[Accueil] [Haut de page]

© CHU de Rouen. Toute utilisation partielle ou totale de ce document doit mentionner la source.