Libellé préféré : grossesse;

Synonyme SNOMED : gravide; gravidité; gestation; gestante; enceinte;

Détails


Consulter ci-dessous une sélection des principales ressources :

Vous pouvez consulter :


N2-AUTOINDEXEE
Chimioprophylaxie antipaludique et grossesse
https://lecrat.fr/spip.php?page=article&id_article=443
Il est préférable de déconseiller les voyages en zone tropicale en cours de grossesse...
2019
false
false
false
CRAT - Centre de Référence sur les Agents Tératogènes
France
français
information scientifique et technique
chimioprévention
grossesse
antipaludiques
grossesse
grossesse
femmes enceintes
grossesse
prescription d'un agent chimiothérapeutique prophylactique

---
N2-AUTOINDEXEE
Mesures fœtales pour accompagner la prise en charge médicale des femmes atteintes de diabète pendant la grossesse afin d'améliorer les résultats pour la mère et l'enfant
https://www.cochrane.org/fr/CD012544/mesures-foetales-pour-accompagner-la-prise-en-charge-medicale-des-femmes-atteintes-de-diabete
De quoi est-il question ? Le diabète pendant la grossesse touche entre une et trois femmes enceintes sur dix (10 % à 30 %) et est associé à un risque accru de conséquences indésirables. Le bébé peut grandir jusqu'à atteindre une grande taille, ce qui peut entraîner des blessures pendant la naissance ou la nécessité d'accoucher par césarienne. On sait qu'un contrôle minutieux de la glycémie de la mère pendant la grossesse réduit le risque de ces effets indésirables et d'autres. La glycémie de toutes les femmes atteintes de diabète pendant la grossesse fait l'objet d'une surveillance étroite et le traitement consiste en un changement d’alimentation, de l’exercice ou des médicaments comme l'insuline ou les médicaments oraux, même lorsque leur bébé ne présente aucun signe d'atteinte. Le signe le plus courant de taux élevés de glucose et d'insuline est un bébé plus gros que prévu, et donc à risque de macrosomie (pesant plus de 4 kg à la naissance).
2019
Cochrane
France
revue de la littérature
résumé ou synthèse en français
foetus, sai
foetus
Issue de la grossesse
Diabète
grossesse
grossesse chez les diabétiques
diabète gestationnel
ayant comme résultat
Enfant
grossesse
Enfant
enfant
poids et mesures
enfant
Enfant
Mesures
gestion des soins aux patients
Femelle
mère
Femmes
Enfant

---
N2-AUTOINDEXEE
Schéma d'attachement et représentations de l'enfant à venir chez des femmes enceintes présentant une conduite addictive
http://www.sudoc.fr/234711434
L'indisponibilité des adultes ou leur difficulté à répondre adéquatement aux besoins d'un bébé favorisent l'établissement chez l'enfant de schémas d'attachement insécures. A l'âge adulte, ces schémas vont le rendre vulnérable face au risque de recours aux substances psychoactives pour apaiser des conflits internes majorés par l'insécurité. Lors de la survenue d'une grossesse, la consommation de substances psychoactives comporte des risques pour le déroulement de la grossesse, le fœtus et les relations mère-bébé. Le processus de maternalité, la réactualisation de conflits infantiles et le développement des représentations fœtales sont alors mis en souffrance. La capacité des femmes enceintes addictes à se représenter leur maternité et à préparer des relations adaptées avec leur bébé en est entravée, favorisant de nouveau la création d'un attachement insécure chez l'enfant, et donc la transmission de l'insécurité. Nous avons souhaité illustrer cela par une étude clinique qualitative menée auprès de femmes enceintes dépendantes aux produits.
2019
SUDOC - Catalogue du Système Universitaire de Documentation
France
thèse ou mémoire
enfant
Conduites addictives
femmes enceintes
Comportement toxicomaniaque
Conduites addictives
enfant
addictions
grossesse
toxicomanie
Enfant
Enfant
Enfant
Enfant
Addiction

---
N2-AUTOINDEXEE
Prise en charge de la grossesse à l’officine
https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02082419/document
De la conception d’un enfant à son arrivée, la période de la grossesse est une merveilleuse expérience dans la vie d’une femme, mais peut être une source d’anxiété et d’interrogations pour le couple. C’est pour cela que le pharmacien, en tant que professionnel de santé disponible, a un rôle à jouer dans les différentes phases afin d’accompagner au mieux les futurs parents. Chez le jeune pharmacien il est parfois difficile de faire face aux différentes problématiques liées à la grossesse. Les patientes se retrouveront avoir des ressentis et des approches parfois différentes en fonction de leur catégorie socio-professionnelle, de leur âge, de leur parité ou encore de leur terme. Pour accompagner ces patients et instaurer une véritable relation de confiance, le pharmacien doit maîtriser au mieux les différents thèmes qui touchent à la conception, la grossesse et la future parentalité. Car toutes les connaissances qu’il acquière doivent ici être ménagées et adaptées à l’état particulier qu’est la grossesse. Si le pharmacien accomplit son rôle auprès de ces futurs parents, ceux-ci lui resteront fidèles et reconnaissants, et ce n’est pas une ou deux personnes qu’il gagne en tant que patients mais plutôt une famille entière. Ce travail de thèse pourrait aider les officinaux à adopter de meilleures stratégies de conseils et de prise en charge en s’appuyant sur un panel de thèmes qui gravitent autour de la grossesse notamment : l’aide à la conception, la grossesse, les maux de la grossesse, l’accouchement, l’allaitement, le retour à la maison et d’autres thèmes comme les vaccins mais aussi des pathologies et leur prévention.
2019
DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance
France
thèse ou mémoire
grossesse
gestion des soins aux patients
grossesse
femmes enceintes
grossesse
grossesse

---
N3-AUTOINDEXEE
La prise en charge des céphalées aux urgences chez la femme en particulier lors de la grossesse
http://www.sudoc.fr/235255955
Plus de 40000 patients ont franchi les portes des urgences de l’hôpital de Hautepierre aux HUS durant l’année 2018. Nous nous sommes intéressés aux femmes en âge de procréer ayant consulté pour céphalée. L’objectif principal de cette étude était de mettre en évidence les particularités de diagnostic et de prise en charge des femmes enceintes consultant pour céphalée aux urgences. Cette étude rétrospective, monocentrique, rassemblant toutes les patientes en âge de procréer consultant pour céphalée aux urgences des HUS entre le 1er juillet 2017 et 30 septembre 2018 a inclus 284 patientes, dont 12 étaient enceintes. Les femmes enceintes représentent 4% de la population étudiée. Après une analyse descriptive des deux populations, une analyse comparative a été réalisée. Parmi les caractéristiques des céphalées amenant à consulter on a mis en évidence : une EVA élevée, un début brutal, des céphalées inhabituelles, une localisation majoritairement frontale, une photophobie. Dans les deux groupes, 80 % des patientes ont bénéficié d’examens complémentaires. Si dans le groupe des femmes enceintes l’IRM cérébrale était l’examen de prédilection, dans le groupe des femmes non enceintes, la TDM était prescrite pour 90% d’entre elles. Les étiologies retrouvées sont très majoritairement des céphalées primaires quel que soit le groupe. Le traitement antalgique le plus utilisé était le paracétamol avec une différence de prise en charge dans les deux groupes. On a pu mettre en évidence que le fait d’avoir un début brutal augmentait de 2,8 fois la probabilité de prescrire une imagerie cérébrale. Les données observées suivent donc globalement les données de la littérature quant à la prise en charge des céphalées, à l’exception de la thérapeutique qui pourrait être plus adaptée aux différents types de céphalées. La prévalence des femmes enceintes consultant aux urgences pour ce motif a été trop faible pour pouvoir évaluer de manière significative les différences de prise en charge.
2019
SUDOC - Catalogue du Système Universitaire de Documentation
France
thèse ou mémoire
Urgences
cephalee
grossesse
Femelle
grossesse
grossesse
grossesse
céphalées
traitement d'urgence
céphalée
femmes enceintes
Céphalée
urgences
Femelle

---
N3-AUTOINDEXEE
La naissance différée dans les grossesses gémellaires: est-ce une option thérapeutique raisonnable ? : série lyonnaise et revue de la littérature
http://www.sudoc.fr/235314684
Introduction : Au cours des dernières décennies le nombre de grossesses gémellaires a considérablement augmenté. Il s'agit de grossesses à risque. En cas d'accouchement prématuré dans la majorité des cas la naissance du premier jumeau (Jl) est immédiatement suivie par la naissance du deuxième (J2). Exceptionnellement la naissance de J2 est différée. Nous proposons ici une série Lyonnaise de cas de tentatives d'accouchements différés. Objectif: L'objectif de notre travail est d'analyser ces cas et de réaliser une revue de la littérature afin de déterminer si l'accouchement différé est réellement une alternative thérapeutique raisonnable et envisageable à proposer aux couples. Matériel et méthodes: Nous avons effectué nos recherches sur trois centres Lyonnais: l' hôpital femme mère enfant (HFME), l'hôpital de la Croix Rousse (CR), et sur le centre hospitalier Saint Joseph Saint Luc (SJSL). La recherche des cas a été faite de manière rétrospective. Sur l'HFME tous les dossiers de naissance de jumeaux, entre 18 et 27 semaines d'aménorrhée de 2008 à 2017, ont été analysés à la recherche de l'évocation d'une tentative de naissance différée. Sur la CR et sur SJSL, l'analyse n'a pas pu être aussi exhaustive, les cas ont été récupérés par la recherche d'un codage spécifique de la tentative d'accouchement différé. Nous avons, de manière arbitraire, défini une tentative d'accouchement différé comme réussie, si l'intervalle entre les naissances était supérieur à 24 heures. Résultats: Sur l'HFME, entre janvier 2008 et décembre 2017, il y a eu 1672 naissances de jumeaux, dont 101 entre 18 et 27 semaines d'aménorrhée. 71 de ces naissances étaient liées à un accouchement prématuré spontané. Dans 13 dossiers la naissance différée était évoquée. Parmi ces 13 dossiers, 2 ont été exclus. Onze fois l'accouchement différé a donc été tenté. Cinq dossiers ont été des réussites avec une naissance de J2 plus de 24 heures après celle de Jl. Soit 45.4 % de réussite en cas de tentative d'accouchement différé. La naissance différée concerne 0.3 % des naissances de jumeaux, et 4.9 % lorsque l'accouchement survient entre 18 et 27 SA. Sur les hôpitaux de la CR et SJSL 2 cas ont pu être récupérés. Il s'agissait de tentatives ayant réussi. Nous avions donc un total de 13 cas : 6 échecs et 7 réussites. L'intervalle moyen entre les naissances dans le groupe réussite était de 30,8 jours [1,16 - 87]. Dans le groupe échec il était de 30 min [10-90]. Il y a 71,4% de J2 vivants en bonne santé dans le groupe réussite contre 33.3 % dans le groupe échec. Conclusion : L'accouchement différé est une réelle possibilité thérapeutique qu'il convient d'envisager devant toute fausse couche tardive ou accouchement prématuré spontané de jumeaux
2019
SUDOC - Catalogue du Système Universitaire de Documentation
France
thèse ou mémoire
Thérapeutique
Thérapeutiques
pensée
grossesse
littérature de revue comme sujet
Littérature
grossesse
femmes enceintes
en série
naissance
grossesse
Thérapeutique
grossesse
thérapeutique

---
N3-AUTOINDEXEE
Consommation d’alcool pendant la grossesse : état des lieux et prévention à l’officine
https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02089872/document
Les effets néfastes de l’alcool pendant la grossesse sont aujourd’hui bien connus. Il entraine un spectre très étendu d’anomalies, allant du syndrome d’alcoolisation foetale complet à un éventail de déficiences moins évidentes tels que les retards neurodéveloppementaux, parfois diagnostiqués assez tard dans l’enfance. A l’heure actuelle, aucune étude n’a pu mettre en évidence de seuil en dessous duquel la consommation d’alcool pendant la grossesse est sans risque, on parle plutôt d’un continuum d’effets foetaux, en fonction de la dose. La recommandation en France est donc le « Zéro Alcool ». Pourtant, environ une femme sur deux consommera de l’alcool pendant sa grossesse, par manque d’information sur le sujet, ou par difficulté à modifier son comportement. Le pharmacien aura maintes occasions de rencontrer les jeunes femmes avant et pendant leur grossesse, et sera donc un interlocuteur idéal pour les accompagner vers l’abstinence complète. Par le repérage précoce des consommations à risque et l’intervention brève, démarche éducative permettant en quelques minutes de rappeler les informations essentielles et de susciter le changement, le pharmacien pourra, en adoptant une attitude motivationnelle, encourager l’abstinence chez les jeunes femmes ayant un projet de grossesse. Pour agir en amont, il pourra également intervenir auprès des jeunes générations par le biais du service sanitaire obligatoire pour les étudiants en santé, ou, s’il exerce dans une maison de santé pluriprofessionnelle, porter conjointement avec les autres professionnels un projet de santé visant à améliorer la prévention de la consommation d’alcool pendant la grossesse.
2019
DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance
France
thèse ou mémoire
femmes enceintes
Alcoolisme
grossesse
consommation d'alcool
grossesse
alcool éthylique
grossesse
alcool
Alcoolisme
grossesse
Alcoolisme

---
N2-AUTOINDEXEE
Femmes enceintes et jeunes enfants : attention aux produits chimiques dans l’alimentation
https://www.france-assos-sante.org/2019/04/29/femmes-enceintes-et-jeunes-enfants-attention-aux-produits-chimiques-dans-lalimentation/
De nombreuses substances chimiques sont présentes dans notre alimentation, que cela soit dans les produits animaux ou végétaux. C’est le résultat des nombreuses étapes, depuis la production, en passant par la transformation, l’emballage et la distribution jusqu’à nos assiettes. Ainsi on va retrouver des traces ou ajouts plus ou moins importants de : Produits phytosanitaires comme les pesticides Médicaments vétérinaires Additifs et conservateurs Matériaux divers mis en contact avec les aliments La réglementation a fixé des seuils d’acceptabilité concernant la présence des substances chimiques dans nos aliments, mais il faut être particulièrement vigilant s’agissant des aliments consommés par les femmes enceintes et les enfants puisque l’organisme d’un fœtus et d’un enfant est par essence en plein développement et que ce dernier peut être altéré par cette contamination chimique. En outre, il est désormais scientifiquement prouvé que les contaminants chimiques traversent la barrière placentaire et passent également à travers le lait maternel dans le cas des femmes qui allaitent leur bébé.
2019
false
false
false
France Assos Santé
France
information patient et grand public
grossesse
Enfant
Alimentation
alimentation
femmes enceintes
enfant
composé chimique
Enfant
Aliments
régime alimentaire
Enfant
attention
Enfant
adolescent
enfant
attention
aliments

---
N3-AUTOINDEXEE
Association entre la thérapie antirétrovirale et les biomarqueurs de la fonction placentaire pendant la grossesse
https://papyrus.bib.umontreal.ca/xmlui/handle/1866/21604
Contexte : L’infection à VIH demeure un problème majeur de santé publique avec 2.1 millions de personnes nouvellement infectées en 2015, dont 150 000 enfants infectés pour la plupart en périnatal. En vue d'éradiquer les nouvelles infections, l’OMS recommande depuis 2012 que toute personne infectée par le VIH soit sous thérapie antirétrovirale (TAR) (concept de « traitement à titre de prévention »). Il en résulte que la majorité des femmes sont actuellement déjà sous TAR au moment de la conception et en début de grossesse alors qu’auparavant, celle-ci n’était souvent initiée qu’au deuxième trimestre de grossesse. Or, quelques études ont montré que la TAR a été associée à des complications périnatales comme l'accouchement prématuré ou le faible poids des nouveau-nés à la naissance, et ce particulièrement pour les ARV à base d’inhibiteur de protéase (PI). Ces complications seraient liées à un dysfonctionnement du placenta, notamment à des anomalies de l’invasion trophoblastique. Objectif : Le but de ce mémoire est d’analyser l’association entre l’exposition à la TAR et le fonctionnement du placenta chez les femmes enceintes. Méthodes : L’étude a porté sur les données provenant de femmes enceintes vivant avec le VIH recrutées entre janvier 2003 et décembre 2016 dans les cohortes du CHU Sainte- Justine (Montréal) et du BC Women's Hospital (Vancouver). La fonction placentaire a été évaluée par le dosage de biomarqueurs utilisés dans le cadre du dépistage des aneuploïdies (la gonadotrophine chorionique humaine libre - β-hCG libre, la protéine plasmatique placentaire de type A - PAPP-A, l'alpha-foetoprotéine - AFP, de l'oestriol non conjugué - uE3, la gonadotrophine chorionique humaine - hCG et l'inhibine-A) et par le dosage de facteurs angiogéniques utilisés dans le dépistage de prééclampsie (PlGF et sFlt-1) au premier et au deuxième trimestre de la grossesse. Le dosage de PlGF et de sFlt1 a été effectué comme une étude pilote exploratoire sur un sous-groupe des échantillons stockés dans la banque biologique du CMIS. Les niveaux des différents biomarqueurs (après une transformation logarithmique) ont été comparés en fonction 1) des types de TAR, 2) de la durée d’exposition à la TAR et 3) du moment d’initiation de la TAR à l’aide de régressions linéaires multivariées ii et d’équations d’estimation généralisée (linéaires) avec un ajustement pour les variables de confusion. Résultats : Après ajustement pour les variables de contrôle suivantes : race, âge maternel, âge gestationnel, indice de masse corporelle, parité, tabagisme et sexe du foetus, les femmes sous TAR, à base d’IP ou non, ont eu une augmentation significative du niveau d’AFP (respectivement β 0.139; IC 95% [0.055-0.223] et β 0.141; IC 95% [0.043- 0.239]) en comparaison aux femmes qui ne reçoivent aucun traitement. Cependant, on ne retrouve aucune autre association significative entre le type de TAR - qu’elle soit à base d’IP ou non - et le niveau de PAPP-A, de β-hCG libre, d’oestriol, d’hCG totale, d’inhibine A, de PlGF et de sFlt-1. Aucune association significative n’a été montrée non plus entre la concentration sérique des biomarqueurs et la durée d’exposition à la TAR ou le moment d’initiation de la TAR. Conclusion : Cette étude suggère que la concentration sérique des biomarqueurs du dépistage de la prééclampsie et des biomarqueurs du dépistage des aneuploïdies ne semble pas être significativement altérée par la TAR sauf l’AFP qui augmente en cas d’exposition à une TAR quel que soit le type (avec IP ou non). Ces données paraissent dans l’ensemble rassurantes pour ce qui est des conséquences de l’utilisation précoce de la TAR pendant la grossesse.
2019
Papyrus - Université de Montréal
Canada
thèse ou mémoire
thérapeutique
marqueurs biologiques
femmes enceintes
grossesse
grossesse
thérapie
grossesse
antirétroviraux
fonction placentaire
association
grossesse

---
N3-AUTOINDEXEE
Expérience et ressenti de la grossesse selon la parité: quelle est la différence de vécu des femmes entre leur première grossesse et les suivantes : étude qualitative par entretiens semi-dirigés auprès de femmes multipares en France
http://www.sudoc.fr/235867896
La France est le pays de l'Union Européenne où le taux de fécondité est le plus élevé. Une majorité de Françaises connaîtront plus d'une grossesse menée à terme dans leur vie. Notre travail avait pour objectif d'étudier la différence de vécu entre une première grossesse et les suivantes. Étude qualitative par entretiens semi-dirigés menée auprès de 11 femmes multipares. Les multipares sont moins désireuses d'être prises par la main pour leur suivi médical que les primipares, elles sont mieux informées, plus autonomes, moins observantes et demandeuses d'un suivi plus personnalisé. Les grossesses sont physiquement de plus en plus éreintantes car les multipares se reposent moins, écoutent moins leur corps. Elles sont moins sensibles aux changements corporels, mais avec un plus grand sentiment de contrôle. Il n'y a pas de corrélation entre le vécu des précédents accouchements et la manière dont le suivant est envisagé. La personnalité de la mère est davantage un facteur prédictif, même si une première expérience positive favorise la sérénité tandis qu'une expérience traumatisante peut engendrer la peur. La parité influence les questionnements maternels lors des grossesses. Les primipares sont préoccupées par leur capacité à être une bonne mère ; les multipares par la fatigue, l'intendance et de nouvelles peurs en lien avec les aînés. Quant aux pères, ils sont moins investis dans les grossesses suivantes du fait des aînés et l'entourage manifeste son soutien différemment (aide concrète vs. festivités et cadeaux). Psychologiquement, la première grossesse est vécue comme une aventure et une découverte tandis que les grossesses suivantes suscitent moins de magie, les multigestes étant accaparés par le quotidien. Notre hypothèse de départ est vérifiée : la parité influence le vécu de la grossesse, d'un point de vue médical, humain et psychologique. La prise en compte par les soignants de la parité dans le vécu de grossesse est donc cruciale. Inclure ces données dans l'enseignement des soignants devrait faciliter une prise en charge globale et personnalisée des multigestes
2019
SUDOC - Catalogue du Système Universitaire de Documentation
France
thèse ou mémoire
France
grossesse
Femelle
Grossesse
français
France
recherche qualitative
multiparité
grossesse
Entretien
France
entretiens comme sujet
femmes enceintes
grossesse
France
France
parité
Femmes
Femelle
grossesse
entretien
femmes

---
N3-AUTOINDEXEE
Prise en charge thérapeutique du syndrome du canal carpien chez la femme enceinte : une revue de la littérature
https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02114425
Introduction: Le syndrome du canal carpien (SCC) est la deuxième manifestation rhumatologique la plus fréquente pendant la grossesse après les lombalgies. Habituellement le SCC régresse après l’accouchement, même s’il persiste au-delà de 3 ans dans 30% des cas. La qualité de vie est altérée par les douleurs neuropathiques nocturnes ainsi que part la baisse de la sensibilité, des forces de préhension et de pincement. En l’absence de nouvelles recommandations, l’objectif de notre étude était de mettre à jour les connaissances des thérapeutiques antalgiques disponibles pour traiter le SCC gravidique. Méthodes : Une revue de la littérature a été menée jusqu’au 31 janvier 2019. Les bases de données MEDLINE, COCHRANE et EMBASE ont été interrogées. Les critères d’inclusion étaient la prise en charge du SCC pendant la grossesse. Résultats : 5 articles ont été retenus. L’attelle de poignet thermoformée a montré des résultats significatifs sur l’amélioration des forces de pincement, de préhension (p 0,0001) et sur les symptômes cliniques (p 0,0001) à une semaine de traitement. L’infiltration d’un corticostéroïde a permis une amélioration significative de l’échelle de sévérité des symptômes de Boston, des forces de la main (p 0,01) ainsi que des résultats de l’électromyogramme (p 0,001). La luminothérapie par lumière Bioptron a permis une diminution significative de la douleur et des paresthésies ainsi qu’une augmentation des forces de la main jusqu’à un mois après le traitement. Lorsque des critères cliniques de sévérité sont atteints, la chirurgie du canal carpien doit être envisagée. Conclusion : Le traitement du SCC gravidique par attelle ou infiltration semble le plus acceptable. Le médecin généraliste a un rôle essentiel de premier recours dans la prise en charge et l’orientation des femmes enceintes atteintes du SCC. Des études complémentaires sont nécessaires afin d’améliorer les recommandations.
2019
DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance
France
thèse ou mémoire
littérature de revue comme sujet
Littérature
Thérapeutique
syndrome du canal carpien
Syndrome CHARGE
femmes enceintes
Syndrome du canal carpien
syndrome du canal carpien
Thérapeutique
syndrome CHARGE
syndrome charge
canal carpien
syndrome du canal carpien
grossesse
prise en charge personnalisée du patient
Thérapeutiques
thérapeutique

---
N3-AUTOINDEXEE
Utilisation d’antidépresseurs durant la grossesse et le risque du spectre du trouble autistique et du trouble du déficit d’attention avec ou sans hyperactivité chez l’enfant
https://papyrus.bib.umontreal.ca/xmlui/handle/1866/21818
La dépression est une maladie psychiatrique prévalente chez les femmes en âge de procréer, affectant jusqu'à 20% des femmes. La grossesse constitue une période critique pour la survenue ou la réapparition des symptômes de dépression, avec une prévalence de dépression chez les femmes enceintes allant de 7% à 15%. Il a été montré que la dépression durant la grossesse est associée à plusieurs effets indésirables pour la femme, notamment la prééclampsie, la dépression post-partum, et la consommation d’alcool et de tabac. D’autre part, la dépression prénatale peut mener à des conséquences néfastes pour l’enfant à naitre, incluant la prématurité (OR 3,3, IC à 95% 1,2-9,2)[1], le faible poids à la naissance (OR ajusté 1,82 IC à 95%1,01- 3,29)[2], et les malformations congénitales. Les antidépresseurs constituent une des options pour le traitement de la dépression pendant la grossesse. Ces médicaments sont largement utilisés par les femmes enceintes, avec une prévalence estimée jusqu'à 13%. Toutefois, on dispose de peu d’évidences concluantes sur l’innocuité des antidépresseurs pendant la gestation. En outre, les études évaluant le risque des troubles neurodéveloppementaux, tels que le trouble du spectre autistique (TSA) et le trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) chez les enfants associés à la prise d’antidépresseurs pendant la grossesse sont limitées et contradictoires. Par conséquent, un programme de recherche a été développé en utilisant la Cohorte des grossesses du Québec (CGQ) afin d’investiguer: 1) Dans le premier volet de cette présente thèse, le risque de TSA associé à l’utilisation d’antidépresseurs pendant la grossesse. [...] De plus, aucune étude n’a investigué les questions concernant les caractéristiques du dosage et des changements de médicaments de TDAH, ainsi que les déterminants de l’utilisation de ces médicaments pour les enfants souffrant de TDAH. Par conséquent, dans le deuxième volet de ce projet de thèse, nous avons effectué une étude de cohorte longitudinale afin de répondre à toutes ces questions en utilisant les données de la CGQ entre 1998 et 2015. Il a été constaté que la prévalence d’utilisation des médicaments de TDAH augmente significativement au fil du temps, avec une prévalence plus élevée pour les garçons. Également, nos résultats ont montré que les médicaments de TDAH ont été utilisés de façon prédominante (96,7%) selon les lignes directrices canadiennes/québécoises pour l’évaluation et le traitement de TDAH. De plus, nous avons observé que 20,4% des enfants ont eu au moins un changement d’une classe de médicaments de TDAH à une autre. Plusieurs facteurs associés à l'utilisation des médicaments de TDAH ont été identifiés, parmi lesquels l’utilisation d’antidépresseurs par les enfants avant d’être diagnostiqués pour le TDAH (odds ratio [OR] ajusté 3,06, IC à 95%, 2,21-4,22), le sexe de l’enfant, TDAH et les autres troubles psychiatriques de la mère.
2019
Papyrus - Université de Montréal
Canada
thèse ou mémoire
hyperactivité avec déficit de l'attention
Enfant
grossesse
Risque
antidépresseur
Trouble de l'attention
enfant
Grossesse
Trouble du spectre autistique
Enfant
grossesse à haut risque
Enfant
enfant
Hyperactivité
Enfant
grossesse
grossesse
antidépresseurs
trouble autistique
trouble de l'attention
Trouble déficitaire de l'attention avec hyperactivité
risque
grossesse

---
N2-AUTOINDEXEE
Utilisation du dosage de monoxyde de carbone: quelle pratique pour le suivi des femmes enceintes fumeuses par les sages-femmes ?
http://www.sudoc.fr/236854720
La consommation de tabac touche toutes les catégories socio-professionnels et tous les âges. On se retrouve donc avec un nombre important de femmes enceintes qui fument. Cette consommation n’est pas anodine pour le bien-être de la grossesse et du foetus. Il est donc important de s’en préoccuper le plus tôt possible. Le dosage de monoxyde de carbone permet d’avoir une évaluation de la consommation sans se baser uniquement sur les dires des patientes. Pouvant être une motivation pour la patiente, il pourrait être intéressant de l’inclure lors du suivi tabacologique. Cette étude descriptive me