Libellé préféré : rétention urinaire;

Détails


Consulter ci-dessous une sélection des principales ressources :

Vous pouvez consulter :


N2-AUTOINDEXEE
Rétention urinaire aiguë: une urgence d’origine mécanique ou fonctionnelle
https://www.revmed.ch/RMS/2016/RMS-N-541/Retention-urinaire-aigue-une-urgence-d-origine-mecanique-ou-fonctionnelle
La rétention urinaire aiguë (RUA) est une des urgences urologiques les plus fréquentes. Il s’agit d’un problème essentiellement masculin, souvent dans un contexte d’hypertrophie prostatique
2017
false
false
false
RMS - Revue Médicale Suisse
Suisse
français
article de périodique
urgences
rétention d'urine
rétention vésicale
rétention urinaire
urgence urinaire
mécanique
fonctionnel

---
N3-AUTOINDEXEE
Le retentissement du diabète sur le bas appareil urinaire
Une revue du comité de neuro-urologie de l’Association française d’urologie
http://www.urofrance.org/nc/science-et-recherche/base-bibliographique/article/html/le-retentissement-du-diabete-sur-le-bas-appareil-urinaire-une-revue-du-comite-de-neuro-urologie.html
But : Préciser les symptômes du bas appareil urinaire (SBAU) liés à la pathologie diabétique, proposer des modalités de dépistage, d’évaluation, de suivi et décrire les spécificités de la prise en charge urologique de ces patients. Méthodes : Étude de la littérature à partir de la base de données PubMed en utilisant les mots clés suivants : « diabetes mellitus », « diabetic cystopathy », « overactive bladder », « bladder dysfunction », « urodynamics », « nocturia ». Résultats : Les SBAU sont plus fréquents dans la population diabétique que dans la population générale avec une prévalence estimée entre 37 et 70 % selon les séries. Ils sont polymorphes, associant des troubles de la phase de remplissage et/ou de la phase de vidange, évolutifs et fréquemment associés à la durée d’évolution du diabète et des complications de celui-ci. La prévalence de l’incontinence urinaire par urgenturie (IUU) et de l’incontinence urinaire à l’effort (IUE) des populations diabétiques est supérieure de 10 points aux populations témoins dans la littérature. Malgré une évaluation importante dans la littérature, aucune recommandation n’encadre l’évaluation et la prise en charge des SBAU dans cette population spécifique. Un dépistage annuel par l’interrogatoire et l’échographie réno-vésicale avec mesure du résidu post-mictionnel (RPM) est requis dans le suivi de tout patient diabétique. Le recours à un spécialiste des troubles urinaires et au bilan urodynamique est requis selon les éléments cliniques et paracliniques du dépistage. Le type de dysfonctionnement, le risque infectieux et la dysautonomie doivent guider la prise en charge spécifique de ces patients par l’urologue. Conclusion : La pathologie diabétique occasionne un retentissement important sur le bas appareil urinaire. Un dépistage des SBAU induits est nécessaire au même titre que les autres complications du diabète. La prise en charge des SBAU doit intégrer les risques spécifiques du patient diabétique, concernant le défaut de la contractilité vésicale, la dysautonomie et les complications infectieuses.
2016
false
false
false
Urofrance - Association Française d'Urologie
France
français
article de périodique
rétention d'urine
rétention urinaire
urologie
diabète
rétention vésicale
revue de la littérature
sulfure de baryum
urologique
voies urinaires
dispositif
bas
inférieur
association
neurologie
revue de la littérature
sulfures
composés du baryum

---
Courriel
19/04/2018


[Accueil] [Haut de page]

© CHU de Rouen. Toute utilisation partielle ou totale de ce document doit mentionner la source.