Libellé préféré : Pharmacomedicale.org;

Sous-titre : site du Collège National de Pharmacologie Médicale;

URL : http://pharmacomedicale.org/

GIP UNF3S : false;

Détails


Consulter ci-dessous une sélection des principales ressources :

Vous pouvez consulter :


N1-VALIDE
Pharmacomédicale.org
Site du Collège National de Pharmacologie Médicale
http://pharmacomedicale.org/
Le Collège National de Pharmacologie Médicale rassemble les pharmacologues médicaux exerçant dans les Centres Hospitaliers Universitaires et les Facultés de Médecine des Universités Françaises. Les pharmacologues médicaux sont des spécialistes du médicament, médecins et pharmaciens, qui ont pour mission la recherche et le développement de médicaments, l'évaluation et le suivi de l'efficacité et de la sécurité des médicaments, l'enseignement de la pharmacologie médicale et du bon usage du médicament au cours des études de santé et en formation continue des professionnels de santé. Les pharmacologues médicaux sont au sein des Centres Régionaux de PharmacoVigilance et d'information sur le médicament (CRPV) en charge de la pharmacovigilance, de l'information sur le médicament des professionnels de santé et des patients, de la promotion du bon usage du médicament . Le site Pharmacomédicale.org du CNPM permet aux étudiants, aux professionnels de santé, et au grand public, d'accéder librement à une information sur le médicament et son bon usage validée par des pharmacologues médicaux. Il recense également des liens vers les sites utiles à la juste prescription...
false
false
false
France
français
pharmacologie
association professionnels santé
pharmacologiste

---
N2-AUTOINDEXEE
Valproate de sodium comme régulateur de l'humeur
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/valproate-de-sodium-comme-regulateur-de-l-humeur
2017
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
divalproate de sodium
DEPAKOTE
Humeur
antimaniacodépressifs
humeur
acide valproïque sel de Na
valproate de sodium
VALPROATE DE SODIUM
Valproate de sodium
sodium
affect
acide valproïque
acide valproïque

---
N2-AUTOINDEXEE
Cible des médicaments
http://pharmacomedicale.org/pharmacologie/cible-des-medicaments
Différents types de structure sur lesquelles agissent les médicaments Signalisation cellulaire - notion de second messager Relations concentration – effets Relation dose - effet clinique
2017
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
médicament
préparations pharmaceutiques

---
N2-AUTOINDEXEE
Devenir normal du médicament dans l'organisme
http://pharmacomedicale.org/pharmacologie/devenir-normal-du-medicament-dans-l-organisme
Etapes du devenir Influence des formes et voies d'administration sur le devenir du médicament Quantification du devenir des concentrations plasmatiques Quantification du devenir de l'effet des médicaments Choix raisonné d'une posologie (dose de charge d'entretien)
2017
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
partie d'un organe
médicament
préparations pharmaceutiques
normal
Organismes
Organismes
organismes

---
N2-AUTOINDEXEE
Dosage des médicaments (Suivi Thérapeutique Pharmacologique)
http://pharmacomedicale.org/pharmacologie/dosage-des-medicaments-suivi-therapeutique-pharmacologique
Principes des méthodes de dosage - notion de sensibilité et précision... Conditions de l'utilité et de la validité d'un dosage Exemples de dosages en clinique
2017
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
Suivi thérapeutique pharmacologique
médicament
pharmacologique
pharmacologie
surveillance pharmacologique

---
N2-AUTOINDEXEE
Les sources de variabilité de la réponse au médicament
http://pharmacomedicale.org/pharmacologie/les-sources-de-variabilite-de-la-reponse-au-medicament
Généralités Variabilités pharmacocinétiques Variabilités pharmacodynamiques
2017
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
préparations pharmaceutiques
médicament

---
N2-AUTOINDEXEE
Anti-inflammatoires non-stéroïdiens
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/anti-inflammatoires-non-steroidiens
Les anti-inflammatoires non stéroïdiens sont définis par opposition aux corticoïdes (anti-inflammatoires stéroïdiens). Les AINS sont des médicaments destinés à prévenir ou à contenir les manifestations inflammatoires. Ils ont une action uniquement symptomatique en agissant sur la physiopathologie de l’inflammation, sans agir sur son étiologie qui devra être traitée à part. C’est une classe pharmacothérapeutique hétérogène très utilisée aussi bien en prescription qu’en automédication dans des syndromes aigus ou des affections chroniques, notamment rhumatismales. Tous les AINS possèdent des propriétés communes : anti-inflammatoires, antalgiques, antipyrétiques et anti-agrégants plaquettaires (les coxibs ne possèdent pas cette dernière propriété). Par ailleurs, les AINS sont responsables de très nombreux effets secondaires qui entraînent de nombreux effets indésirables souvent graves...
2017
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
anti-inflammatoires non stéroïdiens
anti-inflammatoires non stéroïdiens
inflammation

---
N2-AUTOINDEXEE
DÉVELOPPEMENT ET SUIVI DES MÉDICAMENTS
http://pharmacomedicale.org/pharmacologie/developpement-et-suivi-des-medicaments
Découverte des molécules La vie du médicament Essais pré-cliniques des futurs médicaments Aspects législatifs des essais cliniques Aspects méthodologiques des essais cliniques Essais cliniques chez l'Homme Mise sur le marché des médicaments Suivi après la mise sur le marché: la Pharmacovigilance Suivi après la mise sur le marché: la Pharmacoépidémiologie
2017
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
préparations pharmaceutiques
médicament

---
N2-AUTOINDEXEE
Corticoides : Les points essentiels
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/corticoides-les-points-essentiels
Les corticoïdes est le terme communément utilisé pour parler des glucocorticoïdes, sujet traité ici dans cette page. Les glucocorticoïdes sont classés dans la classe thérapeutique des anti-inflammatoires stéroïdiens. Les corticoïdes naturels sont composés de deux principales hormones stéroïdiennes : l'aldostérone, issue de la voie des minéralocorticoïdes et synthétisée au niveau de la zone glomérulée de la corticosurrénale le cortisol, issue de la voie des glucocorticoïdes et synthétisé au niveau de la zone fasciculée de la corticosurrénale Le cortisol, appelé aussi hydrocortisone, présente des propriétés glucocorticoïdes ( en particulier anti-inflammatoire) et des propriétés minéralocorticoïdes (anti-diurétique, anti-natiurétique et kaliurétique). Les glucocorticoïdes de synthèse sont des médicaments qui dérivent de l'hormone naturelle, le cortisol, et qui furent développés en vue de maximiser les effets glucocorticoïdes et minimiser les effets minéralocorticoïdes...
2017
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
hormone corticosurrénalienne
glucocorticoïdes
essentiel

---
N2-AUTOINDEXEE
Allergie, médicaments du choc :Les points essentiels
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/allergie-medicaments-du-choc-les-points-essentiels
Les maladies allergiques sont des affections fréquentes dont la prévalence augmente partout dans le monde. Leur physiopathologie est en rapport avec une réaction d’hypersensibilité immédiate (type I). De nombreux types cellulaires (cellules dendritiques, lymphocytes B et T, mastocytes) et médiateurs (histamine, tryptase, cytokines) participent à la genèse et à l’entretien de cette réaction inflammatoire. Selon la nature de l’allergène et la susceptibilité individuelle, les signes cliniques de l’hypersensibilité de type I s’expriment au niveau respiratoire (rhinite, asthme), oculaire (conjonctivite), digestif (allergie alimentaire), cutané (dermatite atopique, urticaire), cutanéo-muqueux (œdème de Quincke) ou vasculaire (choc anaphylactique). Outre l’éviction allergénique, le traitement symptomatique des affections allergiques bénignes (rhinite, conjonctivite et urticaire) repose sur les antihistaminiques H1 per os et les corticoïdes par voie topique. En cas d’urgence vitale (choc anaphylactique), l’adrénaline contenue dans un dispositif d'auto-injection intramusculaire est le traitement de première intention. La prévention secondaire de l’allergie par immunothérapie spécifique est d’efficacité prouvée pour certains allergènes (venins d’hyménoptères, pollens de graminées par exemple). L’administration par voie sublinguale est en expansion et tend à remplacer les injections sous-cutanées. Le mécanisme d’action des traitements anti-allergiques impliquent une fixation sur des récepteurs membranaires (histaminiques H1 ou adrénergiques) ou cytoplasmiques (corticoïdes). La stimulation des récepteurs adrénergiques par l’adrénaline induit une vasoconstriction périphérique (récepteurs alpha), des effets inotrope et bathmotrope positifs (récepteurs bêta-1) et une bronchodilatation (récepteurs bêta-2)...
2017
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
essentiel
choc de la pointe
choc
médicament
hypersensibilité médicamenteuse
réaction d'hypersensibilité
médicaments essentiels

---
N2-AUTOINDEXEE
Hypnotiques : Les points essentiels
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/hypnotiques-les-points-essentiels
Les troubles du sommeil sont un symptôme fréquent qui nécessite préalablement à toute prescription médicamenteuse un bilan étiologique visant écarter toute pathologie organique ou psychiatrique qui relève d’autres traitements et qui pourrait s’aggraver sous hypnotiques. Dans les troubles isolés du sommeil on distingue les troubles de l’endormissement - fréquents et souvent temporaires - des troubles du maintien et/ou de la qualité du sommeil. L’un comme l’autre sont souvent associés à une symptomatologie anxieuse, un conditionnement négatif par rapport au sommeil et une aggravation avec l’âge. On appelle hypnotique toute substance capable d'induire et/ou de maintenir le sommeil. Les hypnotiques actuellement disponibles ont en commun une action inhibitrice sur le système nerveux central qui, selon la dose utilisée, entraîne un effet sédatif, le sommeil narcotique ou un coma. Les benzodiazépines et apparentés qui agissent au niveau des récepteurs du système GABA-A sont les plus utilisés. Ces molécules entraînent une modification des paramètres du sommeil (délai d’endormissement, durée de différents stades). Cet effet hypnotique est soumis à une tolérance rapide puisqu’elle s’atténue en quelques jours expliquant leur perte d’efficacité après quelques semaines. Cet échappement thérapeutique est grandement responsable de leur surconsommation, d’autant que toute tentative d’arrêt mal conduit (brutal et sans prévenir des difficultés temporaires) aboutit à un échec avec anxiété et rebond d’insomnie...
2017
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
hypnotiques et sédatifs
Hypnotiques
hypnothérapie
essentiel
hypnotiques et sédatifs

---
N2-AUTOINDEXEE
ICOMT
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/icomt
La COMT est une enzyme du métabolisme à la fois de la dopamine et de la L-Dopa. L’entacapone est un inhibiteur sélectif réversible de la COMT périphérique. Elle n’a pas d’effet symptomatique en monothérapie mais associée avec la L-Dopa, elle allonge significativement la durée du déblocage moteur et permet de diminuer les doses de L-Dopa de 15 à 30%. L’entacapone augmente l’aire sous la courbe des concentrations plasmatiques de L-Dopa sans majorer le pic de concentration plasmatique. Les effets indésirables des ICOMT sont comparables à ceux de la L-Dopa. L’entacapone entraîne une coloration orangée des urines...
2017
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
Inhibiteurs de la catéchol O-méthyltransférase
antiparkinsoniens
maladie de Parkinson
information sur le médicament

---
N2-AUTOINDEXEE
Anti-histaminiques H2
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/anti-histaminiques-h2
Le traitement de la maladie ulcéreuse repose, après avoir éliminé les facteurs de risque associés, comme les AINS ou l’alcool, sur différents médicaments parmi lesquels les antagonistes des récepteurs à l’histamine de type 2 (anti-H2) occupent le peu de place laissée libre par les inhibiteurs de la pompe à proton (IPP). En plus du traitement de l’ulcère, les anti-H2 sont utilisés dans un champ large de prescriptions incluant la dyspepsie non ulcéreuse et les oesophagites. En revanche, contrairement aux IPP, ils ne sont pas autorisés dans la prévention des lésions gastriques induites par les AINS. Leur utilisation est simple. Le mécanisme d’action est aisément appréhendé par la connaissance du schéma de la sécrétion acide (Cf Chapitre de synthèse « Antiulcéreux »). Les anti-H2 bloquent l'action de l’histamine sur ses récepteurs situés sur la cellule antrale. Ceci va donc inhiber la stimulation dépendante de l’histamine, de la H /K -ATPase ou pompe à proton. Cette pompe, située sur le pôle apical de la cellule pariétale fundique, est l’effecteur final de la sécrétion d'ions H du milieu intracanalaire vers la lumière gastrique en échange d'ions K . La libération d’histamine par les cellules enterochromafine like (ECL) est la voie d’action principale de la gastrine secrétée par l’antre. Les anti-H2 n’ont pas d’action sur la production acide induite par l’action de la gastrine, non plus que par celle induite par l’action de l’acétylcholine. L’inhibition de la sécrétion acide est dose-dépendante...
2017
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
antiulcéreux
antihistaminiques des récepteurs H2
histamine
Histamine
antihistaminiques des récepteurs H2
histamine

---
N2-AUTOINDEXEE
Risque des médicaments
http://pharmacomedicale.org/pharmacologie/risque-des-medicaments
Effets indésirables Dépendances Surdosage Interactions médicamenteuses
2017
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
préparations pharmaceutiques
médicament
risque

---
N2-AUTOINDEXEE
Corticoïdes locaux
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/corticoides-locaux
De nombreuses pathologies dermatologiques inflammatoires, dysimmunitaires ou prolifératives sont sensibles aux dermocorticoïdes. Leur utilisation a révolutionné la prise en charge de dermatoses comme le psoriasis, la dermatite atopique ou l’eczéma. Leur usage abusif des premières années a conduit à des effets indésirables sévères, en particulier chez l’enfant, responsables d'une appréhension des prescripteurs et des malades vis à vis de ces médicaments. Cette phobie ressentie par les malades ou leur entourage conduit fréquemment à une mauvaise observance du traitement, responsable d'échec thérapeutique. Leur utilisation chez l’enfant comme chez l’adulte doit respecter des règles qui permettent le plus souvent d'éviter les effets indésirables. Les conditions d'utilisation doivent être clairement expliquées au patient et/ou à son entourage, en s'assurant au cours des consultations successives qu'elles ont été comprises et respectées...
2016
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
glucocorticoïdes
hormone corticosurrénalienne
local

---
N2-AUTOINDEXEE
Antipsychotiques : Les points essentiels
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/antipsychotiques-les-points-essentiels
Les antipsychotiques, ou neuroleptiques, représentent une classe pharmacologique dont le plus petit dénominateur commun est d'être des antagonistes des récepteurs D2. La synthèse de la chlorpromazine, dans le début des années cinquante et son utilisation en psychiatrie ont révolutionné la prise en charge des malades psychotiques et fondé la psychopharmacologie. Plus de vingt molécules sont aujourd'hui disponibles en France. Ces molécules peuvent être classées selon leur structure chimique en neuf sous groupes. Il existe également d'autres classifications qui s'appuient sur leur spectre pharmacologique (liaison aux autres sous-types de récepteurs dopaminergiques, ou aux récepteurs sérotonergiques, cholinergiques, adrénergiques, histaminergiques...) ou leur profil thérapeutique (déshinhibiteurs, sédatifs...). La distinction la plus importante est de différencier les antipsychotiques dits classiques, conventionnels ou de première génération, de ceux appelés atypiques ou de seconde génération. Le terme d'antipsychotique atypique versus typique faisant débat, on parle désormais plus facilement d'antipsychotiques de 1ère et de 2ème génération. Les antipsychotiques sont prescrits pour le traitement symptomatique des psychoses de l'adulte, en particulier schizophréniques, mais la meilleure acceptabilité des nouvelles molécules permet un élargissement de leurs indications vers l'enfant (psychoses et schizophrénie infantile, autisme) et la personne âgée (agitation, agressivité, troubles psychocomportementaux des démences), par exemple...
2016
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
neuroleptiques
essentiel

---
N2-AUTOINDEXEE
Anesthésiques généraux et médicaments utilisés en anesthésie : Les points essentiels
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/anesthesiques-generaux-et-medicaments-utilises-en-anesthesie-les-points-essentiels
Les anesthésiques généraux constituent un groupe hétérogène de médicaments dont la propriété commune est d'entraîner une perte de conscience et une immobilité permettant la réalisation de gestes douloureux. En pratique clinique, ils sont très souvent associés à un analgésique morphinomimétique et parfois un myorelaxant. On distingue d'une part les anesthésiques administrés par inhalation, représentés essentiellement par les agents halogénés et d'autre part les anesthésiques injectables, avec seulement quatre médicaments encore commercialisés en France. Quelle que soit la voie d’administration, tous ces agents ont un délai d'action court, permettant d'obtenir une perte de conscience en quelques dizaines de secondes. A l’arrêt de l’administration, la survenue du réveil varie avec la durée d’administration et le médicament utilisé. Une caractéristique des agents inhalés est que le monitorage de la concentration télé-expiratoire permet de connaître en permanence la concentration sanguine du médicament. Les mécanismes d’action sont communs ou proches, consistant essentiellement en la potentialisation de l'activité de canaux ioniques de type inhibiteur au niveau post-synaptique intracérébral. Les effets indésirables communs à tous les médicaments sont surtout la dépression cardiaque et respiratoire. Il existe cependant des différences pharmacologiques entre chacun de ces agents, permettant d’identifier des indications préférentielles et des contre-indications spécifiques à certains d’entre eux...
2016
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
utilisation médicament
médicaments essentiels
essentiel
anesthésie générale
anesthésique général
médicament
anesthésiques généraux
anesthésie générale

---
N2-AUTOINDEXEE
Anesthésiques locaux : Les points essentiels
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/42-2
L’anesthésie locale correspond à la perte de sensibilité au niveau du lieu d’administration par interruption de la conduction nerveuse. Les anesthésiques locaux sont très largement utilisés, de l’odontologie à l’anesthésiologie en passant par la médecine générale et de nombreuses spécialités médicales et chirurgicales. Ils sont indiqués dans la prévention de la sensation de douleur et agissent par blocage réversible de la conduction nerveuse. Leur action est par définition limitée à la région d’administration. Le mécanisme d’action primaire des anesthésiques locaux, est le blocage des canaux sodiques voltage et temps dépendant. Ils modifient le potentiel d’action, empêchant d’une part la pénétration du Na à l’intérieur de la fibre (réduction progressive de l’amplitude du potentiel d’action, ralentissement de sa vitesse de conduction et élévation du seuil de dépolarisation) et en diminuant d’autre part la conduction de l’influx le long de la fibre nerveuse (allongement de la période réfractaire). Les propriétés chimiques, pharmacologiques et les formes galéniques de chaque molécule conditionnent leur utilisation clinique...
2016
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
anesthésique local
essentiel
anesthésiques locaux
anesthésie locale

---
N2-AUTOINDEXEE
Antiulcéreux : Les points essentiels
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/antiulcereux-les-points-essentiels
La maladie ulcéreuse est une maladie chronique, récidivante, fréquente (prévalence estimée à 10%). De nombreux facteurs favorisant concourent à la survenue d’un ulcère gastrique ou duodénal : - prescription des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), - infection par l’Helicobacter pylori, - syndrome de Zollinger-Ellison - tabac, stress, alcool, régime alimentaire, Le traitement de la maladie ulcéreuse repose, après avoir éliminé les facteurs de risque associés, comme les AINS ou l’alcool, sur différents médicaments. Deux classes pharmacologiques dominent les autres, ce sont les inhibiteurs de la pompe à proton et les antagonistes de récepteurs H2 à l’histamine. Leur efficacité et leur simplicité d’utilisation expliquent qu’ils aient relégué au second plan les analogues des prostaglandines et les antiulcéreux topiques (sucralfates). L’utilisation de ces médicaments est d’une grande simplicité car leur profil de tolérance est en général bon. Celui-ci varie néanmoins avec le type de molécule choisie...
2016
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
antiulcéreux
essentiel

---
N2-AUTOINDEXEE
Antalgiques non opiacés : Les points essentiels
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/antalgiques-non-opiaces-les-points-essentiels
Les antalgiques non opiacés (anciennement dit « périphériques ») constituent une vaste famille de produits aux structures et aux modes d’action divers dont le chef de file est le paracétamol. Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), avec l’aspirine, sont également des antalgiques non opiacés. Les antalgiques non opiacés sont des antalgiques de palier 1 selon la classification de l’OMS. Ils sont donc utilisés dans le traitement symptomatique de la douleur aiguë ou chronique par excès de nociception, principalement dans les formes légères à modérées. Le paracétamol, l’aspirine et les AINS ont également une action antipyrétique. Seuls les AINS et l’aspirine ont des actions anti-inflammatoire et anti-agrégant plaquettaire et sont utilisés dans le traitement symptomatique des syndromes inflammatoires aigus ou des affections chroniques, notamment rhumatismales. Cette classe d’antalgiques est très largement utilisée aussi bien en prescription qu’en automédication. Les AINS et l'aspirine sont responsables de nombreux effets indésirables, parfois graves. Le paracétamol est le médicament avec le meilleur profil d'effets indésirables gastro-digestifs (par rapport aux AINS ou salicylés). Toutefois, des surdosages aigus peuvent provoquer une nécrose hépatique fatale et les intoxications massives volontaires détectées avec retard restent un problème majeur...
2016
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
analgésiques non narcotiques
essentiel

---
N2-AUTOINDEXEE
Antiviraux : Les points essentiels
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/antiviraux-les-points-essentiels
La chimiothérapie antivirale connaît un développement lent et difficile, conséquence de 3 propriétés intrinsèques liées aux virus : le parasitisme intracellulaire strict, leur incapacité à s’autorépliquer et leur diversité (virus à ADN et à ARN). Les infections virales prises en charge en thérapeutique peuvent être une infection aigue (traitement de la grippe), infection latente avec réactivation (herpesviridae) et infections chroniques (virus de l’immunodéficience humaine ou VIH, virus de l’hépatite B ou VHB et le virus de l’hépatite C ou VHC). La « barrière thérapeutique » reste le parasitisme intracellulaire strict des virus ainsi que l’intégration du génome viral dans le génome cellulaire. De plus certains virus comme les herpesviridae sont capables de détourner la machinerie cellulaire afin d’échapper à la réponse immunitaire. La chimiothérapie va se heurter à 2 obstacles : l’interférence avec le métabolisme cellulaire normal (risque de cytotoxicité) et la variabilité génétique des virus (concernant l’infection par le VIH, la transcriptase inverse génère une erreur par virus et par cycle de réplication)...
2016
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
essentiel
antiviraux

---
N2-AUTOINDEXEE
Anxiolytiques : Les points essentiels
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/anxiolytiques-les-points-essentiels
Les anxiolytiques sont des médicaments destinés à traiter les symptômes psychologiques et/ou somatiques de l’anxiété, en association avec une prise en charge psychothérapeutique. Ils constituent une famille thérapeutique hétérogène comprenant les benzodiazépines et les anxiolytiques non benzodiazépiniques (buspirone, hydroxyzine, étifoxine, inhibiteurs de la recapture de la serotonine, bêta-bloquants). Les mécanismes d’action des médicaments anxiolytiques diffèrent entre les différentes familles de produits. Les différents produits disponibles agissent au niveau des récepteurs GABA (Benzodiazépines, étifoxine), au niveau de la sérotonine (buspirone, IRS), au niveau de l’histamine (hydroxyzine). L’effet secondaire le plus fréquent des anxiolytiques est la sédation. Il est plus fréquent chez le sujet âgé et est potentialisé par la prise concomitante d’autres sédatifs centraux, notamment l’alcool. Compte tenu de la variabilité inter-individuelle, un traitement anxiolytique doit être débuté à doses progressives et arrêté de façon progressive. Afin d’éviter la survenue d’une pharmacodépendance, la durée ne saurait excéder 12 semaines et leur indication nécessite une réévaluation rigoureuse après ce délai...
2016
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
essentiel
anxiolytiques

---
N2-AUTOINDEXEE
Antiasthmatiques : Les points essentiels
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/antiasthmatiques-les-points-essentiels
L’asthme est une pathologie respiratoire fréquente, caractérisée par l’association d’une hyperréactivité bronchique et d’une inflammation chronique des voies aériennes. La contraction des bronches se traduit cliniquement par une crise dyspnéique, souvent nocturne, accompagnée d’une toux et de la perception de sifflements dans la poitrine. Les bronchodilatateurs bêta-2 stimulants d’action brève (salbutamol, terbutaline) éventuellement associés à un anticholinergique (ipratropium) représentent le traitement de référence de la crise d’asthme. L’asthme persistant implique l’administration quotidienne de corticoïdes inhalés, seuls ou en association avec des bêta-2 stimulants d’action prolongée. D'autres classes médicamenteuses (théophylline, antileucotriènes, corticoïdes oraux, anti IgE) sont disponibles sur le marché, mais ne sont pas indiquées en première intention. Le mécanisme d’action des bêta-2 stimulants passe par une fixation spécifique au niveau des récepteurs bêta-2 du muscle lisse bronchique, permettant ainsi une bronchodilatation rapide. Les corticoïdes inhalés agissent au niveau de différents paramètres de l’inflammation, notamment l’inhibition du recrutement de cellules inflammatoires et l’inhibition de la synthèse de cytokines et de médiateurs. Aux doses thérapeutiques, les concentrations plasmatiques des différentes molécules utilisées par voie inhalée sont le plus souvent négligeables...
2016
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
antiasthmatiques
pharmacologie
antiasthmatiques
essentiel

---
N2-AUTOINDEXEE
Antibiotiques : Les points essentiels
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/antibiotiques-les-points-essentiels
Substances organiques naturelles ou synthétiques, les antibiotiques se définissent par leur aptitude à limiter la multiplication des bactéries pathogènes, les plus puissants pouvant même éradiquer l’inoculum bactérien. Pour être efficace, un antibiotique doit rencontrer sa cible ou son point d’impact. Si cette cible n’existe pas, le germe est insensible à l’antibiotique, définissant la résistance naturelle ou intrinsèque liée à l’équipement génétique bactérien. Si cette cible est présente mais rendue inaccessible par différents mécanismes, le germe devient insensible à l’antibiotique, définissant la résistance acquise. Une antibiothérapie bien conduite et justifiée exige une réflexion préalable intégrant des paramètres microbiologiques, pharmacologiques et cliniques afin de définir les modalités pratiques de sa mise en œuvre (monothérapie ou association, posologie et modalités d’administration, durée du traitement). Les antibiotiques ont incontestablement fait reculer la mortalité liée aux maladies infectieuses. Dans le même temps cependant, le nombre trop important de prescriptions inadaptées nourrit une difficile réflexion de santé publique avec un volet économique certes, en termes de dépenses pharmaceutiques, mais aussi et surtout un volet écologique, par l’émergence de bactéries devenues résistantes aux antibiotiques, ce qui oblige à la découverte de molécules nouvelles. Dès lors, de gros efforts pédagogiques en infectiologie sont nécessaires pour promouvoir et faire respecter les recommandations portant sur le bon usage des antibiotiques...
2016
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
antibactériens
pharmacologie
information sur le médicament
antibiotique
essentiel
Antibiotiques
antibactériens

---
N2-AUTOINDEXEE
Médicaments inducteurs de l'ovulation
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/medicaments-inducteurs-de-l-ovulation
2016
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
fécondostimulants
ovulation
ovulation
médicament
préparations pharmaceutiques

---
N2-AUTOINDEXEE
Anticancéreux : Les points essentiels
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/anticancereux-les-points-essentiels
La maladie cancéreuse se caractérise principalement par la prolifération incontrôlée ainsi que par l’échappement à la mort programmée (apoptose) des cellules malignes. Actuellement, son traitement vise à l’éradication complète de ces cellules, à travers leur ablation, en inhibant leur prolifération et en induisant leur mort. Cette stratégie fait appel à plusieurs moyens, utilisés seuls ou en combinaison : la chirurgie d’exérèse, la radiothérapie externe ou interne et les traitements médicamenteux. Parmi ces derniers nous trouvons la chimiothérapie cytotoxique, l’immunothérapie, l’hormonothérapie et les thérapies ciblées. La chimiothérapie anticancéreuse fait appel à des médicaments qui interfèrent avec le fonctionnement cellulaire aboutissant à la mort cellulaire (médicaments cytotoxiques) ou à l’arrêt de la prolifération cellulaire (médicaments cytostatiques). Les médicaments cytotoxiques ont un index thérapeutique étroit et leurs effets indésirables sont le plus souvent la conséquence directe de leurs effets sur les cellules non tumorales, car les altérations cellulaires qu’ils induisent ne sont pas spécifiques des cellules cancéreuses. Les tissus atteints préférentiellement sont ceux dont les cellules ont un potentiel prolifératif élevé, tels que la moelle osseuse (en induisant anémie, thrombopénie, leucopénie, pancytopénie) ou la muqueuse digestive (en induisant mucite, stomatite, diarrhée). Ces toxicités sont souvent dose-limitantes et peuvent être à l’origine de complications sévères. Les médicaments anticancéreux induisent également à différents degrés des vomissements, une alopécie, une infertilité ainsi que divers effets indésirables spécifiques à une classe ou à une molécule particulière. Les médicaments cytostatiques peuvent être actifs à des doses non toxiques. Leur activité n’aboutit souvent pas à une réduction tumorale mais à un retard de croissance tumorale et peuvent avoir un effet synergique avec les produits cytotoxiques...
2016
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
antinéoplasiques
essentiel
antinéoplasiques

---
N2-AUTOINDEXEE
Inhibiteurs d'Enzymes liées à l'ADN
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/inhibiteurs-d-enzymes-liees-a-l-adn
De nombreux médicaments ciblent l’ADN notamment en bloquant la réplication et empêchant la transcription. Ils agissent par différents mécanismes : en se fixant de façon covalente (alkylants), en s’insérant entre deux bases adjacentes ou induisant des cassures mono ou bi-caténaires (inhibiteurs de topoisomérases), en inhibant sa synthèse (anti métabolites), ou des enzymes modificatrices de l’ADN (méthyl-transférases) ou de l’organisation de la chromatine (histone désacétylase). D’autres médicaments ciblent des facteurs modifiant la transcription (récepteurs hormonaux par exemple)...
2016
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
antinéoplasiques
antienzymes
ADN
enzyme
acide désoxyribonucléique
acide désoxyribonucléique
Enzymes
enzymes

---
N2-AUTOINDEXEE
Antimétabolites
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/antimetabolites
Des nombreux médicaments ciblent l’ADN notamment en bloquant réplication et empêchant la transcription. Ils agissent par différents mécanismes : en se fixant de façon covalente (alkylants), en s’insérant entre deux bases adjacentes ou induisant des cassures mono ou bi-caténaires (inhibiteurs de topoisomérases), en inhibant leur synthèse (anti métabolites), ou des enzymes modificatrices de l’ADN (méthyl-transférases) ou de l’organisation de la chromatine (histone désacétylase). D’autres médicaments ciblent des facteurs modifiant la transcription (récepteurs hormonaux)...
2016
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
Antimétabolites antinéoplasiques
antimétabolite
antimétabolites

---
N2-AUTOINDEXEE
Alkylants
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/alkylants
Les agents alkylants et apparentés possèdent des fonctions capables de se fixer à de nombreux substrats nucléophiles. Ces groupements réactifs se fixent sur l’ADN soit sur un nucléotide (alkylants monofonctionnels comme le cyclophosphamide) soit en formant des ponts intra ou intercaténaires entre deux guanines (alkylants bifonctionnels comme les dérivés du platine), bloquant ainsi la réplication de l’ADN et la transcription de l'ARN. Ils ont in fine un effet pro-apoptotique sur les cellules tumorales...
2016
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
antinéoplasiques alcoylants
Alkylation
agents alcoylants
alkylation

---
N2-AUTOINDEXEE
Inhibiteurs de Protéines Kinases
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/inhibiteurs-de-proteines-kinases
’entrée et la progression dans le cycle cellulaire (et par conséquence la prolifération cellulaire), dépendent de la présence de signaux qu’induisent l’activation de protéines kinases qui vont activer leurs cibles à travers leur phosphorisation. Le génome humain contienne quelques 550 kinases (ainsi que 130 phosphatases) qui régulent l'activité de plusieurs protéines impliquées dans la prolifération et la survie cellulaire, les processus de migration et d’invasion ainsi que l’angiogenèse. L’inhibition des protéines kinases est devenue, tout naturellement, l’un des premiers choix dans le développement des stratégies ciblées pour les maladies néoplasiques...
2016
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
inhibiteurs de protéines kinases
information sur le médicament
inhibiteurs de protéines kinases
protéines humaines
protéine kinase

---
N2-AUTOINDEXEE
Inhibiteurs de l'Aromatase
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/inhibiteurs-de-l-aromatase
L'aromatase est une enzyme qui permet à l'organisme de continuer à produire des estrogènes par transformation des androgènes (produits eux-mêmes par les glandes surrénales) chez la femme ménopausée...
2016
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
inhibiteurs de l'aromatase
information sur le médicament
inhibiteurs de l'aromatase

---
N2-AUTOINDEXEE
Hormonothérapies anticancéreuses
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/hormonotherapies-anticancereuses
Chez la femme : Les anti-œstrogènes qui empêchent les œstrogènes de stimuler les cellules cancéreuses en prenant leur place au niveau des récepteurs hormonaux des cellules ou en abîmant ces récepteurs (ex. tamoxifène, fulvestrant). Les anti-aromatases (ou inhibiteurs de l'aromatase) qui empêchent la fabrication des œstrogènes chez la femme ménopausée (ex. anastrozole, exémestane). Les analogues de la LH-RH qui suppriment la production des hormones féminines par les ovaires chez la femme non ménopausée (ex. goséréline, leuproréline). Chez l’homme : Les analogues de la LH-RH (ex. goséréline, leuproréline) ou antagonistes (degarelix) qui suppriment la production de testostérone. Les anti-androgènes périphériques d’anciennes générations (acétate de cyprotérone, bicalutamide). Les anti-androgènes de nouvelle génération (enzalutamide, apalutamide). Les inhibiteurs de synthèse des androgènes (acétate d’abiratérone)...
2016
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
antinéoplasiques

---
N3-AUTOINDEXEE
Immunomodulateurs
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/immunomodulateurs
Plusieurs classes d’anticancéreux avec des mécanismes d’action différents peuvent être considérés comme immunomodulateurs. L’immunothérapie exploite les mécanismes naturels de défense de l’organisme ou de contrôle de la prolifération cellulaire. L’immunothérapie active peut être spécifique (vaccins tumoraux) ou non spécifique (cytokines, immunomodulateurs divers) ou passive (anticorps monoclonaux, cellules immunitaires cytotoxiques)...
2016
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
facteurs immunologiques
information sur le médicament
immunomodulateurs
immunomodulation

---
N2-AUTOINDEXEE
Hémostase : Les points essentiels
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/hemostase-les-points-essentiels
L’hémostase peut être résumée suivant 3 grands systèmes physiologiques en équilibre dynamique : - l’hémostase primaire avec les plaquettes sanguines - la coagulation faisant intervenir plusieurs enzymes ou facteurs de la coagulation - la fibrinolyse. Nous disposons de médicaments inhibiteurs de chacun de ces 3 systèmes avec : - les inhibiteurs de l’hémostase primaire ou agents anti-plaquettaires, - les inhibiteurs de la coagulation comprenant les inhibiteurs de la synthèse des facteurs de la coagulation (les antivitamines K ou AVK) et les inhibiteurs de l’activité des facteurs de la coagulation (anticoagulants oraux directs et anticoagulants injectables), - les fibrinolytiques...
2016
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
fibrinolytiques
anticoagulants
antiagrégants plaquettaires
hémostase
essentiel
fonction hémostatique

---
N2-AUTOINDEXEE
Les agents antiplaquettaires
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/les-agents-antiplaquettaires
n distingue essentiellement 4 types d’agents antiplaquettaires : - l’aspirine et les AINS à visée antiplaquettaire qui inhibent la production du thromboxane A2 en bloquant la cyclo-oxygénase plaquettaire - les thiénopyridines (ticlopidine, clopidogrel, prasugrel), et les cyclopentyl-triazolo-pyrimidines (ticagrelor) développés plus récemment qui antagonisent la voie de l’adénosine di-phosphate (ADP) en bloquant le récepteur à l’ADP (P2Y12) - le dipyridamole, qui inhibe la synthèse de l’ADP par une action sur le métabolisme de l’AMPc - les antagonistes du récepteur glyocoprotétique plaquettaire au fibrinogène ou anti GPIIbIIIa (abciximab, tirofiban, eptifibatide)...
2016
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
antiagrégants plaquettaires
Antiplaquettaires
antiagrégants plaquettaires

---
N2-AUTOINDEXEE
Anticoagulants : héparines et dérivés
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/anticoagulants-heparines-et-derives
es médicaments inhibant l’activité des facteurs de la coagulation ont un effet anticoagulant immédiat et sont donc utilisables dans toutes les situations à risque thrombotique aigu comme : la prévention et le traitement de la maladie thromboembolique veineuse les syndromes coronariens aigus les cardiopathies emboligènes. On distingue essentiellement 2 classes de médicaments : les inhibiteurs dont le mécanisme d’action dépend de l’antithrombine avec un effet anti facteur II et anti facteur X dépendant de la longueur des molécules utilisées : héparines non fractionnées et de bas poids moléculaire (origine animale) danaparoïde (origine animale) fondaparinux (synthèse) Les inhibiteurs directs de la thrombine ou facteur II : dérives synthétiques de l’hirudine : lépirudine, désirudine et bivalirudine...
2016
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
anticoagulants
héparine
fondaparinux
hirudines
antithrombiniques
anticoagulants
héparine
shunt
anticoagulant
héparine
danaproïde
chondroïtine sulfate B
héparitine sulfate
chondroïtines sulfate
polyosides

---
N2-AUTOINDEXEE
Antagonistes de la vitamine K (AVK)
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/antagonistes-de-la-vitamine-k-avk
Les anti-vitamine K (AVK) inhibent la synthèse hépatique des facteurs de la coagulation vitamine K dépendants (facteurs II, VII, IX, X, protéines C et S). Du fait de ce mécanisme d’action, ils nécessitent un certain délai avant d’être efficaces et ne sont donc pas utilisables seuls en urgence mais en relais d’un autre traitement anticoagulant. Les AVK ont été pendant longtemps les seuls anticoagulants utilisables par voie orale. Malgré l'avènement des nouveaux anticoagulants oraux, les AVK représentent encore pour le moment le traitement de référence de toutes les pathologies associées à un risque thromboembolique où l’activation de la coagulation est prépondérante : - thromboses veineuses profondes et embolies pulmonaires, - prévention des accidents thromboemboliques sur cardiopathies emboligènes (fibrillation auriculaire non rhumatismales, valvulopathies et prothèses valvulaires cardiaques). Les AVK présentent une grande variabilité de réponse...
2016
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
antivitamines K
information sur le médicament
anticoagulants
vitamine K
antivitamines K
vitamine k
indènes
4-Hydroxycoumarines
indènes
4-Hydroxycoumarines
vitamine K
vitamine K

---
N2-AUTOINDEXEE
Anticoagulants oraux directs (AODs)
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/anticoagulants-oraux-directs-aods
Les anticoagulants oraux directs (AODs) inhibent de façon spécifique et directe les facteurs de la coagulation activés qui sont soit la thrombine (seul représentant de la classe : dabigatran) soit le facteur Xa (-xabans). Les améliorations pharmacologiques apportées par ces médicaments permet une utilisation à dose fixe et sans suivi biologique du fait de variabilités intra et inter-individuelles nettement moindre que les anti-vitamines K. Parmi les caractéristiques pharmacocinétiques, il faut souligner le rôle clé de la P-gp dans le passage de tous les AOD et du CYP34A dans le métabolisme des -xabans. Il existe certaines situations cliniques comme l'insuffisance rénale, le patient âgé ou les interactions médicamenteuses nécessitant une adaptation posologique ou des précautions d'emploi. Longtemps, le manque d'antidote a été un des arguments contre cette classe médicamenteuse. Actuellement, l'idarucizumab (antidote spécifique du dabigatran) est déjà disponible. L'andexanet alpha (antidote de tous les inhibiteurs du facteur Xa) arrivera prochainement (non encore disponible). D'importantes bases de données de vraie vie concernant l'efficacité et la tolérance de ces médicaments sont maintenant disponibles et semblent conforter les données rapportées par les essais cliniques de phase III, en particulier concernant la survenue d'hémorragies graves (en particulier hémorragies intra-craniennes) qui semblent moindres sous AODs (versus anti-vitamines K)...
2016
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
anticoagulants
administration par voie orale
information sur le médicament
anticoagulant
Directives
anticoagulants
directives

---
N2-AUTOINDEXEE
Antidiabétiques : Les points essentiels
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/antidiabetiques-les-points-essentiels
Le diabète est un problème émergeant de santé publique. Au côté du diabète insulinopénique de type 1 dont l’incidence est stable, le diabète de type 2 présente une croissance exponentielle. L’hyperglycémie est dangereuse pour elle même à court terme (polyurie, cétose, toxicité directe pour le néphron et les artérioles), mais aussi à long terme en provoquant des lésions micro-angiopathiques et favorisant les lésions d’athérosclérose qui réduisent la durée de vie des patients. Les approches pharmacologiques du traitement du diabète sucré sont de pallier la carence insulinique par apport d’insuline exogène actuellement uniquement par voie parentérale de favoriser l’utilisation de l’insuline endogène en cas de carence relative, soit au travers d’une augmentation de la sécrétion endogène (sulfamides hypoglycémiants, glinides), soit au travers d’une augmentation de l’utilisation périphérique du glucose (biguanides) de limiter quantité de glucose absorbé (inhibiteurs de l’alpha-glucosidase) d'augmenter l'excrétion urinaire de glucose (inhibiteurs de SGLT2) Les objectifs à court terme sont de maintenir la glycémie à un niveau normal pour éviter la glycosurie et la cétose...
2016
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
hypoglycémiants
essentiel
Antidiabétiques
hypoglycémiants

---
N2-AUTOINDEXEE
Antidépresseurs : Les points essentiels
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/antidepresseurs-les-points-essentiels
L'épisode dépressif caractérisé est un état de souffrance psychique, une dysrégulation de l’humeur qui s’exprime par une tristesse, une douleur morale. Une évaluation clinique soigneuse doit permettre de distinguer les épisodes dépressifs caractérisés modérés à sévères, nécessitant une prise en charge médicamenteuse par antidépresseur, des symptômes dépressifs isolés, souvent transitoires, qui ne justifient pas obligatoirement un médicament. De toute façon, la prescription d’un antidépresseur n’est qu’un élément d’une démarche thérapeutique globale à laquelle une prise en charge psychothérapeutique est nécessaire. Les antidépresseurs les plus récents (inhibiteurs de la recapture de la sérotonine : IRS ; inhibiteurs mixtes de la recapture de la sérotonine et de la noradrénaline : IRSNA ; antagonistes des récepteurs alpha 2) ont la même efficacité clinique que les médicaments de première génération (imipraminiques). Le profil d'effet indésirable est par contre différent et doit orienter la prescription. En terme d'efficacité, la prise en charge médicamenteuse de l'Episode Dépressif Caractérisé (EDC) permet un taux de réponse qui se situe autour de 55-65%...
2016
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
antidépresseurs
antidépresseur
essentiel
antidépresseurs

---
N2-AUTOINDEXEE
Antidiarrhéiques : Les points essentiels
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/antidiarrheiques-les-points-essentiels
La diarrhée est définie par l’émission trop fréquente de selles liquides ou pâteuses trop abondantes (de poids 300 g/j). En pratique on parle de diarrhée quand il y a plus de 3 selles molles ou liquides par jour. Il faut distinguer la diarrhée aigue et la diarrhée chronique. La diarrhée aiguë dure en général moins de 8 à 10 jours. Elle est précédée d’un transit normal et ne récidive pas à court terme. La diarrhée chronique dure en général des mois ou des années. Le début d’une diarrhée chronique peut être confondu avec une diarrhée aiguë qui est beaucoup plus fréquente. La diarrhée aigue est le plus souvent d’origine virale et le traitement a alors pour but essentiel de prévenir les complications telle que la déshydratation à laquelle sont particulièrement exposés les jeunes enfants. En cas de diarrhée fébrile ou avec un syndrome dysentérique (glaires sang) le traitement est avant tout étiologique impliquant des prélèvements bactériologiques. En cas de diarrhée aiguë bénigne on peut recommander des aliments comme le riz et d'éviter les fruits et les légumes. Les causes de diarrhée chronique sont multiples et le traitement est d'abord étiologique mais peut être aussi symptomatique pour diminuer l'inconfort du patient. Le traitement de la diarrhée aiguë repose sur : La réhydratation (surtout chez l’enfant et la personne agée), Les ralentisseurs du transit (lopéramide) ou les antisécrétoires (racécadotril)...
2016
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
antidiarrhéiques
information sur le médicament
essentiel
antidiarrhéiques

---
N2-AUTOINDEXEE
Immunosuppresseurs : Les points essentiels
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/immunosuppresseurs-les-points-essentiels
Le succès d’une transplantation allogénique d’un organe ou d'une greffe allogénique de cellules souches de moelle osseuse nécessite une immunosuppression efficace chez le receveur afin d'éviter une réaction immunitaire dirigé contre le greffon. La meilleure connaissance des mécanismes du rejet du greffon a permis le développement de médicaments aussi bien chimique que biologique depuis les années 60 avec l'arrivée de la ciclosporine. Actuellement, les protocoles d’immunosuppression comportent jusqu’à trois phases en fonction du risque immunologique du patient. Ces trois phases sont respectivement : 1 ) La phase d’induction qui correspond à l’acceptation de la greffe par le receveur (utilisation de fortes doses d’immunosuppresseurs associés aux corticoides, et anticorps monoclonaux : basiliximab). 2 ) La phase d’entretien ou prévention du rejet aigu (utilisation de doses les plus faibles possibles d’immunosuppresseurs, sevrage des corticoides). 3 ) La phase de traitement du rejet (utilisation de fortes doses d’immunosuppresseurs et de corticoides). Il est à noter que les indications de certains immunosuppresseurs comme les antimétabolites et les anticalcineurines ont été étendues à des pathologies dysimmunitaires, dermatologiques et rénales...
2016
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
immunosuppresseurs
immunosuppresseurs
essentiel

---
N2-AUTOINDEXEE
Antiémétiques : Les points essentiels
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/antiemetiques-les-points-essentiels
Les nausées et les vomissements sont le résultat de la mise en jeu d’un réflexe complexe dont le centre effecteur (centre du vomissement) situé dans la formation réticulée reçoit des afférences des organes viscéraux (nerf vague (X) et nerf glossopharyngien (IX)), du système vestibulaire, du système nerveux central (cortex, thalamus, hypothalamus) et de la trigger-zone chémoréceptrice située dans l’area postrema du côté sanguin de la barrière hémato-encéphalique. Les neurotransmetteurs excitateur agissent sur des récepteurs cholinergiques (muscariniques), de la dopamine (D2), de l’histamine (H1), de la sérotonine (5HT3) et/ou de la substance P (NK1). Les médicaments utiles en clinique pour traiter les nausées et vomissements sont les antagonistes plus ou moins sélectifs de ces récepteurs. On distingue ainsi : Les antagonistes des récepteurs D2 à action périphérique pure (dompéridone), Les antagonistes dopaminergiques à action périphérique et centrale faible (métoclopramide, alizapride, métopimazine) ou forte (chlorpromazine, halpéridol), Les antagonistes H1 (diphénydramine, méclozine), Les anticholinergiques (scopolamine), Les antagonistes 5HT3 (ondansétron, granisétron, tropisétron, palonosétron), Les antagonistes NK1 (aprépitant)...
2016
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
antiémétiques
essentiel
antiémétiques
antiémétique

---
N2-AUTOINDEXEE
Médicaments de la constipation
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/medicaments-de-la-constipation
La constipation est médicalement définie comme un nombre de défécations inférieur à 3/semaine, même si elle est communement décrite comme une évacuation peu fréquente ou difficile des selles Ce trouble peut avoir pour origine une cause primaire directe liée à l'intestin ou aux fonctions le dirigeant, ou alors des causes secondaires à une autre maladie, une obstruction ou à des traitements médicamenteux Les classes de médicaments disponibles peuvent etre administrées par voie orale mais aussi en usage locale (voie rectale). On trouve essentiellement : - Laxatifs de lest (mucilage) : psyllium, sterculia, ispaghul. Ils agissent en augmentant la masse fécale - Laxatifs osmotiques : lactulose, lactitol, polyethylene-glycol (PEG) et hydroxyde de magnésium. Ils attirent l'eau vers les selles favorisant ainsi leur hydratation augmentant la masse - Laxatifs irritants : bisacodyl, molécules anthracéniques (Séné, Aloe Vera...). Ils stimulent le plexus nerveux enterique et irritent la muqueuse - Lubrifiants-émollients : l'huile de paraffine enrobe les selles et permet leur evacuation - laxatifs par voie rectale qui ont une action très rapide Il est important que la durée de traitement soit adaptée mais si possible la plus courte possible (max une semaine pour une constipation occasionnelle), afin d'éviter une dépendance à ces molécules...
2016
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
constipation
cathartiques
laxatifs
constipation
constipation
préparations pharmaceutiques
constipation
constipation
médicament

---
N2-AUTOINDEXEE
Antifongiques : Les points essentiels
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/antifungiques-les-points-essentiels
Les antifongiques systémiques peuvent être utilisés pour traiter : - les mycoses superficielles (essentiellement à dermatophytes) - les mycoses systémiques et profondes - les infections opportunistes chez des sujets prédisposés (immunodépression sévère, diabétiques). Ce chapitre concerne exclusivement les antifongiques utilisés dans le traitement d’infections générales (mycoses systémiques et profondes)...
2016
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
antifongiques
antifongiques
essentiel

---
N2-AUTOINDEXEE
Médicaments de la plaque neuromusculaire : Les points essentiels
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/medicaments-de-la-plaque-neuromusculaire-les-points-essentiels
La contraction musculaire normale dépend du bon fonctionnement de la jonction neuromusculaire qui permet la transformation du signal électrique nerveux en contraction mécanique. Ce couplage électromécanique met en jeu un neurotransmetteur, l’acétylcholine, des récepteurs nicotiniques musculaires et une enzyme de dégradation du neurotransmetteur, l’acétylcholinestérase. La modulation pharmacologique de la jonction neuromusculaire chez l’homme est parfois rendue nécessaire par l’existence d’une situation pathologique liée à un défaut (myasthénie et syndromes apparentés) ou un excès (dystonies) de la transmission neuromusculaire ou encore lorsqu’il est nécessaire d’induire une myorelaxation complète (anesthésie et ventilation assistée en réanimation). Trois classes de médicaments sont utilisés : les anticholinestérasiques, la toxine botulique et les curares (non dépolarisants et dépolarisants). Leurs mécanismes d’action mettent en jeu respectivement l’inhibition de la dégradation de l'acétylcholine, le blocage de la libération de l’acétylcholine, le blocage des récepteurs post-synaptiques de l’acétylcholine ou une dépolarisation soutenue en partie liée à la libération massive d’acétylcholine...
2016
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
anticholinestérasiques
curarisants
antitoxine botulique
médicament
jonction neuromusculaire
jonction neuromusculaire
essentiel
médicaments essentiels

---
N2-AUTOINDEXEE
Antiglaucomateux : Les points essentiels
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/antiglaucomateux-les-points-essentiels
De nombreux médicaments peuvent être utilisés pour leurs effets favorables sur le tonus oculaire via la diminution de synthèse de l’humeur aqueuse (bêta-bloquants et sympathomimétiques agonistes alpha-2 sélectifs, inhibiteurs de l’anhydrase carbonique) ou l’augmentation de son élimination (prostaglandines, parasympathomimétiques, sympathomimétique agonistes alpha et bêta). Compte tenu de la physiopathologie du glaucome, le principal mode d’administration des médicaments anti-glaucomateux est représenté par la voie locale sous forme de collyre mais certains de ces médicaments, comme les inhibiteurs de l’anhydrase carbonique, peuvent aussi être utilisés par voie générale notamment par voie orale ou intra-veineuse...
2016
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
glaucome
essentiel

---
N2-AUTOINDEXEE
Médicaments des Troubles sexuels : Les points essentiels
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/medicaments-des-troubles-sexuels-les-points-essentiels
Il existe trois grandes causes de dysfonction érectile : psychologique, organique et chimique. La cause psychologique touche principalement les hommes de 20 à 40 ans (stress, dépression, anxiété, nouveau partenaire, nouvelle situation sexuelle). Dans les causes organiques, les causes vasculaires sont les plus fréquentes. Dans ce cas, la dysfonction érectile est associée au diabète, à l’hypertension artérielle, à la maladie coronaire, à l’éthylisme, à l’obésité et au tabagisme. Les troubles neurologiques (sclérose en plaque, AVC, hernie discale, chirurgie de la protaste, traumatisme de la moelle épinière) peuvent également être à l'origine de dysfonction éréctile organique. Ces troubles sont dus à la pertubation du lien entre le SNC (centre du désir) et les organes génitaux (cible) au niveau central ou périphérique. Les causes chimiques peuvent être dues à des troubles hormonaux (testostérone trop faible lors de prise de stéroïdes anabolisants par exemple) ou à l'usage de médicaments ou de drogues. Les causes médicamenteuses doivent être recherchées : neuroleptiques, antidépresseurs bloquant la recapture de sérotonine, antihypertenseurs (diurétiques, bêta-bloquants, alphaméthyldopa, clonidine mais les antihypertenseurs d’antan induisaient plus fréquemment des dysfonctions érectiles : réserpine, ganglioplégiques, guanéthidine), association d’analogue de la GnRH type leuproréline à un antiandrogène type cyprotérone dans le traitement du cancer de la prostate. L’accumulation de sang dans les corps caverneux correspond à l’érection pénienne : des stimuli psychologiques et tactiles engendrent par voie nerveuse le relâchement des fibres musculaires lisses des corps caverneux, associé à une vasodilatation artérielle et à une obstruction veineuse. Le monoxyde d’azote (NO) joue un rôle essentiel dans le déclenchement de l'érection en relâchant les fibres musculaires lisses des corps caverneux. L’activation sympathique et les vasoconstricteurs s’opposent à l’érection. Les médicaments de la dysfonction érectile actifs par voie orale ont une action stimulante périphérique (inhibiteurs de la phosphodiestérase de type 5 (PDE5), alpha-bloquants). La prostaglandine E1 est administré au niveau local favorisant la relaxation des muscles lisses...
2016
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
dysfonctionnement érectile
médicament
troubles sexuels d'origine physiologique
médicaments essentiels
trouble
essentiel

---
N2-AUTOINDEXEE
Antigoutteux : Les points essentiels
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/antigoutteux-les-points-essentiels
Les antigoutteux sont les médicaments utilisés dans le traitement de la crise de goutte et la prévention de sa rechute en s’opposant à l’hyperuricémie et la cristallisation de l’acide urique dans les urines. La goutte est une maladie métabolique, souvent familiale, due à la perturbation du métabolisme des purines. Elle est caractérisée par des épisodes répétitifs d’arthrite aiguë (crise de goutte) causée par la précipitation des cristaux d’acide urique dans les tissus et la réaction inflammatoire qui en résulte (articulations, rein) . C’est une affection sévère, dominée par le risque articulaire et rénal (colique néphrétique par lithiase urique). Le traitement repose sur le maniement de trois classes pharmacologiques: - médicaments de la crise de goutte: la colchicine est utilisé dans le traitement de l’accès aigu mais également en prophylaxie de ces épisodes. Le canakinumab un anticorps monoclonal humain dirigé contre l'interleukine-1 bêta (IL-1ß). Les anti-inflammatoires non stéroidiens, diclofénac et kétoprofène sont également des médicaments utilisés pour réduire rapidement l'inflammation et les douleurs articulaires associées à la crise de goutte. La colchicine entraîne souvent des diarrhées, peut être à l’origine de nausées, de vomissements et de douleurs abdominales. Sa toxicité aiguë est multiviscérale, provoquant successivement au cours du temps, l’apparition de troubles digestifs, hépatiques, cardiovasculaires, hématologiques et neurologiques. - médicaments de l'hyperuricémie: l'allopurinol et le féburoxat s'opposent à la formation de l'acide urique, ils sont indiqués dans la prévention et le traitement d'entretien des crises de gouttes. Ces médicaments peuvent être responsables de crise aigues d’arthrite goutteuse en début de traitement, ces crises sont prévenues par un traitement concomitant de colchicine/AINS. D’autres effets indésirables, notamment une intolérance digestive, des troubles cutanés ou l’hypersensibilité peuvent survenir. - médicaments uricosuriques: le probénécide s’oppose à la réabsorption tubulaire de l’acide urique. Le probénécide intervient dans l’élimination d’autres médicaments (il retarde celle de la pénicilline, de l’aciclovir, du méthotréxate, de la zidovudine). Pour toutes ces molécules, une réduction posologique s’avère nécessaire chez l’insuffisant rénal afin d’éviter ces complications. L’insuffisance rénale sévère et l’insuffisance hépatique sévère sont des contre-indications à la prescription de colchicine...
2016
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
antigoutteux
antigoutteux
essentiel

---
N2-AUTOINDEXEE
Opiacées : Les points essentiels
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/opiacees-les-points-essentiels
a morphine est connue depuis longtemps pour soulager la douleur avec une efficacité remarquable. La morphine reste le standard contre lequel tous les médicaments ayant un effet antalgique fort sont comparés. Ces médicaments sont désignés collectivement sous le nom d’analgésiques opioïdes et incluent non seulement les alcaloïdes dérivés naturels et semi-synthétiques de l’opium, mais aussi des congénères synthétiques, d’autres médicaments de type opioïdes dont les actions ne sont pas bloquées par la naloxone, antagoniste non sélectif. Ces différents médicaments sont à choisir en fonction de l’intensité et de la durée de la douleur. Tous doivent être évalués sur leur efficacité antalgique et adapté au cas par cas...
2016
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
analgésiques morphiniques
essentiel

---
N2-AUTOINDEXEE
Antimigraineux : Les points essentiels
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/antimigraineux-points-essentiels
Les médicaments de la crise sont soit des antalgiques (aspirine, AINS) soit des antimigraineux spécifiques (dérivés ergotés, agonistes des récepteurs 5HT1B/D de la sérotonine). D'autres traitements comme les antiémétiques sont fréquemment associés pour soulager les troubles digestifs (nausées et vomissements) fréquents au cours de la crise, ils ne seront pas abordés dans ce chapitre. L’ensemble de ces médicaments agit essentiellement sur la composante céphalalgique de la crise. Aucun n’est efficace sur l’aura mais certains peuvent améliorer les signes associés (photophobie, phonophobie, troubles digestifs, incapacité fonctionnelle). Tous peuvent être imputés dans la survenue de céphalées chroniques quotidiennes en cas d’abus. Les traitements de fond, prophylactiques, visent à diminuer la fréquence des crises et ne seront donc pas systématiquement prescrits. Certains médicaments limitent l’utilisation simultanée de médicaments efficaces de la crise comme les dérivés ergotés. Il est impossible de classer les médicaments du traitement de fond selon leur mécanisme d’action qui reste hypothétique. On distingue cependant les antagonistes des récepteurs bêta-adrénergiques ou des récepteurs de la sérotonine, les dérivés ergotés, les inhibiteurs des courants calciques et les antiépileptiques. Dans ces familles, seules certaines molécules ont une efficacité démontrée ou une indication indiquée dans l'AMM. En pratique, le choix d’un antimigraineux de fond est conditionné par le terrain et limité par le risque d’effets indésirables (les plus communs sont sédation et modification de l’appétit)...
2016
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
migraines
antimigraineux
information sur le médicament
essentiel

---
N2-AUTOINDEXEE
Pharmacologie des substances addictives : Les points essentiels
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/pharmacologie-des-substances-addictives-les-points-essentiels
On définit comme dépendance simple la nécessité d’accroître les doses pour conserver l’effet. En revanche on désigne sous le terme de pharmacodépendance l’ensemble des conduites qui consistent à utiliser des doses quelquefois excessives d’un médicament ou d’un psychotrope médicamenteux dans le but d’obtenir des sensations agréables (usage récréatif, abus simple abus chronique) ou de supprimer la sensation de souffrance que crée l’arrêt de la prise. La forme majeure de la pharmacodépendance est appelée conduite addictive car la vie sociale de l’individu se restreint à se procurer et s’administrer le ou les produits recherchés et cela quelque soit les dangers encourus pour la santé. Au sein des substances addictives, il est classique de répartir celles-ci en fonction du principal effet psychique observé. On distingue classiquement les catégories suivantes : - Enivrants (alcool, éther, solvants organiques, cannabis,…) - Hallucinogènes (LSD, Sauge divinatoire, champignons hallucinogènes,.…) - Anxiolytiques (benzodiazépines détournées de leur usage, certains anesthésiques généraux [Gamma-hydroxybutyrate, Kétamine], …) - Stupéfiants (héroïne ; opiacés détournés de leur usage) - Excitants (tabac, caféine, cocaïne, amphétaminiques et apparentés [ex. Ecstasy])...
2016
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
pharmacologique
toxicomanie
Comportement toxicomaniaque
troubles liés à une substance
pharmacologiste
pharmacologie
addictions
essentiel
Comportement toxicomaniaque

---
N2-AUTOINDEXEE
Antiostéoporose : Les points essentiels
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/antiosteoporose-les-points-essentiels
Les médicaments actuellement utilisés dans la prévention des fractures ostéoporotiques présentent ont pour objectif de réduire la perte osseuse. Avant tout traitement spécifique, il est essentiel de corriger une éventuelle carence en calcium et/ou en vitamine D par ajustement des apports alimentaires voir une supplémentation médicamenteuse. L'obtention du sevrage tabagique et/ou alcoolique ainsi que l'exercice physique et la prévention des chutes font partie de la prise en charge globale de ces patients. Dans le cadre des formes post-ménopausiques d’ostéoporose, la prescription du traitement hormonal de la ménopause (THM) est limitée aux patientes répondant mal ou tolérant mal les traitements de première intention. Ils peuvent être cependant justifiés en cas de troubles sévères du climatère. Les médicaments anti-ostéoporotiques spécifiques se divisent en deux classes : Les molécules empêchant la résorption osseuse: Les bisphosphonates qui constituent la plus grande classe et présentent un large spectre d’efficacité. le raloxifène: un modulateur spécifique des récepteurs oestrogéniques le ranélate de strontium le dénosumab, un anticorps monoclonal dirigé contrele RANK ligand. Les molécules qui, au contraire, stimulent la formation osseuse : le tériparatide et l'hormone parathyroidienne (PTH)...
2016
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
ostéoporose
essentiel

---
N2-AUTOINDEXEE
Régulateurs de l'humeur / Thymorégulateurs: Les points essentiels
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/regulateurs-de-l-humeur-thymoregulateurs-les-points-essentiels
2016
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
antimaniacodépressifs
essentiel
Humeur
antimaniacodépressifs
humeur
affect

---
N2-AUTOINDEXEE
Antipaludéens : Les points essentiels
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/antipaludeens-les-points-essentiels
1 - Les antimalariques sont destinés à prévenir ou à supprimer l’apparition des symptômes cliniques du paludisme. La plupart sont des schizontocides sanguins qui agissent sur les formes endo-érythrocytaires de Plasmodium falciparum, P. vivax, P. ovale, P. malariae et P. Knowlesi; seule la primaquine présente une activité vis à vis des formes quiescentes intra-hépatique de P. Vivax. Ils se différencient selon leur rapidité d’action et leur aptitude à induire une résistance de la part de P. falciparum. Les dérivés des quinoléines (chloroquine, quinine, méfloquine et halofantrine, lumefantrine, pipéraquine, proguanil) et les dérivés de artémisine (artéméther, artéminol, dihydroartémisine) interfèrent avec l’utilisation de l’hémoglobine par le parasite et présentent une action rapide et pour lesquels la résistance est longue et difficile à apparaître. Les autres médicaments utilisés inhibent le métabolisme de l’acide folique du parasite pour le proguanil, et les fonctions mitochondriales pour l’atovaquone. Ces médicaments sont utilisés en association afin d’obtenir une synergie parasiticide et de retarder l’émergence de la résistance plasmodiale. La plupart de ces médicaments sont utilisés à la fois comme prophylaxie antipalustre et comme traitement de l'accés palustre. 2 - Le choix du traitement prophylactique repose sur les risques d’infection dans la zone géographique envisagée et sur les effets indésirables des différents médicaments. 3 - Le traitement du paludisme dépend de la nature de l’espèce plasmodiale en cause et de la sévérité de la maladie. 4 - Les rythmes d’administration et la durée des traitements sont fonction des points d’impact des médicaments dans le cycle parasitaire ainsi que de leurs caractéristiques pharmacocinétiques...
2016
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
antipaludiques
essentiel
antipaludiques

---
N2-AUTOINDEXEE
Phénothiazines
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/phenothiazines
La découverte de la chlorpromazine a fondé la psychopharmacologie et les phénothiazines représentent la plus ancienne famille d’antipsychotiques disponibles. Actuellement, le nombre de molécules commercialisées s’est réduit à six : chlorpromazine, cyamémazine, fluphénazine, lévomépromazine, pipotiazine et propériciazine. Leur profil de liaison aux récepteurs, de nature antagoniste, comprend les récepteurs dopaminergiques D2, liaison rendant compte de leur efficacité et histaminergique H1, muscarinique et adrénergique 11 à l’origine de certains de leurs effets indésirables. L’indication principale des phénothiazines neuroleptiques est le traitement des psychoses aiguës ou chroniques de l’adulte. Ces médicaments sont aussi utilisables dans les troubles graves du comportement de l’enfant avec agitation et agressivité. En dehors de la psychiatrie, certaines de ces molécules sont également prescrites pour leurs propriétés antiémétiques et sédatives, pour des patients cancéreux et les malades en fin de vie. Les esters en suspension huileuse présentent un intérêt dans les formes chroniques, pour une meilleure observance. Les phénothiazines possèdent un effet de premier passage important d’où une biodisponibilité variable et souvent médiocre, une demi-vie d’élimination longue et encore plus longue pour les nombreux métabolites, une métabolisation hépatique importante. Selon les molécules l’élimination est à prédominance urinaire ou fécale. Les effets indésirables sont dominés par les effets de classe et comprennent principalement des manifestations d’ordre neurologique, végétatif et endocrinien...
2016
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
neuroleptiques
phénothiazines
troubles psychotiques
phénothiazine
phénothiazine
phénothiazines

---
N2-AUTOINDEXEE
Loxapine
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/loxapine
La loxapine, une dibenzo-oxazépine tricyclique, est un antipsychotique conventionnel, bien qu'apparenté à la clozapine et présentant un profil de liaison aux récepteurs assez proche ((D4/D2, 5-HT2). C'est le seul représentant aujourd'hui commercialisé de cette classe chimique. Comme tout antipsychotique, ses effets utiles en clinique concernent principalement les psychoses schizophréniques. Elle est fortement sédative d'où son intérêt chez les patients agités ou agressifs. La loxapine subit un effet de premier passage hépatique et est fortement et rapidement métabolisée, par déméthylation et hydroxylation, en dérivés pourvus de propriétés antidépressives, la recommandant pour les psychoses avec comorbidité dépressive. Ses effets indésirables sont ceux de sa classe pharmacologique...
2016
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
loxapine
neuroleptiques
troubles psychotiques
loxapine
loxapine
loxapine

---
N2-AUTOINDEXEE
Butyrophénones
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/butyrophenones
Quatre molécules appartenant à la classe des butyrophénones sont disponibles en France : le dropéridol (administration IM et IV), l’halopéridol (administration PO, IM, IV et forme retard sous forme de décanoate), le penfluridol (administration PO), et le pipampérone (administration PO). Les butyrophénones se lient essentiellement aux récepteurs dopaminergiques de sous type D2 et ont également une faible action adrénolytique. Ils sont dépourvus de propriétés anticholinergique ou antihistaminergique. Le pipampérone est également un antagoniste des récepteurs 5-HT2. L’halopéridol et le penfluridol sont indiqués dans le traitement des états psychotiques aigus et chroniques (schizophrénies, délires paranoïaques, psychoses hallucinatoires chroniques). Ces molécules peuvent également être utilisées dans la prise en charge du syndrome de Gilles de la Tourette. Les butyrophénones, et plus particulièrement l’halopéridol et le dropéridol (dont ce sont les seules indications actuellement) sont aussi utilisées dans la prévention et le traitement des nausées et des vomissements postopératoires ou induits par une chimio- ou une radio-thérapie, dans les délires postopératoire ou des patients en fin de vie, et dans les états d’agitation et d’agressivité...
2016
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
butyrophénones
neuroleptiques
troubles psychotiques
butyrophénones

---
N2-AUTOINDEXEE
Benzamides
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/benzamides
L'amisulpride, le sulpiride, le sultopride et le tiapride représentent aujourd'hui les antipsychotiques de la classe des benzamides substitués. Sur le plan pharmacologique, ces molécules se caractérisent par leur liaison élective sur les récepteurs dopaminergiques des sous-types D2/D3, qu’elles bloquent, une localisation des effets plus limbique que striatale et une action bipolaire, prédominante sur les autorécepteurs présynaptiques à faible dose mais sur les récepteurs postsynaptiques à fortes doses. Comme tous les antipsychotiques, les effets utiles en clinique concernent principalement les psychoses schizophréniques à manifestations positives (fortes doses) ou négatives (faibles doses). Les benzamides ont aussi été considérés comme efficaces dans les dysthymies (faibles doses). Ces molécules ne subissent pas de métabolisation et sont éliminées majoritairement par la voie urinaire. Les effets indésirables qu'elles peuvent induire sont ceux de leur classe avec toutefois une moindre incidence des effets extrapyramidaux...
2016
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
benzamides
neuroleptiques
troubles psychotiques
information sur le médicament
benzamides

---
N2-AUTOINDEXEE
Aripiprazole
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/aripiprazole
L’aripiprazole, molécule antipsychotique commercialisée en France en 2004 est le premier agoniste partiel des récepteurs dopaminergiques D2 de cette classe. Son spectre de liaison comprend également les récepteurs D3 et plus modérément D4, les récepteurs sérotonergiques 5-HT1A (agoniste partiel) et 5-HT2A (antagoniste), les récepteurs adrénergiques et H1 histaminergiques. Il est dépourvu d’affinité pour les récepteurs muscariniques. Comme tout antipsychotique, ses effets utiles en clinique concernent principalement les psychoses schizophréniques et apparentées et il peut être prescrit dans les accès maniaques des troubles bipolaires. L’originalité de son mécanisme d’action lui permettrait d’agir, selon l’environnement dopaminergique, comme un antagoniste dopaminergique sur les manifestations positives et en agoniste sur les signes négatifs. Ses principales caractéristiques pharmacocinétiques sont : bonne biodisponibilité, très forte liaison aux protéines plasmatiques, grand volume de distribution, métabolisation hépatique par les CYP 3A4 et 2D6, avec formation d’un métabolite actif, le déhydro-aripiprazole, longue demi-vie et excrétion mixte, urinaire et hépatique. L’association avec des inducteurs ou inhibiteurs des enzymes impliquées dans le métabolisme engendre des interactions médicamenteuses à prendre en compte...
2016
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
Aripiprazole
neuroleptiques
troubles psychotiques
Aripiprazole
aripiprazole
ARIPIPRAZOLE

---
N2-AUTOINDEXEE
Clozapine
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/clozapine
La clozapine est le chef de file des antipsychotiques dits atypiques ou de seconde génération. C'est un médicament à large spectre, se liant à de multiples récepteurs, avec une affinité particulièrement forte pour les récepteurs D4. La prescription de la clozapine est limitée, par le risque grave d'agranulocytose auquel elle expose, au traitement des patients présentant une schizophrénie résistante ou aux patients intolérants aux autres antipsychotiques. Ses paramètres pharmacocinétiques sont caractérisés par une forte variabilité. La clozapine subit un effet de premier passage important, est métabolisée par le CYP1A2 et éliminée sous forme de métabolites, à la fois dans les urines et les fèces. La clozapine produit peu d'effets indésirables caractéristiques du blocage des récepteurs D2 situés dans les structures extrapyramidales ou hypothalamo-hypophysaire. L'effet indésirable potentiellement le plus grave qu'elle risque d'induire est une leucopénie qui peut évoluer en agranulocytose exposant à un risque infectieux majeur. Ce risque hématologique domine les contre-indications, précautions d'emploi et la surveillance des effets...
2016
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
clozapine
neuroleptiques
troubles psychotiques
clozapine
clozapine
CLOZAPINE
clozapine

---
N2-AUTOINDEXEE
Olanzapine
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/olanzapine
L'olanzapine, un dérivé thiénobenzodiazépine, est actuellement l'unique représentant commercialisé des diazépines antipsychotiques. C'est un antipsychotique atypique, dont l'activité thérapeutique implique la liaison aux récepteurs dopaminergiques (D2, D3 et D4) et sérotonergiques (5-HT2A, 5HT2C). Sa liaison avec d'autres types de récepteurs rend compte d'une partie de ses effets indésirables : blocage des récepteurs muscariniques et effets atropiniques bien répertoriés, blocage des récepteurs H1 et somnolence, blocage des récepteurs adrénergiques et effets cardiovasculaires. Comme tout antipsychotique ses effets utiles en clinique concernent essentiellement les psychoses schizophréniques, avec une efficacité à la fois sur les signes positifs et négatifs et sur les déficits cognitifs. L'olanzapine est fortement métabolisée au niveau hépatique, par les cytochromes CYP1A2 et CYP2D6 et par l'uridine diphosphate glucuronyltransférase, ses métabolites étant inactifs...
2016
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
neuroleptiques
troubles psychotiques
olanzapine
olanzapine
OLANZAPINE
olanzapine
benzodiazépines
benzodiazépines

---
N2-AUTOINDEXEE
Inhibiteurs de la pompe à proton
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/inhibiteurs-de-la-pompe-a-proton
Le traitement de la maladie ulcéreuse repose, après avoir éliminé les facteurs de risque associés, comme les AINS ou l’alcool, sur différents médicaments parmi lesquels les inhibiteurs de la pompe à proton (IPP) occupent une place de choix. En plus du traitement de l’ulcère, les IPP sont utilisés dans un champ large de prescriptions incluant la dyspepsie non ulcéreuse, les oesophagites et la prévention des lésions gastriques induites par les AINS. Leur utilisation est simple. Le mécanisme d’action est aisément appréhendé par la connaissance du schéma de la sécrétion acide (Cf Chapitre « Antiulcéreux »). Les inhibiteurs de pompe à proton bloquent l'action de la H /K -ATPase, pompe à proton, effecteur final de la sécrétion d'ions H du milieu intracanalaire vers la lumière gastrique en échange d'ions K . L’effet anti-sécrétoire se manifeste donc quel que soit le stimulus de la sécrétion acide. Les IPP sont des promédicaments, bases faibles qui sont transformées lorsque le pH est proche de 2 en composés actifs sulfénamides dans les canalicules sécrétoires des cellules pariétales. Après activation, les IPP se fixent de manière covalente, donc irréversible, sur l'une des sous-unités de la H /K -ATPase. L'activité enzymatique en est alors bloquée de façon prolongée, au moins le temps nécessaire (approximativement 18 heures) pour le renouvellement des sous-unités de la H /K -ATPase, permettant la plupart du temps une prise quotidienne unique. L’inhibition de la sécrétion acide est dose-dépendante...
2016
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
antiulcéreux
inhibiteurs de la pompe à protons
inhibiteurs de la pompe à protons
pompe
proton

---
N2-AUTOINDEXEE
Antiacides et pansements digestifs
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/antiacides-et-pansements-digestifs
Le traitement de la maladie ulcéreuse repose, après avoir éliminé les facteurs de risque associés, sur différents médicaments parmi lesquels le sucralfate n’a plus qu’une place marginale. Une des indications préférentielle serait la prévention des ulcères de stress. Cette molécule n’est pas indiquée dans la prévention des ulcères induits par les AINS. L’action pharmacologique du sucralfate sur la muqueuse gastrique est triple : - formation d’un gel visqueux se fixant sur les lésions muqueuses ; - action anti-pepsine et anti-sels biliaires, limitant leur action sur les muqueuses lésées ; - et stimulation des processus physiologiques de défense par une action sur la production de prostaglandines. L’utilisation de ces molécules est plus contraignante que celle des autres anti-ulcéreux du fait de la nécessité de prises pluriquotidiennes. L’utilisation du sucralfate est limitée par la concurrence de molécules mieux tolérées et d’utilisation plus simple comme les IPP et les anti-H2...
2016
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
antiacides gastriques
antiulcéreux
sucralfate
Pansements
digestif
Digestifs
digestion
fonction du tube digestif
antiacides gastriques
appareil digestif, sai
bandages
agents gastro-intestinaux

---
N2-AUTOINDEXEE
Analogues PGE1 (misoprostol)
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/analogues-pge1-misoprostol
Le traitement de la maladie ulcéreuse repose, après avoir éliminé les facteurs de risque associés, sur différents médicaments parmi lesquels les prostaglandines n’ont plus qu’une place marginale. La seule molécule commercialisée en France dans cette indication, le misoprostol, est efficace pour la guérison des ulcères et la prévention des lésions gastriques induites par les AINS. L’action physiologique des prostaglandines sur la muqueuse gastrique est double. Elles bloquent l'action de la H /K -ATPase, pompe à proton, effecteur final de la sécrétion d'ions H du milieu intracanalaire vers la lumière gastrique en échange d'ions K et elles stimulent la production de mucus et d’ion HCO3- par la cellule pariétale. L’utilisation de ces molécules est plus contraignante que celle des autres anti-ulcéreux du fait de leur demi-vie courte nécessitant des prises pluriquotidiennes. De plus, leur profil de tolérance n’est pas très bon. L’utilisation des analogues des prostaglandines est limitée par la concurrence de molécules mieux tolérées et d’utilisation plus simple comme les IPP et les anti-H2...
2016
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
misoprostol
antiulcéreux
prostaglandines E
misoprostol
misoprostol
misoprostol
alprostadil

---
N1-VALIDE
Paracetamol
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/paracetamol
Le paracétamol ou acétaminophène est une molécule aux propriétés analgésiques et antipyrétiques en vente libre, présent dans toutes les pharmacies familiales, souvent utilisé en automédication, et à large utilisation pédiatrique. C’est l’antalgique - antipyrétique le plus consommé dans le monde. Il est utilisé dans le traitement des douleurs d’intensité légère à modérée quand une action anti-inflammatoire n’est pas nécessaire. La multiplicité des formulations galéniques disponibles est un atout indéniable, puisqu’elles permettent de choisir la présentation et la voie d’administration appropriée à chaque situation clinique. C’est un antalgique efficace et maniable à condition de respecter ses contre-indications (hypersensibilité et insuffisance hépatocellulaire, ses précautions d’emploi (ne jamais dépasser chez l’adulte la dose maximale journalière de 4 g en 4 prises et de 60 mg/kg/jour chez l’enfant en 4 prises fractionnées)...
2016
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
analgésiques non narcotiques
acétaminophène

---
N2-AUTOINDEXEE
Aspirine
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/aspirine
L’aspirine ou acide acétyl-salicylique appartient à la famille des salicylés. Elle fait partie des médicaments les plus fréquemment prescrits (AINS), prescriptions auxquelles viennent s’ajouter une consommation importante sous forme d’automédication. Cette molécule est à la fois analgésique périphérique, indiquée dans la prise en charge de la douleur d’intensité faible à modérée d’origine variée, antipyrétique, anti-inflammatoire à forte dose (6 grammes maximum par jour, à répartir en 3 ou 4 prises espacées de 4 heures minimum), antiagrégante plaquettaire à faible dose (moins de 300 mg/jour), et uricosurique. L’aspirine agit en inhibant la synthèse des prostaglandines par son action sur les cyclo-oxygénases (COX 1 et COX 2). De son mode d’action sur l’inhibition de la synthèse des prostaglandines, découlent directement la majorité des effets indésirables (notamment digestifs, hémorragiques), des précautions d'emploi que nécessite le traitement et des contre-indications liés à la prise d’aspirine...
2016
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
acide acétylsalicylique
anti-inflammatoires non stéroïdiens
inhibiteurs des cyclooxygénases
acide acétylsalicylique
acide acétylsalicylique
ASPIRINE

---
N2-AUTOINDEXEE
Inhibiteurs de réverse transcriptase du VIH
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/inhibiteurs-de-reverse-transcriptase-du-vih
Les inhibiteurs de la reverse transcriptase (RT) sont des molécules actives sur le VIH : ils bloquent l’enzyme permettant la synthèse d’ADN complémentaire à partir de l’ARN viral, avant son intégration dans le génome de la cellule infectée : ils agissent donc sur une phase précoce de la réplication virale. Ils regroupent des molécules appartenant à des familles pharmacologiques différentes. Les analogues nucléosidiques (inhibiteurs nucléosidiques de la reverse transcriptase, NRTI) ont constitué la première classe d’antirétroviraux mis sur le marché en 1987. Les inhibiteurs non nucléosidiques (inhibiteurs non nucléosidiques de la reverse transcriptase, NNRTI) sont apparus dix années plus tard (1997). Les traitements actuels du VIH associent plusieurs molécules appartenant à des classes pharmacologiques différentes. A côté des inhibiteurs de la RT, on dispose aujourd’hui dles inhibiteurs de la protéase virale qui font l’objet d’un autre chapitre de ce site (M24-3) et de médicaments appartenant à des classes plus récentes : les inhibiteurs d’entrée, les inhibiteurs de fusion, les anti-intégrase. En première intention, le reposera sur l’association de 3 molécules (tri-thérapie, comprenant généralement 2 NRTI et, soit un NNRTI, soit 1 Inhibiteur de Protéase. Le traitement antirétroviral permet de limiter la réplication du VIH à un seuil non détectable et de restaurer en partie le statut immunitaire du patient mais n’éradique pas le virus de l’organisme...
2016
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
inhibiteurs de la transcriptase inverse
agents antiVIH
infections à VIH
vih
VIH (Virus de l'Immunodéficience humaine)
inhibiteurs de la transcriptase inverse
virus de l'immunodéficience humaine

---
N2-AUTOINDEXEE
Inhibiteurs de la protéase du VIH
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/inhibiteurs-de-la-protease-du-vih
Les inhibiteurs de la protéase sont des molécules capables de se lier sur le site actif de la protéase du VIH conduisant ainsi à la formation de particules virales immatures donc non infectieuses. Cette classe pharmacologique, active sur le virus du SIDA, apparaît en 1996. Elle ouvre l’ère des multithérapies d’antirétroviraux : développement des HAART (High Active AntiRetroviral Therapy) qui permet une réduction spectaculaire de la morbidité et de la mortalité de l’infection par le VIH. Il faut cependant garder à l’esprit que l’infection reste potentiellement létale et nécessite un traitement continu au long cours pour permettre un contrôle immuno virologique satisfaisant. Les traitements actuels permettent seulement de limiter la réplication virale à un seuil non détectable et de restaurer en partie le statut immunitaire du patient. Ces traitements sont lourds et comportent de nombreux effets secondaires. Par ailleurs, ils restent contraignants...
2016
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
inhibiteurs de protéase du VIH
infections à VIH
virus de l'immunodéficience humaine
inhibiteurs de protéase du VIH
endopeptidase
vih

---
N2-AUTOINDEXEE
Autres antirétroviraux
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/autres-antiretroviraux
Parmi les antirétroviraux autres que les Inhibiteurs nucléosidiques ou non nucléosidiques de la transcriptase inverse et les Inhibiteurs de protéase, il existe à l’heure actuelle, 3 molécules différentes caractérisées par des mécanismes d’action originaux. Deux s’opposent à la pénétration du virus dans les cellules, le troisième empêche l’intégration de l’ADN proviral dans la cellule qui l’héberge. L’enfuvirtide ou T20 est un inhibiteur de la fusion des membranes cellulaire et virale, le maraviroc est un antagoniste des récepteurs CCR5 et le raltégravir est un inhibiteur de l’intégrase du VIH...
2016
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
inhibiteurs de fusion du VIH
enfuvirtide
infections à VIH
J05AX07 - enfuvirtide
maraviroc
J05AX09 - maraviroc
Antagonistes des récepteurs CCR5
Raltégravir de potassium
J05AX08 - raltégravir
inhibiteurs de l'intégrase du vih
antirétroviraux
fragments peptidiques
protéine d'enveloppe gp41 du VIH
cyclohexanes
triazoles

---
N2-AUTOINDEXEE
Antiviraux utilisés dans les hépatites virales
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/antiviraux-utilises-dans-les-hepatites-virales
La France est un pays de faible endémie pour le virus de l’hépatite B (VHB) mais la circulation du virus est loin d’être négligeable. Le taux de prévalence de l’antigène (Ag) HBs signant une infection chronique par le VHB a progressé de 0,28% ces 5 dernières années. En revanche, concernant le virus de l’hépatite C (VHC) on semble assister à une diminution du VHC en France. Dans la majorité des cas, une thérapeutique est mise en place uniquement pour les hépatites chroniques B et C. Les antiviraux utilisés dans les hépatites virales reposent sur deux grands principes : l’immunomodulation grâce à l’utilisation des interférons (IFN) et l’inhibition de la réplication virale via l’utilisation d’analogue nucléotidique ou nucléosidique...
2016
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
inhibiteurs de protéases
antiviraux
inhibiteurs de la synthèse d'acide nucléique
interféron alpha
peginterféron alpha
hépatite B
hépatite C
hepatite virale
hepatite
hépatite virale
hépatites virales humaines
antiviraux
Hépatite
hépatite virale
hépatite

---
N2-AUTOINDEXEE
Anti herpesviridae (acilovir, famciclovir, ganciclovir, foscarnet, docosanol...)
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/anti-herpesviridae-acilovir-famciclovir-ganciclovir-foscarnet-docosanol
Les antiviraux utilisés sont tous des agents virostatiques, limitant la phase de prolifération. Ils sont tous dirigés contre l’ADN polymerase virale avec une sélectivité très importante (donc sans altérer les ADN polymérases cellulaires humaines). L’aciclovir, le valaciclovir, le ganciclovir, le valganciclovir et le famciclovir doivent être tri-phosphorylés, la première phosphorylation étant assurée par une thymidine kinase virale (pour HSV et VZV) ou par une phosphotransférase (CMV) ; seules les cellules infectées contiennent le métabolite actif. Le foscarnet (principalement indiqué dans les infections à CMV) bloque la réplication de l’ADN viral en agissant sur un site proche du site de fixation des nucléosides naturels. Enfin, le cidofovir (principalement indiqué dans infections à CMV) est biphosphorylé par une phosphatase cellulaire. Tous ces antiviraux sont éliminés par voie urinaire quasiment sous forme inchangée et sont tous plus ou moins néphrotoxiques. Les posologies doivent donc être adapter en prenant en compte la fonction rénale. De plus, une hydratation efficace doit être impérativement prescrite en parallèle du traitement anti-herpesviridae. En conséquence, toute co-prescription avec un autre médicament néphrotoxique doit être soigneusement réfléchie...
2016
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
antiviraux
infections à herpesviridae
famciclovir
famciclovir
ganciclovir
famciclovir
foscarnet
docosanol
docosanol
herpesviridae
foscarnet
ganciclovir
ganciclovir
Amino-2 purine
alcools gras

---
N2-AUTOINDEXEE
Béta-bloquants
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/beta-bloquants?category_id=6
Les béta-bloquants constituent une famille hétérogène d’antagonistes compétitifs spécifiques des récepteurs ß-adrénergiques, d’utilité majeure dans le traitement des maladies cardio-vasculaires. Leurs propriétés pharmacodynamiques et pharmacocinétiques dépendent de la molécule considérée, et constituent des critères de sélection. Ainsi, le choix d’un ß-bloquant dépendra de l’importance de sa cardiosélectivité, de l’existence d’une activité sympathomimétique intrinsèque ou encore de ses effets stabilisants de membrane du à l'inhibition de courants ioniques. L’importance du métabolisme hépatique et/ou de l’élimination rénale est variable d’une molécule à l’autre et constitue aussi un critère de choix d’un ß-bloquant pour un patient donné. Les ß-bloquants sont indiqués en première intention dans le traitement de l’hypertension artérielle et le traitement prophylactique des crises d’angor stable...
2016
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
antagonistes bêta-adrénergiques
angor stable
angor stable
hypertension artérielle
beta
obstruction
bloquant
antagonistes bêta-adrénergiques

---
N2-AUTOINDEXEE
Méprobamate
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/meprobamate
Il exerce une activité tranquillisante sédative par son action inhibitrice au niveau sous cortical (formation réticulée et thalamus), anxiolytique par diminution de l’excitabilité du système limbique (centre émotionnel). Il s’agit d’un médicament rapidement absorbé par voie orale, dont le pic plasmatique est atteint en 1-2heures et la demi-vie comprise entre 6 et 17 heures. Il subit un métabolisme hépatique important puisque seulement 10% de la dose administrée est éliminée dans les urines. Outre son effet anxiolytique, le méprobamate possède également des propriétés myorelaxantes, expliquant son utilisation comme anxiolytique mais également dans les contractures sévères. Le méprobamate peut entraîner une somnolence, surtout en début de traitement. Il présente un potentiel de dépendance non négligeable nécessitant à fortiori une durée limitée de traitement et un arrêt progressif...
2016
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
méprobamate
anxiolytiques
hypnotiques et sédatifs
myorelaxants à action centrale
contracture
troubles anxieux
N05BC01 - méprobamate
méprobamate
méprobamate
méprobamate
moutardes

---
N2-AUTOINDEXEE
Buspirone
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/buspirone
La buspirone représente le premier anxiolytique sérotoninergique commercialisé. Cette molécule possède une forte affinité pour les récepteurs 5-HT1A vis-à vis desquels elle se conduit comme un agoniste partiel. Son effet anxiolytique est beaucoup plus lent à apparaître que les autres anxiolytiques (10 à 15 jours) en relation avec la diminution progressive du tonus sérotoninergique. Elle présente des effets indésirables à type de sensations vertigineuses et/ou ébrieuses, essentiellement en début de traitement. La buspirone est dépourvue d’effet sédatif, amnésiant, myorelaxant et de risque de pharmacodépendance. La buspirone induit une anxiolyse progressive et possède une efficacité comparable aux benzodiazépines dans l’anxiété généralisée...
2016
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
buspirone
anxiolytiques
N05BE01 - buspirone
agonistes des récepteurs 5-HT1 de la sérotonine
troubles anxieux
trouble anxieux généralisé
buspirone
buspirone
BUSPIRONE

---
N1-SUPERVISEE
Benzodiazépines
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/benzodiazepines
Agissant au niveau de récepteurs spécifiques couplés aux récepteurs GABA de type A (R-GABAA), les benzodiazépines sont les substances anxiolytiques les plus utilisées, en raison de leur efficacité symptomatique rapide et de leur faible toxicité. Les benzodiazépines sont rapidement absorbées dans le tube digestif et métabolisées principalement au niveau hépatique. Certains composés donnent naissance à des métabolites actifs aux propriétés voisines. Elles possèdent des propriétés pharmacologiques communes : anxiolytique, sédative, amnésiante, myorelaxante, anticonvulsivante, expliquant leur indications cliniques dans l’anxiété et l’insomnie mais également leurs effets indésirables dont le plus fréquent est la sédation. Cet effet est plus fréquent et intense chez les personnes âgées chez qui elle peut revêtir une symptomatologie variée et avoir des conséquences délétères (chutes…)...
2016
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
benzodiazépines
anxiolytiques
troubles anxieux
troubles de l'endormissement et du maintien du sommeil
modulateurs GABA
N05BA - dérivés de la benzodiazépine

---
N1-SUPERVISEE
Antiasthmatiques - Béta-2-stimulants à courte et longue durée d'action
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/beta-2-stimulants-a-courte-et-longue-duree-d-action
Le traitement de la crise d’asthme repose essentiellement sur l’administration de bêta-2 mimétiques de courte durée d’action par voie inhalée. Les inhalations par nébulisations sont réservées aux asthmes aigus graves. Les bêta-2 agonistes d’action prolongée sont indiqués dans les asthmes persistants non contrôlés par une corticothérapie inhalée et dans la BPCO. Le mécanisme d’action des broncho-dilatateurs bêta-2 stimulants est en rapport avec leur propriété agoniste spécifique des récepteurs bêta-2 du muscle lisse bronchique. La formation du complexe agoniste-récepteur induit une cascade d’activation de protéines cytoplasmiques aboutissant à une relaxation rapide, en quelques minutes, du muscle lisse bronchique. L’activation des récepteurs bêta-2 adrénergiques persiste pendant 4 heures pour les molécules de courte durée d’action, 12 à 24 heures pour celles de longue durée d’action. Il n’existe pas de corrélation entre concentration plasmatique et durée d’action ou efficacité clinique...
2016
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
antiasthmatiques
agonistes des récepteurs béta-2 adrénergiques
broncho-pneumopathie chronique obstructive
asthme
R03AC - agonistes sélectifs bêta 2 adrénergiques

---
N1-SUPERVISEE
Antiasthmatiques : Corticoïdes inhalés
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/42
Les glucocorticoïdes inhalés sont les anti-inflammatoires indiqués en première intention dans l’asthme persistant. Sous réserve d’une administration quotidienne, le bénéfice thérapeutique obtenu se traduit par une diminution de la fréquence et de la sévérité des exacerbations, une réduction de l’hyperréactivité bronchique non spécifique et, le cas échéant, par une amélioration des paramètres fonctionnels ventilatoires (VEMS, DEMM25-75). Les molécules actuellement disponibles sur le marché français, béclométasone, budésonide, ciclésonide, fluticasone, mométasone peuvent être administrés seuls ou pour certains associés avec un bronchodilatateur ß2-agoniste de longue durée d’action, en fonction de la sévérité de l’asthme...
2016
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
antiasthmatiques
glucocorticoïdes
administration par inhalation
asthme
asthme persistant
R03BA - glucocorticoïdes

---
N2-AUTOINDEXEE
Adrénaline, inotropes positifs et catécholamines
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/adrenaline-inotropes-positifs-et-catecholamines
Les médicaments appartenant à la famille « adrénaline, inotropes positifs et catécholamines » exercent leur action sur les récepteurs vasculaires (alpha et bêta-2) et myocardiques (bêta-1) du système nerveux adrénergique avec des effets variables selon les molécules. Les principales molécules utilisées sont l’adrénaline, la noradrénaline, la dobutamine et l’isoprénaline. L’adrénaline (agoniste alpha et bêta) induit un effet inotrope positif et une vasoconstriction périphérique. Elle représente le traitement de première intention du choc anaphylactique et de l’arrêt cardiaque. La noradrénaline (agoniste alpha prédominant) agit préférentiellement sur les récepteurs alpha. La vasoconstriction périphérique résultante est utile dans le traitement du choc septique, pathologie caractérisée par une vasoplégie initiale. La dobutamine (agoniste bêta-1) est le traitement de choix du choc cardiogénique, en raison de l’effet inotrope positif puissant qu’elle exerce. L’isoprénaline (agoniste bêta-1) augmente la vitesse de conduction auriculo-ventriculaire et la force contractile du myocarde et diminue le seuil d'excitabilité myocardique. Les indications spécifiques de cette molécule associent les blocs auriculo-ventriculaires de type 3 et les torsades de pointe...
2015
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
Catécholamines
catécholamine
Inotropisme
cardiotoniques
épinéphrine
épinéphrine
épinéphrine
positif
ADRENALINE
catécholamines
contraction musculaire

---
N2-AUTOINDEXEE
Anti-TNF-alpha
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/anti-tnf-alpha
Les anti-TNF alpha (anti-TNFα) sont des médicaments issu de la biothérapie (aussi appelés biomédicaments ou des biosimilaires par rapport à un anti-TNF de référence) qui ont révolutionné la prise en charge et l'évolution de maladies inflammatoires chroniques, graves et invalidantes comme la polyarthrite rhumatoïde, la spondylarthrite ankylosante, le psoriasis sévère et sa forme rhumatismale, l'arthrite juvénile idiopathique ainsi que certaines maladies inflammatoires chroniques de l'intestin (MICI) comme la rectocolite hémorragique et la maladie de Crohn. Ces médicaments sont des anticorps monoclonaux complètement ou partiellement humanisés, ou des protéines chimèriques se comportant comme des recepteurs solubles du TNF par fixation. Ces biomédicaments diminuent le TNFα sérique, ce qui va permettre de contrôler l'inflammation régionale et donc l'évolution de ces pathologies. Les anti-TNFα sont réservés aux formes sévères de ces affections en cas d'échec des traitements de fond classiques...
2015
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
facteur de nécrose tumorale alpha
L04AB - anti TNF alpha
anti-TNF alpha
facteur de nécrose tumorale alpha
facteur de nécrose tumorale alpha
UN ALPHA

---
N2-AUTOINDEXEE
Antiparkinsoniens : Les points essentiels
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/antiparkinsoniens-les-points-essentiels
La base du traitement de la maladie de Parkinson vise à compenser le déficit dopaminergique par plusiers mécanismes: 1) en apportant de la L-dopa exogène qui sera captée par le neurone dopaminergique et sera ensuite transformée en dopamine, 2) en mimant l’action de la dopamine sur les récepteurs dopaminergiques avec les agonistes dopaminergiques (bromocriptine, ropinirole, pergolide…) qui agissent directement sur les récepteurs dopaminergiques D2 post synaptiques et ne nécessitent pas de transformation ou métabolisme au niveau des neurones dopaminergiques nigrostriés, ou 3) en inhibant les enzymes du catabolisme de la dopamine comme le COMT ou la MAO-B pour diminuer sa dégradation. Le traitement peut aussi corriger les conséquences du déficit dopaminergique (par ex. l'hyperactivité cholinergique au niveau du striatum due au déficit en dopamine) en agissant sur d’autres neurotransmetteurs (acétylcholine, glutamate). Les antagonistes muscariniques (trihexyphénidyle) diminuent la transmission cholinergique en agissant au niveau de la synapse des interneurones cholinergiques striataux. Les antagonistes des récepteurs glutamatergiques de type NMDA (Amantadine) diminuent la transmission glutamatergique. Tous ces médicaments exercent un effet symptomatique en améliorant les symptômes moteurs (akinésie, tremblement, rigidité) de la maladie de Parkinson et aussi d’autres pathologies neurologiques comme le syndrome des jambes sans repos et la dystonie dopa-sensible. La plupart des effets indésirables des médicaments anti-parkinsoniens sont liés à leurs propriétés dopaminergiques périphériques et centrales...
2015
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
essentiel
antiparkinsoniens

---
N2-AUTOINDEXEE
Antiangineux : Les points essentiels
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/antiangineux
Les médicaments anti-angineux sont destinés à réduire les symptômes de l’angor, conséquences de l’ischémie myocardique. Cette ischémie résulte d’un déséquilibre entre les besoins et les apports en O2 du myocarde. Elle a des traductions cliniques diverses : crise angineuse, angor d’effort stable, angor instable et angor spastique pur. Chaque type d’angor a un mécanisme physiopathologique particulier, et nécessite un traitement adapté à son mécanisme. Les principaux médicaments anti-angineux appartiennent à trois classes médicamenteuses : les bêta-bloquants, les dérivés nitrés, les inhibiteurs calciques (dihydropyridines, diltiazem, vérapamil). Ces médicaments agissent : - en réduisant les besoins en O2 du myocarde en diminuant la fréquence cardiaque, la contractilité myocardique et/ou la tension pariétale du ventricule gauche (bêta-bloquants), - en augmentant les apports en O2 du myocarde par leur effet vasodilatateur ou antispastique coronaire. (inhibiteurs calciques). Trois autres médicaments ont une activité antiangineuse par des mécanismes divers associant effets vasodilatateurs et antispastiques: la molsidomine, le nicorandil, et la trimétazidine. Les bêta-bloquants sont le traitement de première intention de l’angor d’effort stable. Ils sont indiqués, en association avec un dérivé nitré et un traitement antithrombotique, dans le traitement de l’angor instable. Les inhibiteurs calciques sont indiqués en première intention dans l’angor spastique. Ils constituent l’alternative aux bêta-bloquants dans le traitement de l’angor stable d’effort lorsque ceux-ci sont contre-indiqués ou mal tolérés. Les dérivés nitrés d’action rapide sont le traitement préventif et curatif de la crise angineuse. Les dérivés nitrés d’action prolongée peuvent être associés aux bêta-bloquants et aux inhibiteurs calciques...
2015
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
essentiel

---
N2-AUTOINDEXEE
Antiarythmiques (médicaments des troubles du rythme cardiaque)
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/antiarythmiques-medicaments-des-troubles-du-rythme-cardiaque
Les médicaments antiarythmiques sont destinés à réduire la morbidité et si possible – mais ce n’est en règle générale pas le cas – la mortalité associées aux troubles du rythme cardiaque ventriculaires et supraventriculaires de type tachyarythmies. Leur utilisation est délicate et relève essentiellement du spécialiste. Mais leur surveillance, en particulier pour le traitement de la Fibrillation Auriculaire concerne tous les médecins. Les trois principales caractéristiques des antiarythmiques sont : Index thérapeutique étroit de la majorité des produits existant (effets indésirables potentiellement graves et, pour certains, mortels). Hétérogénéité des produits et des effets cellulaires et cliniques. Grande variabilité des effets thérapeutiques et toxiques selon la nature de l'arythmie traitée et les pathologies cardiaques sous-jacentes. L’utilisation thérapeutique des antiarythmiques est facilitée par la connaissance de leurs propriétés électrophysiologiques cellulaires. Celles-ci sont classées en 4 grandes classes (classification de Vaughan-Williams) : Classe I : les bloqueurs du canal sodique rapide (INa) eux-mêmes constitués en 3 sous-classes (a, b, c) selon l'intensité et la durée du blocage sodique (b a c). Classe II : les ß-bloquants adrénergiques. Classe III : les médicaments qui allongent la durée de la repolarisation ventriculaire. Classe IV : les inhibiteurs du courant calcique lent (ICaL)...
2015
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
pharmacologie
antiarythmiques
médicament cardiaque
antiarythmiques
rythme cardiaque
trouble
médicament antiarythmique
troubles du rythme
troubles du rythme cardiaque

---
N2-AUTOINDEXEE
Cytokines et anti-cytokines : Les points essentiels
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/cytokines-et-anti-cytokines-les-points-essentiels
En réponse à une agression, l’organisme synthétise des protéines qui permettent aux cellules de communiquer entre elles afin d’initier, développer et achever les réponses inflammatoires et/ou immunes. Il s’agit d’une modification, temporaire, orchestrée et adaptée, des fonctions cellulaires afin, si possible, de revenir à l’état antérieur, avant l’agression. Ces signaux protéiques entre cellules correspondent aux cytokines et aux molécules d’adhésion. Le plus souvent, les cytokines agissent après sécrétion dans le milieu extracellulaire...
2015
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
essentiel
cytokines
cytokine

---
N2-AUTOINDEXEE
Fibrinolytiques
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/fibrinolytiques
Les fibrinolytiques sont utilisés uniquement en cas de pathologies athéro-thrombotiques ou thrombo-embolique engageant le pronostic vital à savoir : - syndrome coronarien aigu avec élévation du segment ST, - accident vasculaire cérébral (AVC) ischémique, - embolies pulmonaires avec instabilité hémodynamique, - occlusion artérielle lors de traitement endovasculaire - thrombose de prothèse valvulaire cardiaque...
2015
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
fibrinolytiques
fibrinolytiques
fibrinolyse

---
N2-AUTOINDEXEE
Hypolipémiants : Les points essentiels
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/hypolipemiants-les-points-essentiels
Le risque d’athérosclérose et donc de complications cardio-vasculaires est accru chez les patients dyslipidémiques. Le rôle d’une concentration sanguine élevée de cholestérol total et de LDL-cholestérol, ainsi que d’une concentration basse de HDL-cholestérol, sur le risque de maladie coronaire est clairement établi depuis les années 1960 grâce à la cohorte de Framingham aux Etats-Unis. La prise en charge initiale des dyslipidémies est diététique. Quand un traitement médicamenteux est nécessaire, il existe actuellement 4 classes médicamenteuses disponibles : - des inhibiteurs de l’HMG CoA réductases ou statines - des agonistes du PPAR-alpha ou fibrates - un inhibiteur de l’absorption du cholestérol intestinal : l’ézétimibe - une résine échangeuse d’ions et chélatrice d’acides biliaires : la colestyramine...
2015
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
hypolipémiants
essentiel
hypolipémiants

---
N2-AUTOINDEXEE
Insuffisance cardiaque : Les points essentiels
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/insuffisance-cardiaque-les-points-essentiels
L’insuffisance cardiaque est une maladie grave dont la mortalité annuelle va de 5 à 50% selon le stade de la maladie. De plus l’insuffisance cardiaque est la seule maladie cardio-vasculaire dont la prévalence augmente. L’insuffisance cardiaque est caractérisée par une incapacité du cœur à assurer son fonctionnement normal (c’est à dire pomper un débit sanguin suffisant aux besoins de l’organisme). Si la prise en charge thérapeutique des formes de décompensation aiguë a peu évolué, le traitement de l’insuffisance cardiaque chronique a par contre fortement bénéficié de la compréhension des mécanismes d’adaptation neuro-hormonaux (système rénine-angiotensine-aldostérone et système sympathique) dont l’activation s’avère à long terme délétère. En dehors des conseils hygiéno-diététiques et du traitement de la cardiopathie causale, le traitement de l’insuffisant cardiaque chronique stable a ainsi pour objectif de lutter efficacement contre l’activation de ces deux systèmes. Les Inhibiteurs de l’enzyme de conversion agissent en limitant la synthèse d’angiotensine II et d’aldostérone et sont à l’origine d’une vasodilatation facilitant le travail myocardique. Les effets délétères à long terme de l’activation sympathique (notamment arythmogènes) sont contrés par les béta-bloquants qui seront introduits sur un patient stable, à distance d’un épisode de décompensation aigu et à doses progressivement croissantes. La rétention hydro-sodée est limitée par l’utilisation de diurétiques de l’anse dont la posologie est adaptée aux signes congestifs cliniques. L’administration de faibles doses de diurétiques anti-aldostérone permet aussi une amélioration du pronostic des sujets insuffisants cardiaques symptomatiques...
2015
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
défaillance cardiaque
insuffisance cardiaque
insuffisance cardiaque
insuffisance cardiaque
défaillance cardiaque
essentiel

---
N2-AUTOINDEXEE
Anti-épileptiques : Les Points essentiels
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/anti-epileptiques-les-points-essentiels
La classe des anti-épileptiques regroupe plusieurs médicaments différents les uns des autres mais qui ont en commun de prévenir la occurrence des crises chez des patients épileptiques. Ces médicaments sont classés en anti-épileptiques de première génération (classiques) et de deuxième génération (nouveaux) selon leur date de commercialisation. Des nouveaux molécules sont actuellement en cours de développement. Les anti-épileptiques ont une action symptomatique avec l'objectif de diminuer l’hyperexcitabilité neuronale. L’hétérogénéité des formes cliniques d’épilepsie explique que tous les anti-épileptiques ne soient pas efficaces dans toutes les formes d’épilepsie ni dans toutes les formes étiologiques, avec même la possibilité, pour certains, d’aggraver certains types de crises. Les médicaments anti-épileptiques sont considérés comme efficaces dans environ 70% des patients traités. En dehors de l’épilepsie, certains anti-épileptiques sont utilisés en traitement fond de la migraine, comme régulateurs de l’humeur ou comme traitement des douleurs neurogènes. Les caractéristiques pharmacocinétiques des médicaments anti-épileptiques sont variables d’un produit à l’autre. L’élément le plus important à prendre en compte est la métabolisation hépatique de la plupart des anti-épileptiques et la capacité qu’ont certains d’exercer un effet inducteur enzymatique (carbamazépine, phénytoine, phénobarbital) ou un effet inhibiteur enzymatique (acide valproïque, felbamate, topiramate). Les nombreuses interactions médicamenteuses qui découlent du métabolisme hépatique des anti-épileptiques sont une des causes de variabilité de la réponse au traitement chez un patient donné. Il existe également une variabilité inter-individuelle dont témoigne une résistance au traitement chez 30% des patients...
2015
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
anticonvulsivants
essentiel
anticonvulsivants

---
N2-AUTOINDEXEE
Stimulants de la cognition : les points essentiels
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/stimulants-de-la-cognition-les-points-essentiels
Il n’existe actuellement que deux classes pharmacologiques de stimulants de la cognition : les inhibiteurs de l’acétylcholinestérase (donépézil, rivastigmine, galantamine) qui permettent d’augmenter les concentrations cérébrales en acétylcholine un antagoniste du récepteur glutamatergique NMDA (mémantine) qui a pour effet d’améliorer les processus neurobiologiques impliqués dans les phénomène d’apprentissage et de mémorisation. Ces médicaments permettent d’améliorer les performances cognitives et de diminuer les troubles psychocomportementaux chez des patients atteints de maladie d’Alzheimer comme l’atteste l’amélioration sur différentes échelles d’évaluation, en l’absence d’un critère de morbidité plus global. La pharmacocinétique de ces médicaments ne pose pas de problème majeur pour leur utilisation en pratique. La prudence est recommandée, pour les inhibiteurs de l’acétylcholinestérase, en cas de pathologie (cardiaque, broncho-pulmonaire, digestive, urinaire) susceptible d’être aggravée par un effet cholinomimétique. Les médicaments possédant des propriétés anti-cholinergiques peuvent amoindrir l’effet thérapeutique des inhibiteurs de l’acétylcholinestérase...
2015
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
Troubles de la cognition
antagonistes des acides aminés excitateurs
Récepteurs du N-méthyl-D-aspartate
anticholinestérasiques
cognition
stimulants du système nerveux central
cognition
stimulateur
essentiel

---
N2-AUTOINDEXEE
Anti-hypertenseurs : Les points essentiels
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/anti-hypertenseurs-points-essentiels
L'administration de médicaments anti-hypertenseurs a pour objectif de réduire la mortalité et la morbidité cardio-vasculaire associée à l'hypertension artérielle. L'objectif tensionnel, y compris chez les diabétiques et les patients avec maladies rénales, est d'obtenir une pression artérielle systolique comprise entre 130 et 140 mm Hg et une pression artérielle diastolique inférieure à 90 mm Hg, confirmée par une mesure de la PA en dehors du cabinet médical. Des objectifs différents peuvent être proposés chez certains patients, notamment les hypertendus macroprotéinuriques, après avis spécialisé. Les médicaments antihypertenseurs sont nombreux et appartiennent à différentes classes médicamenteuses divergeant par leur mécanisme d'action et leurs effets indésirables. L'action anti-hypertensive est liée à : une diminution des résistances périphériques par vasodilatation directe pour les alpha bloquants et les inhibiteurs calciques, une diminution des résistances périphériques par vasodilatation indirecte liée à une diminution des décharges sympathiques des centres vasopresseurs du tronc cérébral pour les antihypertenseurs centraux, une diminution du débit cardiaque par un effet inotrope et chronotrope négatif pour les bêta-bloquants, une diminution du volume extracellulaire pour les diurétiques thiazidiques, l'inhibition de l'effet vasoconstricteur et de rétention sodée de l'angiotensine II pour les médicaments du système rénine angiotensine (inhibiteurs de l'enzyme de conversion et les antagonistes de l'angiotensine)...
2015
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
antihypertenseurs
antihypertenseurs
essentiel

---
N2-AUTOINDEXEE
L-dopa
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/l-dopa
Le traitement par L-dopa constitue la pierre angulaire du traitement de la maladie de Parkinson. L’effet antiparkinsonien de la L-Dopa reste plus puissant et plus durable que celui des agonistes dopaminergiques. La L-Dopa permet d’augmenter l’espérance de vie des parkinsoniens d’environ 5 ans. La L-Dopa est également efficace dans le syndrome des jambes sans repos et dans la dystonie dopa sensible. La résorption digestive est limitée par de nombreux facteurs (vitesse de vidange gastrique, décarboxylation de la L-Dopa au niveau de la paroi de l’estomac, compétition entre la L-Dopa et de nombreux acides aminés au niveau d’un transport commun lors du franchissement de la barrière intestinale). Le pic plasmatique est atteint en moyenne en 1 à 2 heures et la demi vie est courte (1,5 heures). L'association avec un inhibiteur de la dopa-décarboxylase (bensérazide ou carbidopa) qui ne passe pas la barrière hémato-encéphalique améliore le profil pharmacocinétique avec une meilleure biodisponibilité globale et centrale et une demi-vie de 3 heures...
2015
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
lévodopa
antiparkinsoniens
maladie de Parkinson
lévodopa
Dopa
dihydroxyphénylalanine
dopa

---
N2-AUTOINDEXEE
Agonistes dopaminergiques
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/agonistes-dopaminergiques
Il existe deux classes d’agonistes dopaminergiques : 1) les dérivés des alcaloïdes de l’ergot de seigle (bromocriptine, cabergoline, lisuride, pergolide) et 2) les non dérivés de l’ergot de seigle (ropinirole, pramipexole, piribédil). Ils agissent tous directement sur les récepteurs dopaminergiques et ne nécessitent pas de métabolisme en principe actif par les neurones dopaminergiques nigrostriés. Les dérivés de l’ergot de seigle agissent également sur les récepteurs alpha adrénergiques et sérotoninergiques ce qui occasionnent des effets indésirables. Au stade précoce de la maladie de Parkinson, les agonistes dopaminergiques permettent de bien contrôler les symptômes moteurs mais surtout réduisent de moitié le risque de survenue des complications motrices. Au stade des complications motrices, les agonistes dopaminergiques en association avec la L-Dopa permettent de compléter l’efficacité thérapeutique de la L-Dopa, d’atténuer les fluctuations motrices et de réduire les dyskinésies par la diminution posologique de L-Dopa qu’ils entraînent. Aucun agoniste n’a démontré d’efficacité supérieure par rapport aux autres. Les agonistes dopaminergiques ont démontré une efficacité dans le syndrome des jambes sans repos mais ne sont à utiliser que dans les formes sévères. Leur demi vie est plus longue que celle de la L-Dopa...
2015
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
agonistes de la dopamine
antiparkinsoniens
maladie de Parkinson
agonistes de la dopamine

---
N2-AUTOINDEXEE
Anticholinergiques
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/anticholinergiques-2
Dans la maladie de Parkinson, le déficit dopaminergique lève l’inhibition an niveau des neurones cholinergiques résultant donc en une hyperactivité cholinergique striatale. Les antagonistes muscariniques diminuent la transmission cholinergique en agissant au niveau de la synapse des interneurones cholinergiques striataux. Les anticholinergiques possèdent un effet antiparkinsonien modéré prédominant sur le tremblement. Leur demi vie est d’environ 3 heures. Les effets indésirables des anticholinergiques découlent directement du blocage des récepteurs cholinergiques périphériques (sécheresse buccale, constipation, dysurie, mydriase et troubles de l’accommodation) et centraux (confusion, délire, hallucinations et troubles mnésiques surtout chez le sujet âgé). Les contre-indications des anticholinergiques sont adénome de la prostate, glaucome à angle fermé, détérioration intellectuelle. La prudence s’impose chez le sujet âgé...
2015
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
antagonistes cholinergiques
antiparkinsoniens
maladie de Parkinson
anticholinergiques
antagonistes cholinergiques

---
N2-AUTOINDEXEE
Amantadine
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/amantadine
Le mécanisme d’action de l'amantadine reste mal connu et il est probablement multiple (augmentation de la synthèse et de la libération de dopamine, blocage de la recapture présynaptique de la dopamine, antagoniste des récepteurs glutamatergiques de type NMDA, faible action anticholinergique). L’amantadine exerce un effet antiparkinsonien modéré sur l'akinésie et l'hypertonie de la maladie de Parkinson. Récemment, on a découvert qu’elle diminuait significativement la durée et la sévérité des dyskinésies sans majorer les signes parkinsoniens. Une confusion, des hallucinations visuelles, une agitation représentent les effets indésirables les plus souvent rencontrés. Ils sont liés aux propriétés dopaminergiques et anticholinergiques du médicament. Une hypotension orthostatique, des oedèmes et un livedo des membres inférieurs sont plus rares. Des troubles digestifs sont egalement observés...
2015
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
amantadine
antiparkinsoniens
maladie de Parkinson
amantadine
amantadine

---
N2-AUTOINDEXEE
IMAO B comme antiparkinsonien
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/imao-b-comme-antiparkinsonien
Les IMAO-B réduisent la dégradation périphérique de la L-Dopa en bloquant sélectivement et de manière irréversible la monoamine-oxydase-B (MAO-B) intra- et extra-neuronale. De plus, les IMAO-B possèderaient aussi une action inhibitrice sur la MAO-B cérébrale permettant de corriger une partie de la déficience dopaminergique par l’augmentation du taux de dopamine striatale. Cette propriété explique leur effet symptomatique antiparkinsonien même en l’absence d’administration de L-Dopa. les IMAO-B exercent un effet symptomatique antiparkinsonien en monothérapie (en début de la maladie lorsque la gène fonctionnelle est minime) et en association avec la L-Dopa afin de 1) diminuer les doses de L-dopa ou/et 2) en prolongeant l’efficacité de la L-dopa au stade de fluctuation motrice de 'fin de dose'. Le blocage irréversible de la MAO-B explique leur longue durée d’action. Les effets indésirables des IMAO-B sont comparables à ceux de la L-Dopa...
2015
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
antiparkinsoniens
N04BD - inhibiteurs de la monoamine oxydase type B
inhibiteurs de la monoamine oxydase
maladie de Parkinson
inhibiteurs de la monoamine oxydase
antiparkinsoniens
Organismes

---
N2-AUTOINDEXEE
Inhibiteurs calciques (sauf comme antiarythmique)
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/inhibiteurs-calciques-sauf-comme-antiarythmique
Les inhibiteurs calciques sont répartis en deux grands groupes : Les médicaments à effets sélectifs vasculaires prédominants (dihydropyridines) Les médicaments ayant des effets vasculaires et cardiaques (vérapamil et diltiazem). Ils sont indiqués dans le traitement de l’angor, de l’hypertension artérielle ou de certaines arythmies. Ils agissent au niveau des canaux calciques voltage-dépendants en freinant l’entrée de calcium dans les cellules musculaires lisses vasculaires et les cardiomyocytes...
2015
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
inhibiteurs des canaux calciques
angine de poitrine
hypertension artérielle
C08CA - dérivés de la dihydropyridine
C08D - inhibiteurs calciques sélectifs à effets cardiaques directs
antiarythmiques
médicament antiarythmique
inhibiteurs des canaux calciques
inhibiteur calcique

---
N2-AUTOINDEXEE
Nitrés
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/nitres
Les dérivés nitrés sont des prodrogues sources de monoxyde d’azote (NO), augmentant les concentrations intracellulaires de GMPc. Ils agissent sur les cellules musculaires lisses, en dilatant préférentiellement les veines par rapport aux artères. Leur effet antiangineux résulte donc à la fois d’une diminution de la consommation en oxygène myocardique et d’une redistribution du débit coronaire. Les dérivés nitrés sont indiqués à titre symptomatique dans l’angine de poitrine. La trinitrine et l’isosorbide dinitrate subissent un important effet de premier passage hépatique expliquant les formes galéniques sublinguales d’action rapide pour le traitement aigu, et transdermique pour le traitement chronique. La prise continue de dérivés nitrés est associée à une diminution très rapide (quelques heures) de l’amplitude de la plupart de leurs effets, c’est le phénomène de tolérance, nécessitant la réalisation de fenêtres thérapeutiques. L’effet indésirable principal fréquent est la survenue de céphalées, et l’hypotension artérielle orthostatique. L’association avec un inhibiteur de phosphodiesterase de type V est formellement contrindiquée...
2015
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
angine de poitrine
C01DA - dérivés nitrés
donneur d'oxyde nitrique

---
N2-AUTOINDEXEE
Autre antiangineux : ivabradine
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/autre-antiangineux-ivabradine
L'ivabradine agit en réduisant la fréquence cardiaque, par inhibition du courant pacemaker If qui contrôle la dépolarisation spontanée diastolique lente au niveau des cellules qui expriment le courant If, dont les cellules automatiques du nœud sinusal, régulant ainsi la fréquence. L'ivabradine est indiquée comme traitement symptomatique des patients coronariens angineux stables ayant une intolérance ou une contre-indication aux bêtabloquants ; ou lorsque les patients sont insuffisamment contrôlés par les bêta-bloquants. L'ivabradine possède aussi une indication dans l'insuffisance cardiaque . Elle est biotransformée par le CYP3A4. Les principaux effets indésirables sont des phosphènes très fréquents d'intensité légère à modérée, et parfois une bradycardie, qui peut aller au delà de l'effet recherché...
2015
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
angor stable
ivabradine
C01EB17 - ivabradine
ivabradine
autre
benzazépines
benzazépines

---
N2-AUTOINDEXEE
Anxiolytiques Antihistaminiques H1
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/antihistaminiques-h1
Outre leur indication dans l’allergie, certains antihistaminiques H1 sont prescrits dans d’autres indications. Ainsi l’hydroxyzine est aussi utilisé dans l’anxiété mineure tandis que d’autres (doxylamine, acetapromazine, niaprizine, alimémazine, promethazine) sont utilisés dans l’insomnie. Certains d’entre eux, du fait de leur propriété anticholinergique, sont contre-indiqués chez les patients porteurs d’un glaucome à angle fermé ou des troubles uretroprostatiques (risque de rétention urinaire) ou son association avec d’autre substances atropiniques également déconseillée. La surveillance du traitement portera notamment sur l’existence et la tolérance d’une somnolence diurne qui pourra nécessiter une diminution des doses...
2015
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
antihistaminiques des récepteurs H1
troubles de l'endormissement et du maintien du sommeil
troubles anxieux
anxiolytiques
antihistaminiques des récepteurs H1
antihistaminique
anxiolytiques
Antihistaminiques
antihistaminiques

---
N2-AUTOINDEXEE
Anti-histaminiques H1 (sauf comme anxiolytiques ou comme hypnotiques)
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/anti-histaminiques-h1-sauf-comme-anxiolytiques-ou-comme-hypnotiques
1. L’ histamine est un médiateur essentiel de la physiopathologie de nombreuses pathologies allergiques. Elle est synthétisée dans de nombreuses cellules inflammatoires et immuno compétentes, dans les cellules pariétales de l’estomac et dans les neurones (réserve labile). Elle est libérée en particulier au niveau de la peau, de l’intestin, du foie et de bronches lors du conflit antigène-anticorps ou par des médicaments (e.g morphine), des venins, des toxines, des agents endogènes (e.g kinines), par des radiations, lors de brûlures ou de manifestations inflammatoires. 2. L’histamine et un puissant vasodilatateur, qui, en même temps augmente la perméabilité capillaire ; elle provoque une bronchoconstriction, active les cellules inflammatoires, stimule les sécrétions gastriques et exerce des effets opposés (inhibiteurs ou stimulants) sur le système nerveux central ou périphérique. 3. Les actions biologiques de l’histamine dérivent de l’activation de 4 types de récepteurs H1, H2, H3 et H4. Les récepteurs H1 prédominent au niveau des muscles lisses (bronches, intestins, etc), des fibres nerveuses, et des cellules immuno-inflammatoires, les H2 dans l’estomac, le cœur , les H3 sur les fibres nerveuses centrales ou périphériques et les H4 sur les cellules immuno-inflammatoires. 4. Les antihistaminiques H1 sont classés en deux groupes : le premier concerne les produits possédant des effets sédatifs et anticholinergiques alors que les produits du 2ème groupe (ou antihistaminique de nouvelle génération) en sont dépourvus. Seuls ces derniers sont habituellement aujourd’hui prescrits. L’antagoniste est généralement de type non compétitif et de longue durée. 5. Les antihistaminiques H1 sont efficaces dans le traitement de réactions allergiques, telles que les pollinoses saisonnières ou perannuelles, les dermatoses (urticaires aiguës, piqûre d’insectes, prurits allergiques, etc…)...
2015
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
anxiolytiques
hypnothérapie
Histamine
Hypnotiques
histamine
antihistaminiques des récepteurs H1
histamine
hypnotiques et sédatifs

---
Courriel
10/12/2018


[Accueil] [Haut de page]

© CHU de Rouen. Toute utilisation partielle ou totale de ce document doit mentionner la source.