Libellé préféré : HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique;

URL : http://www.hcsp.fr/

GIP UNF3S : false;

Synonyme CISMeF : hcsp;

Détails


Consulter ci-dessous une sélection des principales ressources :

Vous pouvez consulter :


N2-AUTOINDEXEE
Effets de l’exposition des enfants et des jeunes aux écrans
https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=759
Les écrans font aujourd’hui partie du quotidien. L’analyse de la littérature apporte des éléments contradictoires de l’effet des écrans sur le développement cognitif de l’enfant et sur les troubles de la santé mentale. Les conséquences sur le sommeil sont établies et sont plus importantes si le temps d’utilisation augmente. Ce sont les comportements associés qui sont responsables de l’augmentation du surpoids : prises alimentaires augmentées, temps de sommeil réduit et qualité de sommeil altérée. Les chercheurs font état d’un risque significatif lorsque les enfants et les adolescents ont accès à des contenus sexuels et pornographiques, ou violents. Les écrans peuvent avoir des effets positifs dans des situations précises. Il existe des différences de comportements vis-à-vis des écrans en fonction des catégories sociales.
2020
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
rapport
Exposition
effets de l'exposition à un agent externe
enfant
Enfant
Enfant
Enfant
écran
adolescent
Enfant
enfant

---
N1-SUPERVISEE
Coronavirus SARS-CoV-2 : poolage des tests RT-PCR
https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=828
Le HCSP émet des recommandations relatives au dépistage du SARS-CoV-2 par RT-PCR en pool (groupage des échantillons testés). Compte tenu de contraintes organisationnelles (composition de groupe d’échantillons, délai de rendu des résultats) et de limites techniques (perte de sensibilité pour les échantillons faiblement positifs), le HCSP ne recommande pas la pratique du dépistage du SRAS-CoV-2 par RT-PCR par groupage d’échantillons testés. La détection du génome viral par RT-PCR individuelle dans les indications recommandées par le HCSP doit être la règle. Le HCSP souhaite toutefois que la technique de séquençage à haut débit qui permet de tester un grand nombre d’échantillons puisse être évaluée comme alternative à ce dépistage unitaire...
2020
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
COVID-19
COVID-19
infections à coronavirus
pneumopathie virale
test diagnostique du COVID-19
échantillon groupé
sensibilité et spécificité
recommandation de santé publique
RT-PCR
pandémies
pneumopathie virale
infections à coronavirus
pandémies
techniques de laboratoire clinique

---
N1-SUPERVISEE
Coronavirus SARS-CoV-2 : prise en charge du corps d’un patient décédé
https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=764
Suite à la déclaration par l’OMS le 30 janvier 2020, d’une urgence de santé publique de portée internationale (USPPI) et à la saisine de la Direction générale de la santé, le HCSP émet des recommandations relatives à la prise en charge du corps d’un patient décédé infecté par le coronavirus SARS-CoV-2 Sur la base des connaissances disponibles, et prenant en compte les données sur la survie des agents infectieux, la localisation du coronavirus SARS-CoV-2 dans les voies aériennes et les risques d’exposition lors de la manipulation d’un corps, les recommandations concernent le personnel soignant (respect des précautions standard et complémentaires de type air et contact, bionettoyage de la chambre, brancards, housses mortuaires) et le personnel funéraire.
2020
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
infections à coronavirus
cadavre
hygiène
infections à coronavirus
transmission de maladie infectieuse
pratique mortuaire
Prévention des infections
SARS-CoV-2
COVID-19
COVID-19
infections à coronavirus
COVID-19
COVID-19
recommandation professionnelle
pneumopathie virale

---
N2-AUTOINDEXEE
Séminaire Améliorer les connaissances pour étayer les politiques de l’enfance
https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=765
Le Haut Conseil de la famille, de l’enfance et de l’âge (HCFEA) et le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) ont conduit en 2019 des travaux et réflexions concrétisés par un rapport du Conseil enfance du HCFEA « Des données et des études publiques mieux centrées sur les enfants » et un rapport du HCSP « Le dispositif statistique de surveillance et de recherche sur la santé de l’enfant, état des lieux et propositions ». La convergence des analyses a permis la rédaction et l’adoption d’un avis commun relatif aux besoins d’études et de recherche sur la santé et le développement global de l’enfant. Pour souligner la synergie de leurs conclusions, le HCFEA et le HCSP ont souhaité organiser un séminaire vendredi 8 novembre 2019. Celui-ci a été l’occasion d’aborder des questions centrales pour piloter une politique de l’enfance. Cette politique devrait être globale au sens où elle concerne plusieurs aspects de la santé, le développement de l’enfant, les inégalités sociales et territoriales de santé et les conditions de vie et de développement, notamment la pauvreté qui concerne en France un enfant sur cinq.
2020
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
congrès ou conférence
connaissance
connaissance
enfance
Savoir
politique

---
N1-SUPERVISEE
Coronavirus SARS-CoV-2 : nettoyage des locaux d’un patient confirmé et protection des personnels
https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=761
Suite à la déclaration par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) le 30 janvier 2020, d’une urgence de santé publique de portée internationale (USPPI), le HCSP émet des recommandations relatives au traitement du linge, au nettoyage d’un logement ou de la chambre d’hospitalisation d’un patient confirmé à coronavirus SARS-CoV-2 et à la protection des personnels. Le HCSP s’est basé sur les connaissances actuellement disponibles dont l’analyse de risque de l’European center for disease control and prevention (ECDC) et de l’OMS, et a pris en compte le fait que les mesures d’hygiène strictes ne s’appliquent que pour les logements ou les chambres d’hospitalisation des cas confirmés. Le HCSP rappelle l’importance des précautions standard (en particulier l’hygiène des mains par friction hydro-alcoolique) et, en complément, les mesures « Risque Epidémique et Biologique » (REB) renforcées (précautions complémentaires de type air et contact) avec port d’équipement de protection individuelle (EPI). Il précise la prise en charge des draps et du linge d’un cas confirmé, l’entretien des sols, la protection des personnes et le suivi des personnes chargées de l’entretien du linge et de l’environnement.
2020
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
infections à coronavirus
recommandation de santé publique
recommandation professionnelle
service hospitalier d'entretien ménager
infections à coronavirus
chambre de patient
Prévention des infections
service hospitalier de blanchisserie et de lingerie
exposition professionnelle
literie et linges
Équipement de protection individuelle
COVID-19
SARS-CoV-2
COVID-19
COVID-19
COVID-19
pneumopathie virale

---
N1-SUPERVISEE
Avis relatif à la prise en charge des cas confirmés d’infection au virus SARS-CoV-2
https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=771
Le 30 janvier 2020, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré que l’épidémie liée au virus SARS-CoV-2 constituait une urgence de santé publique de portée internationale (USPPI). Dans ce contexte, le HCSP émet des recommandations relatives à la prise en charge des cas d’infection confirmées au virus SARS-CoV-2. Le HCSP a fondé ses recommandations sur les connaissances actuellement disponibles en particulier les publications scientifiques relatives au COVID-19 mais aussi de recommandations relatives à la prise en charge des pneumonies post grippales, et des pneumonies sévères en réanimation. Cet avis du HCSP délivre également des indications sur la prise en charge non spécifique, et de possibles thérapeutiques antivirales, dans l’attente de la mise en place d’essais thérapeutiques académiques afin de progresser dans la connaissance de la maladie. Ces recommandations relatives aux traitements spécifiques seront adaptées en fonction des résultats des essais cliniques lorsqu’ils seront disponibles.
2020
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
infections à coronavirus
infections à coronavirus
pneumopathie virale
pneumopathie virale
recommandation pour la pratique clinique
infections à coronavirus
infections à coronavirus
transmission de maladie infectieuse
infections à coronavirus
signes et symptômes
adulte
enfant
grossesse
pneumopathie virale
facteurs de risque
GS-5734
remdésivir
hospitalisation
infections à coronavirus
association lopinavir ritonavir
chloroquine
antiviraux
Indice de gravité de la maladie
continuité des soins
COVID-19
SARS-CoV-2
COVID-19
infections à coronavirus
COVID-19
COVID-19
recommandation de santé publique
gestion des soins aux patients
alanine
alanine
Ribonucléotides
ritonavir
lopinavir
association médicamenteuse
pneumopathie virale

---
N2-AUTOINDEXEE
Avis relatif aux mesures de prévention à appliquer aux produits issus du corps humain, dans les TFA dans une situation d’intensification de la circulation du virus de la dengue
https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=770
Une reprise de la circulation du virus de la dengue (DENV) a été observée dans les territoires français d’Amérique (TFA) au cours de la deuxième moitié de l’année 2019, dans un contexte de dengue endémique depuis les années 2000 au sein de ces territoires. Ce phénomène s’est amplifié en décembre 2019 avec une nette augmentation de la circulation virale.. La Guadeloupe est en situation épidémique, les autres territoires étant en situation de transmission active du virus. Après étude de la situation épidémiologique, du constat de la grande rareté des cas de dengue post-transfusionnelle rapportés dans la littérature et de l’absence de gravité particulière de ces cas, le Haut Conseil de la santé publique ne recommande pas de mesures autres que celles figurant dans son avis du 14 juin 2019 relatif aux mesures de prévention pour la sécurité infectieuse transfusionnelle et de la greffe résultant de la circulation des virus de la dengue et du chikungunya. Toutefois le HCSP recommande une surveillance épidémiologique renforcée et pourrait réévaluer son avis en cas de modification épidémiologique importante ou d’augmentation du nombre de cas hospitalisés. En outre le HCSP considère qu’une évaluation du rapport coût/bénéfice du diagnostic génomique viral de la dengue (DGV) est souhaitable dans l’hypothèse où la situation nécessiterait la mise en place du DGV.
2020
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
recommandation de santé publique
Applications
poids et mesures du corps
attention
Applications
homo sapiens
Virus
Dengue
virus de la dengue
Mesures du corps
Applications
Virus
virus dengue
corps humain
Dengues

---
N1-SUPERVISEE
Avis provisoire : Patients à risque de formes sévères de COVID-19 et priorisation du recours aux tests de diagnostic virologique
https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=780
Le 11 mars 2020, l’Organisation mondiale de santé a déclaré la pandémie de Coronavirus COVID-19. La France est actuellement au stade 3 de l’épidémie avec circulation du virus SARS-CoV-2 sur l’ensemble du territoire. Dans ce contexte, le HCSP a listé les personnes les plus à risque de développer une forme grave d’infection à SARS-CoV-2, et a priorisé le recours aux tests de diagnostic virologique. Cette liste de personnes à risque a été actualisée dans un courrier au directeur général de la santé du 14 mars. Un nouvel avis relatif à la prévention et la prise en charge des patients à risque de formes graves de COVID-19 ainsi qu’à la priorisation des tests diagnostiques mettant à jour l’ensemble des recommandations devrait être publié très prochainement.
2020
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
recommandation de santé publique
COVID-19
infections à coronavirus
COVID-19
infections à coronavirus
Appréciation des risques
risque
diagnostic précoce
SARS-CoV-2
Tests diagnostiques
facteurs de risque
COVID-19
COVID-19
tests diagnostiques courants
pneumopathie virale
infections à coronavirus

---
N1-SUPERVISEE
Coronavirus SARS-CoV-2 : critères cliniques de sortie d’isolement des patients infectés
https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=781
Le 11 mars 2020, l’organisation mondiale de la santé déclarait la pandémie mondiale de Covid-19. Depuis le 15 mars la France est au stade 3 de l’épidémie avec une circulation du virus SARS-CoV-2 généralisée sur le territoire. La plupart des patients Covid-19 ne nécessitent pas d’hospitalisation et peuvent bénéficier d’une prise en charge en ambulatoire en respectant des mesures barrières et en demeurant confinés à domicile. Les critères cliniques de levée de ce confinement sont une disparition de la fièvre et d’une éventuelle dyspnée à partir du 8ème jour après le début des symptômes. Il est également recommandé de porter un masque pendant sept jours après cette guérison en cas de contact avec une personne à risque. Les soignants à risque pourront reprendre leur travail dans les mêmes conditions (disparition de la fièvre et d’une éventuelle dyspnée à partir du 8e jour après le début des symptômes) en gardant un masque chirurgical pendant sept jours (quatorze jours s’ils sont immunodéprimés).
2020
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
recommandation de santé publique
COVID-19
infections à coronavirus
COVID-19
quarantaine
isolement du patient
temps
convalescence
SARS-CoV-2
COVID-19
COVID-19
pneumopathie virale

---
N1-SUPERVISEE
Gestion des déchets d’activités de soins (DAS) produits au cours de l’épidémie de Covid-19, en particulier en milieu diffus
https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=782
Le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) présente les modalités de gestion des déchets d’activité de soins (DAS) produits au cours de l’épidémie de Covid-19, à la fois pour les établissements de santé, les professionnels de santé en exercice libéral et les personnes infectées ou susceptibles de l’être, maintenues à domicile. Le HCSP recommande : Pour les établissements de santé, d’éliminer les déchets issus de patients infectés ou suspectés d’être infectés par le SARSCoV-2 selon la filière classique des déchets d’activités de soins à risques infectieux (DASRI) de l’établissement sans les distinguer des autres DASRI produits par l’établissement, et de les traiter par incinération ou par prétraitement par désinfection. Pour les professionnels de santé prodiguant des soins à domicile, d’éliminer les déchets produits par l’acte de soin via la filière classique des DASRI. Pour les professionnels de santé en exercice libéral et pour les personnes infectées ou susceptibles de l’être, maintenues à domicile, d’éliminer selon la filière classique des ordures ménagères (dans un double emballage), les déchets contaminés ou susceptibles d’être contaminés (notamment les masques, mouchoirs à usage unique et bandeaux de nettoyage des surfaces).
2020
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
recommandation de santé publique
COVID-19
infections à coronavirus
COVID-19
élimination des déchets médicaux
déchets médicaux
Épidémies de maladies
infections à coronavirus
SARS-CoV-2
coronavirus
COVID-19
COVID-19
pneumopathie virale

---
N1-SUPERVISEE
Réduction du risque de transmission du coronavirus SARS-CoV-2 par la ventilation et gestion des effluents des patients
https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=783
Le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) a examiné les risques de transmission du SARS-CoV-2 par la ventilation dans les bâtiments en milieu de soin et à domicile. Il n’existe pas d’études prouvant une transmission interhumaine du virus par des aérosols sur de longues distances. Le HCSP recommande des mesures d’aération et de vérification du bon fonctionnement de la ventilation. Pour un patient à domicile, il est recommandé qu’il réside dans une seule pièce du logement. Le HCSP indique dans son avis les modalités d’aération de cette pièce. Pour les établissements hospitaliers et médico-sociaux, des préconisations sont formulées selon qu’il s’agisse d’une chambre conventionnelle, ventilée en surpression, ou ventilée en dépression. Le HCSP a aussi examiné la gestion des effluents des patients. Le SARS-CoV-2 peut être éliminé via les selles et les effluents vers le réseau d’assainissement mais le pouvoir infectieux du virus contenu dans les selles est mal caractérisé. Les coronavirus humains tels que les SARS-CoV peuvent être efficacement inactivés avec de l’eau de Javel ou un autre désinfectant virucide. Le HCSP donne, pour le domicile, et les établissements de santé et médico-sociaux, une procédure d’entretien des toilettes ainsi que les dispositions pour protéger les différentes personnes intervenant sur les réseaux d’assainissement des eaux usées.
2020
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
recommandation de santé publique
COVID-19
infections à coronavirus
COVID-19
SARS-CoV-2
risque
ventilation
ventilation
fèces
Toilettes
COVID-19
COVID-19
pneumopathie virale
infections à coronavirus

---
N1-SUPERVISEE
Coronavirus SARS-CoV-2 : prise en charge du corps d’un patient cas probable ou confirmé COVID-19
https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=786
Du fait de l’évolution des connaissances, de l’épidémie et du nombre de décès, le HCSP remplace son avis du 18 février 2020 et modifie ses préconisations pour la prise en charge des patients décédés du COVID-19, notamment la non-justification à la mise en bière immédiate et la présentation du corps à la famille. En préambule, le HCSP rappelle que cette prise en charge implique de respecter strictement les règles d’hygiène et les mesures de distance physique contre le SARS-CoV-2 ainsi que les différentes pratiques culturelles et sociales existantes autour du corps d’une personne décédée. Le HCSP émet des recommandations générales sur les précautions à respecter et les équipements de protection nécessaires pour cette prise en charge ; il précise aussi les conditions pour que les proches puissent voir le visage de la personne décédée et qu’un rituel funéraire puisse être éventuellement effectué en chambre d’hospitalisation, en chambre mortuaire ou funéraire. Il détaille ensuite les étapes et les précautions à suivre par les différents professionnels intervenant auprès des défunts, selon les lieux de survenue du décès en établissements de santé, en établissements médico-sociaux ou à domicile.
2020
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
COVID-19
COVID-19
cadavre
rites funéraires
COVID-19, forme respiratoire, virus identifié
COVID-19, forme respiratoire, virus non identifié
hygiène
dispositifs de protection
COVID-19
recommandation de santé publique
pneumopathie virale
infections à coronavirus
pneumopathie virale
infections à coronavirus

---
N1-SUPERVISEE
Avis relatif aux recommandations thérapeutiques dans la prise en charge du COVID-19 (complémentaire à l’avis du 5 mars 2020)
23 mars 2020
https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=785
https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=787
Afin de compléter son avis du 5 mars 2020 relatif à la prise en charge des cas confirmés de COVID-19, compte tenu de la publication de nouvelles données, le Haut Conseil de la santé publique émet de nouvelles recommandations. Elles ont été élaborées en concertation avec de nombreuses sociétés savantes de façon à dégager le plus large consensus possible. Ainsi, le HCSP recommande notamment : Que tout praticien soit fortement incité à inclure tous les patients atteints de Covid-19 dans les essais cliniques. Que tout prescripteur prenne en compte l’état très limité des connaissances actuelles et soit conscient de l’engagement de sa responsabilité lors de la prescription de médicaments dans des indications hors AMM, en dehors du cadre d’essais cliniques. Si une telle prescription est faite, qu’elle fasse l’objet d’une information claire, loyale et appropriée, que la décision soit prise collégialement, et que les patients soient inclus dans la cohorte French COVID-19 de façon à disposer le plus rapidement possible de données concernant la prise en charge. Par ailleurs le HCSP rappelle que la conduite à tenir est fonction de la présentation clinique des patients atteints de Covid-19. Aucun traitement spécifique n’est recommandé pour les cas de Covid-19 pauci-symptomatiques ou présentant une infection respiratoire basse non compliquée, un suivi médical devant toutefois être mis en œuvre dans ces situations car il n’existe actuellement pas de données permettant d’envisager l’utilisation hors protocole de l’hydroxychloroquine en prophylaxie du Covid-19. Dès lors que l’infection nécessite un recours à l’oxygénothérapie (y compris à bas débit) l’hospitalisation est nécessaire. En présence de signes de gravité, un traitement peut être envisagé : utilisation dans ce contexte d’une molécule à effet antiviral attendu (association fixe lopinavir ritonavir, voire le Remdesivir dans les cas les plus sévères) ou, à défaut de l’hydroxychloroquine. Cette prescription doit s’effectuer dans les conditions rappelées ci-dessus. Enfin dans les formes inflammatoires avec syndrome de détresse respiratoire aigüe (SDRA), outre le traitement habituel d’un SDRA, les options thérapeutiques doivent être discutées au cas par cas.
2020
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
COVID-19
COVID-19
utilisation hors indication
Indice de gravité de la maladie
COVID-19
oxygénothérapie
COVID-19
hospitalisation
association lopinavir ritonavir
GS-5734
remdésivir
hydroxychloroquine
syndrome de détresse respiratoire de l'adulte
antiviraux
azithromycine
interactions médicamenteuses
Surveillance des médicaments
PLAQUENIL
PLAQUENIL 200 mg, comprimé pelliculé
antiviraux
antiviraux
recommandation pour la pratique clinique
adulte
sujet âgé
Hypoxémie
COVID-19
signes et symptômes
facteurs de risque
RT-PCR
essais cliniques comme sujet
COVID-19, porteur de SARS-CoV-2 asymptomatique, virus identifié
COVID-19, forme respiratoire, virus identifié
COVID-19, forme respiratoire, virus non identifié
KALETRA
LOPINAVIR/RITONAVIR
recommandation de santé publique
prise en charge personnalisée du patient
pneumopathie virale
infections à coronavirus
Hypoxie
pneumopathie virale
infections à coronavirus
pneumopathie virale
infections à coronavirus
ritonavir
lopinavir
association médicamenteuse
alanine
alanine
Ribonucléotides
pneumopathie virale
infections à coronavirus

---
N1-SUPERVISEE
Protection des personnels de collecte de déchets au cours de l’épidémie de Covid-19
https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=788
Dans son avis du 19 mars 2020 relatif à la gestion des déchets d’activités de soins (DAS) produits au cours de l’épidémie de Covid-19, en particulier en milieu diffus, le Haut Conseil de la santé publique a recommandé selon la situation une élimination des déchets via la filière classique des DASRI ou une élimination selon la filière classique des ordures ménagères avec un double emballage. La question s’est alors posée de la protection des personnels de collecte des déchets ménagers et des DASRI durant l’épidémie de Covid-19. Le présent avis répond à cette question. Au vu des voies de transmission principales du SRAS-CoV-2, interhumaines, par contact étroit, par l’intermédiaire de gouttelettes respiratoires et par contact indirect, manuporté, avec des surfaces et objets fraîchement contaminés par les gouttelettes, et des conditions professionnelles des agents de collecte et de tri des déchets, le port d’un masque n’est pas justifié. Il convient pour ces professionnels de respecter les mesures barrières destinées à empêcher la transmission interhumaine du SARS-CoV-2 et tout particulièrement l’hygiène des mains en fin de tournée, une fois les gants enlevés. Le HCSP recommande également de maintenir les moyens de protection habituels (port de gants et de tenue de travail adaptée) pour les agents assurant la collecte (rippeurs) et le tri des déchets ménagers issus de la collecte sélective ainsi que pour les agents de la collecte des DASRI.
2020
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
COVID-19
COVID-19
infections à coronavirus
pneumopathie virale
Contrôle des maladies transmissibles
recommandation professionnelle
détritus
Déchets
déchets

---
N1-SUPERVISEE
Épidémie à Covid-19 : accompagnement des personnes en situation de handicap
https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=789
Le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) a analysé dans le cadre de l’épidémie de Covid-19 les possibilités de réouverture des externats et des accueils de jour pour l’accompagnement de certaines catégories de personnes en situation de handicap, et la balance bénéfices-risques au niveau individuel et collectif entre le confinement et la rupture de l’accompagnement habituel. Les difficultés, les limites et les risques en lien avec le confinement et l’épidémie de Covid-19 y sont déclinés pour les personnes en situation de handicap, les aidants, les professionnels de l’accompagnement social et des soins. Le HCSP rappelle 3 principes généraux a) proposer des solutions pour toute forme de situation de handicap, b) graduer et agir par subsidiarité, c) garantir le respect du droit des personnes en situation de handicap et des aidants à participer à la co-construction des solutions.
2020
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
COVID-19
COVID-19
infections à coronavirus
pneumopathie virale
enfants handicapés
organisation du maintien à domicile
quarantaine
confinement de risques biologiques
risque
continuité des soins
COVID-19
recommandation de santé publique
personnes handicapées
pneumopathie virale
infections à coronavirus
pandémies
pandémies

---
N1-SUPERVISEE
Coronavirus SARS-CoV-2 prise en charge des personnes à risque de formes graves
https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=790
Afin de compléter les deux avis provisoires des 10 et 14 mars 2020, le Haut Conseil de la santé publique émet des recommandations prenant en compte l’actualisation des connaissances disponibles. Le HCSP actualise et précise la liste des personnes à risque de formes graves de Covid-19 ainsi que celles pour lesquelles, dans la situation actuelle, la réalisation des tests de diagnostic virologique est prioritaire. S’agissant des personnes à risque de forme graves de Covid-19, le HCSP rappelle la nécessité de respecter les mesures barrières et de distanciation physique, de privilégier les consultations à distance et de limiter les déplacements dans des lieux à risque de transmission élevée du SARS-CoV2 comme les salles d’attente ou les établissements de santé. Le HCSP recommande également de différer toute hospitalisation non indispensable et de privilégier les traitements à domicile. Lors d’une hospitalisation, l’application des mesures barrières est particulièrement essentielle.
2020
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
COVID-19
COVID-19
infections à coronavirus
pneumopathie virale
coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu
risque
facteurs de risque
COVID-19
Facteurs âges
comorbidité
COVID-19
signes et symptômes
COVID-19
Prévention des infections
consultation médicale
Visites à domicile
sujet âgé
adulte
soins ambulatoires
RT-PCR
COVID-19
recommandation professionnelle
gestion des soins aux patients
Betacoronavirus
pneumopathie virale
infections à coronavirus
pandémies
pneumopathie virale
infections à coronavirus
pandémies
pneumopathie virale
infections à coronavirus
pandémies
pandémies
pneumopathie virale
infections à coronavirus
pandémies

---
N1-SUPERVISEE
Avis relatif à l’opportunité d’un nettoyage spécifique ou d’une désinfection de l’espace public
https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=791
Dans le cadre de la lutte contre la pandémie à Covid-19, des pays ou des villes procèdent à un nettoyage avec utilisation de produit désinfectant dans l’espace public. Pour répondre à la question sur l’opportunité de telles mesures, le HCSP a étudié les expériences internationales et la littérature scientifique et réalisé une analyse relative au risque de contamination de la population par les espaces publics (voirie et mobilier urbain) ainsi qu’au risque lié à l’utilisation de produits détergents et désinfectants sur l’écosystème et l’environnement urbain. Le HCSP rappelle la nécessité de l’application des mesures barrières, notamment la distanciation physique et l’hygiène des mains en cas de contacts avec les surfaces du mobilier urbain, pour la prévention de la transmission croisée du SARS-CoV-2 dans les espaces publics. Tout en notant son impact psychologique sur la population, il recommande de ne pas mettre en œuvre une politique de nettoyage spécifique ou de désinfection de la voirie, du fait de l’absence d’argument scientifique de l’efficacité d’une telle mesure sur la prévention de la transmission du SARS-CoV-2. Il préconise aussi de continuer d’assurer le nettoyage habituel des voiries et d’assurer le nettoyage et la désinfection à une fréquence plus régulière du mobilier urbain, avec les équipements de protection habituels des professionnels. Enfin, il recommande de ne surtout pas employer d’appareils pouvant souffler des poussières des sols de type souffleurs de feuilles.
2020
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
COVID-19
COVID-19
pneumopathie virale
infections à coronavirus
Lieu public
désinfectants
COVID-19
environnement de communauté
exposition environnementale
coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu
coronavirus
microbiologie de l'environnement
Appréciation des risques
Voirie
COVID-19
recommandation de santé publique
Espace public
désinfection
pneumopathie virale
infections à coronavirus
pandémies
pneumopathie virale
infections à coronavirus
pandémies
Betacoronavirus
pandémies

---
N2-AUTOINDEXEE
Le Domiscore, caractérisation d’un habitat selon son impact sur la santé
https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=772
L’habitat définit le milieu de vie d’un individu, comprenant le logement en lui-même ainsi que son environnement proche. Il constitue un déterminant de santé majeur qui connait d’importantes inégalités sociales. Un habitat dégradé ou au contraire favorable à la santé impactera différemment la santé physique, mentale et sociale de ses occupants. Dans le cadre de la loi ELAN de novembre 2018, le ministère des Solidarités et de la Santé a demandé au HCSP de réfléchir à l’élaboration d’un outil afin de caractériser un habitat vis-à-vis des impacts positifs et négatifs qu’il peut porter sur la santé et le bien-être de ses habitants. Ainsi, le HCSP a produit l’outil Domiscore, permettant à la fois de caractériser un habitat selon différents facteurs connus pour impacter la santé de ses occupants, et d’obtenir un score global renseignant sur l’impact général de l’habitat sur la santé. Se voulant complémentaire aux outils existants, le Domiscore a été conçu dans une démarche de promotion de la santé et de repérage, constituant un outil de dialogue dans une logique d’amélioration continue de l’habitat. Il peut être renseigné par des évaluateurs aux profils variés : professionnels de l’immobilier, travailleurs sociaux, services de l’État ou associations de lutte contre l’habitat indigne par exemple.
2020
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
rapport
santé
Habitat
écosystème
Habitat

---
N1-SUPERVISEE
Avis relatif à la gestion des déchets issus des protections pour adultes incontinents utilisées par les cas possibles, probables et confirmés Covid-19
https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=792
Le HCSP émet un avis sur la gestion des déchets issus des protections pour adultes incontinents de cas possibles, probables et confirmés Covid-19 produits dans les établissements de santé, les établissements médico-sociaux et à domicile. Le pourcentage de personnes incontinentes nécessitant des protections pour adultes affecte jusqu’à 17 % des personnes vivant en communauté et 50 % de celles en institution et les études révèlent qu’environ 2 à 10 % des patients confirmés comme infectés par le SARS-CoV-2 présentent des signes digestifs, en particulier les personnes âgées. En période épidémique, il ne peut donc être exclu que du SARS-CoV-2 soit éliminé dans les selles, mais le niveau d’infectiosité en lien avec cette excrétion est à ce jour mal caractérisé. La durée dans le temps de l’infectiosité du virus est conditionnée par plusieurs paramètres comme le type de support, l’humidité résiduelle, la température, la quantité de liquide biologique et la concentration virale initiale.
2020
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
COVID-19
COVID-19
infections à coronavirus
pneumopathie virale
établissements de soins de long séjour
couches pour incontinents
incontinence anale
incontinence urinaire
Contrôle des maladies transmissibles
recommandation professionnelle
gestion des déchets
détritus
Déchets
adulte
Adulte
diagnostic probable
incontinence
adulte
Adulte
pandémies

---
N1-SUPERVISEE
Coronavirus SARS-CoV-2 : prise en charge à domicile ou en structure de soins
https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=793
Dans la majorité des cas, les patients atteints de Covid-19 sont pris en charge par un spécialiste en médecine générale. Les signes cliniques le plus souvent rapportés en médecine de ville, mais aussi les signes atypiques (anosmie ou agueusie, particularités chez la personne âgée…), sont précisés. Les critères pouvant nécessiter une prise en charge hospitalière doivent être recherchés d’emblée. Parmi ces critères la saturation périphérique en oxygène en air ambiant inférieure à 95 % (en l’absence de pathologies hypoxémiantes antérieures) constitue un élément essentiel. L’identification de signes de gravité (saturation inférieure à 90 %, polypnée importante ou troubles de la conscience) nécessite de faire appel au Samu-centre 15.
2020
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
COVID-19
COVID-19
infections à coronavirus
pneumopathie virale
hospitalisation
gestion des soins aux patients
mesure de la saturation en oxygène
Indice de gravité de la maladie
COVID-19
RT-PCR
consultation à distance
consultation médicale
adulte
sujet âgé
oxygénothérapie
signes et symptômes
coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu
COVID-19
continuité des soins
facteurs de risque
recommandation pour la pratique clinique
recommandation de santé publique
Soins de santé à domicile
services de soins à domicile
pandémies
pneumopathie virale
infections à coronavirus
pandémies
Betacoronavirus
pneumopathie virale
infections à coronavirus
pandémies

---
N1-SUPERVISEE
Délais de traitement des DASRI perforants
https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=804
Les déchets d’activités de soins à risque infectieux (Dasri) perforants (seringues par exemple), lorsque leur quantité produite sur un même site, ou regroupée en un même lieu, est inférieure ou égale à 15 kg par mois, sont entreposés durant une période maximale prévue par la réglementation. Cette disposition s’applique à la fois à la filière REP (Responsabilité élargie du producteur) de collecte des Dasri perforants produits par les patients en auto-traitement mais aussi à ceux produits en milieu diffus par les professionnels de santé. Les Dasri perforants constituent un réservoir potentiel d’agents infectieux par la présence de sang qu’ils peuvent contenir. La survie des virus dans l’environnement est liée à la stabilité de leur structure et il existe notamment une très grande variabilité de la survie des virus « enveloppés ». Le risque d’exposition aux Dasri perforants peut survenir à l’introduction du matériel dans le collecteur, ou lors de la manipulation de collecteurs mal fermés, détériorés, non conformes ou trop remplis, pour les patients, leur entourage et pour les personnes intervenant dans la filière d’élimination, de la collecte au traitement final...
2020
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
élimination des déchets médicaux
temps
déchets médicaux
seringues
élimination des déchets
recommandation de santé publique

---
N1-SUPERVISEE
Coronavirus SARS-CoV-2 : prise en charge des personnes en situation de précarité
https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=805
Pour faire face à la pandémie de Covid-19, le 13 mars 2020, la France a décidé le confinement de toute la population avec une limitation des déplacements autorisés. Ces décisions ont un impact important sur les conditions de vie et de santé des personnes en situation de précarité. Ces personnes, quel que soit leur lieu de vie (structures médico-sociales, hébergements d’urgence, squats, campements, etc.) n’ont pas de logement stable, ni de ressources financières régulières ; leur accès à la nourriture, au travail, à l’éducation est très limité. Elles présentent souvent un état de santé physique ou mentale fragilisé et ont beaucoup de difficultés à bénéficier d’actions de prévention et de soins. Ces conditions ne leur permettent pas de se protéger contre le risque épidémique actuel et, s’ils sont malades, leur prise en charge est souvent retardée, avec un risque accru de complications du fait de comorbidités fréquentes.
2020
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
COVID-19
COVID-19
pneumopathie virale
infections à coronavirus
populations vulnérables
COVID-19
confinement de risques biologiques
Conditions de vie
soutien social
continuité des soins
recommandation de santé publique
précarité
gestion des soins aux patients
coronavirus
conditions sociales
pneumopathie virale
infections à coronavirus
pandémies
pneumopathie virale
infections à coronavirus
pandémies

---
N1-SUPERVISEE
Coronavirus SARS-CoV-2 : Mesures barrières et de distanciation physique en population générale
https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=806
Le HCSP a été interrogé sur l’adaptation des mesures barrières et de distanciation sociale (hors champ sanitaire et médico-social), lors de la sortie du confinement. Le HCSP demande de respecter les gestes barrières, la distanciation physique, les mesures d’hygiène et les organisations individuelles et collectives. Le HCSP précise que le port d’un masque grand public, répondant aux spécifications normatives, qu’il soit fabriqué par des industriels ou par des particuliers, est une mesure complémentaire des mesures de distanciation physique, des autres gestes barrières, d’hygiène des mains, d’aération des locaux et de nettoyage-désinfection des surfaces. Le port de ces masques grand public trouve une justification en population générale pour des espaces clos, notamment mal aérés ou insuffisamment ventilés ou en milieu extérieur si la distance physique d’au moins 1 mètre ne peut être respectée ou garantie...
2020
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
COVID-19
COVID-19
pneumopathie virale
infections à coronavirus
transmission de maladie infectieuse
hygiène
masques
désinfection des mains
Prévention des infections
Prévention des infections
Mesures sanitaires préventives
désinfection
Lieu public
Transport
établissements scolaires
déchets
lieu de travail
Restauration collective
piscines
Equipement commercial
recommandation de santé publique
coronavirus
pneumopathie virale
infections à coronavirus
pandémies

---
N1-SUPERVISEE
Covid-19 : personnes à risque et mesures barrières spécifiques à ces personnes
https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=807
Le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) a réactualisé son avis du 31 mars 2020 relatif aux personnes à risque de formes graves de Covid-19. Le HCSP précise les mesures barrières spécifiques à recommander pour ces personnes. La liste des personnes à risque demeure inchangée à l’exception du critère de gravité lié à l’âge qui passe à 65 ans suite à des publications récentes. De même, suite à des publications récente, l’obésité avec indice de masse corporelle supérieur à 30 /m2, est désormais identifiée comme facteur de risque de développer une forme grave de Covid-19.
2020
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
COVID-19
COVID-19
pneumopathie virale
infections à coronavirus
obésité
sujet âgé
facteurs de risque
hygiène des mains
masques
Télétravail
Prévention des infections
transmission de maladie infectieuse
recommandation de santé publique
risque
pneumopathie virale
infections à coronavirus
pandémies

---
N1-SUPERVISEE
Coronavirus SARS-CoV-2 : risque de transmission du virus sous formes d’aérosols en milieu intérieur et extérieur
https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=808
Au vu de l’évolution des connaissances sur le SARS-CoV-2 et ses modalités de transmission, la question d’un risque éventuel d’aérosolisation des particules virales se pose, à évaluer selon le milieu considéré. À partir d’une analyse de la littérature scientifique, le HCSP a étudié les modalités d’émissions de particules lors de la parole, de la toux ou d’éternuements et les effets du port de masques sur ces émissions. Les modes de transmission de virus respiratoires (grippe, coronavirus) sont rappelés ainsi que les données parcellaires (expérimentales et cliniques) en faveur de leur aérosolisation. Le HCSP présente les informations disponibles sur le comportement du SARS-CoV-2 lors de son émission en milieu extérieur et aborde le sujet du rôle de la pollution atmosphérique particulaire dans l’aggravation des pathologies respiratoires. Il expose les éléments actuellement connus sur la dissémination et la persistance du SARS-CoV-2 dans l’air intérieur, en particulier en milieu de soins.
2020
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
COVID-19
COVID-19
infections à coronavirus
pneumopathie virale
transmission de maladie infectieuse
coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu
air intérieur
air extérieur
COVID-19
masques
recommandation de santé publique
risque
coronavirus
pneumopathie virale
infections à coronavirus
pandémies
Betacoronavirus
pneumopathie virale
infections à coronavirus
pandémies

---
N1-SUPERVISEE
Contrôle d'accès par prise de température dans le cadre de l’épidémie à Covid-19
https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=810
Dans le contexte de l’épidémie à Covid-19, le HCSP évalue la pertinence de mettre en place un contrôle d’accès, par prise de température, dans les établissements recevant du public (ERP), les entreprises et administrations, les points d’entrée du territoire, au départ et à l’arrivée des avions, les établissements médico-sociaux, les lieux de détention, … Après analyse des données disponibles notamment épidémiologiques, des textes juridiques, le HCSP recommande de : Ne pas mettre en place un dépistage du Covid-19 dans la population, par prise de température, pour un contrôle d’accès à des structures, secteurs ou moyens de transport ; Informer la population sur le manque de fiabilité de cette mesure systématique de la température ; Rappeler l’intérêt pour les personnes de mesurer elles-mêmes leur température en cas de sensation fébrile, et plus généralement devant tout symptôme pouvant faire évoquer un Covid-19, avant de se déplacer, de se rendre sur leur lieu de travail, de rendre visite à un résident dans un Ehpad ou à une personne à risque de forme grave à domicile, de se rendre en milieu de soins, en milieu carcéral, ou dans tout ERP… ; Privilégier l’autosurveillance, la déclaration spontanée et la consultation d’un médecin en cas de symptômes évocateurs de Covid-19. Développer des fiches d’information à l’attention de la population générale et des publics spécifiques (notamment Ehpad, milieu de soins, milieu carcéral…) ; Insister sur la notion de responsabilité individuelle et l’importance primordiale du respect des mesures barrière...
2020
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
COVID-19
COVID-19
infections à coronavirus
pneumopathie virale
transmission de maladie infectieuse
autosoins
recommandation de santé publique
température
prise de la température

---
N1-SUPERVISEE
Signes cliniques d’orientation diagnostique du Covid-19
https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=812
Dans un objectif de détection précoce des cas de Covid-19, le Haut Conseil de la santé publique réactualise les signes cliniques permettant d’orienter les cliniciens vers le diagnostic. Outre les signes classiques d’infection respiratoire tels que la toux, la fièvre et la dyspnée, d’autres symptômes peuvent constituer des éléments d’orientation. Ainsi la survenue brutale et inexpliquée d’une asthénie, de myalgies, de céphalées, ou l’apparition de maux de gorge, d’une anosmie ou d’une agueusie, sont évocateurs de Covid-19 en période épidémique. Chez l’enfant, le diagnostic peut être évoqué devant l’apparition brutale des symptômes précédemment décrits, d’une diarrhée ou d’une fièvre isolée. Chez le sujet âgé, la survenue ou l’aggravation brutale de troubles de la conscience, de chutes ou encore d’une altération de l’état général doivent inciter à évoquer le diagnostic. Enfin plus rarement ont été décrits des signes neurologiques ou cardiovasculaires, qui sont plus des complications que des manifestations précoces de l’infection par SARS-CoV-2...
2020
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
COVID-19
COVID-19
infections à coronavirus
pneumopathie virale
orientation diagnostique
adulte
enfant
sujet âgé
recommandation professionnelle
diagnostic précoce
signes et symptômes
pandémies
pneumopathie virale
infections à coronavirus
pandémies

---
N1-SUPERVISEE
Coronavirus SARS-CoV-2 : nettoyage du linge et des locaux d’un patient confirmé et protection des personnels
https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=813
Du fait de l’émergence du SARS-CoV-2, le HCSP a émis le 18 février 2020 des recommandations relatives au traitement du linge, au nettoyage d’un logement ou de la chambre d’hospitalisation d’un patient confirmé Covid-19 et à la protection des personnels. L’évolution de l’épidémie et des connaissances sur ce coronavirus conduit le HCSP à revoir ses recommandations. Dans une première partie, le HCSP recommande, quel que soit le lieu, de respecter les précautions d’hygiène standard associées aux précautions complémentaires de type contact et gouttelettes tout au long des actions de prise en charge du linge et de bionettoyage et d’aérer les locaux régulièrement. Il détaille la procédure de bionettoyage des sols et des surfaces et précise qu’il n’est pas nécessaire d’attendre 3 heures entre la prise en charge du linge et le bionettoyage des sols et surfaces. Dans une deuxième partie, le HCSP détaille les préconisations à adapter selon le lieu considéré (domicile, logement collectif, établissement de santé ou médico-social), telles que celles concernant les tenues de protection des personnes en charge du linge et du bionettoyage ou l’élimination des déchets produits par ces activités (filières des déchets ménagers ou des déchets d’activité de soins).
2020
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
COVID-19
COVID-19
infections à coronavirus
pneumopathie virale
dispositifs de protection
literie et linges
chambre de patient
hygiène
transmission de maladie infectieuse
Assainissement et restauration de l'environnement
coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu
Équipement de protection individuelle
désinfection
recommandation professionnelle
coronavirus
pandémies
pneumopathie virale
infections à coronavirus
pandémies
Betacoronavirus

---
N1-SUPERVISEE
Covid-19 : fréquentation des eaux de baignade et utilisation d’eaux issues du milieu naturel
https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=814
Dans le contexte de l’épidémie de Covid-19, se pose la question de la fréquentation des baignades et de l’utilisation des eaux issues du milieu naturel . L’analyse de la littérature scientifique ne permet pas de confirmer, à ce jour, la présence de SARS-CoV-2 infectieux dans les eaux du milieu naturel. Le HCSP précise que le contrôle sanitaire ne reposant que sur des paramètres bactériens, il reflète une contamination par des rejets de matières fécales, mais pas une prédiction de la présence du virus SARS-CoV-2 infectieux. Si cette présence était supposée, une analyse du risque d’infection transmise pourrait éventuellement se justifier pour les eaux à forte pollution fécale. Le HCSP rappelle que, dans le cas des baignades et de leur environnement, c’est le respect strict des mesures de distanciation physique qui constitue un élément fondamental et prioritaire de prévention générale d’infection par le SARS-CoV-2. Il recommande de porter une attention particulière, pendant la phase de déconfinement, en augmentant la fréquence de surveillance de la qualité des eaux de baignade en matière de contamination fécale avec, si nécessaire, des mesures de fermeture anticipées pour les sites connus pour leur dégradation lors d’épisodes pluvieux. Il déconseille les baignades sur des sites ne faisant pas l’objet d’un contrôle sanitaire règlementaire.
2020
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
COVID-19
COVID-19
infections à coronavirus
pneumopathie virale
Eau baignade
plage pour la baignade
eau
contrôle de la contamination de l'eau
microbiologie de l'eau
coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu
transmission de maladie infectieuse
Appréciation des risques
recommandation de santé publique
pandémies
Betacoronavirus

---
N1-SUPERVISEE
Utilisation de plasma de convalescents chez les malades atteints de Covid-19
https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=815
Dans le contexte de la pandémie de Covid-19, le HCSP s’est prononcé à plusieurs reprises sur la prise en charge thérapeutique des patients, les recommandations évoluant avec une meilleure connaissance de la maladie. Dans le présent avis, le HCSP émet des recommandations relatives à l’utilisation thérapeutique de plasma de convalescents dans le traitement du Covid-19. Le plasma de patients guéris du Covid-19 contient en effet des anticorps, qui, administrés à un patient infecté par le SARS-CoV-2, pourraient aider à la guérison. Plusieurs essais thérapeutiques sont en cours pour évaluer l’efficacité et l’innocuité de cette stratégie thérapeutique, dont 2 essais conduits en France (essais Coriplasm et Coriplasmic). Le HCSP recommande de privilégier chaque fois que possible, l’utilisation de plasma de convalescents dans le cadre des essais thérapeutiques menés en France. Dans le cas où l’inclusion du patient dans un essai n’est pas possible, le HCSP recommande d’autoriser l’utilisation thérapeutique de plasma de convalescents en dehors d’un essai thérapeutique en retenant les mêmes indications que celles définies par les critères d’inclusion dans les essais thérapeutiques en cours en France...
2020
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
COVID-19
COVID-19
pneumopathie virale
infections à coronavirus
plasma de convalescent
sérothérapie du COVID-19
France
anticorps du coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu
plasma sanguin
résultat thérapeutique
essais cliniques comme sujet
coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu
recommandation de santé publique
convalescence
pandémies
pneumopathie virale
infections à coronavirus
pandémies
immunisation passive
Betacoronavirus

---
N1-SUPERVISEE
Coronavirus SARS-CoV-2 : risques liés à la réutilisation des masques à usage unique ou à la prolongation de leur port
https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=816
Le retraitement des masques à usage unique (masque chirurgical ou FFP2) et les modalités de leur réutilisation dans le champ de la santé ou dans d’autres secteurs industriels pourraient présenter des risques. Le HCSP fait le point sur les travaux en cours recensés par une mission nationale spécifique et sur les préconisations formulées par l’ANSM et les sociétés savantes concernées (SF2H, SF2S). Les procédés de retraitement possibles (chimiques ou physiques ; collectifs ou individuels) et leurs limites respectives (maintien des performances des masques, efficacité microbiologique, aspects logistiques) sont présentés ainsi que les professionnels visés par la réutilisation des masques. A ce jour, aucun procédé complet de stérilisation n’est disponible. De nombreux tests sont encore en phase d’essai, essentiellement pour les masques FFP, qui ne peuvent subir une phase initiale de lavage, sans perdre leur propriété filtrante.
2020
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
COVID-19
COVID-19
infections à coronavirus
pneumopathie virale
réutilisation de matériel
stérilisation
désinfection
recommandation de santé publique
masques
Appréciation des risques
pandémies
pneumopathie virale
infections à coronavirus
pandémies

---
N1-SUPERVISEE
Coronavirus SARS-CoV-2 : gestion de l’épidémie en cas de survenue de vagues de chaleur
https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=817
En cas de prolongation de l’épidémie de Covid-19 et de survenue concomitante de vagues de chaleur, est-il possible d’appliquer à la fois les recommandations sanitaires du plan canicule et celles liées à l’épidémie de Covid-19 ? Le HCSP rappelle les risques et les différents aspects mis en œuvre dans chaque situation indépendamment l’une de l’autre. Il détaille les dimensions diagnostiques, thérapeutiques, préventives, organisationnelles, de ressources humaines et matérielles à prendre en compte pour anticiper au mieux les réponses à apporter dans un double contexte d’épidémie à Covid-19 et de canicule. Il décrit en particulier les conditions de fonctionnement et d’utilisation des climatiseurs, ventilateurs et brumisateurs. Le HCSP rappelle en préambule la gravité sanitaire des épisodes de canicule et souhaite éviter une minoration de ces phénomènes en raison d’une prééminence des craintes vis à-vis du Covid-19.
2020
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
COVID-19
COVID-19
infections à coronavirus
pneumopathie virale
chaleur extrême
recommandations comme sujet
troubles dus à la chaleur
Mesures sanitaires préventives
climatisation
ventilation
recommandation de santé publique
pandémies

---
N1-SUPERVISEE
Avis relatif au lien entre le tabagisme et la Covid-19
https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=818
Dans le contexte de résultats de différentes études fortement médiatisés, le HCSP s’est auto-saisi dans l’objectif de déterminer si les données épidémiologiques permettent de mettre en évidence une relation entre le statut tabagique et le risque de développer une infection symptomatique à Covid-19 et son évolution. Le HCSP s’est appuyé sur une revue de la littérature, des échanges avec des chercheurs ayant conduit des études portant sur le sujet, ainsi que la réalisation d’une analyse ad hoc des données issues de l’Assistance Publique - Hôpitaux de Paris. Ces éléments permettent de confirmer que le tabagisme est un facteur de gravité et d’évolution péjorative dans le Covid-19, ce qui est cohérent avec ce qui a été observé pour d’autres infections respiratoires.
2020
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
COVID-19
COVID-19
infections à coronavirus
pneumopathie virale
facteurs de risque
Fumer du tabac
trouble lié au tabagisme
politique anti-tabac
recommandation de santé publique
pandémies

---
N1-SUPERVISEE
Avis relatif à la conduite à tenir en cas de contact d’une personne ayant des antécédents évocateurs de Covid-19 avec une personne malade du Covid-19
https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=819
Une personne aux antécédents de Covid-19 avéré, avec ou sans confirmation virologique par RT-PCR, et ayant cliniquement guéri, doit-elle être mise en quatorzaine et suivie selon les procédures de « contact tracing », en cas de contact à distance de sa guérison avec un patient ayant une infection de Covid-19 aiguë avérée ? Pour répondre à cette question, le Haut Conseil de la santé publique identifie 2 situations suivant que la personne aura eu ou non une détection virale par RT-PCR au moment de l’épisode infectieux initial.
2020
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
COVID-19
COVID-19
infections à coronavirus
pneumopathie virale
traçage des contacts
quarantaine
signes et symptômes
tests sérologiques
test diagnostique du COVID-19
recommandation de santé publique
pandémies
techniques de laboratoire clinique

---
N1-SUPERVISEE
Avis relatif à la possibilité de déconfinement ou du maintien à domicile des personnes en situation de handicap dans le contexte de l’épidémie de Covid-19
https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=820
Le Haut Conseil de la santé publique émet 30 recommandations relatives aux modalités de déconfinement des personnes en situation de handicap (PSH). Trois principes généraux ont fondé leur rédaction : le droit commun s’applique par défaut aux PSH, c’est-à-dire que le maintien de règles de confinement strictes ne peut être motivé que par des raisons en lien avec une situation de risques accrus au regard de certaines situations ou maladies et non du fait du handicap ; le nécessaire respect du principe de non-discrimination doit néanmoins prendre en compte les spécificités et la singularité de chaque situation ; le droit à rester confiné ou à être déconfiné revient à la personne, dans le respect d’un choix éclairé personnel, après évaluation des bénéfices-risques avec les aidants familiaux et les professionnels.
2020
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
COVID-19
COVID-19
infections à coronavirus
pneumopathie virale
quarantaine
personnes handicapées
recommandation de santé publique
pandémies
infections à coronavirus

---
N1-SUPERVISEE
Avis relatif à l’analyse des risques de contamination de la population par le virus SARS-CoV-2 via les matières textiles dans le cadre de la préparation de la phase de déconfinement
https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=821
Au regard de la persistance et de l’infectiosité du virus SARS-CoV-2 sur diverses surfaces, quelles recommandations spécifiques peuvent être formulées dans les lieux de commerce ou d’échange de textiles notamment de vêtements, linge de maison et chaussures ? Dans son avis du 6 mai 2020, le HCSP rappelle, à l’attention des commerçants, l’importance du port d’un masque « grand public » pour le personnel et les clients, de l’hygiène des mains, des gestes barrières et des attitudes individuelles, comme du nettoyage avec désinfection des surfaces fréquemment touchées par les mains. Pour la clientèle, le HCSP énonce plusieurs recommandations, dont la réalisation systématique d’une friction hydro-alcoolique des mains, à l’entrée et à la sortie du commerce, et avant d’entrer dans une cabine d’essayage. Les clients doivent respecter la distanciation physique vis-à-vis des autres clients et du personnel de vente, les sens de circulation fléchés, et un temps de latence d’au moins 24 heures entre l’achat, ou la récupération de l’article, et son utilisation.
2020
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
COVID-19
COVID-19
infections à coronavirus
pneumopathie virale
commerce
vêtements
chaussures
Prévention des infections
transmission de maladie infectieuse
recommandation de santé publique
textiles
Appréciation des risques
pneumopathie virale
infections à coronavirus
pandémies

---
N1-SUPERVISEE
Coronavirus SARS-CoV-2 : emploi des visières ou écrans faciaux dans le contexte de l’épidémie Covid-19
https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=822
Les visières de protection (ou écrans faciaux) sont-elles un complément au port du masque ou peuvent-elles, dans certaines circonstances, constituer une alternative au masque ? Le HCSP rappelle d’abord sa doctrine pour la maîtrise de la diffusion du SARS-CoV-2 en population générale : elle repose sur trois mesures princeps (distance physique, gestes barrières, hygiène des mains) complétées par le port d’un masque grand public obligatoire en milieu clos. Ensuite, il décrit les différents types de visières existantes ainsi que leurs caractéristiques, performances et modalités d’entretien. Il fait le point sur les recommandations actuelles sur leur utilisation, tant au niveau international que français : elles considèrent que les visières ne peuvent être utilisées comme seul moyen barrière pour une protection respiratoire. Le HCSP recommande de ne pas utiliser les visières en remplacement du port d’un masque, quel que soit le public concerné. En population générale, leur emploi peut être envisagé en complément du port d’un masque. En revanche, dans certaines situations professionnelles nécessitant une protection du visage et des yeux, leur usage est indiqué en complément du port d’un masque...
2020
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
COVID-19
COVID-19
infections à coronavirus
pneumopathie virale
Équipement de protection individuelle
masques
Prévention des infections
recommandation de santé publique
pandémies
pneumopathie virale
infections à coronavirus
pandémies

---
N1-SUPERVISEE
Coronavirus SARS-CoV-2 : mesures à mettre en œuvre dans les établissements accueillant des jeunes enfants
https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=827
Dans les suites de l’avis du 24 avril 2020 relatif à l’adaptation des mesures barrières et de distanciation physique à mettre en œuvre en population générale, le Haut Conseil de la santé publique a rédigé un avis complémentaire pour les établissements d’accueil de jeunes enfants (EAJE : par exemple les crèches, les halte garderies…). Pour limiter la transmission du virus SARS-CoV-2 en cette période de déconfinement, le HCSP recommande la mise en œuvre d’un plan stratégique d’organisation des EAJE (emploi du temps, espacement et respect de la distance physique, nombre d’enfants par secteur, nettoyage/désinfection, respect des gestes barrières, hygiène des mains, repérage des enfants ou des personnels symptomatiques, etc.). Le HCSP détaille ensuite les aspects suivants : nettoyage/désinfection et protection des personnels le réalisant, distance physique d’au moins un mètre, hygiène des mains, port de masques grand public pour les personnels, prise en charge des jouets, entretien du linge, ventilation des locaux et vigilance sanitaire. Le HCSP insiste enfin sur la nécessité d’avoir un plan de communication pour le personnel et les familles...
2020
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
COVID-19
COVID-19
infections à coronavirus
pneumopathie virale
enfant d'âge préscolaire
garderies d'enfants
crèches
Prévention des infections
transmission de maladie infectieuse
désinfection
masques
désinfection des mains
recommandation de santé publique
enfant
pandémies
pneumopathie virale
infections à coronavirus
pandémies

---
N1-SUPERVISEE
Coronavirus SARS-CoV-2 : conduite à tenir pour les personnels hospitaliers de retour de zones d’exposition à risque
https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=762
Suite à la déclaration par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) le 30 janvier 2020, d’une urgence de santé publique de portée internationale (USPPI), le HCSP émet des recommandations relatives à la conduite à tenir pour les personnels hospitaliers de retour des zones d’exposition à risque au coronavirus SARS-CoV-2. Après avoir pris en compte l’évolution de la situation épidémiologique et des connaissances sur le virus et la maladie qu’il provoque, le HCSP distingue pour le personnel hospitalier trois conduites à tenir en fonction du type de séjour dans les zones à risque et de leur activité de soins au sein de l’hôpital. Il préconise de plus que les personnels concernés suivent les mesures recommandées pour toute personne revenant de zones à risque et que les personnels hospitaliers évitent de se rendre dans des zones à risque d’exposition au coronavirus SARS-CoV-2.
2020
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
exposition professionnelle
infections à coronavirus
infections à coronavirus
pneumopathie virale
pneumopathie virale
voyage
exposition environnementale
COVID-19
infections à coronavirus
COVID-19
COVID-19
COVID-19
recommandation professionnelle
risque
personnel hospitalier
pneumopathie virale

---
N1-SUPERVISEE
Grand débat national « Notre environnement, notre santé »
https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=707
Le 22 février 2019, le HCSP s’est associé aux universités Paris Diderot, Paris Descartes et à l’Institut physique du globe de Paris pour contribuer au débat sur « Notre environnement, notre santé ». Franck Chauvin, Denis Zmirou et Francelyne Marano, du HCSP, sont intervenus pour animer les débats. Réunis à l’amphi Buffon, chercheurs et citoyens ont débattu pour proposer une contribution dans le cadre du Grand débat national sur le thème Environnement et santé. 170 personnes dont une proportion importante d’étudiants (environ 30 %) s’étaient inscrits à ce débat et ont largement participé. Les trois thèmes du débat ont été animés par des chercheurs de chaque thématique : Thème 1 : Ville et sa périphérie durables et la santé Thème 2 : Notre alimentation et nos produits de consommation Thème 3 : Nos déchets
2019
false
true
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
Santé en zone urbaine
gestion des déchets
consommation alimentaire
régime alimentaire
mode de vie
congrès ou conférence
enregistrement vidéo
santé environnementale

---
N1-SUPERVISEE
Actualisation des recommandations relatives à la maîtrise de la diffusion des bactéries hautement résistantes aux antibiotiques émergentes (BHRe)
https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=758
Dans un contexte d’évolution de l’épidémiologie et des connaissances sur les BHRe, le HCSP actualise ses recommandations au travers de 12 fiches techniques. Ont été pris en compte les données de la littérature, les recommandations internationales, la situation épidémiologique française, les données des centres d’appui pour la prévention des infections associées aux soins (CPIAS) et des établissements de santé, les aspects éthiques. Les évolutions portent notamment sur les points suivants: Élargissement des conditions de dépistage de patients à risque à l’admission Indication des techniques de PCR pour le dépistage des patients contact selon les situations Modalités de surveillance d’un patient porteur de BHRe Modalités de surveillance d’un patient contact suivant 3 niveaux de risque de devenir porteur, en ciblant le dépistage des contacts à risque élevé Conditions de mise en place d’une unité de regroupement de patients porteurs de BHRe avec du personnel paramédical dédié en conditions épidémiques ou non Analyse de risque de transmission croisée Conditions de transport des patients porteurs de BHRe et leurs contacts Bon usage des antibiotiques chez les patients porteurs de BHRe et leurs contacts Règles éthiques de mise en œuvre des recommandations Cahier des charges pour une informatisation de la détection et de l’alerte vers l’équipe opérationnelle d’hygiène (EOH) des patients à risque.
2019
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
Appréciation des risques
bactérie hautement résistante
Prévention des infections
infection croisée
transmission de maladie infectieuse
Dépistage de masse
réaction de polymérisation en chaîne
maladies transmissibles émergentes
bactérie hautement résistante émergente [BHRe], situation d'infection
continuité des soins
bactérie hautement résistante émergente [BHRe], situation de portage sain
transport sanitaire
antibactériens
maladies transmissibles émergentes
État de porteur sain
infection dûe à une bactérie antibiorésistante (maladie)
maladies transmissibles émergentes
recommandation professionnelle

---
N2-AUTOINDEXEE
Séminaire Priorité prévention, passons à l’acte !
https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=714
Bien que la prévention soit régulièrement présentée depuis plus de 30 ans en France comme une priorité de santé publique, on observe des freins au développement de cette politique à la hauteur de ses enjeux. La Conférence nationale de santé (CNS), le Haut Conseil pour l’avenir de l’assurance maladie (HCAAM) et le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) ont mené en 2018 des réflexions complémentaires sur la prévention : la CNS avec son avis « Renforcer et mobiliser les acteurs de la promotion de la santé et de la prévention », du 28 septembre 2018, le HCAAM par son avis « Refonder les politiques de prévention et de promotion de la santé », le HCSP par le biais de l’avis et du rapport relatifs à la place des offreurs de soins dans la prévention. Un séminaire conjoint « Priorité prévention, passons à l’acte ! » a été organisé le 10 octobre 2018 par ces trois structures.
2019
false
true
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
médecine préventive
santé publique
prestations des soins de santé
Haut conseil de la santé publique
promotion de la santé
congrès ou conférence

---
N2-AUTOINDEXEE
Avis sur le projet de décret relatif à la lutte anti-vectorielle
https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=715
La Direction générale de la santé a sollicité l’avis du Haut Conseil de la santé publique sur le projet de décret, pris en application de l’article L.3114-5 du code de la santé publique, et relatif à la lutte anti-vectorielle. L’objet du projet de décret était de prévenir l’implantation et le développement des vecteurs par des mesures d’hygiène et de salubrité et de diminuer la transmission d’agents pathogènes, ainsi que de gérer les épidémies par des interventions rapides autour des cas. Pour atteindre ces objectifs, le projet de décret confiait aux ARS les missions de surveillance entomologique et d’intervention autour des nouvelles implantations de moustiques, fait reposer la gestion des épidémies de maladies à vecteur sur le dispositif Orsec, confie à l’Anses la coordination de l’expertise sur les vecteurs, rappelle le rôle des maires en matière de respect de salubrité sur leur territoire. Le HCSP a rendu un avis favorable à ce projet de décret.
2019
false
true
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
lutte antivectorielle
Haut conseil de la santé publique
Vecteurs de maladies
Vecteurs moustiques
lutte contre les moustiques
dengue
virus du chikungunya
Virus Zika
aedes albopictus
santé environnementale
entomologie
information scientifique et technique

---
N1-SUPERVISEE
Stratégie de dépistage de la bilharziose urogénitale en Corse-du-Sud
https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=716
En 2014, des cas de bilharziose urogénitale ont été diagnostiqués chez des personnes s’étant baignées dans la rivière Cavu (Corse-du-Sud) pendant l’été 2013 et résidant en France, en Allemagne et en Italie. Cette situation a conduit à une campagne d’information qui a permis de diagnostiquer 106 cas autochtones et à la mise en place locale de mesures de prévention. Les analyses du parasite ont montré que la souche était un hybride Schistosoma bovis et S. haematobium. Le bulin, hôte intermédiaire, est présent dans le Cavu et plusieurs autres rivières corses ainsi que sur le pourtour méditerranéen.
2019
false
true
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
bilharziose urinaire
bilharziose urinaire
tests sérologiques
recommandation de santé publique
bilharziose urinaire
information scientifique et technique
bilharziose urinaire
France
Dépistage de masse
Corse

---
N1-SUPERVISEE
Indication des interventions non pharmaceutiques pour limiter la diffusion des maladies transmissibles
https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=717
Pour limiter la diffusion des maladies transmissibles, le HCSP définit les principales interventions non-pharmaceutiques, c’est-à-dire celles qui s’appliquent lorsque ni médicament ni vaccination efficaces ne sont disponibles et/ou n’existent. Ces interventions comprennent la recherche et le suivi de contacts, l’éviction des collectivités ou des lieux publics et la quarantaine à domicile ou en structure dédiée. Elles concernent des personnes asymptomatiques, contacts de malades ou exposées à un risque d’infection. Le HCSP indique les éléments à prendre en considération pour la mise en œuvre de ces mesures, notamment de la quarantaine. Les freins et les facteurs pouvant aider à leur mise en place sont précisés. Des fiches détaillent, pour des agents infectieux visés par le règlement sanitaire international, les caractéristiques épidémiologiques à prendre en compte et les interventions à privilégier selon l’agent en cause.
2019
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
Contrôle des maladies transmissibles
Contrôle des maladies transmissibles
quarantaine
isolement du patient
traçage des contacts
continuité des soins
Contrôle des maladies transmissibles
Déontologie médicale
peste
variole
infections à coronavirus
grippe humaine
transmission de maladie infectieuse
fièvres hémorragiques virales
rapport

---
N2-AUTOINDEXEE
Avis relatif à la liste des indicateurs de résultats et d’impact de la stratégie nationale de santé 2018-2022
https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=718
Suite à une saisine de la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees), le HCSP s’est prononcé sur les indicateurs de suivi pluriannuel de résultats et d’impact de la Stratégie nationale de santé (SNS) 2018-2022. Le HCSP a formulé des remarques générales sur les indicateurs proposés par la Drees et a noté que : des thèmes importants de la SNS ne se retrouvent pas dans les indicateurs proposés, comme surpoids et obésité, la politique de santé de l’enfant qui est peu représentée, la santé au travail…. qu’il existe une disparité entre le nombre d’indicateurs par axe qui ne semble pas justifiée au regard des objectifs, la répartition devrait être plus équitable. Par exemple, l’axe IV (innover pour transformer notre système de santé en réaffirmant la place des citoyens) est peu représenté, et aucun indicateur n’est proposé pour la recherche et l’innovation. Le HCSP a ensuite analysé les critères de pertinence, cohérence, opérationnalité et imputabilité de chacun des 20 indicateurs et proposé des remarques pour certains d’entre eux.
2019
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
rapport
listes d'attente
laisse entrevoir
santé
évaluation de résultat (soins)
Fracture induite
indicateurs de résultat
ayant comme résultat
Fracture ouverte
indication de

---
N1-SUPERVISEE
Recommandations sanitaires 2019 pour les voyageurs (à l’attention des professionnels de santé)
https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=719
Ces recommandations sont mises à jour chaque année par le Haut Conseil de la santé publique, en tenant compte du Calendrier vaccinal, des données du Centre national de référence du paludisme, de Santé publique France, de l’Agence nationale de sécurité des médicaments et des produits de santé et de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de de l’alimentation, de l’environnement et du travail. Elles concernent tous les voyageurs, quelles que soient les destinations, la raison et les conditions de leurs voyages. Elles rappellent l’importance, pour prévenir les maladies liées aux voyages, de la vaccination, de la chimioprophylaxie du paludisme, des mesures de protection contre les moustiques et autres arthropodes, des mesures d’hygiène alimentaire et de lavage des mains. Elles précisent les risques liés aux transports, à l’environnement dont la pollution atmosphérique, et à certaines situations. Les précautions à prendre, avant et pendant le voyage, en fonction des personnes (âge, grossesse, pathologie préexistante, besoin de médicaments, etc.) sont détaillées. Enfin, le chapitre consacré à la prévention de la dissémination de maladies infectieuses au retour du voyage a été largement remanié.
2019
false
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
médecine des voyages
vaccination
médecine préventive
vaccins
voyage
chimioprévention
paludisme
rougeole
encéphalite japonaise
rage (maladie)
dengue
encéphalites à tiques
fièvre jaune
fièvre typhoïde
hépatite A
hépatite B
infections à méningocoques
poliomyélite
tuberculose
paludisme
recommandation professionnelle

---
N1-SUPERVISEE
Avis sur le projet d'arrêté relatif aux informations et aux recommandations sanitaires à diffuser à la population en vue de prévenir les effets d'une exposition au radon dans les immeubles bâtis
https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=720
Cet avis fait suite à la consultation obligatoire du Haut Conseil de la santé publique (art. R. 1333-28 du code de la santé publique) sur le projet d’arrêté relatif aux informations et aux recommandations sanitaires à diffuser à la population en vue de prévenir les effets d’une exposition au radon dans les immeubles bâtis. Cet arrêté est pris en application du décret n 2018-434 du 4 juin 2018 portant diverses dispositions en matière nucléaire, qui adapte en droit français la Directive 2013/59/Euratom du 5 décembre 2013. L’arrêté a pour objet de préciser aux acteurs locaux, pouvant être amené à communiquer sur la pollution de l’air intérieur, et plus particulièrement sur le radon et ses risques sanitaires, les principales informations et recommandations sanitaires à diffuser à la population, et notamment auprès des fumeurs, en vue de prévenir leur exposition au radon et les risques associés. Le HCSP émet un avis favorable sur le projet d’arrêté relatif aux informations et aux recommandations sanitaires à diffuser à la population en vue de prévenir les effets d’une exposition au radon dans les immeubles bâtis.
2019
false
true
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
exposition environnementale
Pollution de l'air intérieur
diffusion de l'information
information scientifique et technique
radon

---
N1-SUPERVISEE
West Nile : mesures pour la sécurité transfusionnelle et des greffes
https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=721
Le Haut Conseil de la santé publique émet 10 préconisations à adopter en 2019 en matière de prévention de la transmission du virus West Nile (WNV) par la transfusion sanguine ou par la greffe. L’objectif est de disposer d’une stratégie opérationnelle avec des mesures qui concilient les impératifs de sécurité sanitaire et de maintien de l’autosuffisance pour les produits sanguins labiles et de disponibilité des greffons. Ces préconisations sont déclinées pour les produits sanguins labiles d’une part et les organes, tissus, cellules d’autre part en fonction des alertes à l’étranger ou en France. Par exemple, à partir du 1er juin 2019, pour tout candidat au don de sang de retour d’un séjour d’un des 20 pays ou d’une des 11 régions à risque (cf. liste), un ajournement de 28 jours ou un test par diagnostic génomique viral (DGV) du WNV est mis en œuvre. Cette liste est actualisée en fonction de la situation épidémiologique au cours de la saison de circulation du WNV jusque fin novembre. Pour les alertes en France, le diagnostic génomique viral WNV en pools de 6 est mis en place à partir du 1er juillet pour les donneurs de sang prélevés dans les Alpes-Maritimes. Pour les organes, tissus, cellules, les recommandations de l’Agence de la biomédecine pour les donneurs habitant ou ayant séjourné dans le département, la région, ou le pays concerné, sont mises en œuvre.
2019
false
true
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
fièvre à virus west Nile
fièvre à virus west Nile
Prévention des infections
transplantation
donneurs de sang
donneurs de tissus
transfusion sanguine
information scientifique et technique
sécurité transfusionnelle
transplants

---
N1-SUPERVISEE
Dengue et chikungunya : mesures pour la sécurité transfusionnelle et des greffes
https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=722
Le Haut Conseil de la santé publique émet 2 préconisations, à adopter en 2019, en matière de prévention de la transmission des virus de la dengue et du chikungunya par la transfusion sanguine ou par la greffe. Compte-tenu de la rapidité de l’évolution de la situation épidémiologique internationale de ces deux arboviroses, l’objectif de cet avis est de proposer une stratégie opérationnelle sur les mesures à mettre en œuvre vis-à-vis des donneurs de produits et éléments du corps humain. Ces préconisations, qui sont identiques pour les produits sanguins labiles, les organes, les tissus et les cellules, concernent une actualisation des listes de pays concernés par une mesure d’ajournement ou d’exclusion des donneurs précédemment utilisées par l’Établissement français du sang, d’une part, et l’Agence de la biomédecine, d’autre part. Cette actualisation concerne l’ajout de 14 pays pour la dengue, et de 9 pays pour le chikungunya.
2019
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
Prévention des infections
sang
donneurs de sang
donneurs de tissus
transfusion sanguine
transplantation d'organe
recommandation de santé publique
dengue
Fièvre chikungunya
transplants
sécurité transfusionnelle

---
N1-SUPERVISEE
Mesures de prise en charge de patient infecté ou colonisé par Candida auris
https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=730
Candida auris est une levure émergente à l’origine d’infections fongiques associées aux soins à caractère épidémique. Décrite pour la première fois en 2009 au Japon, cette levure a été identifiée dans plusieurs pays répartis sur les 5 continents, en particulier le Royaume-Uni, l’Espagne les Etats-Unis et l’Inde qui ont connu des épidémies importantes. En France, au dernier bilan de juillet 2019, six cas seulement ont été identifiés majoritairement des colonisations. Cette levure est difficile à identifier au laboratoire, avec les méthodes habituellement utilisées pour l’identification des Candida. Elle persiste dans l’environnement et se caractérise par une sensibilité diminuée aux antifongiques. Les infections invasives sont associées à un taux de létalité élevé, essentiellement attribuable aux nombreuses comorbidités observées chez les patients infectés ou colonisés. Le Haut Conseil de la santé publique rappelle les définitions de cas d’infection ou de colonisation par C. auris. Il précise les indications et les modalités de dépistage ainsi que la prise en charge thérapeutique. Il détaille les mesures à mettre en œuvre pour maitriser la diffusion de cette levure, qui s’apparentent à celles recommandées pour les bactéries hautement résistantes aux antibiotiques émergentes (BHRe). Tout cas suspecté ou confirmé doit faire l’objet d’un signalement interne et externe (e-signalement) et les souches sont à envoyer au CNR Mycoses Invasives et des Antifungiques...
2019
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
recommandation de santé publique
candida
Candida auris
candidose
Colonisation à Candida
maladies transmissibles émergentes
Multirésistance des champignons aux médicaments
littérature de revue comme sujet
candidose invasive
infection croisée
candidose
Dépistage de masse
candidose

---
N1-SUPERVISEE
Recommandations sanitaires associées aux index UV
https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=723
Pour prévenir les effets nocifs des rayonnements solaires sur la santé, en particulier les mélanomes, le HCSP émet des recommandations sur le risque solaire. Cet avis propose des mesures de prévention pour la population générale. Les index UV, publiés sur les sites météo, doivent permettre d’adapter la protection : plus cet index est élevé, plus les mesures de protection doivent être importantes. Quatre catégories d’index UV (1 et 2 ; 3 à 7 ; 8 à 10 ; 11 et ) sont retenues. Elles couvrent l’ensemble des situations d’exposition des populations en métropole et en outre-mer et elles correspondent à des niveaux de risque et de protection différents. Le HCSP formule des messages de protection pour chaque catégorie d’index UV. En premier doivent figurer les heures d’exposition au soleil à éviter et en deuxième l’utilisation de vêtements longs puis les autres protections. La préconisation des crèmes de protection solaire, dont l’utilisation inappropriée pourrait conduire à d’autres problèmes (faux sentiment de sécurité, pollution des eaux, exposition à des nanoparticules), devrait apparaître en dernier, en complément des autres mesures de protection.
2019
false
true
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
système international d'unités
mélanome
rayons ultraviolets
Lumière du soleil
produits antisolaires
vêtements
recommandation de santé publique

---
N1-SUPERVISEE
Valeurs repères d’aide à la gestion de la qualité de l’air intérieur
https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=724
Au regard des connaissances scientifiques actuelles, de la révision de certaines valeurs guides de l’air intérieur (VGAI) par l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses), des nouvelles données d’exposition dans les environnements intérieurs et du retour d’expérience sur la précédente méthodologie, ce rapport met à jour le document cadre initialement rédigé en 2009 par le Haut Conseil de la santé publique. Ce rapport est un document cadre exposant les principes communs qui guideront les propositions de valeurs, appelées « valeurs repères d’aide à la gestion » pour différents polluants de l’air intérieur. La démarche méthodologique générale d’élaboration de ces valeurs repères suivie par le HCSP intègre, outre les critères sanitaires incorporés dans les valeurs guides de l’Anses, le résultat des valeurs mesurées dans diverses enquêtes et les méthodes de mesure actuellement disponibles.
2019
false
true
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
valeurs de référence
air
rapport
Qualité de l'air intérieur
Pollution de l'air intérieur

---
N1-SUPERVISEE
Facteurs contribuant à un habitat favorable à la santé
https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=729
Le présent rapport constitue une première réponse à la saisine relative à l’habitat favorable à la santé adressée par la Direction générale de la santé le 21 avril 2018 au Haut Conseil de la santé publique. Ce rapport constitue un document de référence identifiant les propriétés de l’habitat ayant un impact sur la santé. Une description de l’ensemble des facteurs influençant positivement ou négativement la santé a été réalisée, selon différentes dimensions : l’environnement extérieur proche du logement, caractéristiques du bâti et des occupants incluant leurs comportements. Pour chaque dimension, les sources documentaires les plus pertinentes ont été référencées, sans prétention d’exhaustivité, ainsi que les réglementations applicables et les recommandations d’usage ou d’entretien. Les facteurs identifiés sont pour la plupart du temps interconnectés et les effets sur la santé des occupants résultent de leurs actions combinées. Les risques « émergents » de type nanomatériaux, ondes électromagnétiques, perturbateurs endocriniens ou bien objets connectés et leur impact sur la vie privée sortent du cadre de ce rapport et n’y sont pas abordés. La description réalisée dans ce rapport des propriétés de l’habitat ayant un impact sur la santé est la première étape d’un processus visant à terme à proposer des lignes directrices pour les règles générales d’hygiène en matière de salubrité des habitations.
2019
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
caractéristiques de l'habitat
maladie environnementale
rapport
santé
facteurs de risque

---
N1-SUPERVISEE
Infections tuberculeuses latentes. Détection, prise en charge et surveillance
https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=731
L’infection tuberculeuse latente (ITL) affecte environ 1,7 milliards de personnes dans le monde. Elle constitue le réservoir de nombreux cas de tuberculose maladie dans les pays à faible incidence comme la France. La prise en charge de l’ITL constitue l’une des mesures prioritaires de la stratégie d’élimination de la tuberculose. L’OMS et l’ECDC ont émis récemment des recommandations pour le dépistage et le traitement de l’ITL. Après une description des données épidémiologiques disponibles, le HCSP présente les tests de dépistage des ITL et leurs limites. Il détaille la stratégie de dépistage selon les groupes de populations considérés à haut risque (enfants contacts d’un cas, personnes migrantes, voyageurs et expatriés, professionnels de santé, personnes atteintes de certaines pathologies chroniques ou en attente de transplantation d’organes, personnes vulnérables, ..). Il maintient ses préconisations antérieures et recommande d’étendre le dépistage aux adolescents de 15 à 18 ans et aux migrants âgés de 18 à 40 ans dans certaines conditions. Il précise les options thérapeutiques et les modalités de suivi des patients traités. Il propose une approche médico-économique relative à la cascade de prise en charge des ITL susceptible de faciliter la comparaison des pratiques par rapport aux recommandations et ainsi d’identifier les améliorations nécessaires.
2019
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
tuberculose latente
tuberculose latente
continuité des soins
Contrôle des maladies transmissibles
adulte
adolescent
enfant
voyage
Dépistage de masse
population de passage et migrants
Surveillance épidémiologique
tuberculose latente
tuberculose latente
maladies professionnelles
personnel de santé
infections à VIH
antituberculeux
recommandation pour la pratique clinique
tuberculose latente
prise en charge de la maladie

---
N1-SUPERVISEE
Valeurs repères d’aide à la gestion de la qualité de l’air intérieur – le formaldéhyde
https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=733
Le formaldéhyde est un gaz irritant de l’appareil respiratoire et des muqueuses oculaires. Il est émis dans l’environnement intérieur par notamment les produits de construction, de décoration et d’ameublement, les produits nettoyants, les cosmétiques et les combustions. Le HCSP a produit en 2009 des valeurs repères d’aide à la gestion de la qualité de l’air intérieur pour le formaldéhyde. La Direction générale de la santé (DGS) et la Direction générale de la prévention et des risques (DGPR) ont demandé au HCSP d’actualiser éventuellement ces valeurs au regard des nouvelles connaissances. Le HCSP recommande de retenir deux valeurs repères d’aide à la gestion pour prévenir des effets liés à une exposition au formaldéhyde : une valeur repère de qualité d’air intérieur (VRAI) fixée à 100 µg/m3 (mesures réalisées sur une à quatre heures successives, tout au long de la journée, en période d’occupation). une valeur de gestion provisoire fixée à 30 µg/m3 (mesures sur une période de 4,5 à 7 jours).
2019
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
exposition environnementale
valeurs de référence
air
rapport
formaldéhyde
Qualité de l'air intérieur
Pollution de l'air intérieur

---
N3-AUTOINDEXEE
Mise à jour des pays concernés (Macédoine du Nord, Slovaquie) par les mesures de prévention pour la sécurité infectieuse transfusionnelle et de la greffe résultant de la circulation du West Nile Virus (WNV)
https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=739
Suite à la survenue de deux cas humains de West Nile Virus (WNV) à l’étranger (un en République de Macédoine du Nord, l’autre en Slovaquie), ces deux pays ont été rajoutés à la liste des pays à risque pour la saison WNV 2019, mentionnée dans l’avis du HCSP du 23 mai 2019
2019
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
information scientifique et technique
virus
sécurité transfusionnelle
slovaques
mesures de sécurité
transplant
Sécurité
slovaquie
virus du Nil occidental
Virus
transplantation
Virus

---
N3-AUTOINDEXEE
Suspicion de dengue autochtone et éventuelles mesures à mettre en œuvre pour les produits sanguins et les greffons pour les donneurs ayant fréquenté les départements du Lot et du Tarn-et-Garonne
https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=740
Un cas autochtone de dengue chez une personne ayant fréquenté les départements du Lot et du Tarn-et-Garonne est survenu fin juin 2019 et a été confirmé le 14 août 2019 sans qu’il ait été possible de déterminer le lieu géographique de la piqure. Le Haut Conseil de la santé publique, se basant sur les données disponibles à propos de ce cas index et notamment sur le délai de plus de 45 jours sans cas secondaire, mais encore sur les données historiques concernant les cas autochtones de dengue en France métropolitaine et sur les niveaux du plan « chik-dengue », a recommandé de considérer l’épisode comme provisoirement clos sans mesure d’interdiction de dons de sang et sans mesure particulière pour les greffes d’organes et tissus. Il a aussi recommandé de poursuivre les investigations entomologiques et de maintenir l’information auprès des médecins sur la possibilité de circulation du virus de la dengue dans les deux départements concernés.
2019
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
information scientifique et technique
Dengues
donneurs
dengue
poids et mesures
donneurs de tissus
dengue
groupes de population
transplants
Dengue
transplant
Mesures

---
N1-SUPERVISEE
Mesures de prévention à la suite de cas de dengue autochtone en métropole
https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=741
Deux cas de suspicion de dengue autochtone ont été signalés en septembre 2019. Le premier cas, survenu dans le département des Alpes-Maritimes, sans notion de voyage, a présenté des signes cliniques à partir du 30 août et avait été en contact avec une personne ayant présenté, au retour de Thaïlande, un tableau de dengue confirmé biologiquement. Le cas autochtone a été confirmé le 23 septembre. Un traitement de lutte anti-vectorielle a été réalisé de même qu’une enquête porte à porte. L’établissement français du sang (EFS) a effectué la dernière collecte dans la commune de résidence du cas début juin. Le deuxième cas est survenu dans le département du Rhône, les signes cliniques ayant débuté à la mi-juillet, sans notion de voyage en zone tropicale. L’enquête épidémiologique a permis d’identifier, à proximité de son domicile, un cas de dengue importé dont les signes avaient débuté fin juin. Après analyse de la chronologie des faits, de l’absence de nouveaux cas, des durées d’incubation, le Haut Conseil de la santé publique a recommandé : de ne pas mettre en place de mesures complémentaires pour les dons du sang dans les Alpes–Maritimes ; de mettre en place sous couvert de l’EFS, pour la situation dans le Rhône, des mesures non spécifiques de quarantaine de 72h pour les concentrés globulaires collectés dans la commune voisine de résidence du cas le 19 septembre et de renforcer l’information post-don pour toutes les collectes effectuées dans ce département ; de ne pas mettre en place de mesures particulières pour les prélèvements d’organes ou de tissus dans les 2 départements concernés.
2019
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
France
dengue
recommandation de santé publique
transfusion sanguine
prélèvement d'organes et de tissus
information scientifique et technique
dengue

---
N2-AUTOINDEXEE
HCSP et HCFEA : avis sur les données de recherche et études sur la santé et le développement global de l'enfant
https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=742
Les travaux du Haut Conseil de la famille, de l’enfance et de l’âge et le Haut Conseil de la santé publique soulignent que les politiques publiques de l’enfance s’appuient sur des connaissances qui donnent des enfants une image parcellaire. Avec la volonté de mise en synergie de leurs conclusions, les deux conseils ont adopté un avis commun.
2019
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
rapport
développement de l'enfant
Développement de l'enfant
Santé de l'enfant
recherche biomédicale
enfant
ensemble de données
Développement de l'enfant
Recherche
Recherches

---
N2-AUTOINDEXEE
Le dispositif statistique de surveillance et de recherche sur la santé de l’enfant
https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=744
Ce rapport constitue un inventaire des sources de données sur l’enfant, puis analyse les domaines traités en appréciant l’intensité et la qualité des dispositifs de suivi. Il propose un ensemble de recommandations portant sur les aspects et les déterminants de la santé de l’enfant qu’il est indispensable de mieux documenter ou de suivre, pour contribuer à évaluer les politiques publiques vis-à-vis des enfants et des axes de recherche à développer.
2019
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
rapport
Recherches
Statistiques
disposition (psychologie)
Enfant
Recherche
Enfant
dispositif
Enfant
Enfant
organisation et administration
Santé de l'enfant
statistiques comme sujet
Statistique
Dispositifs
enfant
équipement et fournitures
recherche biomédicale

---
N1-SUPERVISEE
Relatif à la gestion des déchets d’activités de soins à risque infectieux (DASRI) complexes
https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=745
Le nombre de plus en plus important de dispositifs médicaux innovants et connectés destinés aux patients en auto-traitement à domicile, pose la question de leur gestion après utilisation. Cette question a été soumise au Haut Conseil de la santé publique (HCSP) par la Direction générale de la santé (DGS) en août 2018. En réponse, le HCSP recommande de : définir une nouvelle classe de déchets d’activités de soins à risque infectieux (DASRI) produits par les patients en auto-traitement : les DASRI complexes destinés à une valorisation évaluer la fiabilité des systèmes de protection des perforants intégrés aux dispositifs médicaux complexes afin d’assurer la sécurisation de la filière de collecte, de traitement et de valorisation de ces dispositifs mettre en place une filière de collecte et de traitement des DASRI complexes, avec une valorisation des matériaux électriques et électroniques (piles et accumulateurs portables), et une élimination finale du perforant potentiel, tout en assurant la maîtrise du risque infectieux tout au long de la chaîne. Le HCSP définit les points de la filière de collecte que sont notamment l’emballage, le délai d’entreposage, le transport et le traitement. Le HCSP indique qu’il pourrait être proposé pour les DASRI complexes un circuit de collecte par un éco-organisme agréé, avec fourniture de l’emballage primaire par le pharmacien et apport de l’emballage des DASRI complexes à la pharmacie.
2019
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
Dispositifs médicaux
recommandation de santé publique
autosoins
infection
rapport
déchets médicaux
gestion des déchets
gestion du risque
équipement et fournitures

---
N3-AUTOINDEXEE
Mise à jour des pays et régions concernés (Italie, Allemagne) par les mesures de prévention pour la sécurité infectieuse transfusionnelle et de la greffe résultant de la circulation du West Nile Virus (WNV)
https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=746
Suite à la survenue de deux cas humains de West Nile Virus (WNV) à l’étranger (un en Italie, région des Marches, province de Macerata, et un en Allemagne, région de Saxe), ces deux régions ont été rajoutées à la liste des pays et régions à risque pour la saison WNV 2019, mentionnée dans l’avis du HCSP du 23 mai 2019
2019
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
rapport
virus du Nil occidental
Régions
Virus
virus
Sécurité
Virus
Italie
transplant
sécurité transfusionnelle
Allemagne
mesures de sécurité
régional
transplantation

---
N3-AUTOINDEXEE
Mesures de sécurisation des produits issus du corps humain suite à la survenue en France de cas équins d’infections à virus West Nile (WNV)
https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=747
Plusieurs cas équins d’infection à West Nile Virus (WNV) ont été confirmés dans les Bouches-du-Rhône et en Haute-Corse. Le Haut Conseil de la santé publique, se basant sur les données historiques de cas équins et humains d’infections à WNV ces dernières années en France, et sur les liens éventuels entre cas équins et cas humains au vu de l’expérience européenne, a émis plusieurs recommandations. Lors du diagnostic d’un cas équin : alerte médicale locale auprès des services d’accueil et des urgences, des services de neurologie et dans les hôpitaux, rappelant la nécessité de rechercher le WNV devant un patient avec des signes d’infections neuro-invasives. Tenant compte des éléments ci-dessus et de l’historique, de la balance coût/bénéfice, le HCSP suggère, en cas de survenue de cas équins isolés, de ne pas déclencher un dépistage des donneurs de sang et d’organes, sauf en cas de diagnostic antérieur de plus d’un cas humain dans la même zone. La zone correspond en principe au département, mais ce point sera à rediscuter au cas par cas en fonction de l’épidémiologie et de la géographie locales. Le HCSP recommande d’appliquer ces critères lors de la survenue de nouveaux cas équins isolés d’infection à WNV.
2019
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
rapport
Virus
France
homo sapiens
virus
virus du Nil occidental
France
Infection
poids et mesures du corps
corps humain
espèces équines
France
infection
equidae
français
maladie infectieuse
Virus
Mesures du corps
France
France

---
N2-AUTOINDEXEE
Conduite à tenir autour d’un cas de poliomyélite ou lors de la détection de poliovirus
https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=750
Depuis 1988, l’OMS a développé en plusieurs étapes un plan mondial d’éradication de la poliomyélite comprenant des programmes de vaccination, une surveillance clinique et environnementale, un plan de confinement des poliovirus et la certification des laboratoires habilités à détenir ces virus. En 2019, les poliovirus sauvages 2 et 3 ont été éradiqués et seuls 3 pays restent endémiques vis-à-vis de la poliomyélite de type 1. Des épidémies limitées de poliomyélite liées à des virus dérivant de souches vaccinales ont été observées. En France, la couverture vaccinale chez les jeunes enfants est supérieure à 90% ; la surveillance de la poliomyélite repose sur la déclaration obligatoire des cas et une surveillance renforcée des entérovirus dans la population. Après un rappel des définitions de cas et des personnes exposées, le HCSP précise les conduites à tenir dans différentes situations : devant un cas suspect cliniquement, vis-à-vis de l’entourage d’un cas suspect, devant un cas confirmé, lors de l’isolement d’un poliovirus en laboratoire ainsi que devant une rupture de confinement dans un laboratoire habilité. Le HCSP ne recommande pas de surveillance environnementale pour l’ensemble du territoire mais une surveillance ciblée limitée à l’environnement des laboratoires producteurs de vaccins. Les questions relatives aux vaccins poliovirus et à la vaccination contre la poliomyélite ont fait l’objet d’un avis parallèle de la HAS.
2019
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
rapport
poliovirus
poliomyélite
poliomyélite
enquêteur
prise en charge de la maladie

---
N1-SUPERVISEE
Paludisme : mesures pour la sécurité transfusionnelle et des greffes
https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=751
Il existe une liste de pays pour lesquels des mesures de prévention sont nécessaires pour la sécurité infectieuse transfusionnelle et de la greffe liée à la circulation des protozoaires responsables du paludisme. Ces mesures sont notamment l’ajournement ou l’exclusion temporaire des candidats à un don, quel qu’il soit. Le HCSP considère que le risque de paludisme ne sera plus à prendre en compte pour les receveurs de produits du corps humains dans 8 pays : l’Algérie, l’Argentine, la Chine (à l’exception de la province du Yunnan qui reste à risque), la Jamaïque, le Kirghizistan, l’Ouzbékistan, le Paraguay et le Sri Lanka. Cette évaluation, qui insiste sur la différence de niveau de risque entre voyageur et receveur, a conduit à discuter la situation de 14 pays. Trois listes ont été analysées : celle des pays déclarés exempts de paludisme par l’OMS (la plus récente datée du 1er juillet 2019), celle des pays pour laquelle une chimioprophylaxie antipaludéenne n’est pas indiquée chez le voyageur, et celle des pays pour lesquels il n’y a plus eu de notification de cas autochtones par les autorités locales. Ces recommandations font suite à une saisine de la Direction générale de