Libellé préféré : HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique;

URL : http://www.hcsp.fr/

GIP UNF3S : false;

Synonyme CISMeF : hcsp;

Détails


Consulter ci-dessous une sélection des principales ressources :

Vous pouvez consulter :


N2-AUTOINDEXEE
Demande d’aide à la gestion et à la maîtrise des risques concernant les conditions d’intervention des thanatopracteurs lorsqu’ils exercent à domicile
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=592
Le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) émet des recommandations d’aide à la gestion et à la maîtrise des risques des conditions d’intervention des thanatopracteurs à domicile, cet exercice n’ayant pas été interdit dans ce lieu par le législateur.
2017
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
recommandation professionnelle
recommandation de santé publique
gestion de la sécurité
Domicile
Gestion du risque
caractéristiques de l'habitat
gestion du risque

---
N3-AUTOINDEXEE
Évaluation d’impacts sur la santé (EIS) sur les documents de planification territoriale
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=638
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=639
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=640
Dans le cadre du 3e plan national de Santé Environnement (PNSE 3, 2015-2019) le HCSP a été chargé de mener une réflexion sur la prise en compte de l’évaluation des impacts sur la santé (EIS) dans les documents de planification territoriale. Les principaux constats concernant les liens entre les différents déterminants de la santé et leurs impacts sont exposés. Les moyens d’étude disponibles dans le cadre des documents de planification pour évaluer ces impacts sur la santé sont présentés. Les pratiques des différents acteurs sur le terrain en matière d’urbanisme et de santé sont intégrées à travers les retours d’expérience issus de nombreuses auditions.
2017
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
rapport
planification régionale de la santé
documents comme sujet
planifié
évaluation des impacts sur la santé
planification en santé
planification en santé

---
N1-VALIDE
Avis relatif aux tensions d’approvisionnement de vaccins contre l’hépatite A et l’hépatite B
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa20170214_vaccinhepAetBtensionsapprov.pdf
Les difficultés d’approvisionnement des vaccins hépatite A adultes se poursuivent et justifient le maintien des recommandations de l’avis du Haut Conseil de santé publique (HCSP) du 19 mai 2016. Des difficultés d’approvisionnement des vaccins hépatite B adulte sont constatées, elles entraînent la nécessité de revoir les schémas vaccinaux et de définir des critères de priorisation parmi les personnes pour lesquelles le vaccin est recommandé. Le HCSP recommande de vacciner, en priorité : les personnes qui dans le cadre de leur exercice professionnel sont soumises à l’obligation vaccinale, notamment les professionnels de santé exposés au risque de contamination dans un établissement de soins, les élèves ou les étudiants des professions de santé et les militaires à l’incorporation ; les autres personnes en fonction de l’importance de leur exposition au risque (cf liste précise annexée à l’avis)...
2017
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
recommandation de santé publique
vaccination
hépatite A
hépatite B
J07BC01 - hépatite B, antigène purifié
vaccin antihépatite B
France
vaccins antihépatite A
calendrier vaccinal
recommandation de bon usage du médicament
sujet immunodéprimé
voyage
nourrisson
enfant
rappel de vaccin
adulte
mucoviscidose
maladies professionnelles
exposition professionnelle
ENGERIX B
HBVAXPRO
Twinrix
vaccins combinés
J07BC20 - associations de vaccins contre l'hépatite
TWINRIX
FENDRIX
nouveau-né
vaccin antihépatite B
vaccins antihépatite A

---
N1-VALIDE
Vaccination par le BCG chez les nourrissons
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=597
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=598
Le Haut Conseil de la santé publique a été saisi par le Directeur général de la santé, en date du 17 octobre 2016 concernant : - l’opportunité de décaler l’âge de la vaccination par le BCG dans le but de réduire le risque d’infections gravissimes par le BCG (BCGites généralisées) chez des enfants porteurs d’un déficit immunitaire combiné sévère (DICS) non encore diagnostiqué. - la pertinence de pratiquer une intradermo réaction à la tuberculine préalablement à la vaccination.
2017
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
recommandation de santé publique
vaccin BCG
nourrisson
tuberculose
vaccin BCG
Guyane française
Comores
France

---
N1-VALIDE
Conduite à tenir devant un cas importé ou autochtone de fièvre jaune
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=599
Compte tenu de la présence d’Aedes aegypti, principal vecteur de la fièvre jaune, aux Antilles et dans les territoires de l’Océan Indien, de la possibilité de transmission en laboratoire du virus par Aedes albopictus, de la présence de celui-ci dans une partie des départements métropolitains, il existe dans tous ces territoires un risque de transmission de la fièvre jaune à partir d’un voyageur infecté (cas importé). Ce risque est moindre en Guyane, où la vaccination est obligatoire.
2017
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
recommandation de santé publique
fièvre jaune
fièvre jaune
fièvre jaune
vaccin anti-fièvre jaune

---
N2-AUTOINDEXEE
Révision des repères alimentaires pour les adultes du futur Programme national nutrition santé 2017-2021
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=600
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=601
Le HCSP actualise les repères alimentaires du Programme national nutrition santé pour les adultes. Le périmètre de certains des groupes d’aliments faisant l’objet de recommandations actuelles est redéfini et de nouveaux repères sont ajoutés (au total, 12 au lieu des 8 actuels). Les repères sont définis sur la base d’une analyse de santé publique des relations épidémiologiques entre la consommation des différents aliments et le risque de maladies chroniques et la prise en compte du risque d’exposition à des contaminants environnementaux. Chaque repère propose une fréquence de consommation (ou, à défaut, une évolution souhaitable des consommations) et est complété par des informations sur la taille des portions, les aliments composant le groupe ou à privilégier dans ce groupe, des limites de consommation ou sur la prise en compte des contaminants. Par exemple, des repères spécifiques sont définis pour les légumineuses, les fruits à coque sans sel ajouté et les produits céréaliers complets et peu raffinés. Des limites de consommation sont précisées pout la viande rouge et la charcuterie. Est mis en avant l’intérêt de privilégier des aliments cultivés selon des modes de production diminuant l’exposition aux pesticides pour les fruits et légumes, les légumineuses, les produits céréaliers complets, et de varier les espèces et les lieux d’approvisionnement pour les poissons. Outre les repères spécifiques définis, le HCSP insiste sur des conseils généraux tels que privilégier l’utilisation de produits bruts, éviter les portions excessives et le grignotage, ne suivre un régime amaigrissant qu’avec l’avis d’un professionnel de santé. Une vigilance particulière a été assurée pour garantir une convergence entre les dimensions nutritionnelles et environnementales de l’alimentation lors de l’établissement de ces repères de consommation.
2017
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
information scientifique et technique
adulte
surnutrition
Programmes
adulte
nutrition
Futur
santé
malnutrition
programmes
prévision

---
N3-AUTOINDEXEE
Prévention des infections à HPV : place du vaccin Gardasil 9
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=602
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=603
Le vaccin Gardasil 9 a obtenu le 10 juin 2015 l’autorisation européenne de mise sur le marché chez les filles et les garçons selon un schéma à 3 doses à partir de l’âge de 9 ans, puis le 4 avril 2016, selon un schéma à 2 doses chez ceux âgés de 9 à 14 ans. Il est indiqué pour l’immunisation active des personnes à partir de l’âge de 9 ans contre les maladies liées aux papillomavirus humains (HPV) : lésions précancéreuses et cancers du col de l’utérus, de la vulve, du vagin et de l’anus, verrues génitales. Le vaccin Gardasil 9 contient cinq génotypes d’HPV à haut risque additionnels par rapport au vaccin Gardasil . Le HCSP rappelle que la stratégie actuelle de prévention des infections et des maladies liées aux HPV par la vaccination n’est pas modifiée : chez les filles âgées de 11 à 14 ans, et en rattrapage jusqu’à l’âge de 19 ans révolus ; chez les hommes ayant des rapports avec les hommes jusqu’à l’âge de 26 ans (HSH) ; chez les personnes immunodéprimées. Le HCSP recommande Gardasil 9 dans les situations suivantes : chez les jeunes filles non vaccinées antérieurement, que la vaccination soit initiée par Gardasil 9 selon le schéma à 2 doses chez celles âgées de 11 à 14 ans révolus ; à 3 doses chez celles âgées de 15 à 19 ans révolus ; chez les HSH, que la vaccination soit initiée par Gardasil 9 jusqu’à l’âge de 26 ans (3 doses) ; chez les personnes immunodéprimées, que la vaccination soit initiée par Gardasil 9 . Le HCSP recommande une information large et argumentée auprès des professionnels de santé et du public sur les maladies à HPV, les vaccins et l’efficacité de la vaccination HPV.
2017
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
rapport
Vaccins contre les papillomavirus
Vaccine
Infection
maladie infectieuse
lutte contre l'infection
GARDASIL
infecté
vaccination / médication préventive
maladie virale autre/non classée ailleurs
prepuce adherence-phimosis
Vaccins
Vaccination
vaccination
Gardasil
vaccin
infections à papillomavirus
vaccine
infection
vaccins
vaccination
Vaccin recombinant quadrivalent contre les papillomavirus humains de type 6, 11, 16 et 18

---
N3-AUTOINDEXEE
Séminaire du Haut Conseil de la santé publique du 13 décembre 2016 « De l’expertise à la prise de décision en santé publique »
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=604
Ce séminaire annuel du Haut Conseil de la santé publique organisé 3 mois avant la fin du 2e mandat du HCSP, a pour fil conducteur les jalons de l’expertise à la prise de décision en santé publique. La journée a été organisée autour de 3 présentations générales concernant : la prise en compte des risques et des preuves pour les décisions ; les usages et les limites de l’expertise dans l’action en santé publique ; et la santé mentale. De plus, des sessions thématiques ont été consacrées au champ des vaccinations, à la prévention et à la réduction des risques, à l’évaluation des plans de santé publique à partir des travaux du HCSP. Les avis et rapports du HCSP concernant la vaccination contre les papillomavirus, la vaccination des personnes immunodéprimées et la vaccination contre la dengue sont présentés. La dimension prévention et réduction des risques est abordée au travers de 3 exemples de travaux du HCSP concernant les bénéfices-risques de la cigarette électronique, l’infection au virus Zika et les patients à haut risque vital. Concernant l’évaluation des plans de santé publique, 2 exemples ont illustré la nécessité de définir des indicateurs en amont pour mener à bien l’évaluation des plans. Il s’agit de l’évaluation du plan national maladies rares 2011-2016 et de l’évaluabilité du plan national santé environnement 2015-2019. Les grandes lignes du bilan du 2e mandat du HCSP ont aussi fait l’objet d’une présentation et de discussions.
2017
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
congrès ou conférence
santé publique
expertise
prise de décision
Assistance
haut
supérieur
Assistance

---
N3-AUTOINDEXEE
Législation et pratiques des soins de conservation dans trente pays d’Europe et d’Amérique du Nord
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=609
Ce rapport présente les pratiques en matière de soins de conservation des corps aux niveaux européen et international. Une analyse transversale décrit les pratiques de soins de conservation (dispensés sur les corps post-mortem) dans trente pays, puis le cadre international des soins de conservation par procédés chimiques et un bref historique de la thanatopraxie. Les pratiques et situations sont présentées par pays avec des éléments de synthèse et de typologie. Trois thèmes précis sont développés : la réalisation de thanatopraxie/soins de conservation dans le cas de certaines maladies, la durée possible de conservation d’un corps sans soins de conservation (chimique ou par réfrigération) et la pratique de la thanatopraxie à domicile. La conclusion s’interroge sur la manière d’encadrer la pratique de la thanatopraxie à domicile en France et propose, en lien avec l’expérience internationale, des préconisations à cet effet. Ce rapport s’inscrit dans le cadre d’une saisine du Haut Conseil de la santé publique par la Direction générale de la santé portant sur une aide à la gestion et à la maîtrise des risques, et sur les mesures permettant de réduire ou de prévenir les risques sanitaires liés à la pratique des soins de conservation à domicile. La saisine comprend trois volets, le premier portant sur la durée de conservation possible à domicile sans soins de conservation par procédés chimiques et sur les alternatives possibles, le deuxième volet, objet de ce rapport, porte sur les pratiques en matière de soins de conservation des corps aux niveaux européen et international et le troisième volet sur des propositions de mesures d’encadrement de la thanatopraxie à domicile. Attribué à Audrey Baron-Gutty, experte indépendante, à l’issue d’un appel d’offres selon la procédure simplifiée du code des marchés publics, le travail sur le deuxième volet a donné lieu à la rédaction du présent rapport.
2017
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
rapport
législation comme sujet
soins
Europe du Nord
Amérique du Nord
Législation
Europe
législation

---
N3-AUTOINDEXEE
Groupements hospitaliers de territoire (GHT) et santé publique
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=611
Les groupements hospitaliers de territoire (GHT) prévus par la loi de modernisation de notre système de santé constituent une innovation organisationnelle importante. Le Haut Conseil de la santé publique propose, dans le cadre d’une autosaisine, treize recommandations opérationnelles pour développer l’approche de santé publique au sens de la santé des populations et de la prise en compte de ses besoins sur un territoire. Ces recommandations s’appuient sur trois principes généraux : contribuer à l’amélioration de l’état de santé de la population du territoire et aux réponses à ses besoins en santé ; impliquer les autres acteurs du territoire, médecine libérale, secteur hospitalier privé, monde associatif ou collectivités locales ; développer l’évaluation des besoins de santé de la population et des actions mises en place. Les recommandations conçues selon une logique opérationnelle (diagnostic, actions, pilotage) s’adressent aux agences régionales de santé, aux établissements regroupés en GHT et aux structures en charge du pilotage national des GHT. Par exemple, les ARS doivent inciter les établissements publics regroupés en GHT à contribuer à l’amélioration de l’état de santé de la population du territoire couvert par le GHT en pilotant un diagnostic territorial de santé, en établissant pour chaque territoire un tableau de bord d’indicateurs territorialisés, en impulsant une offre de formation accompagnant le développement du volet santé publique des GHT. Les GHT doivent développer des prises en charge pluriprofessionnelles avec les partenaires du secteur d’hospitalisation privée et de la médecine de ville et prendre en compte les inégalités sociales de santé. Les GHT doivent développer des compétences en santé publique autour des DIM de territoire en lien avec les CHU.
2017
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
rapport
santé publique
Territoire
hôpital
hôpitaux
comportement de retour au gîte

---
N1-VALIDE
Infections à pneumocoque : recommandations vaccinales pour les adultes
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=614
Les recommandations sur la vaccination pneumococcique des adultes ont été revues. Deux vaccins sont disponibles : le vaccin polyosidique non conjugué (VPP23) de couverture sérotypique large et le vaccin conjugué (VPC13) d’efficacité intrinsèque élevée. Le HCSP a pris en compte les données d’efficacité du VPC13 sur les pneumonies à pneumocoque (étude Capita), la littérature récente, les recommandations internationales et il s’est appuyé sur une modélisation médico-économique qui a évalué différents scénarios de vaccination de population selon leur âge ou leurs facteurs de risque.
2017
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
adulte
sujet âgé
vaccins antipneumococciques
infections à pneumocoques
recommandation de santé publique

---
N3-AUTOINDEXEE
Obligation de vaccination par le BCG des professionnels de santé
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=615
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa20170310_obligationvaccinationbcgpro.pdf
Prenant en compte les données d’incidence de la tuberculose, l’efficacité du vaccin BCG, les données d’exposition des professionnels, le Haut Conseil de la santé publique recommande de lever l’obligation vaccinale par le BCG pour les étudiants des carrières sanitaires et sociales et les professionnels visés par les articles R. 3112-1 C et R. 3112-2 du code de la santé publique. En complément, il est nécessaire de renforcer les mesures de prévention primaire et secondaire avec un strict respect des mesures barrière, une amélioration du dépistage et du suivi médical, une réduction des retards à l’isolement du patient. Le médecin du travail a la possibilité de proposer au cas par cas une vaccination par le BCG en fonction de l’évaluation du risque d’exposition et de contamination.
2017
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
information scientifique et technique
personnel de santé
bCG
vaccination
vaccin BCG
Santé
vaccination / médication préventive
professionnel
vaccination bcg
santé

---
N2-AUTOINDEXEE
Actualisation des connaissances sur le risque de transmission des Borrelia via les produits sanguins labiles ou les greffes
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=623
Le HCSP actualise son avis du 19 février 2016 relatif à la borréliose de Lyme, en ce qui concerne la transmission des Borrelia par les produits sanguins labiles, les greffes d’organes, de tissus et de cellules. Le HCSP souligne notamment qu’il n’existe aucun cas rapporté de transmission de Borrelia à l’homme par transfusion sanguine ou par greffe et que la transposition à l’homme des résultats de la seule étude, publiée en 2016 et réalisée par injections à des souris de produits sanguins infectés par Borrelia miyamotoi, appelle les plus grandes réserves. En conséquence, le HCSP ne modifie pas ses recommandations du 19 février 2016
2017
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
recommandation professionnelle
borrelia
borrelia
connaissance
transplants
connaissance
risque
transplant
connaissance

---
N3-AUTOINDEXEE
Mise en place d’une déclaration obligatoire de la rubéole
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=622
Dans l’objectif de l’élimination de la rubéole, l’OMS a incité la France à renforcer son système de surveillance de cette maladie. En lien avec la Commission nationale de vérification de l’élimination de la rougeole et de la rubéole (CNV), le HCSP propose la mise en place d’une déclaration obligatoire (DO) de la rubéole dans la population générale avec maintien d’une DO particulière pour les femmes enceintes et les cas de rubéole congénitale. Celle-ci est justifiée par l’existence d’une couverture vaccinale hétérogène selon les territoires et les populations, pouvant entraîner des bouffées épidémiques localisées. Cela pourra permettre de prendre en compte les cas de rubéole congénitale malformative diagnostiquée après la grossesse. En s’appuyant sur l’expérience anglaise, il est proposé que la surveillance repose sur les prélèvements salivaires effectués par les médecins ou par les patients (ou leur famille). Compte tenu de l’excellente efficacité du vaccin, cette déclaration serait ciblée sur la confirmation du diagnostic de rubéole chez des personnes non correctement vaccinées ou sans preuve d’immunité antérieure. La confirmation pourrait être biologique ou par un lien avec un cas confirmé biologiquement. Une définition de cas est proposée : en population générale, chez la femme enceinte, dans les situations de rubéole congénitale, reposant sur le statut vaccinal, la clinique, la biologie. Enfin, une procédure de validation biologique des cas est précisée.
2017
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
rapport
rubéole
rubéole
déclaration obligatoire
rubéole

---
N1-VALIDE
Formation des pharmaciens d’officine à la vaccination contre la grippe
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=617
Dans le cadre de l’expérimentation de la vaccination contre la grippe saisonnière par les pharmaciens d’officine, le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) a élaboré un avis sur l’extension des compétences des pharmaciens d’officine à cet acte de vaccination. Les personnes éligibles sont les adultes ayant une indication dans le calendrier vaccinal. Le HCSP recommande : d’aligner les critères d’éligibilité (primo-vaccination) pour la vaccination contre la grippe par les pharmaciens sur ceux définis pour les infirmiers ; d’orienter les personnes vers leur médecin traitant en cas de terrain immunodéprimé, réaction allergique, traitements anticoagulants ou par antiagrégants plaquettaires ; de bien prendre en compte la traçabilité de la vaccination et les échanges d’informations, ainsi que les éléments concourant à la sécurité des patients ; de définir des critères d’habilitation (locaux…) ; de réaliser régulièrement une évaluation auprès d’un échantillon aléatoire de pharmaciens dans les locaux ; de prévoir le repérage des pharmacies habilitées à pratiquer la vaccination grippale par le public...
2017
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
vaccination
grippe humaine
pharmaciens
formation professionnelle
vaccins antigrippaux
recommandation de santé publique

---
N1-VALIDE
Entérobactéries résistantes à la colistine : mesures pour les établissements de santé (complément)
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=616
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=621
Le HCSP précise ses recommandations visant à maîtriser la diffusion d’entérobactéries portant un gène plasmidique de résistance à la colistine afin de répondre aux 3 questions suivantes, complémentaires des deux avis publiés en septembre et décembre 2016 : Faut-il rechercher mcr-1 en routine chez les entérobactéries productrices d’une bêta-lactamase à spectre étendu (EBLSE) ? Quelles précautions sont nécessaires chez les patients porteurs d’EBLSE mcr-1 ? Faut-il un dépistage digestif systématique par écouvillonnage rectal à la recherche de mcr-1 chez les patients contacts d’un patient porteur d’une EBLSE mcr-1 ?...
2017
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
recommandation de santé publique
transmission de maladie infectieuse
résistance bactérienne aux médicaments
colistine
enterobacteriaceae
enterobacteriaceae
infections à enterobacteriaceae
tests de sensibilité microbienne
Tests de sensibilité bactérienne
facteurs R
dépistage systématique
entérobactérie productrice de bêta-lactamase à spectre étendu

---
N3-AUTOINDEXEE
Stratégie nationale de santé : Contribution du Haut Conseil de la santé publique
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=626
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=627
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=629
Le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) a été saisi pour réaliser l’analyse de l’état de santé de la population, de ses déterminants, des stratégies d’action afin de déterminer les domaines d’action et des objectifs de la Stratégie nationale de santé (SNS).
2017
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
rapport
santé publique
haut
Assistance
supérieur

---
N3-AUTOINDEXEE
Identification des outils nécessaires à l’évaluation des impacts sur la santé, et des impacts socio-économiques associés, dans les documents de planification territoriale relatifs aux déplacements ainsi qu’à l’urbanisme et aux logements
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=628
Les ministères chargés de la santé et de l’environnement ont saisi le Haut Conseil de la santé publique pour la prise en compte des évaluations d’impact sur la santé (EIS) dans les documents de planification urbaine. Un groupe de travail composé d’experts du HCSP et de personnalités extérieures a été constitué pour élaborer un rapport en réponse à cette demande. Ce travail a été complété par une vingtaine d’auditions d’acteurs du terrain (santé et urbanisme). La complexité de la problématique et la multiplicité des acteurs concernés justifie que ce rapport soit présenté en consultation publique. Les avis et recommandations recueillis serviront à finaliser et enrichir le rapport final. Dans le rapport qui sera proposé à la consultation publique, vous trouverez : une exposition des principaux constats tirés des données probantes actuelles concernant les liens entre déterminants de la santé en relation avec l’espace urbain et impacts sur la santé ; un état des lieux des moyens d’étude disponibles dans le cadre des documents de planification (Plan local d’urbanisme [PLU], Schéma de cohérence territoriale [SCOT] et Plan de déplacement urbain [PDU]) pour évaluer les impacts sur la santé ; une formulation de recommandations à l’attention de l’ensemble des acteurs territoriaux pour une meilleure prise en compte de la santé dans les documents de planification. Nous vous invitons à prendre part à cette consultation publique dès que les documents seront mis à votre disposition sur cette page à partir du 1er novembre 2017.
2017
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
information scientifique et technique
outil
documents comme sujet
déplacement
Économie
planifié
relatif
évaluation des impacts sur la santé
identification (psychologie)
économies
urbaniste
déplacement
urbanisme
identique
économie

---
N3-AUTOINDEXEE
Avis relatif à la gestion des DASRI complexes – demande d’avis sur le schéma opérationnel proposé par Abbott concernant la gestion du capteur du dispositif FreeStyle Libre
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=630
Le dispositif Freestyle Libre permet la surveillance du glucose par mesure dans le liquide interstitiel ; il est notamment disponible en pharmacie d’officine. Ce dispositif comprend 3 éléments : un capteur à usage unique – changé tous les 14 jours, comprenant un fin filament souple non perforant, une pile bouton et une carte électronique ; un applicateur contenant un perforant pour insérer en sous-cutané le filament souple ; un lecteur sans fil qui fournit les résultats de glucose. Un schéma opérationnel de gestion du capteur usagé est proposé par la firme. Selon la réglementation en cours, le capteur usagé est un déchet d’activités de soins à risque infectieux (DASRI) même si le risque de contamination microbienne est considéré comme très faible, et les DASRI doivent être, dès leur production, placés directement dans un collecteur adapté sans manipulation du DASRI. Le HCSP recommande : un circuit d’élimination via les officines pour le capteur usagé avec un conditionnement fourni par le fabricant ; la création d’un nouveau circuit d’élimination via les officines, appelé « DASRI complexes », afin d’éliminer des DASRI associés à un dispositif électronique et des piles ; de favoriser l’élaboration d’une norme définissant un niveau suffisant de sécurisation de ces dispositifs médicaux usagés afin de proposer une filière d’élimination allégée par rapport à la filière DASRI conventionnelle, tout en restant officinal.
2017
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
information scientifique et technique
jugement
proposant
disposition (psychologie)
relatif
complexe
déchets médicaux
dispositif
Dispositifs
équipement et fournitures

---
N3-AUTOINDEXEE
Utilisation de la primaquine à visée « altruiste » contre le paludisme à Plasmodium falciparum en Guyane
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=631
Depuis 2015, l’Organisation mondiale de la santé (OMS), dans l’objectif d’élimination du paludisme, recommande le traitement systématique par une dose unique de primaquine de tous les patients atteints de paludisme à Plasmodium falciparum en même temps que le traitement par les composés à base d’artémisinine. Le HCSP propose que cette stratégie soit appliquée en Guyane, comme elle l’est déjà dans les pays limitrophes. Il recommande que la primaquine soit prescrite à la dose de 0,25 mg par kg, adaptée au poids chez l’enfant de plus d’un an ou de plus de 10 kg. L’utilisation de la primaquine monodose nécessite : un dépistage préalable d’anémie, quand cela est réalisable ; avec une utilisation différée quand le taux d’hémoglobine est inférieur à 8 g/dL ; un report de prescription quand le patient présente un déficit en G6PD connu ; une information systématique des patients sur le risque de survenue d’une anémie hémolytique, ses symptômes et sur l’importance du suivi ; une proposition de rendez-vous de consultations de suivi. Le HCSP préconise que les sites d’orpaillage fassent l’objet de mesures spécifiques pour éviter notamment le développement de résistance aux médicaments antipaludiques. Il recommande qu’un suivi épidémiologique de la mise en œuvre et de l’impact de ces mesures soit réalisé sur tout le territoire de la Guyane.
2017
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
information scientifique et technique
guyana
paludisme à plasmodium falciparum
paludisme
paludisme
primaquine
primaquine
paludisme à plasmodium falciparum

---
N3-AUTOINDEXEE
Pour une Politique nutritionnelle de santé publique en France. PNNS 2017-2021
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=632
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=633
L’analyse des processus et résultats des trois précédents Programmes nationaux nutrition santé (PNNS) a conduit à appréhender les limites des stratégies de santé publique fondées exclusivement sur les déterminants individuels des comportements alimentaires et d’activité physique. Ces stratégies s’appuyaient principalement sur la communication nutritionnelle, et des approches purement incitatives. Les PNNS n’ayant atteint que partiellement les objectifs fixés et les inégalités sociales de santé s’étant aggravées dans le domaine de la nutrition, le HCSP propose, pour 2017-2021, une politique nutritionnelle de santé publique s’appuyant sur des mesures visant la population générale avec une intensité graduée selon le degré de désavantage. Il recommande, tout en poursuivant les stratégies précédentes, d’intervenir sur l’environnement social, économique et sociétal afin de faciliter les choix individuels favorables à la santé concernant l’alimentation et l’activité physique. Il préconise de recourir à des mesures réglementaires pour réduire la pression du marketing commercial, améliorer l’offre alimentaire et l’accessibilité physique et économique aux aliments de meilleure qualité nutritionnelle. Il recommande enfin de développer des actions spécifiques et prioritaires orientées vers les enfants et les populations défavorisées. Cette politique, qui doit tenir compte des préoccupations environnementales et de développement durable, nécessite une réorganisation de sa gouvernance. Le HCSP recommande de mettre en place un pilotage interministériel avec une finalité claire de santé publique et d’assurer une cohérence entre les mesures nationales et régionales.
2017
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
rapport
français
Politique de santé publique
santé publique
France
politique nutritionnelle
politique de santé

---
N3-AUTOINDEXEE
Les poliovirus et leur ajout éventuel aux listes des infections transmissibles prescrivant ou portant interdiction de certaines opérations funéraires
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=635
Le HCSP a évalué la pertinence de l’ajout des poliovirus aux listes réglementaires des maladies transmissibles prescrivant ou interdisant certaines opérations funéraires. Le HCSP a fait le point sur les infections à poliovirus observées dans le monde en fonction des couvertures vaccinales des populations et sur les risques de contamination de l’environnement. Au regard des très faibles risques de dissémination du virus, de la surveillance effectuée et de la couverture vaccinale élevée en France, le HCSP considère qu’il n’est pas justifié d’ajouter les poliovirus à ces listes de maladies transmissibles. Le HCSP rappelle le calendrier vaccinal en vigueur vis-à-vis de la poliomyélite en population générale et chez les professionnels concernés.
2017
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
information scientifique et technique
maladie infectieuse
poliovirus
pratique mortuaire
infecté
certain
infection

---
N2-AUTOINDEXEE
Évolution des recommandations sanitaires concernant le virus Zika à l’issue de la phase épidémique dans les territoires français d’Amérique (TFA)
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=595
Les autorités sanitaires de Guadeloupe, Guyane, Martinique ont déclaré la « fin de la phase d’épidémie de Zika » en octobre-novembre 2016, Saint-Barthélemy et Saint-Martin en février 2017. Cependant, le virus continue de circuler, un risque résiduel d’infection par le virus Zika, et d’embryofœtopathies persiste donc
2017
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
recommandation de santé publique
Infection par le virus Zika
épidémies
Counseling directif
virus
Recommandations
virus zika
en évolution
France
amériques
français
a une évolution
phase
Territoire

---
N1-VALIDE
Personnes atteintes par le virus Zika. Actualisation des modalités de prise en charge
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=532
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa20160105_zikaactualisationmodpec.pdf
Dans un contexte d’extension récente de la maladie due au virus Zika en Amérique du Sud et en Amérique centrale et le signalement de premiers cas de Zika autochtones dans des Départements français d’Amérique (Martinique, Guyane), le HCSP actualise ses recommandations de juillet 2015.
2016
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
recommandation de santé publique
fièvre à virus zika
fièvre
aedes
infections à arbovirus
infections à arbovirus
microcéphalie
grossesse
complications de la grossesse et maladies infectieuses
infections à arbovirus
infections à arbovirus
lutte contre les moustiques
Infection par le virus Zika

---
N1-VALIDE
Vaccination antiméningococcique C
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=593
La stratégie française recommandée en 2010 – vaccination systématique des nourrissons âgés de 12 mois à 24 mois avec une seule dose de vaccin méningococcique et vaccination des sujets âgés de 2 ans à 24 ans – repose sur la mise en place d’une immunité collective forte à l’instar de celle obtenue au Royaume-Uni et aux Pays-Bas. L’échec de cette stratégie est lié à l’absence de couverture vaccinale suffisante, notamment chez les adolescents et les adultes jeunes et de ce fait, à l’absence d’installation d’une immunité de groupe. L’enjeu actuel est d’obtenir une immunité de groupe apte à protéger les nourrissons de moins de 1 an.
2016
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
recommandation de santé publique
vaccins antiméningococciques
méningite à méningocoques
nourrisson
enfant
adolescent
jeune adulte
calendrier vaccinal

---
N1-VALIDE
Méthodologie de gradation des recommandations en pratique vaccinale fondée sur le niveau de preuves scientifiques
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=538
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspr20160112_gradationrecovaccbasnivpreuvscie.pdf
Dans ce rapport, le HCSP présente une analyse de la littérature sur les différents systèmes de gradation des recommandations. Il évalue la pertinence de ces systèmes par rapport à la formulation des recommandations vaccinales. Il prend en compte l’application en pratique de la gradation des recommandations à l’échelon national et international et il propose un référentiel de bonnes pratiques de recommandations vaccinales.
2016
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
vaccination
vaccins
guides de bonnes pratiques cliniques comme sujet
médecine factuelle
rapport

---
N1-VALIDE
Risques de contamination par le VHB liés à la formation initiale des étudiants et élèves s’engageant dans les études paramédicales et pharmaceutiques mentionnées dans l’arrêté du 6 mars 2007
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=537
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa20160118_preventionhepBrecoetudfilsante.pdf
Les professionnels de santé ont une obligation d’immunisation contre l’hépatite B. Cette obligation a pour objectif de les protéger d’une contamination par le virus de l’hépatite B (VHB) lors des actes effectués au cours de leurs pratiques professionnelles, mais aussi de protéger les patients d’une contamination par un professionnel de santé infecté. Cette obligation s’applique également à tout élève ou étudiant d’un établissement préparant à l’exercice des professions médicales et des autres professions de santé.
2016
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
hépatite B
étudiant pharmacie
élève infirmier
étudiant profession médicale ou paramédicale
vaccin antihépatite B
recommandation de santé publique

---
N1-VALIDE
Avis relatif à l’inscription sur la liste des maladies à déclaration obligatoire de l’infection par le virus Zika
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=539
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa20160202_zikainscrlistedeclobligatoire.pdf
Le Haut Conseil de la santé publique a reçu le 30 décembre 2015 une saisine de la Direction générale de la santé (DGS) relative à l’inscription sur la liste des maladies à déclaration obligatoire de l’infection par le virus Zika. Il est demandé au HCSP d’émettre un avis sur l’opportunité d’ajouter la maladie par le virus Zika à la liste des maladies à déclaration obligatoire (DO) figurant à l’article D.3113-6 du code de la santé publique.
2016
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
aedes
infections à arbovirus
recommandation de santé publique
fièvre à virus zika
notification des maladies à déclaration obligatoire
infections à arbovirus
infections à arbovirus
Infection par le virus Zika

---
N1-VALIDE
Infection par le virus Zika : risque de transmission par voie sexuelle
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=540
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa20160208_zikatransmissionvoiesexuelle.pdf
L’objectif majeur des recommandations est de prévenir la survenue d’embryofoethopathies suite à une infection de la mère par le virus Zika, contractée pendant la grossesse. La survenue de syndrome de Guillain-Barré n’a pas été prise en compte car ces syndromes peuvent survenir après d’autres infections virales (grippe par exemple) ou bactériennes, et bénéficient d’une bonne prise en charge potentielle dans les pays développés
2016
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
aedes
infections à arbovirus
maladies sexuellement transmissibles virales
fièvre à virus zika
transmission verticale de maladie infectieuse
infections à arbovirus
complications de la grossesse et maladies infectieuses
grossesse
recommandation de santé publique
Infection par le virus Zika

---
N1-VALIDE
Bénéfices-risques de la cigarette électronique pour la population générale
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=541
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa20160222_benefrisquecigelectropopgene.pdf
À la suite d’une publication de Public Health England plutôt favorable à la cigarette électronique, certains professionnels de santé français ainsi qu’une association d’utilisateurs de cigarette électronique ont médiatiquement demandé son intégration en tant qu’outil de sevrage et de réduction des risques au sein du Programme national de lutte contre le tabagisme. La Direction générale de la santé (DGS) et la Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives (Mild&ca) ont alors conjointement saisi le HCSP le 21 octobre 2015 lui demandant une actualisation de l’avis du 25 avril 2014 relatif aux bénéfices-risques de la cigarette électronique étendus en population générale.
2016
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
évaluation des risques
Cigarettes électroniques
recommandation de santé publique
Cigarettes électroniques
sevrage tabagique
nicotine
Cigarettes électroniques
législation comme sujet

---
N1-VALIDE
Recommandations de vaccination contre les infections invasives à méningocoque C au-delà de 24 ans, notamment chez les hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes (HSH). Actualisation
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=542
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa20160308_vaccmenigcpls24ansactualisation.pdf
En novembre 2014, le HCSP a recommandé la vaccination méningococcique C conjuguée pour les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (HSH) et les autres personnes âgées de 25 ans et plus, qui fréquentaient les lieux de convivialité ou de rencontre gays ou qui souhaitaient se rendre à un ou des rassemblements gays. Cette recommandation concernait les personnes résidant en France et portait sur une période limitée à un an. Les données épidémiologiques 2015 sur les infections invasives à méningocoque (IIM) de sérogroupe C montrent que le variant particulier qui circulait dans la population HSH a diffusé en population générale mais que son lien à la communauté gay n’apparaît plus prédominant. ...
2016
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
recommandation de santé publique
vaccins antiméningococciques
adulte
homosexualité masculine
infections à méningocoques
infections à méningocoques
LGBT

---
N3-AUTOINDEXEE
Expositions au gaz trichloroéthylène dans l’air intérieur de logements des riverains du site Wipelec à Romainville (93)
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=543
Dans cet avis, le HCSP recommande qu’une étude soit réalisée sur la pollution intérieure au gaz nocif trichloéthylène, en termes de niveau et d’ancienneté de l’exposition des habitants des résidences situées au voisinage du site industriel Wipelec (Romainville sud). Le HCSP confirme les valeurs de référence qu’il a proposées dans son rapport en 2012 pour la gestion du trichloréthylène : 2 μg/m3 pour la valeur repère de qualité d’air ; 10 μg/m3 pour la valeur d’action rapide. Si cette pollution s’avère être encore présente, le HCSP recommande la mise en œuvre d’actions correctives dans un délai ne devant pas excéder six mois : aspiration de l’air dans les habitations exposées à des valeurs supérieures au seuil d’action rapide (avec si nécessaire un relogement temporaire des familles concernées) ; identification et neutralisation des sources des polluants gazeux dans les sols, dans le but de ramener les teneurs intérieures en dessous de la valeur repère de qualité d’air. Il préconise également qu’une information de la population riveraine soit organisée et qu’une réponse en matière de demandes de bilans de santé soit apportée.
2016
false
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
amélioration d'image radiographique
air
gaz
air
dans
interne
effets de l'exposition à un agent externe
météorisme
expositions
gaz
trichloroéthylène
site
trichloroéthylène
expositions

---
N1-VALIDE
Désinsectisation des aéronefs. Recommandations - Avis relatif à la mise à jour de la liste des zones en provenance desquelles les aéronefs doivent être maintenus exempts de vecteurs en application du règlement sanitaire international (RSI)
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=544
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa20160219_desinsectisationaeronefsreco.pdf
La liste des zones en provenance desquelles les aéronefs doivent être maintenus exempts de vecteurs est mise à jour en application du règlement sanitaire international (RSI). Des maladies transmissibles telles que le chikungunya, la dengue, la fièvre jaune, la fièvre Zika, la maladie de Lyme, le paludisme, sont dues à un arthropode vecteur qui peut ou pourrait se propager via les aéronefs et ont un impact important en termes de santé publique. Dans cet avis, le HCSP a mis à jour la liste des zones en provenance desquelles les aéronefs doivent être maintenus exempts de vecteurs en tenant compte des zones de destinations : France métropolitaine, départements et collectivités français des Amériques, Mayotte, La Réunion, Saint-Pierre et Miquelon
2016
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
recommandation de santé publique
véhicules de transport aérien
lutte contre les insectes
régions géographiques

---
N1-VALIDE
Prise en charge médicale et suivi des nouveau-nés et nourrissons ayant présenté ou ayant pu présenter une infection par le virus Zika in utero, ou présentant une infection congénitale à virus Zika
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=545
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa20160321_zikapecnouveaunesnourrissons.pdf
Dans cet avis, le HCSP émet des recommandations sur les modalités de suivi pour la prise en charge médicale des nouveau-nés et des nourrissons nés de mère ayant présenté ou ayant pu présenter une infection par le virus Zika pendant la période pré-conceptionnelle ou durant la grossesse.
2016
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
recommandation de santé publique
recommandation pour la pratique clinique
infections à arbovirus
fièvre à virus zika
aedes
nouveau-né
nourrisson
grossesse
complications de la grossesse et maladies infectieuses
prise en charge de la maladie
continuité des soins
Infection par le virus Zika

---
N1-VALIDE
Conduite à tenir face au risque de résurgence virale chez des patients considérés guéris de maladie à virus Ebola (MVE) et à la prise en charge de leurs contacts
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=546
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa20160314_ebolaconduiteresurgencevirale.pdf
recommandations sur le suivi clinique et la prévention de la transmission sexuelle chez les survivants de MVE, ainsi que sur les précautions à mettre en place en cas d’actes considérés comme à risque (chirurgie touchant un tissu susceptible de contenir du virus) ou sur les stratégies thérapeutiques
2016
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
recommandation de santé publique
fièvre hémorragique à virus ebola
ebolavirus
évaluation des risques
prise en charge de la maladie
récidive
survivants

---
N1-SUPERVISEE
Évaluation du Plan national de lutte contre le VIH-sida et les IST 2010-2014
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=547
Depuis trente ans, les politiques publiques de lutte contre le VIH-sida ont donné lieu au déploiement d’orientations et d’outils stratégiques. Le Plan national de lutte contre le VIH-sida et les infections sexuellement transmises (IST) 2010-2014, est ainsi le cinquième plan d’une politique publique nationale de lutte contre le VIH-sida et le principal outil de programmation dans la lutte contre les IST. Le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) a été chargé de son évaluation par une saisine de la Direction générale de la santé (DGS) d’octobre 2014. Ce rapport tient compte des deux évaluations menées à mi-parcours : celle portant sur le plan national de lutte contre le VIH-sida et les IST en direction des populations d’outre-mer, commandée en 2012 par la Direction générale des outre-mer (DGOM) et celle du plan national en France métropolitaine conduite en 2013 par le Conseil national du sida (CNS). Au terme de cette évaluation, le HCSP considère comme essentiel de spécifier que des outils de prévention comportementale et biomédicale, dépistage et traitement, spécifiques au VIH, doivent être mobilisés au sein d’une stratégie nationale globale de santé sexuelle regroupant tous les éléments de la lutte contre toutes les IST (prévention et prise en charge). Il recommande aussi le maintien et le renforcement d’une politique de réduction des autres IST les plus importantes (syphilis, gonococcie, infections à Chlamydia, hépatites virales). Au total, le rapport formule trente-huit recommandations, dont vingt-neuf portant sur la prévention, le dépistage, la prise en charge médicale, la prise en charge sociale et la lutte contre les discriminations, la surveillance et l’observation.
2016
false
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
rapport
infections à VIH
politique de santé
évaluation de programme
lutte contre l'infection
maladies sexuellement transmissibles
programmes gouvernementaux

---
N1-VALIDE
Guide pour l’immunisation en post-exposition : vaccination et immunoglobulines
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=548
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspr20160119_guideimmunisationpostexposition.pdf
L’objectif de ce guide est de faire le point sur les données disponibles et colliger les recommandations françaises et internationales disponibles concernant l’efficacité de la vaccination et/ou des immunoglobulines après exposition identifiée à un agent infectieux. Il propose une conduite à tenir pour l’immunisation en post-exposition à un risque infectieux. L’utilisation des anti-infectieux, antibiotiques ou antiviraux, administrés à titre préventif ou préemptif, n’est pas abordée dans ce guide.
2016
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
prophylaxie après exposition
immunoglobulines
guide
Vaccin anticoquelucheux
nourrisson
adulte
enfant
coqueluche
vaccins antihépatite A
hépatite A
guides de bonnes pratiques cliniques comme sujet
résultat thérapeutique
hépatite B
vaccin antihépatite B
transmission de maladie infectieuse du patient au professionnel de santé
infections à méningocoques
vaccins antiméningococciques
rage (maladie)
vaccins antirabiques
chimioprévention
rougeole
oreillons
rubéole
vaccin contre la rougeole, les oreillons et la rubéole
tétanos
anatoxine tétanique
varicelle
vaccin contre la varicelle

---
N1-SUPERVISEE
Optimisation de l’utilisation du vaccin BCG en situation de pénurie
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=549
L’avis du HCSP s’appuie sur les évolutions des données épidémiologiques et celles de la couverture vaccinale depuis la modification de la politique vaccinale en 2007, ainsi que sur les études d’efficacité de la vaccination chez les enfants âgés de plus de 5 ans. L’avis définit trois niveaux de priorité. Le premier niveau inclut : les nouveau-nés en Guyane et à Mayotte ; dans l’ensemble des autres départements y compris ceux de l’Ile de France, les enfants âgés de moins de 5 ans ayant un facteur de risque identifié à l’exclusion de la seule résidence en Ile-de-France...
2016
false
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
recommandation de santé publique
recommandation de bon usage du médicament
vaccin BCG
Comores
Guyane française
France
tuberculose
vaccination
enfant
nouveau-né
nourrisson
J07AN01 - tuberculose, bactérie vivante atténuée
VACCIN BCG SSI, poudre et solvant pour suspension injectable
VACCIN BCG SSI
Mayotte
vaccin BCG

---
N1-VALIDE
Santé sexuelle et reproductive
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=550
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=551
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspr201600302_santesexuelleetreproductive.pdf
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa201600302_santesexuelleetreproductive.pdf
Le HCSP propose de mettre en place une stratégie nationale de santé sexuelle, afin d’assurer un état de bien-être physique, émotionnel, mental et social lié à la sexualité de la naissance à la vieillesse pour l’ensemble de la population.
2016
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
recommandation pour la politique de santé
santé reproductive
programmes gouvernementaux
France

---
N3-AUTOINDEXEE
Évaluation du programme national d’actions contre le suicide 2011-2014
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=554
Le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) a évalué le Programme national d’actions contre le suicide (PNACS) 2011-2014. Il existe selon les données épidémiologiques un lien étroit entre le suicide et la santé mentale. La situation touche de façon inégale la population et les différentes régions françaises. Les conclusions sont mitigées quant à l’impact du programme. On constate d’insuffisantes avancées sur la recherche et l’observation. Le ciblage des populations semble peu adapté, les populations à risque élevé, comme celles ayant déjà fait une tentative de suicide, n’étant pas les plus ciblées pour les actions. Le programme est construit en cohérence avec les modes d’intervention efficaces mis en évidence par l’Inpes. La démarche est bien entamée et à poursuivre sur plusieurs actions, notamment la sensibilisation des médias à la thématique du suicide. L’évaluation du HCSP porte en particulier sur les points suivants : la pertinence des mesures et actions du programme au regard de ses objectifs, la gouvernance du programme, son pilotage, la mobilisation des acteurs, l’apport du programme dans la politique de prévention du suicide mise en œuvre au niveau régional, la diffusion, l’appropriation des outils élaborés par l’Inpes, l’atteinte des objectifs, l’impact du programme. Le HCSP formule 9 recommandations générales pour repenser la lutte contre le suicide. Parmi celles-ci, promouvoir un double objectif de prévention générale et de prévention spécifique, inscrire la prévention du suicide dans le champ de la santé mentale, cibler les populations à risque.
2016
false
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
rapport
suicide
suicide
suicide
évaluation de programme

---
N3-AUTOINDEXEE
Évaluation du plan psychiatrie et santé mentale 2011-2015
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=555
Le Plan psychiatrie et santé mentale 2011-2015 a été évalué par le HCSP. Ce plan a été construit autour d’objectifs stratégiques avec un rôle central des agences régionales de santé pour sa mise en œuvre. Il est décliné autour de quatre axes pour prévenir et réduire les ruptures : au cours de la vie ; selon les publics et les territoires ; entre la psychiatrie et son environnement sociétal ; entre les savoirs. Le HCSP dresse les constats suivants : ce plan est consensuel et pertinent. On constate des progrès dans la reconnaissance du rôle des personnes vivant avec des troubles psychiques et de leur entourage. Les études et les recommandations sur le handicap psychique se sont développées. On a assisté à un rôle accru des secteurs médico-social et social, et à un début de rééquilibrage de l’offre de soins. La santé somatique est mieux prise en compte et une attention a été apportée à la prise en charge en urgence et à l’accès aux soins des populations défavorisées. Il persiste cependant des difficultés : notamment une hétérogénéité des pratiques de soins et des moyens. Le HCSP regrette l’absence de remboursement des soins de psychothérapie. Le HCSP recommande d’inscrire la politique de santé mentale et de psychiatrie de façon pérenne et pilotée à long terme, avec une dimension interministérielle, plutôt que de mettre en place des plans successifs. Une enquête qualitative dans 5 régions a permis d’enrichir cette évaluation. Le rapport comporte 64 recommandations déclinées autour de cinq thèmes principaux : organisation des actions, prévention, développement des formations et soutien de la recherche, amélioration de l’accès aux soins, et amélioration des conditions de vie des personnes vivant avec un trouble psychique.
2016
false
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
rapport
psychiatrique
santé mentale
plat
Évaluation
grandes lignes
psychiatrie
psychiatre
études d'évaluation comme sujet
grandes lignes

---
N1-VALIDE
Recommandations vaccinales contre les infections à papillomavirus humains chez les hommes
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=552
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=553
La grande majorité des hommes et des femmes sont infectés par les papillomavirus humains (HPV) au cours de leur vie. Concernant les hommes, l’infection anale par les HPV et ses manifestations cliniques (lésions pré-cancéreuses, cancers, condylomes anaux) sont plus fréquentes chez ceux ayant des relations sexuelles avec des hommes (HSH) et en particulier ceux infectés par le VIH. Le HCSP a pris en compte l’efficacité et la tolérance des vaccins HPV, les aspects médico-économiques, l’absence de protection indirecte des HSH par la vaccination des femmes et l’acceptabilité de la vaccination chez les hommes
2016
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
infections à papillomavirus
recommandation de santé publique
Vaccins contre les papillomavirus
enfant
infections à papillomavirus
infections à papillomavirus
tumeurs de l'anus
tumeurs oto-rhino-laryngologiques
résultat thérapeutique
Vaccins contre les papillomavirus
Acceptation des soins par le patient
adolescent

---
N1-VALIDE
Avis relatif à l'information et aux recommandations à diffuser en vue de prévenir les risques sanitaires liés aux pollens allergisants
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=556
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa20160428_messaniprevpollensallergisants.pdf
Le HCSP propose des messages sanitaires d’information et de recommandations à diffuser en prévision des épisodes de pollens allergisants pour prévenir les risques sanitaires qui y sont liés. Les allergies aux pollens concernent 30 % des adultes en France, dont une partie ignore qu’elle est allergique aux pollens. Les messages d’information sont destinés au grand public et aux professionnels de santé afin de leur faire connaître les risques polliniques et d’encourager la consultation, le dépistage et le recours aux soins des personnes ignorant leur allergie aux pollens. Les recommandations sanitaires sont à diffuser auprès des personnes allergiques pour leur permettre d’adopter des comportements permettant de réduire leur exposition aux pollens allergisants et d’atténuer leurs symptômes. Ces messages précisent également où trouver de l’information sur les pollens allergisants, les périodes d’exposition et les régions concernées.
2016
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
recommandation de santé publique
pollen
allergènes
Allergie au pollen
pollen allergène (substance)
information en santé des consommateurs
France
hypersensibilité immédiate

---
N3-AUTOINDEXEE
Évaluation de 10 ans de politique de lutte contre le cancer 2004-2014
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=557
Le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) présente son rapport d’évaluation de 10 ans de politique de lutte contre le cancer (2004-2014). À partir de l’analyse des 6 axes clés de la politique de lutte contre le cancer (Recherche, Observation, Prévention, Dépistage, Soins, Qualité de vie), le HCSP s’est, plus particulièrement, attaché à répondre aux 4 questions principales suivantes : Quel a été l’impact des deux premiers Plans cancer en termes de réduction des inégalités de santé ? Dans quelle mesure un plan thématique et un opérateur dédié (Institut national du Cancer –INCa) ont-ils constitué un progrès ? L’expérience acquise dans ce champ est-elle extrapolable à d’autres maladies chroniques ? Quels enseignements peut-on tirer d’une comparaison avec les expériences étrangères, notamment sur l’organisation des dépistages ? Cette évaluation a conduit à formuler 60 recommandations visant à améliorer la prévention, le dépistage et la prise en charge des cancers, à garantir des soins personnalisés et efficaces, à améliorer la qualité de vie des patients pendant et après le cancer, et à réduire les inégalités sociales et territoriales de santé face au cancer. Il s’agit aussi de renforcer la recherche et le recueil des données en cancérologie et d’optimiser le pilotage et la gouvernance concernant cette maladie. Globalement ces recommandations sont cohérentes avec les orientations du Plan cancer 2014-2019 actuellement en cours. Cette évaluation menée par 10 professionnels, membres ou non du HCSP a fait appel à environ 60 auditions d’acteurs clés de la lutte contre le cancer, à une étude détaillée des principaux documents en lien avec cette thématique et à une étude qualitative de parcours individuels auprès de 30 patients et de leur entourage professionnel et personnel.
2016
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
rapport
tumeurs
Évaluation
tumeur maligne, sai
Cancer
politique
cancer
cancer
lutte
gout (anomalie du)
études d'évaluation comme sujet

---
N1-VALIDE
Vaccination des personnes âgées
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=559
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspr20160311_vaccinationpersonnesagees.pdf
Le risque infectieux et plus encore le risque d’infections graves augmente avec l’âge. Les personnes âgées fragiles ou dépendantes sont non seulement plus à risque de contracter une infection que les personnes âgées vigoureuses, mais aussi plus à risque de présenter des complications graves en cas d’infection. Ces éléments justifient de mettre à disposition des professionnels de santé un document pratique spécifiquement dédié à la vaccination des personnes âgées qui a pour principaux objectifs : de faire la synthèse des données épidémiologiques et immunologiques disponibles à ce jour concernant cette population ; de rappeler les recommandations vaccinales qui existent pour les personnes âgées non seulement en routine mais également dans des contextes particuliers (voyages, entrée en institution, existence de co-morbidités...) ; de faire des propositions de communication pour améliorer la couverture vaccinale chez les personnes âgées, de leur entourage et des professionnels de santé qui les prennent en charge.
2016
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
recommandation de santé publique
sujet âgé
Immunosénescence
vaccination
infections bactériennes
maladies virales
vaccins antipneumococciques
anatoxine tétanique
Vaccin anticoquelucheux
Vaccin contre le zona
vaccins antipoliomyélitiques
vaccins antigrippaux
vaccins antihépatite A
vaccin anti-fièvre jaune
vaccins antirabiques
vaccins
vaccin diphtérique tétanique

---
N1-VALIDE
Recommandations sanitaires pour les voyageurs
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=562
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcsp_beh_2016.pdf
Ces recommandations ont été élaborées par le Comité des maladies liées aux voyages et des maladies d’importation et adoptées par le Haut Conseil de la santé publique. Elles tiennent compte notamment du Calendrier vaccinal 2016, des données du Centre national de référence du paludisme, du CNR des arboviroses, de Santé publique France ainsi que, pour les vaccins et médicaments, de l’Agence nationale de sécurité des médicaments et des produits de santé (ANSM). Elles concernent tous les voyageurs, quelles que soient leur destination et les conditions du voyage. Elles rappellent l’importance, dans la prévention des pathologies liées aux voyages, de la vaccination, de la chimioprophylaxie du paludisme, des mesures de protection contre les moustiques et autres arthropodes, des mesures d’hygiène alimentaire et de lavage des mains.
2016
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
InVS - Institut de Veille Sanitaire
France
français
voyage
médecine des voyages
recommandation de santé publique
vaccins
vaccination
paludisme
lutte contre les moustiques
diarrhée

---
N1-VALIDE
Avis relatif à la vaccination antigrippale en situation de pandémie des personnes présentant une allergie aux protéines de l’oeuf et aux aminosides
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=563
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa20160112_vaccgrippandemiqrecoallergie.pdf
Les vaccins grippaux actuels sont pour la plupart préparés à partir de virus grippaux cultivés sur œuf. Le HCSP a pris en considération la problématique de l’allergie à l’œuf et/ou aux aminosides et les alternatives à la vaccination contre la grippe en cas de contre-indications réelles.
2016
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
recommandation de santé publique
grippe humaine
vaccins antigrippaux
hypersensibilité à l'oeuf
aminosides
vaccins antigrippaux

---
N1-VALIDE
Avis relatif à la borréliose de Lyme
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=564
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa20160219_borreliosedelymemodestransmiss.pdf
Le HCSP a fait un point des connaissances sur les risques éventuels de transmission des Borrelia par voie sexuelle, par voie materno-fœtale au cours de la grossesse et lors de l’accouchement, et via les produits sanguins labiles et les greffes d’organes, de tissus et de cellules.
2016
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
recommandation de santé publique
maladie de Lyme
transmission verticale de maladie infectieuse
transfusion sanguine
grossesse

---
N1-VALIDE
Actualisation de l’avis du HCSP du 8 février 2016 relatif aux mesures recommandées pour éviter la transmission du virus Zika par voie sexuelle
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=565
L’objectif majeur des recommandations est de prévenir la survenue de microcéphalies suite à une infection de la mère, par le virus Zika, contractée pendant la grossesse..
2016
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
recommandation de santé publique
aedes
infections à arbovirus
fièvre à virus zika
infections à arbovirus
maladies sexuellement transmissibles virales
grossesse
complications de la grossesse et maladies infectieuses
infections à arbovirus
transmission de maladie infectieuse
voyage
lutte contre les moustiques
Infection par le virus Zika

---
N1-VALIDE
Risques sanitaires liés à la pratique de la « Fish therapy »
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=567
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa20160517_risquesanitairesfishtherapy.pdf
La « fish therapy » consiste en l’immersion de tout ou partie du corps dans de l’eau contenant des poissons, généralement de l’espèce Garra rufa, détachant des squames de la peau. Il s’agit d’une pratique qui n’a aucune indication médicale.
2016
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
recommandation de santé publique
poissons
peau
thérapies complémentaires

---
N1-VALIDE
Vaccination contre la dengue dans les territoires français d’Amérique et à La Réunion et Mayotte
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=568
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa20160622_vaccinationdengueretfaths.pdf
Le Haut Conseil de la santé publique a reçu, en date du 20 mai 2016, une saisine relative à l’utilisation de Dengvaxia , vaccin contre la dengue déjà enregistré dans certains pays (Mexique, Brésil, Salvador) et utilisé aux Philippines. Ce vaccin est en cours d’évaluation à l’Agence européenne du médicament (EMA). Du fait de la nature endémo-épidémique de la dengue dans les territoires français d’Amérique (Guyane, Martinique, Guadeloupe,…) et d’un probable début d’épidémie à La Réunion, la question d’une éventuelle utilisation de ce vaccin avant l’octroi de son autorisation de mise sur le marché (AMM) européenne est posée. Dans cette optique, il est demandé de déterminer quelles pourraient être les populations prioritaires.
2016
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
recommandation de santé publique
vaccins contre la dengue
dengue
Comores
Réunion

---
N1-VALIDE
Carnet de santé de l’enfant. Recommandations d’actualisation
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=569
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa20160525_refontecarnetsanteenfant.pdf
Dans son avis, le HCSP émet des recommandations détaillées pour actualiser ce carnet de santé qui portent notamment sur : les âges-clés des examens de santé de 0 à 18 ans et sur leur contenu ; les courbes anthropométriques et l’importance du suivi de la croissance ; le contenu et la forme des trois certificats de santé obligatoires.
2016
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
recommandation de santé publique
dossiers médicaux
enfant
adolescent
nourrisson

---
N3-AUTOINDEXEE
Évaluation du plan national maladies rares 2, 2011-2016
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=558
2016
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
rapport
maladie
programmes gouvernementaux
plat
Évaluation
maladies rares
grandes lignes
études d'évaluation comme sujet
grandes lignes

---
N2-AUTOINDEXEE
Emballages des déchets d’activités de soins à risques infectieux et assimilés
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=572
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa20150605_emballadechetssoinsrisquinfect.pdf
Cet arrêté s’adresse aux professionnels qui mettent sur le marché des emballages pour DASRI. Il définit les normes auxquelles ces emballages (sacs plastiques et sacs en papier doublés intérieurement de matière plastique, caisses en carton avec sacs en plastique, fûts et jerricans en plastique, boîtes et minicollecteurs pour déchets perforants, emballages pour déchets liquides) sont conformes
2016
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
recommandation
Risque
Emballage
Soins
déchets médicaux
détritus
Déchets
risque
Emballage de produit
soins
déchets

---
N2-AUTOINDEXEE
Gestion des déchets issus de médicaments et des déchets liquides dans les établissements
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=571
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa20150605_gestdechetsmedicliquidetablis.pdf
Dans la continuité du Grenelle de l’environnement, l’amélioration de la gestion des déchets issus de médicaments et des déchets liquides dans les établissements de santé et médico-sociaux est une des mesures retenues par le gouvernement dans le cadre de sa feuille de route en matière d’environnement. Dans ce contexte, un projet de guide a été élaboré sous l’égide du ministère chargé de la santé, avec la collaboration du ministère de l’écologie, en s’appuyant sur les travaux d’un groupe d’experts multidisciplinaires. Il s’adresse à l’ensemble des professionnels (cadres de direction, professionnels de santé, personnels des services techniques) ayant en charge la gestion des déchets et le développement durable au sein des établissements.
2016
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
recommandation de santé publique
gestion des déchets
médicament
substance liquide
préparations pharmaceutiques
détritus

---
N2-AUTOINDEXEE
Grippe saisonnière : utilisation des vaccins quadrivalents inactivés
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=575
Les données épidémiologiques et virologiques disponibles à ce jour en France n’apportent pas d’éléments nouveaux permettant de privilégier l’utilisation des vaccins quadrivalents inactivés par rapport aux vaccins trivalents, ni d’identifier une ou des populations chez qui ce vaccin pourrait être recommandé de façon préférentielle. Le Haut Conseil de santé publique avait émis des recommandations le 23 mai 2014 afin de déterminer la place du vaccin grippal tétravalent inactivé FluarixTetra dans la stratégie vaccinale vis-à-vis de la prévention de la grippe saisonnière. FluarixTetra est un vaccin grippal inactivé à virion fragmenté contenant deux sous-types de virus grippal A (H1N1 et H3N2) et deux types de virus grippal B (lignées Victoria et Yamagata). Seuls les vaccins trivalents sont pris en charge par l’assurance maladie pour les personnes ciblées par les recommandations vaccinales. Sollicité sur la pertinence de remplacer le vaccin trivalent inactivé par le quadrivalent, le HCSP a pris en compte les données épidémiologiques et virologiques disponibles à ce jour en France et l’absence de données d’efficacité clinique comparatives. Il conclut qu’aucun élément nouveau ne permet de privilégier l’utilisation des vaccins quadrivalents par rapport aux vaccins trivalents inactivés. Bien que le poids de la grippe B soit moindre que celui de la grippe A, le remplacement du vaccin trivalent par le vaccin quadrivalent paraît probable pour l’avenir en raison de l’évolution divergente des deux lignées de virus B. En outre, le HCSP rappelle que la priorité reste d’améliorer la couverture vaccinale des populations ciblées par les recommandations.
2016
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
rapport
vaccins inactivés
inactif
grippe humaine
vaccins antigrippaux
vaccination
grippe
vaccination contre la grippe

---
N2-AUTOINDEXEE
Entérobactéries résistantes à la colistine : mesures pour les établissements de santé
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=576
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa20160927_enterobactresistcolistinemesures.pdf
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=619
Deux cas de patients porteurs d’Escherichia coli avec le gène mcr-1 de résistance plasmidique à la colistine ont été récemment rapportés aux États-Unis. En France, la première détection d’une entérobactérie porteuse de ce gène mcr-1 a été signalée à Nouméa (Nouvelle-Calédonie). Afin que les mesures nécessaires soient mises en place dans les meilleurs délais dans les établissements de santé, la Direction générale de la santé a demandé au HCSP d’actualiser la définition des bactéries hautement résistantes émergentes (BHRe) et les modalités d’identification prenant en compte l’évolution de l’épidémiologie de la résistance de ces bactéries.
2016
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
recommandation de santé publique
enterobacteriaceae
colistine
Mesures
rigidité diffuse
colistine
établissements de santé
résistant
poids et mesures

---
N2-AUTOINDEXEE
Virus Zika : risque de transmission par le lait maternel
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=578
Des études récentes montrent la présence du virus Zika dans les liquides biologiques (le sang et le sperme), ce qui a conduit le Haut Conseil de santé publique à donner un avis sur la prévention de la transmission sexuelle du virus Zika (actualisé le 20 juin 2016). La présence du virus Zika également observée dans le lait maternel pose la question du risque de transmission de ce virus par le lait. Le HCSP a pris en compte le fait qu’une infection par le virus Zika peut être associée à des troubles neurologiques quel que soit l’âge, cependant il n’a pas été décrit d’infections plus graves ou plus fréquentes chez les nouveau-nés. Aucune étude clinique n’apporte à ce jour d’éléments en faveur d’une transmission de la maladie de la mère à l’enfant par l’intermédiaire du lait maternel. Par ailleurs, les avantages de l’allaitement maternel sont multiples. Aussi, le HCSP ne recommande pas de dispositions particulières : pour les femmes qui allaitent leur enfant, en cas d’antécédent d’infection à virus Zika, d’infection présente ou en cas d’exposition au risque dans une zone d’endémie, pour la préparation et les modalités de délivrance des laits distribués par les lactariums, en métropole comme dans les zones d’endémie, compte tenu de l’absence de virus infectieux après pasteurisation du lait maternel.
2016
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
information scientifique et technique
Infection par le virus Zika
lait humain
Lait
lait maternel
virus
risque
virus zika
lait

---
N1-VALIDE
Obligations vaccinales des professionnels de santé
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=577
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa20160927_obligationsvaccinalesprosant%C3%A9.pdf
L’obligation vaccinale pour des professionnels de santé concerne la prévention d’une maladie grave avec un risque élevé d’exposition pour le professionnel, un risque de transmission au patient ou à la personne prise en charge et avec l’existence d’un vaccin efficace et dont la balance bénéfices-risques est largement en faveur du vaccin.
2016
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
recommandation de santé publique
vaccination
personnel de santé
médecine du travail

---
N2-AUTOINDEXEE
Diagnostic microbiologique des entérobactéries productrices de carbapénémases ou résistantes à la colistine renfermant le gène mcr-1
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=589
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=620
Le HCSP actualise, à la demande de la Direction générale de la santé, la définition des bactéries hautement résistantes émergentes (BHRe) ainsi que les modalités d’identification de la résistance de ces bactéries, tenant compte de l’évolution de l’épidémiologie. Le HCSP a diffusé le 27 septembre 2016 un premier avis relatif aux mesures à prendre par les établissements de santé, en lien avec l’émergence d’une résistance plasmidique à la colistine (mcr-1) chez les entérobactéries, en réponse à l’actualisation de la définition des BHRe. Le présent avis a pour objectif de répondre à la seconde question de la saisine concernant les modalités microbiologiques d’identification des souches d’entérobactéries résistantes à la colistine par présence du gène mcr-1. À l’occasion de la diffusion de cet avis, le HCSP actualise le chapitre « Dépistage et diagnostic microbiologique des entérobactéries productrices de carbapénémases » des recommandations pour la prévention de la transmission croisée des « Bactéries Hautement Résistantes émergentes (BHRe) » publié en 2013.
2016
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
information scientifique et technique
gène
enterobacteriaceae
résistant
rigidité diffuse
colistine
aucun diagnostic
gènes
diagnostic
colistine
Microbiologie
carbapenemase
microbiologie
protéines bactériennes
bêta-Lactamases

---
N3-AUTOINDEXEE
Indicateurs de résultat et d’impact du 3e Plan cancer
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=590
Le Plan cancer 2014-2019 se décline en 17 objectifs opérationnels structurés en 184 actions. Afin d’en permettre le suivi et l’évaluation, trois types d’indicateurs on été proposés : de suivi, d’impact, et de résultats. L’avis du HCSP porte sur 12 indicateurs d’impact et 39 indicateurs de résultat pour répondre à la saisine de la Direction générale de la santé (DGS). Ayant pris acte de la qualité des fiches descriptives qui lui ont été communiquées, le HCSP a concentré son analyse sur le seul critère de la pertinence, mesurant la capacité d’un indicateur à rendre compte des objectifs auxquels il se rapporte. Le HCSP a également examiné les indicateurs au regard de la manière dont ils permettraient in fine de rendre compte des inégalités sociales et territoriales de santé (ISTS), dans la mesure où leur réduction est, en France, un enjeu majeur de santé publique. Le HCSP fait les constats suivants : La grande majorité des indicateurs sont pertinents, car ils permettent de rendre compte de l’atteinte de l’objectif auquel ils se rattachent, mais parfois de façon partielle. Ils ne rendent compte que de résultats quantitatifs et non de la modification qualitative visée par l’objectif. Les indicateurs sont de nature à permettre l’évaluation in fine du plan : ils sont nécessaires et utiles tout en restant souvent partiels ou limités. Les indicateurs retenus ne permettront pas, à la fin du plan, d’évaluer la progression des inégalités sociales et territoriales de santé même lorsque les enquêtes existantes permettent de le faire.
2016
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
rapport
cancer
tumeur maligne, sai
indicateur
cancer
indication de
laisse entrevoir
ayant comme résultat
grandes lignes
indicateurs de résultat
plat
Cancer
grandes lignes
évaluation de résultat (soins)
tumeurs

---
N1-VALIDE
Vaccin hépatite A : optimisation de l’utilisation en situation de pénurie
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=560
Des difficultés d’approvisionnement des vaccins hépatite A adultes sont constatées et entraînent la nécessité de revoir les schémas vaccinaux et de définir des critères de priorisation parmi les personnes pour lesquelles le vaccin est recommandé. Prenant en compte les données sur les durées de protection, le HCSP recommande : de n’effectuer qu’une seule dose pour les nouvelles vaccinations ; de ne pas faire de rappel pour ceux qui ont déjà reçu une dose, même s’ils sont à nouveau en situation d’exposition (sauf pour les personnes immunodéprimées) ; de vacciner, en priorité : les enfants (âgés d’un an et plus) quand ils sont nés de parents issus de pays de haute endémicité ET qu’ils vont faire un séjour dans leur pays d’origine, les personnes de l’entourage d’un ou plusieurs cas confirmés, les voyageurs (âgés d’un an ou plus) SI les conditions de leur séjour les exposent à un risque élevé de contamination, les personnes immunodéprimées exposées ; de pratiquer une sérologie préalable prouvant l’absence d’immunisation : chez les personnes atteintes de mucoviscidose et/ou atteintes de pathologies susceptibles d’évoluer vers une hépatopathie chronique, chez les hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes, chez les adultes nés avant 1945...
2016
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
recommandation de bon usage du médicament
vaccins antihépatite A
hépatite A
vaccins antihépatite A
vaccination
adulte
enfant
sujet immunodéprimé
voyage
HAVRIX
J07BC02 - hépatite A, virus entier inactivé
HAVRIX 1440 U/1 ml ADULTES, suspension injectable en seringue pré-remplie. vaccin inactivé de l'hépatite A adsorbé
HAVRIX NOURRISSONS ET ENFANTS 720 U/0,5 ml, suspension injectable en seringue préremplie. vaccin inactivé de l'hépatite A adsorbé
VAQTA
VAQTA 50 U/1 ml, suspension injectable en seringue préremplie. Vaccin de l'hépatite A, inactivé, adsorbé. Pour adultes
AVAXIM
AVAXIM 80 U PEDIATRIQUE, suspension injectable en seringue préremplie. Vaccin de l'hépatite A (inactivé, adsorbé)
AVAXIM 160U susp inj vaccin de l'hépatite A (inactivé, adsorbé)
homosexualité masculine
facteurs de risque
rappel de vaccin
recommandation de santé publique

---
N1-VALIDE
Mesures de gestion pour l’utilisation de la deltaméthrine dans les départements et territoires français d’Amérique
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=533
Dans un contexte d’épidémie due au virus Zika déclarée en Martinique, en Guyane et qui menace la Guadeloupe, le HCSP formule des préconisations pour l‘utilisation de la deltaméthrine comme moyen de lutte contre les moustiques vecteurs du virus. Il rappelle l’importance, dans la lutte anti-vectorielle intégrée, de l’élimination des gîtes larvaires et de l’adoption de mesures de protection individuelle, nécessitant une information et une implication forte de la population, des élus locaux, des professionnels de santé et des pouvoirs publics. Le HCSP recommande la pulvérisation de deltaméthrine à l’intérieur des logements des personnes atteintes de Zika et des logements voisins, et indique les mesures à prendre pour la protection des occupants et des personnels en charge de l’aspersion. Il recommande également que les personnes infectées et leurs proches, et plus généralement toutes les femmes enceintes ou ayant un projet de grossesse, se protègent des piqûres de moustiques par l’utilisation : des répulsifs recommandés par le ministère en charge de la santé, de moustiquaires imprégnées à la perméthrine, l’alpha-cyperméthrine ou la deltaméthrine (sous réserve pour le dernier cas de l’obtention d’une dérogation, à laquelle le HCSP est favorable) à longue durée d’action. En milieu extérieur, le HCSP ne préconise pas de pulvérisation de deltaméthrine car les concentrations d’insecticide nécessaires pour être efficaces contre les moustiques Ae. aegypti ne peuvent être atteintes...
2016
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
recommandation de santé publique
insecticides
décaméthrine
lutte contre les moustiques
Guyane française
Martinique
Guadeloupe
fièvre à virus zika
aedes aegypti
aedes
infections à flavivirus
transmission de maladie infectieuse
Moustiques vecteurs
nitriles
pyréthrines

---
N1-VALIDE
Recommandations sanitaires pour les voyageurs
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=505
http://invs.santepubliquefrance.fr/Publications-et-outils/BEH-Bulletin-epidemiologique-hebdomadaire/Archives/2015/BEH-n-21-22-2015
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcsp_beh_21_22_2015.pdf
Ces recommandations ont été élaborées par le Comité des maladies liées aux voyages et des maladies d’importation et adoptées par le Haut Conseil de la santé publique. Elles tiennent compte notamment du Calendrier vaccinal 2014, des données du Centre national de référence du paludisme, du CNR des arboviroses, de l’Institut de veille sanitaire ainsi que, pour les vaccins et médicaments, de l’Agence nationale de sécurité des médicaments et des produits de santé (ANSM). Elles concernent tous les voyageurs, quelles que soient leur destination et les conditions du voyage. Elles rappellent l’importance, dans la prévention des pathologies liées aux voyages, de la vaccination, de la chimioprophylaxie du paludisme, des mesures de protection contre les moustiques et autres arthropodes, des mesures d’hygiène alimentaire et de lavage des mains. Cette année, une partie importante est consacrée à la prise en compte de maladies d’importation, souvent d’apparence banale au retour de voyages, mais susceptibles de générer des problèmes de santé publique en France par leur capacité à s’y implanter. Ont également été développées, les recommandations relatives à la prévention des maladies thromboemboliques et à la prise en compte du décalage horaire.
2015
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
recommandation de santé publique
voyage
médecine des voyages
vaccination
vaccins
paludisme
lutte contre les moustiques
enfant
grossesse
sujet âgé

---
N1-VALIDE
Gestion des déchets produits par les autotests et les dispositifs médicaux contenant un perforant protégé et éventuellement un dispositif électronique et des piles
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=536
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa20151117_gestiondechetsautotestsetprodmed.pdf
La promotion de l’utilisation des dispositifs médicaux sécurisés conduisent les fabricants à mettre sur le marché des dispositifs médicaux de dépistage, de surveillance ou de traitement accessibles directement au grand public, en dehors d’une structure de soins : autotests de détection du VIH, tests de détection précoce des infections à Borrelia en cas de piqûre de tiques, vérification de la protection contre le tétanos, détection d’anticorps dirigés contre Helicobacter pylori, etc.Dans ce contexte, la Direction générale de la santé a interrogé le HCSP sur la problématique de l’élimination des déchets produits par les autotests et les dispositifs médicaux contenant un perforant sécurisé et éventuellement un dispositif électronique et des piles. Le HCSP a réalisé un état des lieux portant sur le positionnement de ce type de matériel, actuel et à court – moyen terme, après consultation d’industriels (fabricants ou distributeurs), de représentants des pharmaciens ainsi que des responsables de l’éco-organisme DASTRI.
2015
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
recommandation
élimination des déchets médicaux
équipement et fournitures hospitaliers
autosoins
électronique médicale
pile

---
N1-SUPERVISEE
Maladie à virus Ebola - Nettoyage et désinfection des surfaces
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=478
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa20150114_ebolanettoyagedesinfecsurface.pdf
Les Filovirus, dont le virus Ebola, ont une survie dans l’environnement et les surfaces inertes qui peut durer plusieurs jours avec une décroissance progressive spontanée du niveau de contamination. Le Haut Conseil de la santé publique émet des recommandations concernant les stratégies de bionettoyage et la nature des produits désinfectants pouvant être utilisés pour nettoyer et désinfecter des surfaces potentiellement contaminées par du virus Ebola. Il précise leurs modalités d’utilisation en termes de concentration, de durée et de procédures d’application.
2015
false
true
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
recommandation professionnelle
recommandation de santé publique
ebolavirus
infection croisée
établissements de santé
désinfectant
surface
fièvre hémorragique à virus ebola
désinfection

---
N1-SUPERVISEE
Maladie à virus Ebola : Anticipation de l’impact sur le territoire national
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=479
L’épidémie de maladie à virus Ebola (MVE) dans plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest présente un risque d’importation sur le territoire national. Afin d’anticiper au mieux l’évolution et l’impact de cette épidémie en France, le HCSP a pris en compte l’épidémiologie des MVE, l’organisation de la réponse à cette crise sanitaire tant au niveau international que national, et les retours d’expérience des établissements de santé de référence habilités (ESRH) ayant pris en charge des « cas possibles » ou « confirmés ». Il a identifié plusieurs situations de prise en charge avec des impacts différents sur le dispositif actuel. Le HCSP estime qu’actuellement à l’échelle nationale, le dispositif de prise en charge prévu n’est pas saturé mais qu’à l’échelle des différents territoires, il pourrait être mis en difficulté notamment si plusieurs « cas possibles » devaient être gérés concomitamment dans un même établissement de santé de référence habilité ou dans une situation de cas groupés à partir d’un cas index diagnostiqué trop tardivement. Le HCSP recommande entre autres un dénombrement et un suivi des intervenants français dans les pays touchés, un renforcement de la communication publique, la prise en compte du risque auprès des acteurs de premier recours en dehors de l’hôpital, la mise à disposition des ESRH du diagnostic virologique de MVE reposant sur une technique de qualité et adaptée à la situation épidémiologique. Ces données sont susceptibles d’évoluer en fonction des connaissances et de la situation épidémiologique.
2015
false
true
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
information scientifique et technique
Afrique de l'Ouest
France
fièvre hémorragique à virus ebola

---
N1-VALIDE
Priorisation de l’utilisation des antiviraux en situation d’épidémie de grippe saisonnière
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=482
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa20150303_grippesaisrecoutilantiviraux.pdf
L’épidémie de grippe de la saison 2014-2015 est caractérisée par la circulation majoritaire de virus de type A(H3N2), connus pour être responsables de formes graves chez les sujets à risque, en particulier les personnes âgées. L’efficacité du vaccin est sub-optimale, une partie importante des virus A(H3N2) circulants étant des variants de la souche vaccinale non couverts par le vaccin. Cette situation se traduit cet hiver par un excès de mortalité toutes causes, supérieur à celui observé habituellement.
2015
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
grippe humaine
antiviraux
recommandation de santé publique
sialidase
enfant
adulte
sujet âgé
grippe humaine

---
N1-VALIDE
Vaccination des nourrissons. Place du vaccin hexavalent Hexyon
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=496
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=497
Dans le cadre de la procédure de mise sur le marché du vaccin hexavalent Hexyon , le Haut Conseil de la santé publique émet des recommandations afin de déterminer la place de ce vaccin dans le calendrier vaccinal français du nourrisson. Hexyon est un vaccin hexavalent destiné à la primo-vaccination et à la vaccination de rappel des nourrissons contre la diphtérie, le tétanos, la coqueluche, l’hépatite B, la poliomyélite et les infections invasives à Haemophilus influenzae b. Le HCSP a pris en considération les données d’immunogénicité et de tolérance disponibles pour ce vaccin qui sont détaillées dans le rapport joint à cet avis.
2015
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
recommandation de santé publique
nourrisson
vaccin diphtérie-tétanos-coqueluche
vaccin antihépatite B
vaccins antipoliomyélitiques
vaccins antihaemophilus
diphtérie
tétanos
hépatite B
coqueluche
haemophilus influenzae type B
infections à haemophilus
vaccin diphtérie-tétanos-coqueluche
vaccin antihépatite B
vaccins antihaemophilus
vaccins antipoliomyélitiques
vaccin diphtérie-tétanos-coqueluche
vaccin antihépatite B
vaccins antihaemophilus
vaccins antipoliomyélitiques
vaccination
calendrier vaccinal
rappel de vaccin
HEXYON
HEXYON, suspension injectable en seringue préremplie
J07CA09 - diphtérie - Haemophilus influenzae B - coqueluche - polio - tétanos - hépatite B

---
N1-VALIDE
Conduite à tenir en cas de gastroentérites à Escherichia coli entérohémorragique (EHEC)
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=494
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=495
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspr20150123_gastroehec.pdf
Les gastroentérites à Escherichia coli entérohémorragique (EHEC) surviennent suite à la consommation de produits alimentaires contaminés et se transmettent de personne à personne. Elles peuvent être à l’origine de complications sévères telles que le syndrome hémolytique et urémique (SHU) particulièrement chez les jeunes enfants et les personnes âgées. S’appuyant sur une analyse détaillée des données existantes figurant dans le rapport qui accompagne cet avis, le HCSP : émet des recommandations pour la prévention de la transmission secondaire d’infection à EHEC dans l’entourage d’un cas, ou en situation de cas groupés en collectivités ; précise la conduite à tenir en termes de dépistage, de mesures d’hygiène et de bionettoyage, d’éviction et de réintégration et de prise en charge thérapeutique.
2015
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
recommandation de santé publique
escherichia coli entérohémorrhagique
gastroentérite
transmission de maladie infectieuse
transmission secondaire
porteur sain
V02.3 - sujet suspect ou porteur d'infection gastro-intestinale
enfant
gastroentérite
nourrisson
crèches
garderies d'enfants
gastroentérite
algorithme
hygiène
lutte contre l'infection
gastroentérite
antibactériens
résultat thérapeutique
antibiothérapie

---
N1-VALIDE
Lutte contre les vecteurs du virus responsables du Chikungunya en Guyane après le classement du malathion comme cancérogène probable par le Centre international de recherche sur le cancer
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=499
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa20150409_emploimalathionchikungunya.pdf
Le Haut Conseil de la santé publique rappelle que toute intervention de santé publique est décidée après prise en compte des bénéfices et des risques de différents ordres. Les bénéfices attendus ici concernent le contrôle de l’épidémie du chikungunya qui, après avoir gravement affecté la population des Antilles, a atteint en 2014 le territoire de la Guyane
2015
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
virus du chikungunya
Fièvre chikungunya
recommandation de santé publique
malathion
insecticides
lutte contre les moustiques

---
N1-VALIDE
Infections à rotavirus : suspension des recommandations de vaccination des nourrissons
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=501
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa20150421_rotavirussusprecovaccnourrisson.pdf
En novembre 2013, le Haut Conseil de la santé publique avait recommandé l’introduction de la vaccination des nourrissons contre les infections à rotavirus sous conditions d’un ratio coût/efficacité acceptable ainsi que la poursuite du suivi renforcé de pharmacovigilance relatif à la notification des invaginations intestinales aiguës (IIA) dont le risque devait faire l’objet d’une information aux familles. La notification d’effets indésirables graves y compris ayant pu entraîner la mort, après la vaccination de nourrissons contre les infections à rotavirus, conduit le HCSP à reconsidérer sa position relative à cette vaccination.
2015
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
recommandation de santé publique
infections à rotavirus
vaccins anti-rotavirus
nourrisson
intussusception

---
N1-VALIDE
Recommandations de prévention du paludisme pour les voyageurs
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=503
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa20150327_recoprevpaluvoyageurs.pdf
Le paludisme est une maladie infectieuse due à un parasite du genre Plasmodium, transmise à l’Homme par la piqûre des moustiques anophèles. Il ne présente pas la même gravité dans toutes les régions du monde. On le trouve dans les zones tropicales (Afrique subsaharienne principalement et à une moindre échelle sud de l’Afrique, Asie du Sud-est, Iles du Pacifique, Inde et Amérique centrale et du Sud). La prévention du paludisme doit être systématique et faire l’objet, avant le départ dans un pays en zone d’endémie, d’une consultation médicale. Le HCSP a actualisé les recommandations françaises afin de disposer de lignes de conduite pratiques et en cohérence avec les recommandations internationales.
2015
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
paludisme
lutte contre l'infection
recommandation de santé publique
voyage

---
N1-VALIDE
Vaccination des personnes immunodéprimées ou aspléniques. Recommandations
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=504
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspr20141107_vaccinationimmunodeprime.pdf
La vaccination des personnes atteintes d’une immunodépression congénitale ou acquise, et/ou aspléniques, présente des particularités qui justifient des recommandations spécifiques. Afin de tenir compte des évolutions depuis la publication du premier rapport en 2012, le Haut Conseil de la santé publique a actualisé ses recommandations vaccinales en fonction des situations pour les adultes et pour les enfants : infection par le VIH, transplantation d’organe solide, greffes de cellules souches hématopoïétiques, traitement par chimiothérapie, asplénie ou hyposplénie, maladies auto‑immunes ou inflammatoires chroniques, déficits immunitaires héréditaires. Ces recommandations concernent les vaccinations du Calendrier vaccinal en vigueur et n’abordent pas les vaccins du voyageur.
2015
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
déficits immunitaires
sujet immunodéprimé
adulte
enfant
recommandation de santé publique
Asplénie
rapport
infections à VIH
Syndrome d'immunodéficience acquise
transplantation d'organe
transplantation de cellules souches hématopoïétiques
tumeurs
tumeurs hématologiques
maladies auto-immunes
Maladie inflammatoire
maladie chronique
vaccins
vaccination
hyposplénisme
déficits immunitaires
adolescent
vaccins

---
N1-VALIDE
Maladie à virus Ebola : Conduite à tenir en cas de décès d’un patient en France
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=502
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa20150423_ebolaconduitenirdecespatientFr.pdf
Le virus Ebola peut être transmis post-mortem, le corps d’un malade décédé infecté par ce virus constitue donc un risque de transmission important s’il est manipulé sans protection. Une fiche de recommandations ayant pour objectif de fournir des éléments techniques pour la manipulation et le transport sécurisés des corps de personnes infectées par le virus Ebola a été élaborée par la Direction générale de la santé. Ces recommandations sont destinées aux établissements de santé, aux sociétés de pompes funèbres et à tout autre acteur pouvant intervenir lors de ces opérations. Le HCSP propose quelques ajustements et valide cette fiche de recommandations qui aborde également des aspects éthiques. Il précise que ces recommandations ne s’appliquent que si le patient atteint de maladie à virus Ebola est décédé dans un établissement de santé de référence habilité (ESRH)
2015
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
fièvre hémorragique à virus ebola
mort
recommandation
lutte contre l'infection
transmission de maladie infectieuse

---
N1-VALIDE
Alcool et santé - Actualité et dossier en santé publique n 90
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/Adsp?clef=147
La consommation d’alcool baisse régulièrement depuis 50 ans en France avec une diminution de la consommation quotidienne de vin. Cependant elle reste en cause dans de nombreuses pathologies, contribue fortement à la mortalité évitable ; et 30 % des accidents mortels de la circulation sont dus à l’alcool. Adoptées avec difficulté, les mesures réglementant l’accès à l’alcool sont constamment remises en cause. Les acteurs de santé publique s’organisent pour que les conséquences sanitaires soient prises en compte. La prévention doit s’exercer dans plusieurs domaines : limitation de l’accès à l’alcool, encadrement de la publicité, réduction des risques, diffusion de campagnes de prévention.
2015
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
consommation d'alcool
alcoolisme
article de périodique

---
N1-SUPERVISEE
Faut-il légiférer sur l’euthanasie ou le suicide assisté pour compléter les lois actuelles sur la fin de vie ?
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=ad894345.pdf
2015
false
true
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
article de périodique
accompagnement de la fin de la vie
soins terminaux
suicide assisté
euthanasie

---
N1-VALIDE
Définition et classement des cas possibles et confirmés d’infection à MERS-CoV et précautions à mettre en œuvre lors de la prise en charge de ces patients
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=506
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspr20150424_infectionMersCovdefcasmodpec.pdf
Ce nouvel avis prend en compte l’évolution de la situation épidémiologique, l’étendue du spectre clinique de l’infection, allant de formes asymptomatiques aux formes les plus graves, la fréquence d’une exposition nosocomiale dans les cas confirmés et l’important réservoir du virus que paraissent constituer les camélidés.
2015
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
Coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient
Coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient
infections à coronavirus
infections à coronavirus
infections à coronavirus
infections à coronavirus
lutte contre l'infection
recommandation pour la pratique clinique
algorithme

---
N1-VALIDE
Vaccination contre la diphtérie, le tétanos, la coqueluche acellulaire, la poliomyélite, les infections à Haemophilus influenzae b, et l’hépatite B des prématurés
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=507
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa20150522_recovaccprematures.pdf
Le HCSP a recommandé en 2013 une simplification du calendrier vaccinal. Pour les nourrissons, un schéma allégé et raccourci a été proposé pour la vaccination contre la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite, la coqueluche, et l’Haemophilus influenzae b. Afin de déterminer si des recommandations spécifiques concernant cette vaccination étaient nécessaires pour les nouveau-nés prématurés, le HCSP a pris notamment en considération des données sur le développement immunitaire, l’immunogénicité post-vaccinale et l’épidémiologie de la coqueluche et des infections à Haemophilus influenzae b chez les nourrissons nés prématurés. Il rappelle que la prématurité expose à un risque infectieux majoré en termes d’incidence et de gravité, pour certaines maladies infectieuses du jeune nourrisson, et tout particulièrement pour la coqueluche. Le HCSP recommande de vacciner sans retard les nourrissons nés prématurés selon le calendrier vaccinal en vigueur, c’est-à-dire à l’âge de 8 semaines de vie. Il insiste sur l’importance de mettre en place une protection indirecte contre la coqueluche par la stratégie du cocooning, seul moyen de prévention précoce pour ces nourrissons nés prématurés. Le HCSP estime qu’il n’existe pas à ce jour de données épidémiologiques justifiant de recommander un schéma vaccinal renforcé pour l’immunisation des nourrissons nés prématurés contre la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite, la coqueluche et les infections à Haemophilus influenzae b. De plus, le HCSP rappelle que le schéma vaccinal vis-à-vis des infections invasives à pneumocoque n’est pas modifié et que pour les nouveau-nés prématurés de mère porteuse de l’antigène HBs, la recommandation d’un schéma renforcé de vaccination dès la naissance contre l’hépatite B est maintenue...
2015
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
vaccination
calendrier vaccinal
prématuré
coqueluche
système immunitaire
phénomènes du système immunitaire
diphtérie
poliomyélite
tétanos
infections à haemophilus
recommandation de santé publique
haemophilus influenzae type B
vaccin diphtérie-tétanos-coqueluche
vaccins antihaemophilus
vaccins antipoliomyélitiques

---
N3-AUTOINDEXEE
AVIS - Évaluation des besoins des personnes handicapées et élaboration des réponses au sein des maisons départementales des personnes handicapées (MDPH)
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=508
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=509
La Commission maladies chroniques du HCSP a commandité une analyse quantitative et qualitative des processus d’évaluation des besoins de compensation des personnes handicapées. Cette étude a été réalisée dans l’ensemble des maisons départementales des personnes handicapées (MDPH), pour tenter d’objectiver les disparités de traitement et d’éventuels mécanismes explicatifs (organisation interne, ressources des structures, nature des demandes, types de déficiences, caractéristiques des demandeurs, etc.) ainsi que les efforts faits pour les réduire. Sur la base de ces travaux, le HCSP propose dans son avis des recommandations afin d’améliorer la prise en charge des personnes en situation de handicap par les MDPH.
2015
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
rapport
évaluation des besoins
région mammaire
handicap
personnes handicapées
évaluation de l'incapacité

---
N1-SUPERVISEE
Maladie à virus Ebola : Mesures de protection et de suivi des professionnels de santé en Afrique de l’Ouest
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=510
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa20150520_ebolaprotectionprosafriqueouest.pdf
Dans le cadre du déploiement des centres de traitement Ebola en Afrique de l’Ouest, des professionnels de santé (volontaires de la Croix-rouge française et réservistes sanitaires) sont exposés à des patients atteints de maladie à virus Ebola. Le HCSP est interrogé d’une part sur les mesures de protection pour le personnel Croix-rouge et d’autre part sur l’évaluation du risque d’exposition des professionnels ayant travaillé dans un centre de traitement et aux modalités de leur suivi.
2015
false
true
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
recommandation de santé publique
infection croisée
fièvre hémorragique à virus ebola
Afrique de l'Ouest
personnel de santé

---
N3-AUTOINDEXEE
Avis sur l’évaluabilité du projet de Plan national d’action de prévention de la perte d’autonomie
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=511
Le HCSP a été saisi en janvier 2015 par le coordonnateur de la rédaction du futur « Plan national d’action de prévention de la perte d’autonomie » afin de l’aider à prévoir son évaluation à terme. Ce projet de plan s’inscrit parmi les applications opérationnelles du projet de loi d’adaptation de la société au vieillissement, adopté par l’Assemblée nationale le 17 octobre 2014 et par le Sénat le 19 mars 2015. Le HCSP a fait une lecture critique du projet et passé en revue les éléments qui seront nécessaires à la réalisation d’une évaluation de ses résultats. Il analyse ainsi la structure globale et l’organisation des fiches techniques, mettant en évidence la nécessité de retoucher son architecture interne et d’énoncer de façon explicite les objectifs et résultats attendus de chaque axe et action. Il explique comment identifier les indicateurs en fonction des résultats attendus. Il étudie les concepts de référence sur lesquels s’appuient les propositions d’actions et souligne l’importance de choisir des définitions précises et des outils de mesure basés sur les preuves, pour fixer des résultats à atteindre. Il souligne également l’importance de construire ou mettre en place les systèmes d’information nécessaires à la mesure des résultats et de décliner les objectifs du plan en termes de réduction des inégalités sociales et territoriales de santé. L’avis a été présenté aux responsables du projet et utilisé par ces derniers pour finaliser le futur plan dans le sens des recommandations émises par le HCSP.
2015
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
information scientifique et technique
programmes gouvernementaux
vie autonome
grandes lignes
plat
autonomie personnelle

---
N1-VALIDE
Personnes atteintes d’hépatite B chronique. Modalités d’accès aux formations en santé
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=514
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa20150421_vhbetaccesformationsante.pdf
Les professionnels de santé ont une obligation d’immunisation contre l’hépatite B. Cette obligation a pour objectif de les protéger d’une contamination par le virus de l’hépatite B (VHB) lors des actes effectués au cours de leurs pratiques professionnelles mais aussi de protéger les patients d’une contamination par un professionnel de santé infecté. Cette obligation s’applique également à tous les élèves ou étudiants au moment de leur inscription dans un établissement d’enseignement et, au plus tard, avant de commencer leurs stages dans un établissement ou organisme public ou privé, de prévention ou de soins. Les personnes ayant une infection chronique par le VHB ne peuvent pas être vaccinées et ne peuvent donc pas actuellement accéder à certaines formations en santé.
2015
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
hépatite B chronique
étudiant profession médicale ou paramédicale
transmission de maladie infectieuse du professionnel de santé au patient
vaccin antihépatite B
recommandation de santé publique

---
N1-VALIDE
Prise en charge médicale des personnes atteintes par le virus Zika, stratégie de surveillance épidémiologique, stratégie de diagnostic
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=517
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa20150728_zikaprisenchargemedicale.pdf
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspr20150728_zikaprisenchargemedicale.pdf
Le virus Zika est un arbovirus. La transmission est presque exclusivement vectorielle par les moustiques du genre Aedes qui sont également vecteurs de la dengue et du chikungunya. Depuis 2007, des épidémies d’infections à virus Zika sont survenues en Micronésie, en Polynésie française, en Nouvelle-Calédonie et une épidémie, identifiée en mai 2015, sévit actuellement au Brésil. Le HCSP fait le point des connaissances sur le virus Zika, les modalités de transmission, la situation épidémiologique, l’expression clinique des infections par ce virus et les moyens de diagnostic biologique.
2015
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
recommandation de santé publique
fièvre à virus zika
infections à arbovirus
infections à arbovirus
infections à arbovirus
infections à arbovirus
évaluation des risques
Infection par le virus Zika

---
N1-VALIDE
Maladie à virus Ebola. Stratégie de classement des patients « cas suspects »
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=516
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa20150708_ebolaclassementpatientscasuspect.pdf
Le Haut Conseil de la santé publique rappelle la définition des cas de maladie à virus Ebola – suspect, possible, confirmé, exclu – et les modalités de diagnostic biologique de maladie à virus Ebola. Il a pris en considération les données de surveillance épidémiologique en Afrique de l’Ouest, l’expérience de la gestion des cas « suspects » et « possibles » en France et les spécificités de prise en charge des deux grands types de patients susceptibles de constituer des cas « suspects » : les personnes migrantes originaires d’Afrique de l’Ouest et les personnels français revenant de mission. Le HCSP a également pris en compte les données concernant le test de diagnostic rapide « Altona ».
2015
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
fièvre hémorragique à virus ebola
recommandation pour la pratique clinique
V02.9 - sujet suspect ou porteur d'autres infections precisees
fièvre hémorragique à virus ebola

---
N1-VALIDE
Information sur la qualité nutritionnelle des produits alimentaires
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=519
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa20150625_infoqualnutprodalim.pdf
Dans le cadre du projet de loi de modernisation du système de santé, le législateur a prévu de faciliter l’information du consommateur sur la qualité nutritionnelle des denrées alimentaires. Pour cela, la déclaration nutritionnelle obligatoire sera accompagnée d’une présentation ou d’une expression complémentaire sous forme de graphiques ou symboles, sur la face avant des emballages afin de la rendre synthétique, simple et compréhensible par tous. Dans cet avis, le HCSP qui répond à une saisine de la direction générale de la santé s’est appuyé sur les travaux scientifiques disponibles, le rapport produit par l’Anses sur le score nutritionnel de la Food Standard Agency (FSA) et a pris en considération les objectifs du Programme national nutrition santé (PNNS).
2015
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
recommandation de santé publique
valeur nutritive
systèmes d'information
étiquetage des aliments

---
N3-AUTOINDEXEE
Avis relatif à la gestion du risque sanitaire lié aux émissions toxiques d’algues brunes échouées sur les côtes de la Martinique en provenance de la mer des Sargasses
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=515
Cet avis concerne la prévention de l’exposition de la population à l’hydrogène sulfuré (H2S), gaz malodorant et toxique dégagé par la décomposition des sargasses ou algues brunes suite aux épisodes d’échouages de ces algues sur les côtes de la Martinique. Contrairement aux algues vertes, la production d’hydrogène sulfuré par les sargasses est limitée si leur évacuation est opérée de manière précoce, car leur structure mécanique aérée ne favorise pas une dégradation anaérobie (fermentation sans oxygène) productrice d’H2S. Le HCSP rappelle qu’il proposait dans un précédent avis des seuils d’intervention pour différentes valeurs d’H2S et recommandait la mise en place d’un plan d’action au niveau départemental, intégrant la collecte rapide et régulière des algues, l’installation d’aires de stockage et le développement d’une filière de valorisation. Une approche préventive, intégrant l’enlèvement des algues en mer lorsqu’il est possible, et le traitement immédiat des échouages doivent être privilégiés. Aussi le HCSP appelle les autorités locales, directement responsables, ainsi que les administrations de l’État, à mettre en œuvre les préconisations de son avis publié en 2012. Le présent avis est strictement limité aux aspects sanitaires pour l’homme. Il ne prend pas position sur les meilleures solutions à adopter du point de vue environnemental et économique.
2015
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
information scientifique et technique
relatif
émission
Martinique
océans et mers
côtes
phaeophyta
toxiques
Risque relatif
risque
gestion du risque
produits dangereux

---
N1-VALIDE
Avis relatif aux propriétés biocides du cuivre participant à la baisse des infections nosocomiales et à son intérêt médico-économique
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=520
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa20150325_propbiocidescuivreinfecnosoc.pdf
Si les propriétés antimicrobiennes du cuivre sont bien documentées, son intérêt dans la prévention des infections nosocomiales n’a pas été démontré. Dans ce contexte, la Direction générale de l’offre de soins (DGOS) a saisi le HCSP sur la question de l’efficacité bactéricide du cuivre et de son impact sur la baisse des infections nosocomiales, en regard de son impact économique pour les établissements de santé.
2015
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
cuivre
infection croisée
recommandation professionnelle
effet antimicrobien

---
N1-VALIDE
Prévention de la grippe et des infections respiratoires virales saisonnières - Mesures barrières en prévention des infections respiratoires aiguës et des infections respiratoires nosocomiales
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=521
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspr20150925_preventiongrippe.pdf
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa20150925_preventiongrippe.pdf
Pour toutes les infections respiratoires, les mesures d’hygiène incluant les mesures barrières sont des moyens importants de prévention. La revue de la littérature concernant les appareils de protection respiratoire ne montre pas d’éléments nouveaux justifiant la modification des recommandations de 2011 et 2013. En milieu communautaire, l’hygiène des mains doit être promue pour la lutte contre les infections respiratoires ou non et repose surtout sur le lavage à l’eau et au savon, voire l’utilisation de solutés hydro-alcooliques (SHA). En collectivité de soins, l’hygiène des mains est primordiale pour limiter la transmission croisée en privilégiant la friction hydro-alcoolique des mains en l’absence de souillures, sinon avec l’eau et le savon. Le HCSP recommande des campagnes d’information auprès du public sur la mise en œuvre des mesures barrières non spécifiques telles que l’hygiène des mains, la limitation des contacts entre les personnes malades et les autres, en particulier les sujets à risque.
2015
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
lutte contre l'infection
grippe humaine
recommandation de santé publique
maladies virales
infections de l'appareil respiratoire
infection croisée
infections de l'appareil respiratoire
vaccins antigrippaux
masques
hygiène des mains

---
N1-VALIDE
Surveillance nationale des cas autochtones de bilharziose urogénitale
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=525
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa20150902_bilharzioseurogenitalesurveillan.pdf
Le HCSP rappelle le risque d’extension, au sud de la France dans un premier temps, de la zone de présence du parasite et de son hôte intermédiaire (présent en Espagne, au Portugal et en Corse). Il rappelle également qu’il est nécessaire dans un premier temps de diagnostiquer les cas puis de mener des investigations (lieux et circonstances de contaminations…) et, enfin, de prendre des mesures pour interrompre la chaîne de transmission.
2015
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
recommandation de santé publique
bilharziose urinaire
bilharziose urinaire
bilharziose urinaire
notification des maladies à déclaration obligatoire

---
N3-AUTOINDEXEE
Propositions pour la gestion locale des situations de non-conformité de la qualité de l’eau du robinet en France
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=526
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=527
L’eau du robinet, l’aliment le plus contrôlé en France, fait l’objet d’un suivi sanitaire régulier. Sa qualité microbiologique et chimique, déjà globalement satisfaisante, continue de s’améliorer. Cependant des disparités géographiques existent. Par exemple, les problèmes de qualité microbiologique concernent principalement les petites unités de distribution en zones rurales ou de montagne. Les situations de non-conformité de l’eau du robinet aux normes de qualité, bien que peu fréquentes, peuvent conduire à un sentiment d’inégalité face au risque potentiel pour le consommateur et troubler la confiance du public dans la qualité de l’eau. Le HCSP s’est autosaisi en vue de faire des propositions d’aide à la gestion de ces situations, pour contribuer à améliorer encore le niveau de sécurité du dispositif au plan sanitaire sur tout le territoire. Pour cela, le HCSP a procédé à une analyse de la règlementation concernant la gestion de la qualité de l’eau du robinet, et à un examen critique de la gestion par différentes ARS des situations de non-conformité. Les recommandations formulées à l’issue de cette analyse visent à : rendre transparente la gestion de ces situations de non-conformité et l’information du public, dans le but de prévenir une mauvaise interprétation des différentes situations locales, réduire les écarts entre les modes de gestion de ces situations adoptés dans les différentes ARS, réduire les inégalités dans l’accès à une eau de bonne qualité à un coût acceptable pour la population sur tout le territoire national.
2015
false
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
rapport
qualité de l'eau
français
eau
qualitatif
local
France
proposita

---
N1-VALIDE
Avis relatif à relatif à la mise en œuvre de l’éducation thérapeutique du patient depuis la loi n 2009-879 du 21 juillet 2009 portant réforme de l’hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires (HPST)
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=528
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa20151012_educprogeductherap20102014.pdf
Au terme d’un processus d’évaluation participatif, cet avis conforte l’éducation thérapeutique comme composante du parcours de soins des personnes atteintes de maladies chroniques. L’avis prend en compte la question des inégalités sociales et territoriales de santé. Il incite à un enrichissement des connaissances dans ce domaine. Il suggère des évolutions ou des précisions réglementaires dans le domaine de la formation des intervenants. Il requiert une plus grande visibilité et accessibilité de l’offre disponible Il invite à explorer, tester et évaluer de nouveaux « modèles » de mise en œuvre de l’éducation thérapeutique du patient.
2015
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
éducation du patient comme sujet
évaluation de programme
recommandation
facteurs socioéconomiques
disparités d'accès aux soins

---
N3-AUTOINDEXEE
Extension des compétences des sages-femmes en matière de vaccination des personnes de l’entourage d’un nouveau-né
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=529
Actuellement les sages-femmes peuvent prescrire et administrer certains vaccins aux femmes et aux nouveau-nés. Les sages-femmes pourraient vacciner les personnes vivant régulièrement dans l’entourage du nouveau-né (non vacciné) afin d’en assurer sa protection. C’est dans cette perspective qu’il a été demandé au HCSP de préciser la liste des vaccinations de l’entourage qui contribuent à renforcer la protection des nourrissons et les conditions de mise en œuvre spécifiques éventuelles pour chacune des vaccinations proposées. Le HCSP précise que l’entourage est défini comme les personnes vivant sous le même toit. Le HCSP a pris en considération les compétences actuelles des sages-femmes en matière de vaccination, leurs modalités d’intervention auprès des femmes et de leur entourage et les maladies pour lesquelles la protection du nouveau-né et du petit nourrisson repose pour tout ou partie sur l’immunisation de l’entourage. Il recommande l’intervention des sages-femmes au titre de la vaccination de l’entourage pour la prévention de la coqueluche (stratégie du cocooning), des infections invasives à méningocoque C, de la rougeole et de la grippe (pour la protection des nourrissons à risque). Par ailleurs, il rappelle les exigences que comporte la pratique de l’acte vaccinal en matière de sécurité et de traçabilité et précise les mesures d’accompagnement susceptibles de faciliter la pratique de la vaccination par les sages-femmes.
2015
false
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
information scientifique et technique
compétence
vaccination
vaccination
vaccination
en extension
nouveau-né
aptitude
personnes
traction
Compétence
nouveau-né
Sages-femmes
profession de sage-femme

---
N1-VALIDE
Grippe saisonnière. Recommandation de prescription des antiviraux
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=530
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa20151112_grippesaisonnecoprescrantiviraux.pdf
Afin de faciliter la prescription de ces antiviraux par les médecins exerçant en particulier en ville et en établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), le HCSP a validé un document de synthèse qui rappelle les trois stratégies de traitement - curatif, préemptif et préventif - et détaille les situations et les populations relevant de chacune de ces stratégies.
2015
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
antiviraux
grippe humaine
recommandation pour la pratique clinique
adulte
enfant
oséltamivir
grippe humaine
calendrier d'administration des médicaments

---
N1-VALIDE
Rappels de vaccination contre la fièvre jaune en Guyane
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=531
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa20151023_vaccrappelfievrejauneguyane.pdf
Le 24 janvier 2014, le HCSP a émis un avis sur la vaccination de rappel contre la fièvre jaune en Guyane en indiquant que cet avis serait reconsidéré si le Règlement sanitaire international était modifié. En mai 2014, l’assemblée mondiale de la santé a adopté un amendement à l’annexe 7 du RSI stipulant que la durée de protection conférée par les vaccins de la fièvre jaune agréés par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) était étendue à la vie entière et que la durée de validité du certificat de vaccination international devait être prolongée en conséquence. Cette décision motive la révision de l’avis du 24 janvier 2014. Le HCSP a pris notamment en considération l’épidémiologie de la fièvre jaune en Guyane et la couverture vaccinale, les arguments de l’OMS et les données disponibles relatives à durée de protection conférée par une seule dose de vaccin. Le HCSP prend acte de la décision de l’OMS et indique que la prolongation à vie de la validité du certificat international de vaccination doit s’appliquer aux ressortissants français résidant ou désirant se rendre en Guyane. Toutefois, l’administration d’une seconde dose de vaccin est recommandée pour les enfants vaccinés avant l’âge de 2 ans, les femmes primo-vaccinées en cours de grossesse, les personnes vivant avec le VIH et les personnes immunodéprimées. Cette option devrait également être considérée en cas d’évidence de circulation active du virus de la fièvre jaune chez les personnes vaccinées depuis plus de dix ans. Le HCSP ne recommande pas d’administrer plus de deux doses de vaccin excepté aux personnes immunodéprimées pour lesquelles un suivi du titre des anticorps neutralisants est nécessaire.
2015
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
vaccin anti-fièvre jaune
Guyane française
recommandation de santé publique
grossesse

---
N1-VALIDE
Définition des patients à haut risque vital
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=535
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=534
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspr20151117_defpatientshautrisquevital.pdf
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa20151117_defpatientshautrisquevital.pdf
Depuis 1997, il existe un dispositif d’information particulier pour les patients à haut risque vital (PHRV) à domicile en cas de coupure électrique prévue ou accidentelle, pour les patients sous respirateur ayant une autonomie de moins de quatre heures par jour et les enfants bénéficiant de nutrition parentérale à domicile, basé sur une inscription auprès de l’agence régionale de santé et d’Electricité Réseau Distribution France (ERDF). Ces dispositions ont été rappelées par une circulaire du 16/07/2009 pour les actions à mettre en œuvre au niveau local pour la prise en charge des PHRV et des personnes hospitalisées à domicile en cas d’évènements climatiques extrêmes. Le Haut Conseil de la santé publique a été saisi par la Direction générale de la santé le 8 juillet 2014 pour donner une nouvelle définition des PHRV compte tenu de l’évolution des pathologies, des techniques et des modes de prise en charge à domicile.
2015
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
rapport
nutrition parentérale à domicile
respirateurs artificiels
ventilation artificielle
enfant
électricité
haut risque de
risque
panne d'appareillage
nutrition entérale
France

---
N1-VALIDE
Hépatite B. Recommandations en cas de non-réponse à la vaccination
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=475
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspr20141107_hepBnonrepondeurs.pdf
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa20141107_hepBnonrepondeurs.pdf
Les conditions de satisfaction de l’obligation vaccinale vis-à-vis de l’hépatite B chez les professionnels de santé ont été récemment modifiées. Il est apparu que la définition du non-répondeur à la vaccination contre l’hépatite B devait être précisée et que la possibilité d’utiliser des schémas alternatifs dans cette circonstance devait être évaluée. L’avis du HCSP et le rapport qui l’accompagne ont pour objectifs de préciser la définition de la non-réponse à la vaccination contre l’hépatite B, les personnes concernées et la conduite à tenir. Le HCSP a pris en compte notamment l’efficacité biologique et clinique du vaccin contre l’hépatite B, les vaccins disponibles en France, leur tolérance, les schémas vaccinaux possibles, ainsi que les alternatives à la vaccination.
2015
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
hépatite B
vaccin antihépatite B
rapport
recommandation de santé publique
nourrisson
nouveau-né
adolescent
enfant
adulte
échec de vaccination
algorithme

---
N1-SUPERVISEE
Chikungunya : modalités de transmission des données en situation épidémique
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=408
Le chikungunya est une maladie infectieuse due à un arbovirus : le virus du chikungunya, transmis par la piqûre d’un moustique. En 2006, l’infection à chikungunya est devenue une maladie à déclaration obligatoire (DO) et depuis 2008, la surveillance par la DO de l’infection concerne l’ensemble du territoire (métropole et DOM). Fin novembre 2013, une circulation autochtone du virus du chikungunya a été détectée pour la première fois dans la zone Amérique Caraïbes sur la partie française de l’île de Saint-Martin. Un dispositif de surveillance spécifique a été immédiatement mis en place dans tous les départements français d’Amérique par la Cellule interrégionale d’épidémiologie (Cire) Antilles-Guyane et les agences régionales de santé de Guadeloupe, de Martinique et de Guyane. En raison de la situation épidémiologique actuelle du chikungunya dans les départements français d’Amérique, le Haut Conseil de la santé publique recommande la suspension de la déclaration obligatoire dans les territoires en situation épidémique. Le HCSP rappelle en effet qu’en situation épidémique : la surveillance est réalisée par un réseau de médecins sentinelles (notification du nombre de cas cliniquement évocateurs) qui permet de suivre la dynamique de l’épidémie ; la confirmation biologique de tous les cas cliniquement évocateurs est moins nécessaire car le tableau clinique permet d’identifier les cas avec une bonne sensibilité et une bonne spécificité. Les indications de la confirmation biologique sont donc réservées aux cas graves, aux cas hospitalisés, aux patients atteints de comorbidités, aux formes atypiques, aux femmes enceintes et aux nouveau-nés.
2014
false
true
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
recommandation de santé publique
Fièvre chikungunya
Fièvre chikungunya
déclaration obligatoire
virus du chikungunya

---
N1-VALIDE
Recommandations sanitaires du Plan national canicule 2014
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=418
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspr20140415_recosanitplannationcanicule2014.pdf
Le Plan national canicule (PNC) a pour objectifs d'anticiper l'arrivée d'une canicule, de définir les actions à mettre en oeuvre aux niveaux local et national pour prévenir et limiter les effets sanitaires de celle-ci. Une attention particulière est portée aux populations les plus fragiles. Le Plan national canicule 2014 fait l'objet d'une instruction interministérielle qui précise les objectifs, les différents niveaux du PNC, les mesures de gestion qui s'y rapportent ainsi que le rôle des différents partenaires. Il comporte une annexe avec des fiches « mesures ».
2014
false
N
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
programmes gouvernementaux
recommandation de santé publique
chaleur extrême
troubles dus à la chaleur
France

---
N1-VALIDE
Vaccination contre la grippe saisonnière chez les personnes âgées et les professionnels de santé
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=424
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=425
La grippe saisonnière touche annuellement 2 à 8 millions de personnes en France et entraîne le décès de plusieurs milliers de personnes, essentiellement des personnes de plus de 65 ans. Le HCSP a revu les données récentes – notamment les méta-analyses - relatives à la vaccination contre la grippe des personnes âgées, le risque particulier de grippe chez les professionnels de santé, le risque de grippe nosocomiale liée aux soignants ainsi que les études relatives à l’intérêt de vacciner les soignants pour protéger les patients.
2014
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
personnel de santé
sujet âgé
grippe humaine
vaccins antigrippaux
recommandation de santé publique
rapport
résultat thérapeutique
transmission de maladie infectieuse du patient au professionnel de santé
transmission de maladie infectieuse du professionnel de santé au patient

---
N1-VALIDE
Mieux suivre les consommations d’alcool et leurs conséquences sur la santé pour une meilleure prévention
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=426
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa20140406_suiviconsoalcoolprevention.pdf
Les consommations de tabac et d’alcool sont des déterminants majeurs de la dégradation de la santé et de la mortalité évitables. Les objectifs de la loi de santé publique de 2004 avaient pris en compte la nécessité de réduire la consommation globale d’alcool. Les dommages subis du fait de la consommation d’alcool en France justifient que d’autres initiatives soient prises dans un avenir proche afin de réduire substantiellement le niveau de cette consommation. Qu’il s’agisse d’évaluer l’impact des mesures publiques ou de réfléchir en amont au choix des objectifs détaillés et aux moyens à mettre en œuvre, le dispositif de connaissance statistique des consommations d’alcool et des dommages associés revêt la plus haute importance. Les dispositifs de connaissance des niveaux de consommation et l’estimation des dommages souffrent encore d’une grande dispersion institutionnelle entrainant, entre autres inconvénients, l’irrégularité de l’actualisation de certains indicateurs essentiels.
2014
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
consommation d'alcool
recommandation de santé publique
troubles liés à l'alcool

---
N3-AUTOINDEXEE
Conditions d’utilisation et mesures de gestion à mettre en place si une dérogation était accordée pour l’emploi du malathion en Guyane pour la lutte anti-vectorielle dans le but de prévenir la propagation de l’épidémie de chikungunya se développant actuellement dans les Antilles
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=427
Dans cet avis, le HCSP formule les conditions d’utilisation et les mesures de gestion à mettre en place si une dérogation était accordée pour l’emploi du malathion comme moyen complémentaire de lutte contre les moustiques adultes vecteurs du chikungunya afin de prévenir la propagation de l’épidémie se développant actuellement dans les Antilles. Le HCSP énonce les conditions d’aspersion du malathion à l’extérieur et indique les précautions à prendre pour assurer la protection des personnels en charge de l’aspersion, de la population générale et des milieux environnementaux sensibles au malathion. Le HCSP rappelle que le recours à ce type d’insecticides n’est qu’un des outils de la lutte anti-vectorielle : un haut niveau de vigilance et d’implication de la population doit être maintenu sur les autres actions permettant de diminuer le nombre de moustiques vecteurs. Le HCSP rappelle également que l’objectif prioritaire de la gestion du risque doit être de retarder l’explosion épidémique en Guyane pour permettra aux autorités sanitaires d’améliorer l’offre de soins et d’assurer la disponibilité des médicaments et lits.
2014
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
information scientifique et technique

---
N1-VALIDE
Dépistage et traitement des infections à Schistosoma haematobium
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=428
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa20140523_bilharzschistosomahaematobium.pdf
Le HCSP a pris en considération le cycle de la maladie, le contexte épidémiologique qui oriente vers une transmission locale, les modalités de diagnostic et de traitement.
2014
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
schistosoma haematobium
dépistage systématique
recommandation de santé publique
bilharziose urinaire
bilharziose urinaire
praziquantel
antihelminthiques

---
N3-AUTOINDEXEE
Infections associées aux soins : auditions sur les indicateurs de résultats à visée de diffusion publique
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=430
Afin d’améliorer l’information du public sur la performance des établissements de santé dans la lutte contre les infections nosocomiales, le HCSP avait sélectionné début 2012 dans un rapport précédent cinq indicateurs, ciblés sur les résultats, susceptibles de faire partie d’un tableau de bord annuel des établissements de santé en complément des indicateurs existants. Ces indicateurs, considérés comme les plus appropriés par les experts, étaient les suivants : Chirurgie prothétique de hanche ou de genou pour les patients considérés comme à risque faible (NNIS-0) Bactériémies liées aux cathéters veineux centraux (CVC) en réanimation Bactériémies liées aux CVC chez les nouveau-nés Bactériémies à Staphylococcus aureus résistant à la méticilline (SARM) Proportion de soignants vaccinés contre la grippe Le travail des experts a été complété par l’audition de différents acteurs et potentiels utilisateurs de ces indicateurs. Le présent rapport, qui fait suite à une saisine de la Direction générale de l’offre de soins du 26 août 2013, établit une synthèse de ces auditions. Aucun des indicateurs n’a été considéré comme ne pouvant pas faire l’objet d’une diffusion publique, cependant des divergences sont apparues entre les différents indicateurs étudiés.
2014
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
information scientifique et technique
Infection
diffusion
diffusion
oreille, sai
évaluation de résultat (soins)
publications
ayant comme résultat
propagation
publications
ouïe
audition
indicateurs de résultat
Soins
infecté
indicateur
Diffusion
laisse entrevoir
indication de
maladie infectieuse
infection croisée
infection
soins

---
N1-VALIDE
Place du vaccin FluarixTetra dans la stratégie de lutte contre la grippe saisonnière
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=429
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa20140523_placefluarixtetragrippe.pdf
Dans le cadre de la procédure de mise sur le marché du vaccin grippal tétravalent inactivé FluarixTetra , le Haut Conseil de la santé publique a émis des recommandations afin de déterminer la place de ce vaccin dans la stratégie vaccinale actuelle vis-à-vis de la prévention de la grippe saisonnière. FluarixTetra est un vaccin grippal inactivé à virion fragmenté contenant deux sous-types de virus grippal A (H1N1 et H3N2) et deux types de virus grippal B (lignées Victoria et Yamagata). Le Haut Conseil de la santé publique a pris en considération les données épidémiologiques nationales et internationales relatives à la grippe B et les données d’immunogénicité et de tolérance concernant ce vaccin.
2014
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
grippe humaine
vaccins antigrippaux
recommandation de santé publique
enfant
adulte
adolescent
FLUARIXTETRA
FLUARIXTETRA, suspension injectable en seringue préremplie. Vaccin grippal inactivé à virion fragmenté
vaccins inactivés

---
N1-VALIDE
Vaccination de rappel contre la poliomyélite pour certains voyageurs dans le contexte actuel d’urgence sanitaire décrétée par l’OMS
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=446
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa20140627_vaccpoliorecovoyageurs.pdf
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=451
Dans son avis, le HCSP fait le point sur la situation épidémiologique au niveau national et international, rappelle les modalités de transmission de la poliomyélite et les recommandations vaccinales en France, et précise les vaccins disponibles. Il émet des recommandations détaillées concernant les mesures à préconiser pour la France en accompagnement de la recommandation de l’OMS pour les voyageurs provenant des pays d’endémie de poliomyélite ainsi que pour les résidents de France s’y rendant.
2014
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
poliomyélite
vaccins antipoliomyélitiques
recommandation de santé publique
médecine des voyages
voyage
rappel de vaccin
enfant
adolescent
jeune adulte
adulte
sujet âgé

---
N1-VALIDE
Expositions au plomb : détermination de nouveaux objectifs de gestion
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=444
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=445
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspr20140523_expoplombnouvobgest.pdf
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcsps20140523_expoplombnouvobgest.pdf
Actuellement, la concentration de plomb dans le sang (ou plombémie) qui définit règlementairement le saturnisme infantile et implique la déclaration du cas aux autorités sanitaires départementales et le déclenchement de l’enquête environnementale est de 100 μg/L. Cependant, des effets nocifs du plomb sur la santé sont démontrés pour des plombémies inférieures à 100 μg/L chez les jeunes enfants, les adolescents, les adultes et la femme enceinte. En conséquence, le HCSP préconise une politique de réduction des expositions au plus bas niveau possible pour tenir compte des effets sans seuil du plomb
2014
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
rapport
recommandation de santé publique
plomb
exposition environnementale
enfant
adulte
adolescent
femmes enceintes
grossesse
plomb
intoxication par le plomb
nourrisson
valeurs limites d'exposition
facteurs de risque
intoxication par le plomb
intoxication par le plomb
dépistage systématique

---
N1-VALIDE
Place du vaccin FluenzTetra dans la stratégie de lutte contre la grippe saisonnière
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa20140710_grippesaisonnplacefluenztera.pdf
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=448
Le Haut Conseil de la santé publique s’est autosaisi, afin d’analyser les données concernant ce vaccin et de préciser sa place dans le cadre de la stratégie vaccinale existante vis-à-vis de la prévention de la grippe saisonnière
2014
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
grippe humaine
vaccins antigrippaux
recommandation de santé publique
grippe humaine
grippe humaine
nouveau-né
nourrisson
enfant
adulte
sujet âgé

---
N3-AUTOINDEXEE
Repérage de l’amiante, mesures d’empoussièrement et révision du seuil de déclenchement des travaux de retrait ou de confinement de matériaux contenant de l’amiante - Analyse et recommandations
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=449
En France, les bâtiments font l’objet d’une réglementation relative au risque d’exposition à l’amiante depuis 1996. Un seuil d’empoussièrement a été fixé à 5 fibres d’amiante par litre d’air, à partir duquel doivent être entrepris des travaux de désamiantage ou de confinement des matériaux amiantés. Cette valeur correspond au niveau moyen qui était mesuré dans l’air en milieu urbain dans les années 70. Le dépassement de cette valeur à l’intérieur des locaux doit être interprété comme une pollution liée à la dégradation des matériaux et produits contenant de l’amiante, ou à une contamination provoquée par des travaux qui sont susceptibles de générer un risque d’exposition des occupants du bâtiment. Dans ce rapport, le HCSP a analysé les procédures en place et la cohérence entre les règlementations (codes de la santé, du travail et de l’environnement), les normes et les pratiques concernant le repérage de l’amiante, les mesures d’empoussièrement et la gestion des expositions environnementale à l’amiante (d’origine naturelle, industrielle ou liées aux déchets amiantés). Le HCSP déplore une règlementation trop complexe qui ne s’appuie pas assez sur les normes, un faible contrôle des pratiques qui, dans de nombreux cas, ne sont pas conformes à la règlementation, et une connaissance insuffisante du risque lié à la présence d’amiante dans les bâtiments. Le HCSP formule de nombreuses recommandations pour rendre cohérentes les différentes règlementations sur l’amiante et réduire l’écart entre ces règlementations et la pratique, appelant à leur mise en œuvre dans les plus brefs délais pour améliorer la gestion des risques liés aux expositions à l’amiante. Cette politique de mise en conformité est la priorité préconisée par le HCSP. Ces conditions remplies, le HCSP propose pour le seuil de déclenchement des travaux une valeur de 2 f/L applicable au 1/1/2020. Le HCSP préconise une évaluation de l’évolution des pratiques à cette échéance. En fonction des résultats de cette évaluation, la possibilité d’un abaissement supplémentaire du seuil pourrait être considérée.
2014
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
information scientifique et technique
amiante
Mesures
confinement de risques biologiques
contenant
recommandations comme sujet
Recommandations
équipement et fournitures
amiante
coït interrompu
poids et mesures
directives de santé publique

---
N3-AUTOINDEXEE
Repérage de l’amiante, mesures d’empoussièrement et révision du seuil de déclenchement des travaux de retrait ou de confinement de matériaux contenant de l’amiante - Synthèse et recommandations
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=450
En France, les bâtiments font l’objet d’une réglementation relative au risque d’exposition à l’amiante depuis 1996. Un seuil d’empoussièrement a été fixé à 5 fibres d’amiante par litre d’air, à partir duquel doivent être entrepris des travaux de désamiantage ou de confinement des matériaux amiantés. Cette valeur correspond au niveau moyen qui était mesuré dans l’air en milieu urbain dans les années 70. Le dépassement de cette valeur à l’intérieur des locaux doit être interprété comme une pollution liée à la dégradation des matériaux et produits contenant de l’amiante, ou à une contamination provoquée par des travaux qui sont susceptibles de générer un risque d’exposition des occupants du bâtiment. Dans ce rapport, le HCSP a analysé les procédures en place et la cohérence entre les règlementations (codes de la santé, du travail et de l’environnement), les normes et les pratiques concernant le repérage de l’amiante, les mesures d’empoussièrement et la gestion des expositions environnementale à l’amiante (d’origine naturelle, industrielle ou liées aux déchets amiantés). Le HCSP déplore une règlementation trop complexe qui ne s’appuie pas assez sur les normes, un faible contrôle des pratiques qui, dans de nombreux cas, ne sont pas conformes à la règlementation, et une connaissance insuffisante du risque lié à la présence d’amiante dans les bâtiments. Le HCSP formule de nombreuses recommandations pour rendre cohérentes les différentes règlementations sur l’amiante et réduire l’écart entre ces règlementations et la pratique, appelant à leur mise en œuvre dans les plus brefs délais pour améliorer la gestion des risques liés aux expositions à l’amiante. Cette politique de mise en conformité est la priorité préconisée par le HCSP. Ces conditions remplies, le HCSP propose pour le seuil de déclenchement des travaux une valeur de 2 f/L applicable au 1/1/2020. Le HCSP préconise une évaluation de l’évolution des pratiques à cette échéance. En fonction des résultats de cette évaluation, la possibilité d’un abaissement supplémentaire du seuil pourrait être considérée.
2014
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
information scientifique et technique
Mesures
recommandations comme sujet
Recommandations
coït interrompu
équipement et fournitures
ostéosynthèse
amiante
amiante
confinement de risques biologiques
contenant
poids et mesures
directives de santé publique

---
N1-VALIDE
Vaccination contre le méningocoque B en Seine-Maritime, Somme et Pyrénées-Atlantiques. Évolution des recommandations
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=452
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa20140710_vacmeningobseinesommepyratl.pdf
Après avoir pris en considération la situation épidémiologique actuelle dans ces trois départements et les couvertures vaccinales obtenues, le HCSP recommande l’arrêt des campagnes de vaccination par MenBvac et Bexsero dans les zones ciblées des départements de la Seine-Maritime, de la Somme et des Pyrénées-Atlantiques. Le HCSP précise les conduites à tenir pour les personnes ayant initié une vaccination avec MenBvac , pour les personnes qui auraient initié leur vaccination avec MenBvac mais n’auraient pas reçu leur troisième dose en mai 2014 et pour les personnes ayant initié une vaccination avec Bexsero .
2014
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
vaccins antiméningococciques
infections à méningocoques
recommandation de santé publique

---
N1-VALIDE
Vaccination contre les infections à papillomavirus humains. Données actualisées
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=454
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspr20140710_vachpvdonneesactualisees.pdf
La vaccination contre les infections à papillomavirus humains fait actuellement l’objet de polémiques médiatisées. La Direction générale de la santé a demandé au HCSP de faire une revue des dernières données scientifiques et de préciser les conditions dans lesquelles la vaccination HPV pourrait aussi apporter une protection collective par immunité de groupe.
2014
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
infections à papillomavirus
Vaccins contre les papillomavirus
rapport
tumeurs du col de l'utérus
résultat thérapeutique
Australie
États-Unis d'Amérique
Angleterre
immunité de groupe
Vaccins contre les papillomavirus
recommandation de santé publique

---
N1-VALIDE
Recommandations sur la conduite à tenir lors d’épisodes de cas groupés d’infections cutanées suppuratives liées aux souches de Staphylococcus aureus résistant à la méticilline (SARM Co)
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=453
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspr20140710_infectionscutaneesSarmCo.pdf
le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) a actualisé les recommandations existantes concernant la gestion des épisodes de cas groupés d’infections cutanées à SARM Co PVL . Les recommandations présentées dans ce guide ont pour objectif d’aider les professionnels de santé pour la gestion des épisodes de cas groupés d’infections cutanées suppuratives associées à des SARM Co PVL . Elles sont adaptées aux connaissances scientifiques connues en 2014. Plus généralement, au-delà des problématiques liées aux SARM Co PVL , ces recommandations ont vocation à pouvoir être utilisées pour la gestion des épisodes de cas groupés d’infections cutanées suppuratives associées à des staphylocoques producteurs de PVL, que les souches soient sensibles ou résistantes à la méticilline.
2014
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
staphylococcus aureus résistant à la méticilline
infections cutanées à staphylocoques
rapport
recommandation de santé publique
infections communautaires
infections cutanées à staphylocoques
transmission de maladie infectieuse
infections cutanées à staphylocoques
suppuration

---
N3-AUTOINDEXEE
Avis relatif à la politique vaccinale et à l’obligation vaccinale en population générale (hors milieu professionnel et Règlement sanitaire international) et à la levée des obstacles financiers à la vaccination
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=455
La vaccination est l’action de santé publique la plus efficace. Outre son effet de protection individuelle, elle présente un intérêt collectif car, pour nombre de vaccins, elle permet de protéger les personnes qui ne peuvent être vaccinées. Parmi les pays industrialisés, seules la France et l’Italie ont encore des obligations vaccinales. Afin d’apprécier l’opportunité de faire évoluer la législation, le Haut Conseil de la santé publique a analysé la situation française. Il a pris en considération : les obligations vaccinales actuelles en population générale qui sont, à ce jour, limitées à l’enfant ; les paradoxes et les problèmes soulevés par leur application ainsi que les craintes de voir chuter le taux de couverture vaccinale des vaccins obligatoires et des vaccins recommandés combinés aux vaccins obligatoires. Le HCSP considère notamment que : le maintien ou non de l’obligation vaccinale en population générale relève d’un choix sociétal méritant un débat que les autorités doivent d’organiser ; si ce principe est maintenu, la liste des vaccins obligatoires doit être révisée et faire l’objet d’un avis du HCSP ; les autorités compétentes devraient définir un statut juridique pour toutes les vaccinations inscrites au calendrier vaccinal ; toute modification du régime des obligations devra s’accompagner d’une forte communication des autorités de santé mettant en exergue l’intérêt à vacciner et les risques de la non‑vaccination. De plus, le HCSP considère que le dispositif public de vaccination actuel est complexe, illisible et inégalitaire. Il recommande de réorganiser l’offre publique de vaccination sur la base notamment de la gratuité et de la maîtrise des coûts, et de promouvoir les centres publics de vaccination. Le Haut Conseil de la santé publique appelle à promouvoir une nouvelle organisation rendant la vaccination plus accessible et estime nécessaire que le Programme national d’amélioration de la politique vaccinale de la Direction générale de la santé soit effectivement mis en œuvre.
2014
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
recommandation de santé publique
généralisé
Politique
Population
législation comme sujet
médial
relatif
vaccination
vaccination
vaccination
professionnel
politique
population

---
N1-VALIDE
Cas suspects de maladie Ebola : données complémentaires à l’avis du HCSP du 10 avril 2014
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=456
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa20140910_conduitecassuspectebolaprecision.pdf
Dans le contexte actuel de l’épidémie à virus Ebola qui sévit en Afrique de l’Ouest, des recommandations complémentaires à son avis du 10 avril 2014 sont apportées par le Haut Conseil de la santé publique. Ces recommandations concernent, d’une part, la gestion des déchets d’activités de soins à risque infectieux et assimilés (DASRIA), des excréta, des fluides biologiques issus de patients suspects, possibles ou confirmés de fièvre hémorragique virale (FHV) et, d’autre part, les mesures de sécurité biologique pour la prise en charge des échantillons biologiques des patients suspects de présenter une fièvre hémorragique liée au virus Ebola.
2014
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
recommandation de santé publique
fièvre hémorragique à virus ebola
élimination des déchets médicaux
fièvre hémorragique à virus ebola
prise en charge de la maladie
fièvre hémorragique à virus ebola

---
N1-VALIDE
Évaluation du Programme national de prévention des infections nosocomiales 2009-2013
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=457
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspr20140703_evalpropin20092013.pdf
La lutte contre les infections nosocomiales s’est considérablement développée depuis plus de trente ans en France. Le présent rapport rend compte de l’évaluation du programme national de prévention des infections nosocomiales (Propin) 2009-2013 réalisée par le HCSP en réponse aux saisines de la Direction générale de l’offre de soins (DGOS) de juin 2013 et de la Direction générale de la santé (DGS) de décembre 2013. Cette évaluation s’inscrit dans le cadre de la politique publique de lutte contre les infections associées aux soins (IAS) qui a élargi le cadre de la lutte contre les infections nosocomiales (IN) au risque infectieux en milieu de soins.
2014
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
infection croisée
évaluation de programme
rapport
étude évaluation
recommandation pour la politique de santé

---
N1-VALIDE
Personnes traitées par Soliris : actualisation des recommandations de vaccination et d’antibioprophylaxie
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=447
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa20140710_solirisactuarecosvaccantibiopro.pdf
Le HCSP confirme les données de son avis du 12 juillet 2012 relatif aux indications du vaccin quadrivalent méningococcique A,C,Y,W135 conjugué, pour les personnes traitées Soliris . Cette vaccination doit être effectuée selon les AMM respectives des deux vaccins tétravalents conjugués disponibles (à partir de l’âge de 1 an pour le Nimenrix , de 2 ans pour le Menveo ). Il recommande que ces patients soient vaccinés par le vaccin (Bexsero ) à partir de l’âge de 2 mois selon les schémas de l’AMM et que les personnes vivant dans leur entourage proche soient vaccinées contre les méningocoques A,B,C,Y,W.
2014
false
false
true
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
recommandation de santé publique
infections à méningocoques
vaccins antiméningococciques
nourrisson
enfant
adulte
antibioprophylaxie
antibactériens
anticorps monoclonaux humanisés
éculizumab
antibiothérapie

---
N1-VALIDE
Maladie à virus Ebola : Conduite à tenir vis-à-vis des personnes contact
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=458
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa20141024_ebolaconduitenirpersonnecontact.pdf
Depuis début 2014, des cas de maladie à virus Ebola (MVE) sont rapportés dans plusieurs pays d’Afrique de l’ouest. Le virus Ebola se transmet à l’homme à partir des animaux sauvages et se propage par transmission interhumaine, notamment les fluides biologiques. La maladie est grevée d’une forte mortalité.
2014
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
fièvre hémorragique à virus ebola
transmission de maladie infectieuse du patient au professionnel de santé
recommandation de santé publique
lutte contre l'infection
fièvre hémorragique à virus ebola
continuité des soins
questionnaire

---
N1-VALIDE
Maladie à virus Ebola - Recommandations pour les professionnels des établissements de santé non ESRH
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=459
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa20141031_ebolarecomprononesrh.pdf
Les patients cas possibles de maladie à virus Ebola sont systématiquement orientés vers des établissements de santé de référence habilités (ESRH). Ce dispositif de prise en charge n’obère pas le rôle des autres établissements de santé qui sont tous susceptibles d’être mobilisés pour l’identification précoce des patients cas suspects et pour leur prise en charge avant transfert dans un ESRH. Le Haut Conseil de la santé publique a émis des recommandations pour la prise en charge des patients dans les services d’accueil aux urgences des établissements de santé (ES) qui ne sont pas des établissements de santé de référence habilités (ESRH)
2014
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
fièvre hémorragique à virus ebola
fièvre hémorragique à virus ebola
transmission de maladie infectieuse du patient au professionnel de santé
lutte contre l'infection
recommandation de santé publique

---
N1-VALIDE
Conduite à tenir devant un ou plusieurs cas de coqueluche
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=461
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspr20140710_conduitenircascoqueluche.pdf
http://circulaire.legifrance.gouv.fr/pdf/2014/11/cir_38940.pdf
http://social-sante.gouv.fr/fichiers/bo/2014/14-12/ste_20140012_0000_0077.pdf
Ce guide présente la situation épidémiologique actuelle, rappelle les manifestations cliniques de la coqueluche, les modalités de diagnostic et de traitement, et les moyens de prévention. Il détaille les conduites à tenir vis-à-vis du ou des cas de coqueluche, de leur entourage et en particulier des personnes à risque. Les mesures à prendre lorsqu’un ou plusieurs cas surviennent dans des collectivités telles que maternités, crèches, établissements scolaires ou établissements de santé, sont également précisées.
2014
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
Circulaires.Gouv.Fr, Direction des Journaux Officiels, Site du Premier Ministre
France
français
coqueluche
coqueluche
Vaccin anticoquelucheux
enfant
nourrisson
adulte
signes et symptômes respiratoires
coqueluche
rapport
recommandation de santé publique
algorithme
coqueluche
antibactériens
femmes enceintes
allaitement maternel
grossesse
coqueluche
antibiothérapie

---
N1-VALIDE
Conduite à tenir concernant la transmission du virus Ebola après guérison clinique, par les liquides biologiques et notamment par voie sexuelle
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=466
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa20141118_ebolaconduiteapresguerison.pdf
Le Haut Conseil de la santé publique a pris en compte les données sur la persistance du virus dans les différents fluides biologiques et dans l’environnement, ainsi que les retours d’expérience des cas rapatriés et guéris au décours de l’épidémie actuelle. Il émet des recommandations pour la levée de l’isolement des personnes guéries, et sur la conduite à tenir durant la période de convalescence en ce qui concerne les relations sexuelles, l’allaitement maternel, certains types de soins et l’élimination des objets potentiellement contaminés.
2014
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
fièvre hémorragique à virus ebola
ebolavirus
fièvre hémorragique à virus ebola
recommandation de santé publique
liquides biologiques

---
N1-VALIDE
Maladie à virus Ebola : recommandations en cas d’accident d’exposition au sang ou au virus
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=467
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa20141204_Ebolarecoaccidexpsangvirus.pdf
Dans cet avis, le Haut Conseil de la santé publique émet des recommandations quant à la prise en charge des personnels de santé en milieu de soins victimes d’un accident d’exposition au sang (AES) ou d’accident d’exposition au virus (AEV), lors de la prise en charge d’un patient confirmé de maladie à virus Ebola (MVE).
2014
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
transmission de maladie infectieuse du patient au professionnel de santé
exposition professionnelle
ebolavirus
fièvre hémorragique à virus ebola
recommandation pour la pratique clinique
recommandation de santé publique
pathogènes transmissibles par le sang
évaluation des risques
prophylaxie après exposition
fièvre hémorragique à virus ebola

---
N1-VALIDE
Maladie à virus Ebola : Équipements de protection individuels
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=472
Le Haut Conseil de la santé publique émet des recommandations en termes d’organisation générale au sein des établissements de santé, de prise en charge de patients suspects, possibles ou confirmés de maladie à virus Ebola (MVE), de choix et de gestion des équipements de protection individuels (EPI). Il précise la composition et le type d’EPI à utiliser en fonction de la situation clinique présentée par le patient et du parcours de soins.
2014
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
fièvre hémorragique à virus ebola
lutte contre l'infection
dispositifs de protection
lutte contre l'infection
recommandation professionnelle
prise en charge de la maladie
exposition professionnelle
transmission de maladie infectieuse du patient au professionnel de santé
vêtements de protection
recommandation de santé publique

---
N3-AUTOINDEXEE
Vaccination contre les infections invasives à méningocoque de sérogroupe C en situation de pénurie de vaccins
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=473
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa20141107_vaccmeningCenpenurievaccin.pdf
Des difficultés d’approvisionnement de vaccins méningococciques conjugués contre les infections invasives à méningocoque de sérogroupe C (IIM C) sont à prévoir. Dans cet avis, le HCSP a pris en considération les données épidémiologiques et celles de couverture vaccinale. Il rappelle les recommandations vaccinales actuelles et fait le point sur les caractéristiques des vaccins méningococciques disponibles.
2014
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
recommandation de santé publique
vaccine
vaccination
vaccination
neisseria meningitidis sérogroupe C
invasif
vaccination contre le méningocoque
vaccins
maladie infectieuse
vaccination
infecté
infections à méningocoques
vaccin

---
N1-VALIDE
Vaccination contre les infections invasives à méningocoque C au-delà de 24 ans, notamment chez les hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes (HSH)
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=474
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa20141107_vaccmeningChplus24anshsh.pdf
Depuis 2012, le nombre de cas signalés d’infection invasive à méningocoque de sérogroupe C (IIM C) augmente en Ile-de-France comme sur le reste du territoire. Sont concernés les adultes âgés de 25 à 49 ans et de 50 ans et plus, en majorité des hommes et notamment ceux ayant des relations sexuelles avec des hommes (HSH) chez qui circule un variant particulier de méningocoque C. Le HCSP rappelle que la protection des adultes âgés de plus de 24 ans, repose sur l’obtention d’une couverture vaccinale élevée dans la tranche d’âge ciblée dans le calendrier vaccinal (1 à 24 ans révolus). Celle ci est nettement insuffisante, chez les adolescents et les adultes jeunes.
2014
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
vaccins antiméningococciques
recommandation de santé publique
jeune adulte
homosexualité masculine
méningite à méningocoques
Paris
adulte
maladies sexuellement transmissibles
LGBT

---
N1-VALIDE
Lignes directrices du diagnostic et de la prise en charge des tuberculoses à bacilles résistants
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=483
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspr20141218_tuberbacilresistdiagetprischarg.pdf
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=484
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=485
Le diagnostic et la prise en charge des patients atteints de tuberculose à bacilles résistants (tuberculose multirésistante – MDR – et tuberculose ultra-résistante - XDR) sont des processus longs et complexes. Leur prise en charge nécessite l’organisation d’une filière de soins bien définie, coordonnée au niveau régional et national, sans discontinuité entre les hospitalisations en lieux de soins aigus, en soins de suite et les consultations et soins ambulatoires. Le HCSP émet des recommandations pour prévenir la transmission de la tuberculose à bacilles résistants et la transformation de tuberculoses sensibles en tuberculoses multirésistantes, ainsi que pour prendre en charge les tuberculoses latentes. Il détaille les principes généraux de la prise en charge thérapeutique, les modalités de suivi pendant le traitement et après l’arrêt de celui-ci.
2014
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
recommandation de santé publique
tuberculose multirésistante
tuberculose ultrarésistante aux médicaments
tuberculose multirésistante
France
tuberculose multirésistante
tuberculose multirésistante
algorithme
tuberculose multirésistante
tuberculose multirésistante
antituberculeux
adulte
enfant
prise en charge de la maladie
antibiothérapie

---
N1-SUPERVISEE
Euthanasie et suicide assisté, questions éthiques
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=ad892829.pdf
2014
false
true
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
article de périodique
euthanasie
suicide assisté
bioéthique

---
N1-SUPERVISEE
Peut-on revendiquer un droit à la mort ?
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=ad894849.pdf
La loi du 22 avril 2005 relative aux droits des malades et à la fin de vie, dite « loi Leonetti » et ses décrets d’application (6 février 2006) sont souvent mal compris : d’où la demande récurrente d’une « nouvelle loi », plus « humaine », plus « digne » (adjectifs derrière lesquels chacun peut entendre ce qui l’arrange). Évidemment, cette loi ne saurait régler tous les cas – parce que, comme toute loi, elle se caractérise par sa généralité, d’objet comme de sujet.
2014
false
true
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
article de périodique
droit à la mort
abstention thérapeutique
droit à la mort

---
N1-VALIDE
Schéma vaccinal par le vaccin MenBvac et éventuelle revaccination par Bexsero
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=403
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa20140122_vaccmeningobschemavacc.pdf
Dans les campagnes de vaccinations contre les infections invasives à méningocoque B menées dans les départements de la Seine-Maritime, de la Somme et des Pyrénées-Atlantiques, le Haut Conseil de la santé publique a recommandé en juillet 2013 que toute nouvelle vaccination soit initiée avec le vaccin Bexsero et que toutes les personnes ayant initié leur vaccination avec le vaccin MenBvac complètent leur schéma vaccinal avec ce même vaccin.
2014
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
infections à méningocoques
vaccins antiméningococciques
recommandation de santé publique
BEXSERO
BEXSERO suspension injectable en seringue préremplie. Vaccin méningococcique groupe B (ADNr, composant, adsorbé)
antibiothérapie

---
N1-VALIDE
Vaccination de rappel contre la fièvre jaune pour la Guyane
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=406
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa20140124_vaccrappelfievrejauneguyane.pdf
Le HCSP a pris en considération les arguments de l'OMS, l'épidémiologie de la fièvre jaune en Guyane, la durée de protection conférée par ce vaccin dans la population générale et dans des populations particulières, et les données de tolérance. Il souligne les difficultés potentielles générées pour les personnes se rendant ou résidant en Guyane qui sont susceptibles de se rendre dans les pays frontaliers de la Guyane (Brésil, Surinam) où il existe une obligation vaccinale incluant les rappels.
2014
false
N
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
fièvre jaune
Guyane française
vaccin anti-fièvre jaune
recommandation de santé publique
calendrier vaccinal

---
N1-VALIDE
Vaccination contre l'hépatite B : schémas vaccinaux accélérés
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=409
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa20140220_vachepBschemasvacacceleres.pdf
Le calendrier vaccinal en vigueur recommande, dans certains cas particuliers nécessitant l'acquisition rapide d'une immunité contre le virus de l'hépatite B, un schéma vaccinal accéléré à la place du schéma habituel. Le Haut Conseil de la santé publique a pris en considération les situations cliniques pouvant être concernées et l'immunogénicité comparée des deux schémas de primo-vaccination accélérés contre l'hépatite B disposant d'une Autorisation de mise sur le marché (AMM).
2014
false
N
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
vaccin antihépatite B
hépatite B
calendrier vaccinal
recommandation de santé publique

---
N1-VALIDE
Stratégie vaccinale contre la coqueluche chez l'adulte dans le cadre du cocooning et dans le cadre professionnel
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=410
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa20140220_stratvacccoquelucheadulte.pdf
En France, comme dans tous les pays à haute couverture vaccinale, la coqueluche affecte très peu l'enfant mais touche d'une part les nourrissons non protégés par la vaccination et, d'autre part, les adolescents ou adultes qui sont susceptibles de contaminer les très jeunes nourrissons. Il a été demandé au HCSP de se prononcer sur l'opportunité de pratiquer des rappels coquelucheux chez l'adulte dans le cadre du cocooning ainsi que dans le cadre professionnel, notamment pour les personnels en contact avec des nourrissons âgés de moins de 6 mois.
2014
false
N
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
coqueluche
adulte
Vaccin anticoquelucheux
recommandation de santé publique
famille
grossesse
parents
fratrie
exposition professionnelle
transmission de maladie infectieuse du patient au professionnel de santé
nourrisson
adolescent
coqueluche
Vaccin anticoquelucheux
calendrier vaccinal
antibiothérapie

---
N1-VALIDE
Infections à HPV : nouveau schéma vaccinal du vaccin Cervarix
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=411
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa20140220_schemavaccinalHPVcervarix.pdf
Le vaccin bivalent Cervarix contre les infections à papillomavirus humains (HPV) a obtenu le 18 décembre 2013 une modification d'Autorisation de mise sur le marché (AMM) permettant l'administration du vaccin en deux doses espacées de six mois chez les jeunes filles âgées de 9 à 14 ans révolus. Après avoir analysé ces nouvelles données, le Haut Conseil de la santé publique rappelle que, conformément à son avis du 28 septembre 2012 et selon le calendrier vaccinal en vigueur, la vaccination contre les infections à papillomavirus est recommandée chez les jeunes filles âgées de 11 à 14 ans révolus, avec un rattrapage limité à l'âge de 19 ans révolus.
2014
false
N
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
infections à papillomavirus
Vaccins contre les papillomavirus
tumeurs du col de l'utérus
recommandation de santé publique
adolescent
jeune adulte
enfant
calendrier vaccinal
vaccin papillomavirus humains L1 types 16 et 18

---
N1-VALIDE
Avis relatif à l'évaluation de la minorité d'un jeune étranger isolé
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=412
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa20140123_evalminoritejeuneetrangerisole.pdf
Le HCSP émet des recommandations pour la détermination de l'âge d'un jeune étranger isolé sur le territoire national. La minorité du jeune (moins de 18 ans) constitue un critère déterminant pour qualifier ses droits.
2014
false
N
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
mineurs
recommandation
détermination de l'âge osseux
enfant
adolescent

---
N1-VALIDE
Conduite à tenir autour des cas suspects de fièvre hémorragique à virus Ebola
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=414
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa20140410_conduitecassuspectsebola.pdf
Le HCSP a pris en compte le contexte épidémiologique, les aspects cliniques et biologiques des FHV Ebola, le niveau de contagiosité et les principaux diagnostics différentiels à évoquer. Il rappelle les modalités de validation des cas et l'importance de l'application des précautions d'hygiène standard chez tout patient. Le HCSP émet des recommandations adaptées aux différentes situations : personne asymptomatique revenant d'un pays touché, patient classé « cas possible » ou « confirmé ». Il détaille les modalités de la prise en charge en cabinet de ville et en établissement de santé en termes notamment de précautions spécifiques d'hygiène (précautions complémentaires de type « air » et « contact »), du transport et de l'hospitalisation, des examens biologiques pour le diagnostic positif, les diagnostics différentiels et la surveillance, de la gestion des excréta, des déchets d'activité de soins à risques infectieux, des matériels et de l'environnement.
2014
false
N
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
fièvre hémorragique à virus ebola
recommandation pour la pratique clinique
fièvre hémorragique à virus ebola
fièvre hémorragique à virus ebola
prise en charge de la maladie

---
N1-VALIDE
Recommandations sanitaires pour les ressortissants français se rendant au Brésil dans le cadre de la coupe du monde de football 2014
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=413
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa20140220_footbresilrecosanitvoyageurs.pdf
La coupe du monde de football 2014 se déroulera du 12 juin au 13 juillet 2014 au Brésil. Sur saisine du ministère des Affaires étrangères, le Haut Conseil de la santé publique a identifié les risques sanitaires prégnants et établi les recommandations sanitaires qui s'imposent pour : les vaccinations préventives obligatoires ou recommandées, la chimioprophylaxie anti-palustre, les mesures générales de prévention et d'hygiène.
2014
false
N
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
football
Brésil
recommandation de santé publique
médecine des voyages
paludisme
fièvre jaune
médecine préventive

---
N1-VALIDE
Utilisation du vaccin contre les infections à papillomavirus humains Gardasil
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=416
Le vaccin quadrivalent Gardasil contre les infections à papillomavirus humains (HPV) a obtenu le 27 mars 2014 une modification d'Autorisation de mise sur le marché (AMM) permettant l'administration du vaccin en deux doses espacées de six mois chez les jeunes filles âgées de 9 à 13 ans révolus. Après avoir analysé ces nouvelles données, le Haut Conseil de la santé publique rappelle que, conformément à son avis du 28 septembre 2012 et selon le calendrier vaccinal en vigueur, la vaccination contre les infections à papillomavirus est recommandée chez les jeunes filles âgées de 11 à 14 ans révolus, avec un rattrapage limité à l'âge de 19 ans révolus. Il recommande que : les jeunes filles âgées de 11 à 13 ans révolus à la première dose, pour lesquelles le vaccin Gardasil a été choisi pour la vaccination HPV, soient vaccinées selon un schéma à deux doses espacées de six mois ; pour les jeunes filles âgées de 14 à 19 ans révolus le schéma à trois doses soit maintenu ; pour les jeunes filles âgées de 11 à 13 ans révolus à la première dose, si la deuxième dose de vaccin est administrée moins de six mois après la première dose, une troisième dose devra toujours être administrée...
2014
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
calendrier vaccinal
GARDASIL
infections à papillomavirus
vaccination
GARDASIL, suspension injectable en seringue préremplie. Vaccin Papillomavirus Humain [Types 6, 11, 16, 18] (Recombinant, adsorbé)
J07BM01 - Papillomavirus (humain type 6, 11, 16, 18)
recommandation de bon usage du médicament
recommandation de santé publique
Vaccin recombinant quadrivalent contre les papillomavirus humains de type 6, 11, 16 et 18

---
N1-VALIDE
Recommandations de prévention du paludisme chez les visiteurs se rendant à Mayotte
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=417
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa20140328_prevpalurecovoyagemayotte.pdf
Il existe toujours à Mayotte un risque de transmission du paludisme à P. falciparum, même si cette transmission est très faible, sporadique et hétérogène. Par ailleurs, le paludisme d'importation à partir des Comores et de Madagascar existe toujours. Le risque de réapparition d'une transmission locale plus soutenue n'est pas exclu.
2014
false
N
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
paludisme
Comores
recommandation de santé publique

---
N1-VALIDE
Avis relatifs aux bénéfices-risques de la cigarette électronique ou e-cigarette, étendus en population générale
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=419
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa20140423_ecigarettebeneficerisque.pdf
Un nouveau mode de consommation de substance à inhaler pouvant contenir de la nicotine se développe en France avec l’utilisation de la cigarette électronique ou e-cigarette. L’utilisation de ce produit industriel, récent et non pharmaceutique, se veut une « alternative » au tabac et à l’acte de fumer. La réduction possible du risque liée à la fumée de tabac est un sujet de grande importance compte tenu de la mortalité et de la morbidité liée au tabac. L’e-cigarette est présentée comme un moyen d’aide au sevrage tabagique et de nombreux utilisateurs y voient un espoir de sortir du tabagisme. Le Haut Conseil de la santé publique (HCSP), en réponse à la saisine de la Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives (MILDECA), a réalisé une analyse de la littérature du rapport bénéfices-risques de la consommation d’e-cigarette et de ses conséquences possibles sur la population générale.
2014
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
recommandation de santé publique
évaluation des risques
Cigarettes électroniques

---
N3-AUTOINDEXEE
Mentions minimales obligatoires pour la publicité des vaccins
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=346
2013
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
recommandation de santé publique
vaccination
vaccins
publicité comme sujet

---
N1-VALIDE
Vaccination des nourrissons contre les infections à rotavirus. Recommandations
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=404
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa20131229_vaccnourrissongastrorotavirus.pdf
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspr20131229_vaccnourrissongastrorotavirus.pdf
Les gastroentérites à rotavirus sont responsables en France d'environ 14 000 hospitalisations annuelles d'enfants âgés de moins de 3 ans, d'un nombre de décès estimé entre 7 à 17 par an, et génèrent des infections nosocomiales fréquentes chez les nourrissons hospitalisés notamment pour infection respiratoire. Le Haut Conseil de la santé publique a pris en considération l'impact bénéfique, dans les pays industrialisés, de cette vaccination des nourrissons qui réduit le taux d'hospitalisation de plus de 80 %, les données en faveur d'une immunité de groupe, en cas de couverture vaccinale élevée et l'évaluation désormais précise du risque de survenue d'invaginations intestinales aiguës post-vaccination, pour les deux vaccins existants.
2013
false
N
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
infections à rotavirus
vaccins anti-rotavirus
nourrisson
recommandation de santé publique
rapport
gastroentérite
infections à rotavirus
hospitalisation
intussusception
résultat thérapeutique
vaccins anti-rotavirus
diarrhée du nourrisson
Diarrhée du nourrisson

---
N1-SUPERVISEE
Infections dues au nouveau coronavirus MERS-CoV. Actualisation des recommandations
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=384
Le HCSP a émis le 28 juin 2013 des recommandations pour la gestion et la prévention des Infections dues au nouveau coronavirus (MERS-CoV). Dans ce nouvel avis, le HCSP émet des recommandations pour la prise en charge des personnes contact d’un cas confirmé qui sont asymptomatiques ou peu symptomatiques. Il rappelle les définitions de cas et précise que le principe du maintien de l’hospitalisation des cas confirmés doit rester la règle à ce stade de connaissances et d’incertitudes. Pour la prise en charge d’une personne contact asymptomatique, il confirme ses recommandations du 28 juin 2013 : pas de prélèvement mais un suivi selon des modalités détaillées dans l’avis. Pour les personnes contact peu symptomatiques, le HCSP recommande une hospitalisation le temps nécessaire à la réalisation de différents examens dont un prélèvement respiratoire, permettant de faire un bilan initial et un diagnostic étiologique. Il indique qu’un retour au domicile est possible sans attendre les résultats du prélèvement sous réserve de conditions bien précises notamment des examens clinique et radiologique normaux, l’absence de facteurs de risque chez la personne concernée et dans son entourage, la possibilité d’un isolement à domicile, du respect des règles d’hygiène et de la protection de l’entourage. Ces recommandations sont susceptibles d’évoluer en fonction des connaissances et de la situation épidémiologique.
2013
false
true
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
Coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient
Coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient
infections à coronavirus
infections à coronavirus
infections à coronavirus
lutte contre l'infection
recommandation
infections à coronavirus

---
N1-SUPERVISEE
Messages sanitaires à diffuser lors d'épisodes de pollution de l'air ambiant
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=392
La pollution atmosphérique, classée comme cancérogène pour l’homme, comprend de nombreux polluants dont les particules (PM), l’ozone (O3), le dioxyde d’azote (NO2) et le dioxyde de soufre (SO2). La réglementation française définit des seuils journaliers d’information et de recommandation et d’alerte pour ces quatre polluants.
2013
false
true
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
information scientifique et technique
promotion de la santé
information en santé des consommateurs
pollution de l'air

---
N1-VALIDE
Avis relatif à la place du vaccin grippal Optaflu dans la stratégie de lutte contre la grippe saisonnière
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=308
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/hcspr20130201_placeoptaflu.pdf
Dans le cadre de la procédure de mise sur le marché du vaccin grippal trivalent inactivé Optaflu , le Haut Conseil de la santé publique a émis des recommandations afin de déterminer la place de ce vaccin parmi les vaccins grippaux saisonniers actuellement à disposition
2013
false
N
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
vaccins antigrippaux
grippe humaine
rapport
recommandation de santé publique
résultat thérapeutique

---
N1-VALIDE
Prise en charge des patients suspects d'infections dues au nouveau coronavirus
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=314
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/telecharger/hcspa20130319_nouveaucoronavirus.pdf
Depuis septembre 2012, une quinzaine de cas d'infections à nouveau coronavirus, responsable de pneumonies sévères (coronavirus proche du SRAS à l'origine de l'épidémie de 2003) ont été documentés dans la péninsule arabique et en Grande-Bretagne, où une possible contamination interhumaine a été confirmée. L'éventualité de la survenue d'un cas en France ne pouvant être écartée, la Direction générale de la santé a demandé au HCSP un avis sur la conduite à tenir face à ce virus. Cet avis s'appuie sur l'état des connaissances actuelles, sur l'épidémiologie, la clinique et la transmission de ce nouveau virus. Il expose la définition des cas possibles et des cas confirmés, les conditions de réalisation de la confirmation microbiologique et le traitement. L'organisation de la prise en charge est détaillée, en milieu hospitalier, en vue du contrôle du risque infectieux lors des soins
2013
false
N
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
recommandation professionnelle
infections à coronavirus
lutte contre l'infection

---
N1-VALIDE
Place de l'artésunate injectable dans le traitement du paludisme grave de l'adulte et de l'enfant
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/hcspr20130201_palugraveartesunate.pdf
En 2010, dans sa deuxième édition des « Directives pour le traitement du paludisme », l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a clairement positionné l'artésunate IV comme le traitement de première intention des formes graves de paludisme chez l'adulte et chez l'enfant [2]. Depuis mai 2011, l'artésunate IV est mis à la disposition des cliniciens hospitaliers en France dans le cadre d'une autorisation temporaire d'utilisation nominative (ATU). Dans ce contexte, la Direction générale de la santé a saisi le 16 mai 2012 le Haut Conseil de la santé publique, lui demandant d'établir des recommandations précises sur la place de l'artésunate IV dans le traitement des formes graves du paludisme à P. falciparum mais aussi à P. vivax et P. knowlesi, chez l'adulte comme chez l'enfant, sur le territoire métropolitain ainsi qu'à Mayotte et en Guyane...
2013
false
N
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
médecine des voyages
artésunate
P01BE03 - artésunate
adulte
enfant
paludisme à plasmodium falciparum
artésunate
antipaludiques
antipaludiques
antipaludiques
artésunate
résistance microbienne aux médicaments
résultat thérapeutique
France
traitement d'urgence
injections veineuses
nourrisson
paludisme
grossesse
continuité des soins
voyage
Mayotte
Comores
Guyane française
rapports et études
recommandation de bon usage du médicament
Maladie catastrophique
MALACEF
indice de gravité médicale
artémisinines
artémisinines
artémisinines

---
N1-VALIDE
Vaccinations contre la rage et prophylaxie post-exposition. Recommandations
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=316
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/telecharger/hcspr20130222_vaccinationragerecommandations.pdf
Afin de clarifier les recommandations applicables en France pour la prévention de la rage chez les personnes susceptibles d'être exposées de par leur profession, leurs activités ou leurs voyages, le Haut Conseil de la santé publique a examiné la question des injections de rappel et du protocole de prophylaxie post-exposition chez un sujet vacciné. Il a pris en compte la situation épidémiologique internationale, européenne et nationale, les risques encourus par les personnes exposées, ainsi que les données disponibles sur les vaccins antirabiques. Tous ces éléments sont détaillés dans le rapport joint à cet avis. Pour chacune des catégories de population concernées, notamment voyageurs et professionnels, le HCSP fait des recommandations relatives aux indications et aux modalités de la vaccination antirabique préventive, du traitement post-exposition et du suivi sérologique.
2013
false
N
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
prophylaxie après exposition
rage (maladie)
vaccins antirabiques
recommandation de santé publique
rapport
voyage
médecine des voyages
exposition professionnelle

---
N1-VALIDE
Avis relatif à la vaccination contre la grippe saisonnière chez les personnes atteintes d'une hépatopathie chronique avec ou sans cirrhose
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=319
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/telecharger/hcspa20130222_vaccgrippesaisonmalhepchron.pdf
Indication du niveau de preuve, Des études, notamment au cours de la pandémie A(H1N1)pdm09 de 2009, ont mis en évidence la gravité de la grippe pour les personnes atteintes de maladie hépatique chronique avec ou sans cirrhose. Par ailleurs, ces patients ont une réponse immune satisfaisante aux vaccins grippaux et aucun signal particulier de pharmacovigilance n'a été enregistré chez ces patients vaccinés. Le Haut Conseil de la santé publique estime donc, en raison de la gravité potentielle de la grippe chez les personnes atteintes de maladies hépatiques, que la balance bénéfice/risque de cette vaccination est favorable.
2013
false
O
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
maladies du foie
grippe humaine
vaccins antigrippaux
recommandation de santé publique
maladie chronique
Maladie de foie chronique

---
N1-VALIDE
Avis relatif à la prise en charge des patients suspects d'infections dues aux virus influenzae aviaires A(H7N9) ou A(H5N1)
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=323
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa20130426_infectionah7n9ah5n1.pdf
Dans cet avis sont précisées la conduite à tenir en cas de signalement de suspicion d'infection à grippe aviaire A(H7N9) ou A(H5N1), la place des tests diagnostiques, les conditions d'utilisation des traitements antiviraux ainsi que les recommandations en matière de précautions d'hygiène et de mesures barrière vis-à-vis des cas et des personnes contact ou co-exposées.
2013
false
N
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
grippe chez les oiseaux
sous-type H1N1 du virus de la grippe A
grippe humaine
virus de la grippe A
recommandation professionnelle
prise en charge de la maladie

---
N1-VALIDE
Vaccination contre le méningocoque B : recommandations pour les Pyrénées-Atlantiques
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=324
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa20130222_vaccmeningoBPyreneesAtlantiques.pdf
Depuis juillet 2012, des cas groupés d'infections invasives à méningocoque de sérogroupe B (IIM B) liés à un même clone sont survenus dans les Pyrénées-Atlantiques et notamment dans deux cantons, Lagor et Navarrenx. Il a été demandé au HCSP d'émettre un avis sur l'opportunité d'une vaccination des personnes contacts lors de la survenue d'un nouveau cas d'IIM B14:P1.7,16 et d'une campagne locale de vaccination préventive.
2013
false
N
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
vaccins antiméningococciques
infections à méningocoques
recommandation de santé publique

---
N1-VALIDE
Règles d'hygiène pour la prise en charge des patients suspects d'infections dues au nouveau coronavirus (MERS-CoV)
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=347
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa20130528_reglehygienecoronavisur.pdf
Cet avis présente une actualisation des règles d'hygiène figurant dans l'avis du HCSP du 19 mars 2013, relatif à la prise en charge des patients suspects d'infections dues au nouveau coronavirus (HCoV-EMC).
2013
false
N
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
Coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient
recommandation professionnelle
coronavirus
infections à coronavirus
lutte contre l'infection
désinfectants
désinfection

---
N1-VALIDE
Rappels de vaccination antitétanique dans le cadre de la prise en charge des plaies
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=350
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa20130524_rappelvaccinationantitetanique.pdf
Le calendrier vaccinal 2013 allonge les intervalles des rappels de vaccins diphtérie-tétanos-poliomyélite (dTPolio) chez l'adulte : ceux-ci sont désormais de vingt ans entre 25 et 65 ans. Un intervalle de dix ans est maintenu au-delà de cet âge.
2013
false
N
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
tétanos
anatoxine tétanique
plaies et blessures
recommandation de santé publique

---
N1-VALIDE
Avis relatif à la médecine scolaire
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=351
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa20130227_medecinescolaire.pdf
Dans la suite de l'avis relatif à la politique de santé à l'école publié en juillet 2012, le HCSP focalise son attention sur les missions des infirmiers et médecins de l'éducation nationale. Les travaux disponibles mettent en avant la contribution essentielle de la médecine scolaire aux politiques d'éducation et de santé publique. Pour autant, ces actions sont limitées par une définition trop large des missions, incompatible avec les ressources humaines disponibles ; une gouvernance inadéquate à l'échelon national et régional ; une articulation insuffisante de la médecine scolaire avec la médecine de ville et la médecine hospitalière à l'échelon des territoires ; des difficultés dans le recrutement et la formation des professionnels intervenant en milieu scolaire.
2013
false
N
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
recommandation pour la politique de santé
médecine scolaire
services de santé scolaire
services de santé pour étudiants

---
N1-VALIDE
Réduction des inégalités sociales et territoriales de santé : place des Ateliers santé ville
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=352
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa20130320_ateliersvillesante.pdf
Sur le terrain de la réduction des inégalités sociales et territoriales de santé, les Ateliers santé ville (ASV) constituent un exemple unique et innovant dans le champ des politiques sanitaires. Démarches et dispositifs impulsés au niveau national, les ASV sont développés au niveau communal ou intercommunal pour une approche territoriale des problématiques de santé jusqu'à l'échelle d'un quartier.
2013
false
N
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
recommandation pour la politique de santé
disparités d'accès aux soins
disparités de l'état de santé
promotion de la santé

---
N1-VALIDE
Infections associées aux soins : propositions pour des indicateurs de résultats à visée de diffusion publique basées sur un consensus formalisé d'experts
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=353
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspr20130410_infectionsoinsindicateurs.pdf
La France a mis en place depuis une dizaine d'années une politique de diffusion publique d'indicateurs de qualité/sécurité des soins dans les établissements de santé (ES) visant à répondre à une exigence de transparence pour la population et les média sur les risques auxquels tout patient peut être exposé lors d'un séjour dans un ES, tout spécialement quant au risque infectieux. Chaque année, les ES ont l'obligation de fournir les données nécessaires au calcul de ces indicateurs au ministère de la santé qui édite les résultats sous forme d'un tableau de bord pour chaque établissement.
2013
false
N
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
infection croisée
rapport
indicateurs qualité santé

---
N1-VALIDE
Infections invasives à pneumocoque : recommandations vaccinales pour les personnes à risque
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=355
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa20130425_infectionsinvasivespneumocoque.pdf
Indication du niveau de preuve, Le HCSP propose une liste commune de personnes éligibles à la vaccination contre le pneumocoque pour les enfants de plus de 2 ans, les adolescents et les adultes. Elle distingue les personnes immunodéprimées ou atteintes de syndrome néphrotique, et les personnes non immunodéprimées porteuses d'une maladie sous-jacente prédisposant à la survenue d'IIP.
2013
false
O
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
infections à pneumocoques
vaccins antipneumococciques
recommandation de santé publique
streptococcus pneumoniae
adulte
enfant
adolescent
sujet âgé

---
N1-VALIDE
Indicateurs de mortalité « prématurée » et « évitable »
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=357
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspr20130206_indicmortpremaetevit.pdf
Passant en revue les méthodologies et résultats des travaux internationaux, notamment européens, menés depuis le début des années 2000, ce rapport propose des recommandations concernant la définition, l'utilisation et l'interprétation des indicateurs de mortalité prématurée et évitable. Ces indicateurs sont destinés à être utilisés dans un contexte global de pilotage et de suivi des politiques et des actions de santé publique. Ils doivent pouvoir contribuer à différents types d'analyses (disparités sociodémographiques, disparités spatiales…) et à différents niveaux (sectoriel, régional, national, international) mais ils n'ont pas pour finalité première de fournir des indicateurs opérationnels et pragmatiques pour les acteurs de terrain.
2013
false
N
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
rapport
mortalité prématurée
indicateurs d'état de santé
mortalité
recommandation

---
N1-VALIDE
Gestion et prévention des infections à MERS-CoV
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=358
Suite aux expériences récentes publiées de prises en charge de patients infectés par le nouveau coronavirus responsable du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS-CoV), le HCSP présente l'état des lieux actualisé sur les tableaux cliniques et paracliniques initiaux des patients
2013
false
N
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
Coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient
infections à coronavirus
recommandation professionnelle
infections à coronavirus
infections à coronavirus

---
N1-VALIDE
Indicateurs de suivi de l'évolution des inégalités sociales de santé dans les systèmes d'information en santé
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=360
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspr20130619_indicateurinegalitesocialesante.pdf
Ce rapport répond à deux saisines de la DGS et la DREES, portant d'une part sur « la pertinence et les possibilités de prise en compte des caractéristiques sociales dans les indicateurs transversaux et spécifiques » associés aux objectifs de la loi de santé publique, et sur la hiérarchisation des indices écologiques de défavorisation sociale ; d'autre part sur la proposition d'indicateurs permettant « d'assurer le suivi des inégalités de santé dans le domaine du cancer, de ses facteurs de risque et de ses conséquences, notamment en termes de mortalité ».
2013
false
N
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
rapport
indicateurs d'état de santé
facteurs socioéconomiques
systèmes d'information
disparités de l'état de santé
recommandation pour la politique de santé
tumeurs

---
N1-VALIDE
Avis relatif aux indicateurs de suivi de l'évolution des inégalités sociales de santé dans le domaine du cancer
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=361
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa20130619_indicisscancer.pdf
Cet avis répond à une saisine de la DGS ayant pour objet la proposition d'indicateurs permettant « d'assurer le suivi des inégalités de santé dans le domaine du cancer, de ses facteurs de risque et de ses conséquences, notamment en termes de mortalité ».
2013
false
N
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
disparités de l'état de santé
facteurs socioéconomiques
indicateurs d'état de santé
tumeurs
recommandation pour la politique de santé

---
N1-VALIDE
Vaccination contre la rougeole avant l'âge de 12 mois. Recommandations
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=362
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa20130628_vaccrougeoleavt12mois.pdf
Le calendrier vaccinal 2013 recommande désormais l'administration de la première dose de vaccin Rougeole-Oreillons-Rubéole (ROR) à l'âge de 12 mois pour tous les enfants, l'administration de la seconde dose étant recommandée entre 16 et 18 mois.
2013
false
N
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
recommandation de santé publique
rougeole
nourrisson
Vaccin contre la rougeole

---
N1-VALIDE
Conduite à tenir vis-à-vis des enfants ayant reçu une 1re dose de vaccin trivalent rougeole-oreillons-rubéole avant l'âge de 12 mois
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=363
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa20130628_vaccroravt12mois.pdf
Le calendrier vaccinal 2013 recommande désormais l'administration de la première dose de vaccin Rougeole-Oreillons-Rubéole (ROR) à l'âge de 12 mois pour tous les enfants, l'administration de la seconde dose étant recommandée entre 16 et 18 mois.
2013
false
N
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
recommandation de santé publique
nourrisson
rougeole
oreillons
rubéole
vaccin contre la rougeole, les oreillons et la rubéole

---
N1-VALIDE
Conduite à tenir en cas d'épisodes de cas groupés d'oreillons en collectivité
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=364
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa20130711_casgroupesoreillonscoll.pdf
Depuis ces derniers mois, plusieurs épisodes de cas groupés d'oreillons dans des collectivités de grands adolescents et/ou jeunes adultes ont été signalés en France. Des événements similaires ont également été rapportés dans différents pays.
2013
false
N
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
oreillons
jeune adulte
adolescent
vaccin antiourlien
oreillons
recommandation de santé publique

---
N1-VALIDE
Vaccination contre l'hépatite B des femmes à Mayotte et en particulier des femmes enceintes
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=365
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa20130628_vacchepBmayottefemmesenceintes.pdf
Le département de Mayotte présente une situation d'endémicité intermédiaire pour l'hépatite B. Il a été demandé au HCSP d'étudier notamment la pertinence de vacciner systématiquement contre l'hépatite B les femmes enceintes séronégatives qui n'appartiendraient pas à un groupe à risque et plus largement l'opportunité de modifier la politique vaccinale contre l'hépatite concernant les adultes de ce département.
2013
false
N
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
femmes enceintes
grossesse
hépatite B
vaccin antihépatite B
recommandation de santé publique
Comores

---
N1-VALIDE
Propositions pour l'évaluation de l'impact du plan d'actions national Accidents vasculaires cérébraux 2010-2014
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=366
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspr20130313_planavcaidemethodo.pdf
Ce rapport est une réponse du HCSP à la demande de soutien méthodologique pour la préparation de l'évaluation de l'impact du Plan d'actions national « Accidents vasculaire cérébraux 2010-2014 ». L'évaluation de l'impact du plan vise à mesurer sa contribution à l'atteinte de l'objectif principal qui est de « réduire la fréquence et la gravité des séquelles liées aux AVC ».
2013
false
N
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
accident vasculaire cérébral
évaluation de programme
rapport
indicateurs d'état de santé

---
N1-VALIDE
Aluminium et vaccins
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=369
Le Haut Conseil de la santé publique, à la demande de la Direction générale de la santé, a réalisé une revue critique de la littérature sur l'aluminium dans les vaccins et une analyse bénéfices/risques de l'aluminium comme adjuvant dans les vaccins. De plus, dans ce rapport, figurent également des données actualisées de pharmacovigilance, les mécanismes d'action des adjuvants, les alternatives aux adjuvants à base de sels d'aluminium, ainsi que des données toxicologiques sur l'aluminium. Le HCSP estime que les données scientifiques disponibles à ce jour ne permettent pas de remettre en cause la sécurité des vaccins contenant de l'aluminium, au regard de leur balance bénéfices/risques. Il recommande la poursuite des vaccinations conformément au calendrier vaccinal en vigueur et met en garde contre les conséquences, en matière de réapparition de maladies infectieuses, que pourrait avoir une baisse de la couverture vaccinale résultant d'une remise en cause des vaccins contenant de l'aluminium en l'absence de justification scientifique...
2013
false
N
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
vaccins
aluminium
composés de l'aluminium
adjuvants immunologiques
évaluation des risques
pharmacovigilance
adjuvants immunologiques
Myofasciite à macrophages
rapport
recommandation de santé publique
fasciite
myosite

---
N1-VALIDE
Grippe : caractéristiques des futurs vaccins pandémiques
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=368
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa20130711_futursvaccinspandemiquesgrippe.pdf
Dans un avis du 12 juillet 2012, complété par un avis du 25 avril 2013, le Haut Conseil de la santé publique a précisé les stratégies à adopter en cas de survenue d'une nouvelle pandémie grippale et proposé des scenarii de stratégies vaccinales selon la gravité de la maladie et la transmissibilité du virus. En complément, il a été demandé au HCSP d'émettre des recommandations sur les caractéristiques des vaccins pandémiques.
2013
false
N
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
recommandation de santé publique
grippe humaine
vaccins antigrippaux
pandémies
vaccins antigrippaux
narcolepsie
enfant
adolescent
adulte

---
N1-VALIDE
Évaluation du plan pour l'amélioration de la qualité de vie des personnes atteintes de maladies chroniques 2007-2011
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=370
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspr20130328_evalplanqualviemalchronique.pdf
En France, quinze millions de personnes sont atteintes de maladies chroniques, soit près de 20 % de la population. Premier plan transversal, le Plan pour l'amélioration de la qualité de vie des personnes atteintes de maladies chroniques 2007-2011 est l'un des cinq plans stratégiques de la loi de santé publique de 2004. Ce plan, qui identifie des besoins communs à l'ensemble des maladies chroniques, se décline en 15 mesures organisées en quatre axes : mieux connaître sa maladie pour mieux la gérer ; élargir la médecine de soins à la prévention ; faciliter la vie quotidienne des malades ; mieux connaître les besoins. L'évaluation finale de ce plan a été confiée au Haut Conseil de la santé publique. Pour ce faire, il a procédé à l'analyse de la mise en oeuvre des 15 mesures et a évalué les effets du plan à travers des thèmes transversaux qui le sous-tendaient.
2013
false
N
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
évaluation de programme
maladie chronique
qualité de vie
évaluation en santé publique

---
N1-VALIDE
Valeurs repères d'aide à la gestion pour les particules dans l'air intérieur
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=371
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspr20130614_valrepgestairespclosparticules.pdf
Les particules de taille inférieure ou égale à 10 µm (PM10) et à 2,5 µm (PM2,5) peuvent être retrouvées dans l'air des locaux du fait de sources intérieures telles que les combustions liées au tabac, à la cuisson des aliments ou au chauffage, de l'utilisation fréquente de l'aspirateur ou de spray, ou encore par transfert de la pollution atmosphérique extérieure. L'éventail des effets sur la santé de ces particules est large, tant à court terme qu'après des expositions de longue durée, et concerne particulièrement les systèmes respiratoire et cardio-vasculaire.
2013
false
N
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
rapport
recommandation
concentration maximale admissible
pollution de l'air ambiant intérieur

---
N1-VALIDE
Prévention de la transmission croisée des « Bactéries Hautement Résistantes aux antibiotiques émergentes » (BHRe)
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=372
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspr20130710_recoprevtransxbhre.pdf
http://circulaires.legifrance.gouv.fr/pdf/2014/01/cir_37839.pdf
L'émergence de la résistance aux antibiotiques est un enjeu de santé publique. La maîtrise de la diffusion des bactéries multi- ou hautement résistantes (BMR ou BHR) aux antibiotiques repose sur une double stratégie de réduction de la prescription des antibiotiques et de prévention de la diffusion à partir des patients porteurs. Dans ce contexte, le Haut Conseil de la santé publique a élaboré un guide actualisant et harmonisant l'ensemble des recommandations existantes concernant la prévention de la transmission croisée des BHR émergentes (BHRe) ciblant en 2013 les entérobactéries productrices de carbapénémases (EPC) et Enterococcus faecium résistant aux glycopeptides (ERG). Ces recommandations rappellent les principes de la maîtrise de la transmission croisée (précautions standard, précautions complémentaires d'hygiène, précautions spécifiques BHRe), les techniques microbiologiques à mettre en oeuvre ainsi que l'importance de la gestion des excréta. Présentées sous forme de fiches opérationnelles, elles ont pour objectif d'orienter les établissements de santé vers des stratégies adaptées de maîtrise de la diffusion des BHRe.
2013
false
N
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
rapport
recommandation professionnelle
enterococcus faecium
Multirésistance bactérienne aux médicaments
glycopeptides
entérocoques résistants aux glycopeptides
infection croisée
transmission de maladie infectieuse
lutte contre l'infection
maladies transmissibles émergentes
enterococcus
carbapénèmes
carbapenemase
bêta-Lactamases
protéines bactériennes

---
N1-VALIDE
Poursuite de la campagne de vaccination contre le méningocoque B :14 :P1.7,16 dans les départements de la Seine Maritime et de la Somme
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=374
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa20130711_vaccmenigocoquebnormanpicar.pdf
La Direction générale de la santé a demandé au Haut Conseil de la santé publique d'émettre un avis sur la place d'une éventuelle revaccination par le vaccin Bexsero des personnes ayant reçu un schéma vaccinal complet par le vaccin MenBvac et sur la nécessité de modifier le champ actuel, notamment géographique, de la campagne de vaccination. Après avoir pris en considération la situation épidémiologique actuelle et les couvertures vaccinales obtenues dans les zones ciblées par les campagnes de vaccination, le HCSP recommande que la campagne de vaccination actuellement mise en place en Seine-Maritime et dans la Somme soit adaptée selon de nouvelles modalités détaillées dans cet avis.
2013
false
N
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
recommandation de santé publique
méningite à méningocoques
vaccins antiméningococciques
méningite à méningocoques de sérogroupe B

---
N1-VALIDE
Évaluation du deuxième plan national santé environnement. Synthèse et préconisations
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=375
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcsps20130919_evalpnse2.pdf
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=379
Ce rapport produit, grâce à l'exploitation de bases de données publiques et parapubliques, des informations sur l'évolution de la qualité des milieux de vie et de travail, cibles du PNSE2. Neuf domaines sont analysés : qualité de l'air extérieur, de l'air intérieur et de l'eau ; expositions au bruit et aux substances toxiques ; expositions professionnelles ; points noirs environnementaux ; habitat indigne ; expositions des populations vulnérables aux substances toxiques préoccupantes, reprotoxiques et à des perturbateurs endocriniens.
2013
false
N
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
santé environnementale
rapport
exposition environnementale
recommandation de santé publique
évaluation en santé publique

---
N1-VALIDE
Enceintes de stockage d'endoscopes thermosensibles (ESET)
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=377
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa20130626_enceintestockendoscothermosens.pdf
Les enceintes de stockage d'endoscopes thermosensibles (ESET), équipements destinés à maintenir la qualité microbiologique de l'endoscope, ont depuis 2004 le statut de dispositif médical selon la directive européenne 93/42/CEE. Afin d'actualiser les recommandations ministérielles en matière de contrôle qualité de la désinfection des endoscopes stockés, le Directeur général de la santé et le Directeur général de l'offre de soins ont demandé au HCSP d'émettre un avis sur : - les traitements et l'entretien des endoscopes thermosensibles lorsqu'ils sont conservés dans une enceinte de stockage d'endoscopes thermosensibles et en particulier sur la durée maximum de stockage de matériel semi-critique dans une ESET avant utilisation immédiate, sans nouvelle procédure de désinfection de niveau intermédiaire ; - les contrôles de qualité microbiologiques des endoscopes thermosensibles semi-critiques lorsqu'ils sont conservés dans des ESET.
2013
false
N
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
endoscopes
recommandation professionnelle
désinfection
lutte contre l'infection

---
N1-VALIDE
Expositions aux niveaux sonores élevés de la musique : recommandations sur les niveaux acceptables
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=378
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspr20130906_exponivsonoreselevesmusique.pdf
Le HCSP propose des indicateurs de niveau de bruit en vue d'actualiser la réglementation et de garantir la protection des personnes exposées à de la musique amplifiée dans les lieux de loisir (boîtes de nuit, discothèques, salles de spectacle, etc.).
2013
false
N
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
exposition environnementale
musique
bruit
recommandation de santé publique
W42 - exposition au bruit
Z58.0 - exposition au bruit
exposition environnementale
surdité due au bruit
adolescent
enfant

---
N1-VALIDE
Avis relatif à la vaccination contre le méningocoque du sérogroupe C au vu de la situation épidémiologique du Finistère
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=380
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa20130920_vaccmeningoCFinistere.pdf
Depuis début 2012, plusieurs cas d'infections invasives à méningocoque (IIM) liés à une nouvelle souche de méningocoque de sérogroupe C, avaient été déclarés dans le Finistère en particulier chez des nourrissons âgés de moins de 1 an. Dans un avis du 19 octobre 2012, le HCSP a recommandé qu'une vaccination méningococcique C conjuguée soit proposée de manière transitoire dans ce département, aux nourrissons âgés de 2 à 11 mois. Il était prévu de réévaluer la situation épidémiologique fin juin 2013.
2013
false
N
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
vaccins antiméningococciques
infections à méningocoques
neisseria meningitidis sérogroupe C
France
recommandation de santé publique
nourrisson
enfant
adolescent
jeune adulte

---
N1-VALIDE
Avis relatif aux recommandations de la vaccination contre l'encéphalite japonaise par le vaccin Ixiaro
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=381
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa20130920_vaccenceplalitejapoixiaro.pdf
L'encéphalite japonaise est une infection virale de pronostic grave, dont le tropisme principal est le système nerveux central. L'agent responsable, de la famille des Flavivirus est transmis par un moustique Culex tritaeniorhynchus. Le vaccin Ixiaro contre le virus de l'encéphalite japonaise a une autorisation de mise sur le marché chez les adultes âgés de 18 ans et plus. En 2013, il a obtenu une extension d'indication aux enfants à partir de l'âge de 2 mois.
2013
false
N
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
encéphalite japonaise
recommandation de santé publique
nourrisson
adolescent
adulte
Vaccins contre l'encéphalite japonaise
médecine des voyages
voyage

---
N1-VALIDE
Vaccination contre les infections invasives à méningocoque B. Place du vaccin Bexsero
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=386
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspr20131025_vaccmeningocoqueBBexsero.pdf
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspr20131025_vaccmeningocoqueBBexseroann1.pdf
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=399
Le vaccin méningocoque B, Bexsero , a obtenu, en janvier 2013, une autorisation de mise sur le marché en France. Le Haut Conseil de la santé publique s'est autosaisi afin d'évaluer la place de ce nouveau vaccin dans la stratégie de prévention des infections invasives à méningocoque (IIM) en France.
2013
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
vaccins antiméningococciques
infections à méningocoques
neisseria meningitidis sérogroupe B
recommandation de santé publique
nourrisson
adolescent
enfant
adulte
vaccins antiméningococciques
vaccins antiméningococciques
algorithme
rapport
BEXSERO
BEXSERO suspension injectable en seringue préremplie. Vaccin méningococcique groupe B (ADNr, composant, adsorbé)
J07AH09 - méningocoque type B, vaccin multicomposant
Bexsero
antibiothérapie
vaccins antiméningococciques

---
N1-VALIDE
Vaccination des adultes contre le zona avec le vaccin Zostavax
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=389
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa20131025_vaccadultzonazostavax.pdf
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspr20131025_vaccadultzonazostavax.pdf
Le zona est une pathologie fréquente qui touche particulièrement les personnes à l'âge adulte. Le risque de survenue et de persistance des douleurs post-zostériennes (DPZ) est fortement lié à l'âge et aux comorbidités ayant comme conséquence un important « fardeau » chez les personnes âgées altérant considérablement la qualité de vie. Le vaccin Zostavax , vaccin vivant atténué, dispose d'une autorisation de mise sur le marché (AMM) européenne. Afin de déterminer la place de ce vaccin dans le cadre des stratégies actuelles de vaccination de l'adulte, le Haut Conseil de la santé publique a pris en considération les données épidémiologiques du zona et des douleurs post-zostériennes, les données d'efficacité et de tolérance concernant le vaccin, et a réalisé une estimation du ratio coût-efficacité de la vaccination contre le zona.
2013
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
zona
Vaccin contre le zona
adulte
rapport
recommandation de santé publique
sujet âgé
facteurs de risque
Algie post-zona
résultat thérapeutique
ZOSTAVAX

---
N1-VALIDE
Enquête autour d'un cas de tuberculose. Recommandations pratiques
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=391
À la demande de la Direction générale de la santé (DGS), le Haut Conseil de la santé publique a actualisé les recommandations élaborées en 2006 en tenant compte des éléments nouveaux intervenus dans la lutte antituberculeuse depuis cette date et notamment de l'augmentation du nombre de cas importés de tuberculose maladie multirésistante, d'une meilleure connaissance des groupes et des facteurs de risque, de la suspension de l'obligation vaccinale par le BCG en population générale en 2007, et de la mise au point de nouveaux tests immunologiques de diagnostic de l'infection tuberculeuse. Ces recommandations sont destinées aux médecins et biologistes déclarants, aux Centres de lutte antituberculeuse (Clat), aux Agences régionales de santé (ARS), ainsi qu'aux autres médecins et services partenaires de l'enquête. Elles apportent une simplification dans la méthodologie du dépistage, ce qui devrait faciliter la mise en oeuvre et l'acceptation sur le terrain.
2013
false
N
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
tuberculose
rapport
recommandation pour la pratique clinique
tuberculose
adulte
enfant
adolescent
nourrisson
exposition professionnelle
pauvreté
dépistage systématique
prisonniers
prisons
traçage des contacts
établissements de soins de long séjour
grossesse
femmes enceintes
enquêtes de santé
famille
garderies d'enfants
crèches

---
N1-VALIDE
Risque lié aux légionelles - Guide d'investigation et d'aide à la gestion
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=400
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspr20130711_risqlegionnelguideinvestigation.pdf
Le Haut Conseil de la santé publique, au vu des nouvelles données scientifiques et épidémiologiques disponibles et des évolutions réglementaires et institutionnelles, a actualisé les recommandations relatives à la conduite à tenir devant un ou plusieurs cas de légionellose, ou face à une contamination environnementale. Ce nouveau guide a été élaboré par un groupe de travail pluridisciplinaire et a fait l'objet d'une relecture par les acteurs de terrain concernés. Il s'adresse en priorité aux personnels des agences régionales de santé (santé publique et santé environnement), aux services de l'inspection des installations classées et aux personnels impliqués directement dans les investigations épidémiologique et environnementale.
2013
false
N
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
légionellose
recommandation professionnelle
légionellose
légionellose
enquêtes de santé
légionellose
exposition environnementale
algorithme
légionellose
notification des maladies à déclaration obligatoire

---
N1-VALIDE
Fièvre Q. Recommandations de prise en charge
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=401
http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspr20130524_fievreQrecoprisecharge.pdf
Le Haut Conseil de la santé publique a réalisé un bilan des connaissances disponibles concernant les risques de transmission à partir des élevages excréteurs, de complications pour les femmes enceintes et leurs foetus, de formes chroniques et les personnes susceptibles d'en développer. Il émet des recommandations sur la prise en charge diagnostique et thérapeutique des personnes infectées et une conduite à tenir vis-à-vis des personnes exposées.
2013
false
N
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
fièvre Q
recommandation pour la pratique clinique
fièvre Q
évaluation des risques
fièvre Q
fièvre Q
grossesse
femmes enceintes
foetus
coxiella burnetii
fièvre Q
enfant
adulte
antibactériens
fièvre Q
vaccins antibactériens
exposition professionnelle
rapport
antibiothérapie

---
N1-SUPERVISEE
Analyse et évaluation de l'efficacité des actions engagées pour respecter la future limite de qualité de 10 µg/L de plomb dans l'eau du robinet
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=367
Le plomb est actuellement reconnu comme un toxique sans seuil, notamment pour les enfants âgés de moins de 6 ans et les femmes enceintes. Des effets tels que la baisse des capacités cognitives, un retard du développement psychomoteur et des troubles du comportement sont connus pour des mesures de plomb dans le sang supérieures ou égales à 100 µg/L, mais des effets sur le développement neurologique et une perte de QI sont constatés à des niveaux d’imprégnation plus faibles. À partir du 25 décembre 2013, l’eau du robinet ne devra pas contenir plus de 10 µg/L de plomb (25 µg/L actuellement), en application de la directive européenne 98/83/CE du 3 novembre 1998. Dans sa saisine du 23 octobre 2012, la Direction générale de la santé a demandé au HCSP d’analyser et d’évaluer l’efficacité des actions engagées pour respecter cette future limite et de formuler des propositions d’action. Ce travail s’est déroulé en lien avec le Conseil général de l’environnement et du développement durable (CGEDD) mandaté par le ministère chargé de l’écologie sur la même mission quelques mois auparavant. Le HCSP formule des recommandations concernant les mesures à mettre en œuvre pour abaisser la concentration du plomb dans l’eau. Certaines de ces recommandations sont reprises et adaptées à partir de celles formulées par le CGEDD. Le HCSP rappelle également qu’en France, l’eau du robinet est l’un des aliments les plus contrôlés et qu’elle fait l’objet d’un suivi sanitaire permanent destiné à en garantir la sécurité sanitaire.
2013
false
true
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
intoxication par le plomb
eau de boisson
enfant
grossesse
valeurs limites d'exposition
recommandation de santé publique
plomb
qualité de l'eau

---
N3-AUTOINDEXEE
Avis sur la demande de prorogation de délai d'achèvement des travaux de retrait de l'amiante de la Cité administrative de Bordeaux
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/hcspa20120105_pdatramiantecaBordeaux.pdf
2012
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
recommandation de santé publique
coït interrompu
amiante
administration locale

---
N1-VALIDE
Avis relatif à la révision du plan de lutte contre la variole
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=318
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/telecharger/hcspa20121221_planluttevariole.pdf
La variole était une maladie infectieuse grave potentiellement très contagieuse et la menace « variole » occupe une place à part parmi l'ensemble des éventuelles actions bioterroristes. Il a été demandé au Haut Conseil de la santé publique de mettre à jour les avis antérieurs du Conseil supérieur d'hygiène publique de France de 2001 et 2003 et d'émettre des recommandations relatives à la vaccination antivariolique.
2012
false
N
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
français
variole
recommandation de santé publique
vaccin antivariolique
programmes gouvernementaux

---
N3-TITRE
Évaluation à mi-parcours du plan cancer 2009-2013
évaluation programme
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/hcspr20120220_plancancer0913mip.pdf
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=296
L’évaluation, inscrite dans le Plan cancer 2009-2013, incombe au HCSP pour les axes « observation », « prévention et dépistage », « soins », « vivre pendant et après le cancer », et à l’AERES pour l’axe « recherche ». Ce Plan a permis une consolidation des orientations du Plan cancer 2003-2007. Il s’oriente principalement vers des efforts de recherche et d’innovation intégrant leur « transfert » au système de santé, une meilleure prise en compte des inégalités de santé face au cancer, un renforcement de la coordination des soins, de nouvelles initiatives sanitaires et médico-sociales pour mieux accompagner les personnes dans la « vie pendant et après le cancer ». Il contient des innovations essentielles qui concernent le parcours personnalisé du patient et le volet social, ainsi que l’introduction de thèmes transversaux à vocation structurante. Cependant, à mi-parcours du Plan, l’évaluation a mis en évidence que les thèmes transversaux mis en avant que sont les inégalités sociales, les inégalités territoriales, le rôle du médecin traitant, ainsi que le développement des systèmes d’information, ont été insuffisamment pris en compte dans la mise en œuvre et le suivi des mesures et actions, limitant potentiellement les effets à terme du Plan ainsi que les possibilités de les évaluer. Les recommandations formulées visent à améliorer la gouvernance du Plan et ses capacités à intégrer ces objectifs transversaux dans les réalisations en cours. Elles visent aussi à mieux identifier les besoins de la future évaluation finale, qui doivent être anticipés.
2012
false
false
false
HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique
France
tumeurs
recommandation de santé publique
mi
cancer
cancer
Évaluation
évaluation de programme

---
N3-AUTOINDEXEE
Pour une amélioration de la politique vaccinale en France
vaccins vaccination
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/hcspr20120525_ameriopolvaccinale.pdf
http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=271
Une réflexion a été engagée par la Direction générale de la santé dans l’objectif d’améliorer la protection vaccinale en France. Le HCSP a été saisi le 26 mars 2012 afin de faire part de ses observations sur le Programme national d’amélioration de la politique vaccinale 2012-2017 qui est décliné en cinq axes stratégiques et douze actions. Il était demandé au HCSP d’identifier les aspects qu’il considère comme prioritaires, ainsi que les points manquants ou insuffisamment développés. Le rapport présente pour chacune des actions du Programme, l’analyse réalisée par le HCSP en fonction de plusieurs critères, pertinence, priorité, existence des outils et/ou des conditions de mise en œuvre. D’une manière générale, le HCSP a jugé ce plan de manière très positive tout en y apportant des remarques complémentaires. Le HCSP a également identifié des points additionnels qui mériteraient une réflexion, notamment relatifs aux modalités d’acquisition et de fourniture des vaccins à la population en dehors de situations exceptionnelles, et à la mise en œuvre et au financement d’études permettant de valider des stratégies vaccinales lorsque le