Titre : Syndrome néphritique aigu. Physiopathologie et diagnostic.;

Année de publication : 2001;

URL : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/11759544

URL : http://pascal-francis.inist.fr/vibad/index.php?action=search&lang=fr&terms=14068763

Auteurs : Meier P; Rossert J;

Résumé : Le syndrome néphritique aigu correspond à l'instaliation brutale en quelques heures ou jours d'une rétention hydrosodée avec hypervolémie, œdèmes et hypertension artérielle systémique (œdème aigu du poumon, œdème cérébral), d'une protéinurie parfois abondante, d'une hématurie micro- ou macroscopique avec des cylindres hématiques (la coloration des urines est souvent caractéristique, dite « bouillon sale » ou « coca-cola »). Enfin, l'insuffisance rénale est fréquente, elle peut être oligo-anurique. À côté de cette forme typique qui représente une urgence diagnostique et thérapeutique, il existe un grand nombre de formes atypiques car dissociées où les signes et symptômes varient voire manquent comme l'hématurie macroscopique par exemple. Ces formes se révèlent sous la forme d'une poussée hypertensive ou d'une décompensation cardiaque isolée en apparence, en particulier chez des sujets âgés. Dans ces circonstances, il faut évoquer de principe un syndrome néphritique aigu et rechercher les anomalies urinaires (protéinurie, hématurie) au moyen d'une bandelette réactive. La physiopathologie du syndrome néphritique aigu relève de l'analyse du modèle expérimental qu'est la maladie sérique aiguë. Les lésions rénales responsables du syndrome néphritique aigu sont secondaires à la production d'anticorps et de dépôts glomérulaires de complexes antigènes-anticorps. Ces complexes immuns induisent l'activation du système du complément qui favorise la production de cytokines et de facteurs de croissance responsables des lésions histologiques caractéristiques (hypercellularité intragiomérulaire). Celles-ci comprennent classiquement soit une glomérulonephrite (GN) endocapillaire pure (type gloméruionéphrite aiguë infectieuse), soit une glomérulonéphrite membrano-proliférative à début aigu. Dans les formes les plus sévères, la prolifération cellulaire est extracapillaire avec une évolution néphrologique rapidement défavorable en l'absence de traitement spécifique.;

Numéro : 15;

Pagination : 1721-8;

Volume : 51;

Mot-clés auteurs : Aigu; Diagnostic; Forme clinique; Homme; Néphropathie glomérulaire; Physiopathologie;

Jour de publication : 1;

Mois de publication : Octobre;

Détails



Indexation :

Spécialité(s) : *****allergologie et immunologie
*****cytologie
****diagnostic
****néphrologie
****physiologie
****gynécologie
****médecine interne
****urologie
**chirurgie
*thérapeutique
*médecine vétérinaire
*anatomie pathologique

Vous pouvez consulter :


Courriel
24/09/2018


[Accueil] [Haut de page]

© CHU de Rouen. Toute utilisation partielle ou totale de ce document doit mentionner la source.