Libellé préféré : article de périodique;

Définition CISMeF : écrits formant un tout et faisant partie d'une publication;

type publication (CISMeF) : true;

Détails


Consulter ci-dessous une sélection des principales ressources :

Vous pouvez consulter :

écrits formant un tout et faisant partie d'une publication

N3-AUTOINDEXEE
L'application StopCovid : une solution hasardeuse pour lutter contre l'épidémie
https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-03020158
2020
HAL Archives ouvertes
France
infections à coronavirus
pneumopathie virale
COVID-19
COVID-19
article de périodique
Épidémies de maladies
attention
Applications
Épidémies
Applications
solution
Applications
Solutions
Solutions

---
N3-AUTOINDEXEE
La pandémie du Covid-19 : surdosage médiatique, craintes et bientôt antonomase ? Une pandémie exposant deux
http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7321033
Depuis fin décembre 2019, la floraison exponentielle de toutes les formes de communications, qu’elles soient gouvernementales, institutionnelles, digitales, analogiques, scientifiques ou émanant de médias en tous genres, finissent par créer une pandémie « au carré » et, par transitivité, à générer et accentuer l’angoisse dans la population, qu’elle soit soignante ou non-soignante.
2020
false
false
false
PMC - PubMed Central
France
infections à coronavirus
pneumopathie virale
COVID-19
COVID-19
article de périodique
pandémies
négociation
Surdosage
peur
Conférence
Médiateur
Médiation
exposition à
mauvais usage des médicaments prescrits

---
N3-AUTOINDEXEE
L’allergologue face à l’épidémie de COVID-19: quel impact et quelles précautions prendre?
http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7365112
Dans l’environnement sanitaire inhabituel de la pandémie COVID 19 les allergologues doivent adapter leur exercice et leurs locaux de consultation, en renforçant les précautions d’hygiène et de distanciation. En cas de confinement la téléconsultation est un nouvel outil qui peut, dans un grand nombre de cas, faciliter la prise en charge des patients. Néanmoins, chaque praticien doit définir un plan d’urgence et les priorités de consultation en fonction de sa pratique et du contexte épidémique.
2020
PMC - PubMed Central
France
infections à coronavirus
pneumopathie virale
COVID-19
COVID-19
article de périodique
Épidémies de maladies
Allergologues
immunologiste clinique
Épidémies
Face
épidémies
face
pandémies

---
N3-AUTOINDEXEE
Réponse à : Strategy for the practice of digestive and oncological surgery during the Covid-19 epidemic.
http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7384414
Plusieurs sociétés savantes chirurgicales sont en train de publier des recommandations sur l’utilisation des trocarts à ballonnet à l’ère de la crise de Covid-19. Nous reconnaissons ces efforts mais aimerions relever que : les recommandations de Tuech et al. pourraient exposer l’équipe opératoire à des éclaboussures importantes en cas de dégonflement du ballonnet.
2020
PMC - PubMed Central
France
infections à coronavirus
pneumopathie virale
COVID-19
COVID-19
article de périodique
agents gastro-intestinaux
digestion
digestif
thé
thé
fonction du tube digestif
tétrahydrocortisone
Digestifs
pandémies

---
N3-AUTOINDEXEE
Retour d’expérience sur les transports Smur des patients Covid-19
https://afmu.revuesonline.com/10.3166/afmu-2020-0257
Dès la fin du mois de février 2020, les urgentistes français ont été confrontés à une situation inédite et complexe dans la gestion des cas les plus sévères d’infections pulmonaires associées au nouveau coronavirus (SARSCoV- 2). Les informations en provenance de Chine et les recommandations initiales de l’Organisation mondiale de la santé ont rapidement amené à considérer l’intubation et la ventilation mécanique précoce des malades atteints par la pneumonie de la Covid-19. Or, dès la fin du mois de mars 2020, grâce aux retours d’expérience et de prise en charge, d’abord de la part des réanimateurs et urgentistes italiens, puis espagnols, les pratiques et les recommandations concernant les modalités d’oxygénation et de ventilation des patients Covid-19 ont évolué. Le caractère exceptionnel de cette pandémie et la grande adaptabilité des services de Samu/Smur de France, en l’espace de quelques semaines, pour prendre en charge ces patients oxygénodépendants, justifient que nous en fassions le retour d’expérience, et ce, d’autant plus que nous sommes exposés à un risque de recrudescence d’infections respiratoires graves associées au SARS-CoV-2 à court terme, risquant de saturer une nouvelle fois notre système de santé. Nous détaillons donc ici le retour d’expérience des prises en charge médicales préhospitalières concernant principalement les supports d’oxygénation et de ventilation mécanique.
2020
RevuesOnline
France
infections à coronavirus
pneumopathie virale
COVID-19
COVID-19
article de périodique
Transports
Unités mobiles d'urgence
ambulances
Transports
Transports
Transport
a comme patient
transports
pandémies

---
N3-AUTOINDEXEE
Retour d’expérience des six évacuations sanitaires aériennes collectives MoRPHEE durant la pandémie de Covid-19
https://afmu.revuesonline.com/10.3166/afmu-2020-0258
Après son apparition en Chine à la fin de 2019, l’épidémie de coronavirus 2019 (Covid-19) a rapidement provoqué le risque d’une saturation des ressources en soins intensifs dans chaque pays touché. La répartition de la maladie entre les différents territoires est hétérogène. Le transport interhospitalier sur longue distance de patients atteints de Covid-19 dans le but de limiter la pression sur les unités de soins intensifs au niveau national ou international n’a pas encore été décrit. L’objectif de cet article était de fournir des données descriptives des six missions d’évacuation aéromédicale collective (Evasan) de patients atteints de Covid-19 réalisées en Europe et sur le territoire national français les 18, 21, 24, 27, 31 mars et 3 avril 2020 grâce au dispositif MoRPHEE. Trente-six patients souffrant de syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA) ont été évacués durant six missions d’évacuations sanitaires collectives. Le SDRA était modéré (rapport PaO2/FiO2 100 et 200) chez 24 patients et léger (rapport PaO2/FiO2 200 et 300) chez 12 patients. La durée médiane de la ventilation mécanique en soins intensifs avant le transport était de quatre jours (interquartile [IQ] : 3‒5). Le rapport médian PaO2/FiO2 était de 180 mmHg (IQ : 156‒202). Le débit médian de perfusion de noradrénaline était de 0,08 μg/kg par min. Aucune complication mettant en jeu le pronostic vital n’a été signalée. En conclusion, l’évacuation sanitaire aérienne collective de patients gravement malades de Covid-19 est une solution contribuant à contrôler le niveau de saturation du système de soins au niveau national ou international.
2020
RevuesOnline
France
infections à coronavirus
pneumopathie virale
COVID-19
COVID-19
article de périodique
sclérodermie circonscrite
Collection
sclérodermie localisée
Morphée
pandémies
transport sanitaire

---
N3-AUTOINDEXEE
Cellule de coordination des flux sortants des réanimations en période de Covid-19
https://afmu.revuesonline.com/10.3166/afmu-2020-0259
La pandémie de Covid-19 a inscrit l’hôpital au coeur d’une crise sanitaire de cinétique longue. Le système de santé a dû dans un premier temps accepter cette notion de crise déstructurante et piloter dans l’incertitude. Un des enjeux majeurs était d’éviter la saturation du système, notamment l’accessibilité à la réanimation. À la demande de la cellule de crise du groupe hospitalier AP–HPSorbonne Université, l’équipe Dynamo a dû apporter des propositions permettant de libérer des places en réanimation. C’était la stratégie retenue pour éviter une mise en tension de l’hôpital. La cellule Dynamo, avec l’accord du directeur médical de crise, a ouvert un flux entre les réanimations expertes et des unités créées de novo (publiques et privées). Cette équipe est le fruit d’une préparation conjointe entre le département médico-universitaire DREAM et le service médical du RAID. Elle a permis d’organiser et d’effectuer dans de bonnes conditions sanitaires et sécuritaires le transfert d’une centaine de patients entre les réanimations d’Îlede- France. L’objectif était une répartition cohérente pour maintenir une capacité d’accueil dans les réanimations les plus spécialisées et impactées par l’intensité des soins. Pour cela, la cellule Dynamo a défini des critères médicaux de patients éligibles au transfert. La méthodologie utilisait quatre boucles indépendantes : le service demandeur, l’équipe de transfert, le vecteur de transfert et le service receveur. Cette organisation a offert agilité et autonomie. Nous publions ce retour d’expérience pour partager les bases méthodologiques et humaines de notre organisation afin d’inspirer d’autres cellules innovantes en cas de situations sanitaires exceptionnelles.
2020
RevuesOnline
France
infections à coronavirus
pneumopathie virale
COVID-19
COVID-19
article de périodique
coordination
réanimation
cellules
lymphocyte u'
Périodique
Cellule
pandémies

---
N3-AUTOINDEXEE
Collaboration ville–aide médicale urgente–hôpital à l’épreuve de la crise Covid-19, l’expérience des Yvelines
https://afmu.revuesonline.com/10.3166/afmu-2020-0261
L’évolution actuelle de la demande de soins non programmés porte autant sur une augmentation de volume que sur sa nature. Les missions assurées par les structures d’urgence se sont décentrées vers la prise en charge des complications des pathologies chroniques et des problématiques médicosociales. Une démarche collaborative entre la médecine de ville et l’aide médicale urgente (AMU) a été initiée depuis deux ans dans les Yvelines, entre le Samu 78, l’hôpital de Versailles, le Conseil de l’ordre des médecins 78 et l’Association Plateforme territoriale d’appui 78. Ses objectifs visent, par un travail de coordination multidisciplinaire, à éviter les ruptures de parcours des patients complexes, à favoriser le maintien à domicile et à réorienter les patients vers la ville après un recours à l’hôpital. La crise sanitaire liée au Covid-19 a permis d’accélérer le processus de collaboration ville– AMU avec des objectifs propres à cette crise, notamment grâce à des outils numériques dédiés. Les principaux axes de travail ont été de répondre à l’urgence de la crise sanitaire en organisant une offre de soins sécurisée, d’organiser les parcours des patients fragiles pendant le confinement puis de préparer et d’accompagner le déconfinement grâce à une cellule d’appui et de suivi des cas positifs et de leurs contacts. Les difficultés organisationnelles ou liées à l’acceptabilité de ces nouveaux outils de surveillance et de coordination ont trouvé leurs solutions grâce à un environnement institutionnel favorable et l’implication de leaders intéressés par la conduite de projets innovants. Cette expérience peut préfigurer le futur service d’accès aux soins (SAS).
2020
RevuesOnline
France
infections à coronavirus
pneumopathie virale
COVID-19
COVID-19
article de périodique
crise
comportement coopératif
pandémies

---
N3-AUTOINDEXEE
Retour d’expérience des transferts en HéliSmur de patients Covid-19
https://afmu.revuesonline.com/10.3166/afmu-2020-0262
L’augmentation du nombre d’hospitalisations en réanimation de patients graves atteints de la Covid-19 a nécessité le transfert d’un certain nombre d’entre eux vers des régions moins touchées que le Grand Est et l’Île-de-France afin de ne pas dégrader la qualité des soins. Les HéliSmur ont fait partie intégrante du dispositif d’évacuation de ces patients. Utilisés au quotidien, ils ont confirmé leur utilisation en cas de crise où la problématique des élongations est une difficulté. Cependant, le recours aux HéliSmur a nécessité une adaptation de tous à de nouvelles modalités opérationnelles. Le transport de patients critiques, le port d’un équipement de protection individuelle par l’équipe médicale et les membres d’équipage ainsi que les procédures renforcées de bionettoyage ont impacté les temps d’intervention mais aussi la charge mentale des personnes à bord. La mise en place d’équipes médicales dédiées et rompues aux transferts héliportés a permis d’optimiser la prise en charge complexe de ces patients tant sur le plan médical qu’aéronautique. Nous présentons notre retour d’expérience des transferts en HéliSmur que nous avons réalisés au départ de la région francilienne.
2020
RevuesOnline
France
infections à coronavirus
pneumopathie virale
COVID-19
COVID-19
article de périodique
a comme patient
transfert de patient
pandémies

---
N3-AUTOINDEXEE
Covid-19 : les transferts internationaux de patients de réanimation, une solution pour les départements frontaliers
https://afmu.revuesonline.com/10.3166/afmu-2020-0264
La crise sanitaire de la Covid-19 a imposé une adaptabilité jamais réalisée de notre système de santé. Les services de réanimation et les structures de médecine d’urgence ont dû innover et développer des stratégies novatrices pour garantir des soins de qualité à tous les patients relevant de réanimation. La région Grand-Est, et plus particulièrement les départements de Moselle, du Bas-Rhin et du Haut-Rhin, a été particulièrement touchée. Parmi les 349 patients transférés hors de la région, 164 l’ont été vers des pays européens (Allemagne, Autriche, Luxembourg et Suisse) entre le 14 mars et le 4 avril 2020. Ces transferts internationaux, organisés par l’Agence régionale de santé et les Samu-Centre 15, ont essentiellement fait appel à des moyens aériens des hôpitaux, de l’armée et de la protection civile. L’accompagnement des patients, soigneusement sélectionnés, était assuré par un binôme médecin‒ infirmier spécialisés. Le choix de cette stratégie a permis d’éviter la saturation des services de réanimation et d’avoir à faire un choix entre les patients pouvant ou non bénéficier de soins aigus. L’adaptabilité des professionnels de santé et une organisation au plus près du terrain ont permis de réaliser ces transferts dans de bonnes conditions. Cet épisode témoigne de l’importance de laisser la gestion des crises sanitaires aux professionnels de la santé. Cet article présente l’organisation mise en place en région Grand-Est pour préparer et réaliser ces transferts internationaux.
2020
RevuesOnline
France
infections à coronavirus
pneumopathie virale
COVID-19
COVID-19
article de périodique
a comme patient
solution
transfert de patient
Solutions
Solutions
réanimation
solutions
pandémies

---
N3-AUTOINDEXEE
Aide médicale urgente — établissement d’hébergement des personnes âgées dépendantes : retour d’expérience d’une organisation innovante pendant la crise Covid-19
https://afmu.revuesonline.com/10.3166/afmu-2020-0265
La crise sanitaire Covid-19 a obligé les Samu–Smur à adapter leurs organisations au jour le jour. La régulation a dû trouver des réponses spécifiques aux types d’appels, au plan quantitatif et qualitatif. En lien avec la médecine générale et les recommandations ministérielles, le Samu devait être le garant d’une juste orientation des patients vers les services hospitaliers. Le Samu 94 et la faculté de santé de Créteil ont créé une cellule dédiée aux établissements d’hébergement des personnes âgées dépendantes, accessible via une ligne spécialisée du Samu–centre 15, offrant 24 heures/24 l’accès à des compétences gériatriques et conseils divers, véritable lien ville–hôpital. Le retour d’expérience montre que cette cellule est une des facettes, dans le domaine de la gériatrie, de ce qu’est le concept de service d’accès aux soins (SAS) et qu’il ne faut pas attendre un rebond de crise pour en consolider les fondements.
2020
RevuesOnline
France
infections à coronavirus
pneumopathie virale
COVID-19
COVID-19
article de périodique
Sujet âgé
sujet âgé de 80 ans ou plus
dépendance
services d'aide à domicile
ménopause
personnes dépendantes à domicile
Organisation
aidants
personne âgée
Organisation
aide médicale
logement
organisation
ménopause
crise
PERSONNE AGEE
sujet âgé
sujet âgé de 80 ans ou plus
pandémies

---
N3-AUTOINDEXEE
Retour d’expérience sur Covisan : un dispositif médicosocial pour casser les chaînes de transmission de la Covid-19
https://afmu.revuesonline.com/10.3166/afmu-2020-0266
Covisan a été mis en place à partir du 14 avril 2020 au niveau de quatre sites pilotes de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (APHP) pour casser les chaînes de transmission au SARS-CoV-2 selon un modèle original déjà éprouvé en Haïti pour éliminer le choléra dans les années 2010. Le dispositif consiste en un dépistage systématique des cas possibles de Covid-19, un accompagnement dans leur confinement et une prise en charge de leurs proches. Des équipes mobiles se sont déplacées au domicile des cas contacts afin d’évaluer les possibilités d’un isolement au domicile, de proposer des aides matérielles (courses, blanchisserie, hébergement externalisé) et de dépister leurs proches. Au 17 juin 2020, 6 376 patients ont été orientés vers Covisan, parmi lesquels 153 avaient une RT-PCR (reverse transciptase polymerase chain reaction) positive au SARSCoV-2. Covisan a permis un partenariat ville–hôpital innovant, en impliquant de multiples acteurs (personnels soignants, administratifs, logisticiens, métiers de service). Les autorités sanitaires se sont d’ailleurs inspirées de ce modèle pour lutter contre l’épidémie en mettant en place le contact tracing. Covisan, qui a appris en marchant, a également rencontré quelques difficultés, en particulier au niveau de la gestion des différents statuts des personnels ainsi qu’au niveau de la communication interne et externe.
2020
RevuesOnline
France
infections à coronavirus
pneumopathie virale
COVID-19
COVID-19
article de périodique
Transmissions
dispositif
Dispositifs
équipement et fournitures
disposition (psychologie)
chaîne
pandémies

---
N3-AUTOINDEXEE
Retour d’expérience sur Covidom : une solution de télésurveillance pour les patients porteurs ou suspectés Covid-19
https://afmu.revuesonline.com/10.3166/afmu-2020-0267
Covidom est une plateforme de télésurveillance destinée aux patients suspects ou atteints de Covid-19, ne nécessitant pas une hospitalisation au décours de leur prise en charge initiale. Cet outil a été coconstruit avec tous les acteurs du soin (ville, hôpital, institutions). Il se compose d’une application Web et d’un centre de télésurveillance permettant de surveiller à distance les patients atteints de Covid-19. Cette surveillance est faite à l’aide de brefs questionnaires quotidiens, autoadministrés et standardisés. Actuellement, plus de 60 000 patients ont achevé leur suivi dans Covidom. Covidom est une solution innovante permettant la surveillance à domicile des patients atteints d’une forme légère de Covid-19.
2020
RevuesOnline
France
infections à coronavirus
pneumopathie virale
COVID-19
COVID-19
article de périodique
télémédecine
Solutions
patients
a comme patient
Solutions
solution
solutions
pandémies

---
N3-AUTOINDEXEE
Retour d’expérience sur la crise Covid-19 dans une maternité française de type 3
https://afmu.revuesonline.com/10.3166/afmu-2020-0271
L’arrivée brutale de l’épidémie sanitaire liée au SARS-CoV-2 dans la région Grand Est a conduit les services de soins de cette région à s’adapter rapidement à la situation. Le Plan blanc a été déployé dans les hôpitaux de Strasbourg et Nancy dès le 13 mars 2020 afin de faire face à un afflux massif de patients. Face à cette urgence sanitaire d’un type nouveau, la maternité de Nancy s’est réorganisée forte de l’expérience des services strasbourgeois rapidement mis en tension afin d’assurer l’accueil et de dispenser les meilleurs soins possible aux parturientes dans un environnement limitant au maximum leur risque de contamination. Du fait du haut risque de transmission virale, un suivi anténatal par téléconsultations et visites à domicile par le réseau de ville (sages-femmes libérales, généralistes) a été organisé pour les grossesses à bas risque. Sur site, un triage des admissions a rapidement été mis en place ainsi que la création d’un circuit spécifique dédié aux patientes à risque ou confirmées porteuses du SARS-CoV-2. Des procédures de prise en charge gynéco-obstétricales, anesthésiques et pédiatriques ont été rédigées et révisées par les différentes équipes au fur et à mesure de l’évolution des connaissances et des recommandations émises par les sociétés savantes. L’objectif de cet article est de détailler l’ensemble de l’organisation mise en place, de décrire les difficultés de fonctionnement rencontrées lors du pic de l’épidémie et d’analyser les points d’amélioration mis en évidence.
2020
RevuesOnline
France
infections à coronavirus
pneumopathie virale
COVID-19
COVID-19
article de périodique
crise
maternités (hôpital)
maternité
pandémies

---
N3-AUTOINDEXEE
Retour d’expérience d’un hôpital pédiatrique pendant la crise Covid-19 en Île-de-France
https://afmu.revuesonline.com/10.3166/afmu-2020-0272
La crise sanitaire de la Covid-19 du printemps 2020 a peu touché les enfants avec peu d’hospitalisations dans les hôpitaux pédiatriques. Le défi a été d’apporter une aide aux hôpitaux adultes avec un personnel principalement formé à la pédiatrie tout en maintenant la permanence des soins urgents pour les enfants atteints ou non de la Covid-19. À l’hôpital universitaire Armand-Trousseau, nous avons créé des unités dédiées pour les enfants atteints de la Covid-19, identifié les spécificités des enfants atteints de la Covid-19 et notamment les formes de Kawasaki like ou PIMS (paediatric multisystem inflammatory syndrome), créé une unité de réanimation adulte au pic de l’épidémie pour augmenter les capacités en lits de réanimation dans notre région, mutualisé notre centre de dépistage pour le personnel d’hôpitaux adultes. Enfin, nous avons envoyé plus de 140 personnels médicaux et paramédicaux dans les hôpitaux adultes de notre groupe hospitalier. Cette aide a pu être organisée grâce aux liens étroits établis par des cellules de crises communes avec les hôpitaux adultes de notre groupe hospitalier. Nous rapportons ainsi un retour d’expérience d’un hôpital pédiatrique au cours de la crise de la Covid-19 en Île-de-France.
2020
RevuesOnline
France
infections à coronavirus
pneumopathie virale
COVID-19
COVID-19
article de périodique
Ile-de-France
France
hôpital
France
hôpitaux pédiatriques
français
pédiatre
Paris
France
crise
France
France
France
pandémies

---
N3-AUTOINDEXEE
Retour d’expérience sur la réorganisation d’un service d’urgence de centre hospitalo-universitaire en réponse à l’épidémie de Covid-19
https://afmu.revuesonline.com/10.3166/afmu-2020-0274
Depuis décembre 2019 le monde a dû faire face à une nouvelle maladie nommée : Covid-19. Sa dissémination rapide a imposé à l’Organisation mondiale de la santé de déclarer le statut de pandémie mondiale. La réponse des services d’urgence français à cette catastrophe sanitaire était cruciale. Elle a dû intégrer la notion d’urgence inhérente à la multiplication des nouveaux cas, mais également la nécessité d’une réponse organisée et d’une modulation continuelle de celle-ci sur une période jusqu’alors inconnue. Nous présentons dans cet article un schéma d’organisation et un retour d’expérience, d’un service d’urgence de centre hospitalier universitaire (CHU), établissement de santé de référence (ESR) pour le risque épidémique et biologique pour faire face à l’épidémie. Nous exposons les grandes lignes d’une réorganisation structurelle de notre service, la modification du circuit patient en amont de la filière des urgences et en aval, mais également la modification de nos pratiques de soins. Cette réorganisation a dû prendre en compte la notion de contagiosité avec la nécessité d’une séparation précoce en deux filières de soins, effectuée grâce à un processus de prétriage et de triage en amont de la filière. L’un des points clés de cette organisation a été l’évolutivité des définitions des cas suspects au cours du temps et au gré de l’évolution de la connaissance de ce virus et de sa dissémination. Cela a nécessité une adaptabilité de notre filière et une réévaluation quasi quotidienne de cette organisation associée à une information, une formation et un entraînement du personnel de cette structure.
2020
RevuesOnline
France
infections à coronavirus
pneumopathie virale
COVID-19
COVID-19
article de périodique
Épidémies
centres hospitaliers universitaires
Épidémies de maladies
central
Centre
service hospitalier d'urgences
Centres d'urgences
épidémies
services des urgences médicales
pandémies

---
N3-AUTOINDEXEE
Retour d’expérience des évacuations par train à grande vitesse de patients en syndrome de détresse respiratoire aiguë sur infection à Covid-19 : les missions Chardon
https://afmu.revuesonline.com/10.3166/afmu-2020-0275
Lors de la crise Covid-19 en France, il a fallu transférer des patients de zones où les lits de réanimation étaient saturés vers d’autres régions. Tous les moyens ont été utilisés : terrestre, aérien, maritime… Pour la première fois, des trains à grande vitesse (TGV) ont été utilisés. Le transport ferroviaire avait été utilisé largement pendant la Première Guerre mondiale. Ces transferts ont nécessité une collaboration extrêmement importante interservices : ministère, agences régionales de santé, hôpitaux, Samu zonaux, Samu, Smur associations de sécurités civiles, sapeurs-pompiers… L’une des collaborations des plus importantes a été celle avec la SNCF qui a permis une adaptation des rames, sécurisations des itinéraires, adaptation de la conduite… Chaque voiture transporte quatre patients intubés en syndrome de détresse respiratoire aiguë avec un médecin senior, un junior, quatre infirmiers et un logisticien pour la réalisation de la surveillance et des soins. Dans chaque rame, une équipe de régulation médicale est présente pour la coordination. Il y a eu dix évacuations sanitaires, qui ont transporté 197 patients sur 6 600 km (350‒950 km/TGV). Le transport le plus long a été de 7 h 14 min. On n’a pas relevé de complications majeures pendant les transferts. Plusieurs questions restent en suspens comme les critères de sélections des patients, la mise en place d’un train sanitaire aménagé permanent, un stock de matériel. Afin de mieux connaître les conséquences sur les patients, une étude est en cours. Les urgentistes ont une nouvelle corde à leur arc avec la possibilité d’effectuer des évacuations sanitaires en TGV pour des patients médicaux graves sur de longues distances.
2020
RevuesOnline
France
infections à coronavirus
pneumopathie virale
COVID-19
COVID-19
article de périodique
drainage
maladie infectieuse aiguë
Carduus
patients
syndrome de détresse respiratoire de l'adulte
détresse
Infection
Infection respiratoire
a comme patient
Détresse respiratoire
infections de l'appareil respiratoire
Missions religieuses
infection
pandémies

---
N3-AUTOINDEXEE
Retour d’expérience sur la direction médicale de crise à l’Assistance publique–Hôpitaux de Paris pendant la crise Covid-19
https://afmu.revuesonline.com/10.3166/afmu-2020-0276
Un retour d’expérience sur la direction médicale de crise (DMC) pendant la première phase de l’épidémie de Covid-19 a été effectué à l’Assistance publique–Hôpitaux de Paris (AP–HP), le plus important centre hospitalier universitaire européen. L’AP–HP s’est dotée d’un directeur médical de crise (DMC) AP–HP, de six DMC de groupes hospitaliers (GH) et d’un DMC pour chacun des 39 sites hospitaliers. Le pilotage s’est appuyé sur des réunions quotidiennes de crise AP–HP et de GH, des groupes de travail disciplinaires et des tableaux de bord quotidiens fiabilisés qui ont permis d’optimiser les actions. Des actions innovantes ont été mises en place : cellules de régulation des entrées et des sorties de réanimation, suivi des patients infectés à domicile, traçage des contacts, transferts interrégionaux de patients de réanimation. Les éléments clés de la réussite ont été les relations entre direction générale et DMC, l’articulation entre l’échelon central (AP–HP) et celui des GH, la mobilisation de tous les acteurs vers un objectif unique identifié et la mobilisation de l’ensemble des soignants, y compris les étudiants. Parmi les pistes d’amélioration soulignées, il convient de citer la généralisation des DMC hors AP–HP, conformément à la réglementation, le développement de la connaissance du mode de fonctionnement de crise, l’anticipation de la formation à la gestion de crise, la réalisation d’une information quotidienne de l’ensemble des acteurs des actions menées dans une crise de longue durée et la participation des représentants des usagers. La gestion de la recherche en temps de crise reste à inventer au niveau national, voire européen.
2020
RevuesOnline
France
infections à coronavirus
pneumopathie virale
COVID-19
COVID-19
article de périodique
crise
Assistance
Directives
Paris
aide médicale
assistant médical
Assistance
directives
pandémies

---
N3-AUTOINDEXEE
Les indicateurs d’alerte et de surveillance de la Covid-19
https://afmu.revuesonline.com/10.3166/afmu-2020-0277
Face à la crise sanitaire provoquée par la pandémie de Covid-19 en France, Santé publique France a mis en place un système de surveillance évolutif fondé sur des définitions de cas possible, probable et confirmé. Le décompte quotidien se limite cependant aux cas confirmés par reverse transcriptase polymerase chain reaction ou sérologie SARS-CoV-2 (actuellement via la plateforme SI-DEP), aux cas hospitalisés (via le Système d’information pour le suivi des victimes d’attentats) et aux décès hospitaliers par Covid-19. Ce suivi de la circulation virale est forcément non exhaustif, et l’estimation de l’incidence est complétée par d’autres indicateurs comme les appels au 15, les recours à SOS Médecins, les passages dans les services d’accueil des urgences, les consultations de médecine de ville via le réseau Sentinelle. Le suivi de la mortalité non hospitalière s’est heurté aux délais de transmission des certificats de décès et au manque de diagnostic fiable. Seule la létalité hospitalière a pu être mesurée de manière fiable. Moyennant un certain nombre de précautions statistiques et d’hypothèses de travail, les modèles ont permis d’anticiper l’évolution de l’épidémie à partir de deux indicateurs essentiels : le ratio de reproduction R et le temps de doublement épidémique. En Île-de-France, l’Assistance publique– Hôpitaux de Paris a complété ce tableau de bord grâce à son entrepôt de données de santé et a ainsi pu modéliser de manière fine le parcours de soins des patients. L’ensemble de ces indicateurs a été essentiel pour assurer une planification de la réponse à la crise.
2020
RevuesOnline
France
infections à coronavirus
pneumopathie virale
COVID-19
COVID-19
article de périodique
Indicateurs
organisation et administration
indication de
indicateurs et réactifs
laisse entrevoir
pandémies

---
N3-AUTOINDEXEE
Retour d’expérience sur la cellule régionale d’appui à la régulation des lits de réanimation Covidréa pendant la crise Covid-19
https://afmu.revuesonline.com/10.3166/afmu-2020-0278
La disponibilité des lits de réanimation a été un enjeu majeur de la gestion de la crise Covid-19, imposant aux acteurs régionaux de construire une réponse coordonnée et novatrice pour apporter une réponse en termes de recherche de place. Dans la région Île-de-France, la mise en place du dispositif a été constituée par deux mesures : la refonte du répertoire opérationnel des ressources (ROR) et la création d’une cellule d’appui régionale (Covidréa) comportant des cellules médicale et administrative. Les opérateurs de la cellule médicale étaient des chirurgiens volontaires sous la supervision d’un médecin urgentiste, chargés des actions de recherche et de régulation des demandes. La cellule administrative a vérifié la pertinence des informations du ROR sur un rythme pluriquotidien. La mobilisation des acteurs locaux (anesthésistes et réanimateurs) a permis d’obtenir des données actualisées du ROR quasiment en temps réel. La crise sanitaire Covid-19 a mis en lumière les faiblesses des systèmes d’information, particulièrement la connaissance de la disponibilité en lits de réanimation en temps réel. Une démarche collective pour construire de nouveaux outils de pilotage adaptés au quotidien, dans le cadre des tensions hivernales (bronchiolite, grippe) ou saisonnières (canicule), et la gestion des situations sanitaires exceptionnelles est impérative. Il est nécessaire d’intégrer cette fonction dans la mission des Samu départementaux en temps ordinaire et des Samu zonaux en temps de crise, en particulier dans la logique de construction du futur service d’accès aux soins (SAS).
2020
RevuesOnline
France
infections à coronavirus
pneumopathie virale
COVID-19
COVID-19
article de périodique
crise
lymphocyte u'
réanimation
lits
Cellule
cellules
pandémies

---
N3-AUTOINDEXEE
Retour d’expérience sur la régulation au Samu de Paris pendant la crise de Covid-19
https://afmu.revuesonline.com/10.3166/afmu-2020-0281
L’épidémie de Covid-19 représente une crise dont l’ampleur n’avait jusque-là jamais été imaginée. Des modifications des pratiques pour y faire face ne pouvaient reposer uniquement sur des doctrines ou des intuitions, mais nécessitaient adaptabilité, innovation et réactivité. Un renforcement en moyens techniques et humains a été débuté dès la fin du mois de février. L’organisation de la régulation médicale du Samu de Paris a été modifiée, renforcée en fonction des flux de patients à traiter et adaptée à la spécificité de la crise de Covid. L’ensemble des mesures avait comme objectif d’apporter la réponse la plus adaptée aux patients atteints de la Covid-19 et de préserver la réponse aux appels urgents du 15. Une collaboration fructueuse s’est rapidement établie entre tous les acteurs de la santé, hospitaliers et libéraux favorisant un maintien à domicile d’un certain nombre de patients et empêchant ainsi une saturation précoce des services d’urgence. Le développement et l’intégration de nouveaux outils informatiques ont facilité et diversifié les réponses apportées. Il est, dès à présent, indispensable de pérenniser et de renforcer ces acquis afin de développer le service d’accès aux soins (SAS) nécessaire pour apporter à la population une qualité de soins optimisée.
2020
RevuesOnline
France
infections à coronavirus
pneumopathie virale
COVID-19
COVID-19
article de périodique
crise
Paris
services des urgences médicales
pandémies

---
N3-AUTOINDEXEE
Immunité adaptative contre le virus SARS-CoV-2.
https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02960802/document
Le ro le protecteur de la réponse immunitaire adaptative de l’ho te au cours de l’infection par le SARS-CoV-2 est devenu une question critique en l’absence d’un traitement spécifique, d‘un vaccin préventif ou d’une immunothérapie. Au cours de l’infection par le SARS-CoV-2, la réponse immunitaire contribuerait à la défense de l’ho te dans la majorité des cas, mais serait responsable de sa pathogéne se chez certains malades. Notamment, au cours des formes séve res, un déséquilibre entre les réponses immunitaires innée et adaptative pourrait être fatal. Au cours de la COVID-19, de nombreuses questions se posent sur la génération de l’immunité spécifique contre les diverses protéines du virus, la cinétique, la fonction des anticorps, ainsi que la qualité des réponses des lymphocytes effecteurs CD4 et CD8 pour la protection de l’ho te. L’étude bio-informatique des épitopes T et B des coronavirus a soulevé la question de l’immunité croisée entre le SARS-COV-2 et d’autres coronavirus sources d’infection bénigne ou responsables de pneumopathies graves telles que le MERS-CoV et le SARS-CoV. Dans cette revue, nous faisons le point sur les réponses immunitaires adaptatives au cours de la COVID-19 et leurs ro les potentiels dans la protection despersonnes infectées.
2020
HAL Archives ouvertes
France
infections à coronavirus
pneumopathie virale
COVID-19
COVID-19
article de périodique
immunité acquise
état immunitaire
virus
Virus
Virus
Adaptation
Virus
adaptation
virus du SRAS
Immunité
virus
Réadaptation
immunité
pandémies

---
N3-AUTOINDEXEE
Impact de l’infection à SARS-CoV-2 chez les patients en dialyse péritonéale. Expérience Espagnole : résultats préliminaires
https://www.bdd.rdplf.org/index.php/bdd/article/view/57873/54373
L'apparition récente de la pandémie à coronavirus SRAS-CoV-2 a eu un retentissement significatif sur la population générale. Les patients sous traitement substitutif de la fonction rénale n'ont pas été épargnés et, en raison de leurs caractéristiques, sont particulièrement vulnérables. Nous présentons les résultats de l'analyse du registre COVID-19 de la Société espagnole de néphrologie. Le registre a débuté le 18 mars 2020. Il recueille des variables concernant l'épidémiologie, les contaminations et diagnostic, les signes et symptômes, les traitements et les résultats. C'est un registre « en ligne ». Les patients ont été diagnostiqués avec une infection par le SRAS-CoV-2 sur la base des résultats de la PCR du virus, réalisée à la fois chez les patients qui avaient manifesté des symptômes compatibles ou présentaient des signes suspects, ainsi que chez ceux qui avaient subi un dépistage à la suite d'un contact avec un autre patient. Au 18 juillet, le registre disposait des données de 1748 patients, de toutes les communautés espagnoles autonomes. La forme la plus représentée de traitement substitutif est l'hémodialyse en centre (HDC) suivie par les patients transplantés. Seulement 55 (4%) étaient sous dialyse péritonéale (DP). Concernant les patients en DP, les symptômes étaient similaires à ceux de la population générale. Un pourcentage très élevé (93%) a nécessité une hospitalisation, mais aucune en unité de soins intensifs. Les traitements les plus utilisés étaient l'hydroxychloroquine, le lopinavir – ritonavir et les stéroïdes. La mortalité est élevée et atteint 18%. L'âge et la pneumonie étaient indépendamment associés au risque de décès. Nous avons trouvé un effet bénéfique de la DP par rapport à l'hémodialyse en centre. En conclusion, l'infection par le SRAS-CoV-2 affecte déjà un nombre important de patients espagnols sous traitement substitutif, principalement ceux en HDC. La proportion de patients en DP infectés est significativement plus faible. Les taux d'hospitalisation sont très élevés et la mortalité est élevée; l'âge et la survenue d'une pneumonie sont des facteurs associés à la mortalité, tandis que les sujets en DP avaient une mortalité plus faible.
2020
RDPLF
France
infections à coronavirus
pneumopathie virale
COVID-19
COVID-19
article de périodique
infection
dialyse péritonéale
patients
Infection
a comme patient
Données préliminaires
espagnols
dialyse péritonéale
virus du SRAS
ayant comme résultat
maladie infectieuse
pandémies

---
N3-AUTOINDEXEE
Épidémie du covid-19 en Belgique francophone : Regard sur les patients dialysés en techniques ambulatoires
https://www.bdd.rdplf.org/index.php/bdd/article/view/57893/54433
En Belgique francophone, pendant la période mars à fin mai 2020, 284 patients en dialyse ont contracté le Covid-19, soit 7,9% de la population prévalente, qu’ils aient été diagnostiques par rt-PCT parce que symptomatiques ou dépistés par culture virale systématique alors qu’asymptomatiques. Cinquante-deux décès ont été observés soit 18% de la population atteinte. La toute grand majorité de ces patients (274) étaient traités par hémodialyse en centre, seuls 10 patients étaient en traitement à domicile. Leurs maladies rénales primitives étaient à plus de 50% des diabète et pathologies vasculaires hypertensives et leurs comorbidités essentielles, les pathologies cardiovasculaires ischémiques et congestives, les problèmes d’autonomie, les néoplasies et le tabagisme.
2020
RDPLF
France
infections à coronavirus
pneumopathie virale
COVID-19
COVID-19
article de périodique
Techniques
dialyse
a comme patient
Épidémies
Techniques
Épidémies de maladies
Techniques
Techniques
Belgique
patients en consultation externe
épidémies
pandémies

---
N3-AUTOINDEXEE
Clinique : Maladies neuromusculaires et COVID-19
https://www.cahiers-myologie.org/articles/myolog/abs/2020/01/myolog202021p34/myolog202021p34.html
L’article de Guidon et Amato fait le point à date (début 2020) sur l’impact de l’infection au corona virus SARS-CoV-2 (COVID-19) dans le contexte particulier des maladies neuromusculaires. Ces der nières étant par essence des pathologies très diverses touchant toutes les tranches d’âge, chaque patient constitue un cas particulier et nécessite une approche individualisée. Le retour d’expérience de Wuhan, en Chine, où a débuté la pandémie, n’a pas permis à ce jour de disposer de données très précises sur les comorbidités neuromusculaires. De façon générale, les auteurs considèrent que les patients neuromusculaires avec atteinte respiratoire préexistante, et/ou souffrant de troubles de la déglutition, et/ou bénéficiant d’un traitement immuno-suppresseur au long cours, sont « à haut risque » de développer des formes graves de COVID-19.
2020
EDP Sciences
France
infections à coronavirus
pneumopathie virale
COVID-19
COVID-19
article de périodique
maladies neuromusculaires
Maladie
maladie
Maladies
pandémies

---
N3-AUTOINDEXEE
Les inégalités face au risque de détresse psychologique pendant le confinement. Premiers résultats de l’enquête COCLICO du 3 au 14 avril 2020
https://www.irdes.fr/recherche/questions-d-economie-de-la-sante/249-les-inegalites-face-au-risque-de-detresse-psychologique-pendant-le-confinement-premiers-resultats-enquete-coclico.pdf
La France fait face à une crise sanitaire sans précédent, liée à l’épidémie de Covid-19, qui a conduit à la mise en place d’un confinement obligatoire à domicile pour toute la population. Or, cette mesure n’est pas sans impact potentiel sur la santé, en particulier la santé mentale. Cette étude a pour objectif de déterminer l’ampleur de la survenue de détresse psychologique dans la population française au cours des premières phases du confinement, et d’en identifier les facteurs associés afin de repérer des populations vulnérables nécessitant un soutien. Une première vague d’enquête internet a été diffusée entre le 3 et le 14 avril 2020 en mobilisant un échantillon de personnes de 18 ans ou plus, représentatives de la population française vivant en ménage ordinaire en France métropolitaine. La survenue d’une détresse psychologique est observée chez un tiers des répondants. Si le fait d’être exposé au virus en constitue un facteur de risque, les conditions et conséquences du confinement semblent jouer le rôle le plus marqué. Certains segments de la population particulièrement à risque ont été identifiés, notamment les femmes, les personnes vivant avec une maladie chronique, celles bénéficiant d’un faible soutien social, celles confinées dans des logements sur-occupés et celles dont la situation financière s’est dégradée. Ces résultats encouragent le développement d’actions ciblées à destination de ces populations, que ce soit pour favoriser leur accès aux soins de santé mentale ou pour modérer l’impact social et économique de nouvelles mesures de confinement si elles devaient être reproduites.
2020
IRDES - Institut de Recherche et Documentation en Economie de la Santé
France
infections à coronavirus
pneumopathie virale
COVID-19
COVID-19
article de périodique
Inégalités
ayant comme résultat
Détresse psychologique
confinement de risques biologiques
risque
Abus sexuel
enquêteur
Psychologie
Fracture intertrochantérienne
facteurs socioéconomiques
collecte de données
psychologie
détresse
Face
face
pandémies

---
N3-AUTOINDEXEE
Impact de la pandémie à COVID-19 sur les activités du Service de Pédiatrie du Centre Hospitalier National d Enfants Albert Royer: étude préliminaire comparant les premiers trimestres des années 2019 et 2020
http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7467896
Introduction l’objectif de cette étude est d évaluer l impact du COVID-19 sur les activités de soins et les recettes au Centre Hospitalier National d Enfant Albert Royer de Dakar au Sénégal. Méthodes il s agissait d une étude rétrospective, descriptive et analytique comparant les activités de consultations externes, d hospitalisation et les recettes du premier trimestre des années 2019 et 2020. Résultats une baisse moyenne de 33% des consultations externes a été notée au premier trimestre de l année 2020 correspondant à la période de la pandémie comparée au premier trimestre de 2019. Une augmentation des hospitalisations était observée surtout pour les mois de janvier et février. Cependant, au mois de mars, une baisse de 11% était notée. Il en est de même pour les recettes où une baisse n est observée qu au mois de mars; elle était de 10%. Conclusion l épidémie actuelle au COVID-19 impacte fortement sur les activités de consultations externes, de soins et les recettes du centre hospitalier national d Enfants Albert Royer. Des mesures efficaces doivent être prises pour éviter les conséquences sur la mortalité et le fonctionnement de la structure.
2020
false
false
false
PMC - PubMed Central
France
infections à coronavirus
pneumopathie virale
COVID-19
COVID-19
article de périodique
Centre
alberta
hôpitaux pédiatriques
Fracture intertrochantérienne
premier trimestre de grossesse
central
pandémies
étude comparative
hôpital
Fracture intercondylienne de l'humérus
collecte de données
pédiatre

---
N3-AUTOINDEXEE
Impact du COVID-19 sur la consultation en ophtalmologie en Maroc: enquête auprès de 35 ophtalmologistes
http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7467882
D une épidémie en Décembre à une pandémie mondiale en début de Mars, le COVID-19 est arrivée au Maroc le 02 Mars et le nombre des patients consultants en ophtalmologie a connu, depuis, une baisse considérable. Par ailleurs, les ophtalmologistes en majorité se sont portés au-devant de la scène pour assurer la continuité de soins et les urgences en respectant les consignes sanitaires. Nous avons élaboré un questionnaire afin de collecter les informations sur les orientations générales de 35 ophtalmologistes concernant l impact du COVID-19 sur l activité de la consultation. Les résultats de cette enquête ont objectivé que 88,57% des ophtalmologistes sondés ont maintenu leurs activités de consultation dont les ¾ faisaient que les cas urgents ou dont l état nécessite une prise en charge sans différée. La majorité des ophtalmologistes déclare une activité en baisse d au moins 90% par rapport à leur activité habituelle. Les ophtalmologues en activité estiment que le risque d être contaminer ou de contaminer ses patients et ses proches demeures moyennes à élever dans la majorité des cas malgré les gestes barrières de protection.
2020
false
false
false
PMC - PubMed Central
France
infections à coronavirus
pneumopathie virale
COVID-19
COVID-19
article de périodique
ophtalmologiste
enquêteur
Ophtalmologistes
Achondrogénèse
Ophtalmologie
Consultants
collecte de données
orientation vers un spécialiste
ophtalmologie
Ophtalmologie
consultants
pandémies

---
N3-AUTOINDEXEE
Anosmie sans agueusie chez des patients COVID-19: à propos de 2 cas
http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7467895
Dans la pandémie actuelle, l'anosmie associée ou non à une agueusie semble être un symptôme fréquent en cas d'infection par le SRAS-CoV-2 responsable de COVID-19. Nous rapportons deux cas d anosmies sans agueusies chez des patients COVID-19 adultes. L installation a été brutale et a persisté quelques semaines après leur guérison. Ils consultèrent dans notre service ORL où ils bénéficièrent d une abstention thérapeutique et d une surveillance en ambulatoire. Au bout de 5 semaines, ils ont déclaré avoir récupéré leur odorat. Nous avons constaté que l anosmie peut exister sans agueusie et persister après la guérison au COVID-19. La récupération de l odorat est possible au bout de quelques semaines sans traitement médical. C est pourquoi, nous recommandons un suivi des malades guéris du COVID-19 pour mieux appréhender les symptômes persistants.
2020
false
false
false
PMC - PubMed Central
France
infections à coronavirus
pneumopathie virale
COVID-19
COVID-19
article de périodique
Agueusie
troubles de l'olfaction
Anosmie
Anosmie
agueusie
agueusie
absence du sens de l'odorat
patients
proposant
a comme patient
pandémies

---
N3-AUTOINDEXEE
Coronavirus et COVID-19 : le point sur une pandémie galopante
https://www.rmlg.ulg.ac.be/aboel.php?num_id=3263&langue=FR
La communauté internationale fait actuellement face à une pandémie de syndrome respiratoire aigu due à un nouveau coronavirus, le SARS-CoV-2. Ce syndrome a été nommé COVID-19 pour COronaVIrus Disease 2019 par l’Organisation Mondiale de la Santé. Le point de départ de l’épidémie est la ville de Wuhan (Chine), où le virus aurait été transmis de l’animal à l’homme préalablement à la transmission inter-humaine. Il s’agit de la 3ème épidé mie causée par un coronavirus après celles du syndrome respiratoire aigu sévère (SARS) en 2003 et du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS) débutée en 2012. Le COVID-19 s’est rapidement propagé en Chine et se répand actuellement à travers le monde entier. L’infection touche surtout les patients de plus de 40 ans et la mortalité est accrue en présence de comorbidités. Les enfants sont, quant à eux, pauci- ou asymptomatiques. Le diagnostic repose, le plus souvent, sur la détection du génome viral au niveau du nasopharynx par des méthodes de biologie moléculaire. En l’absence de molécules anti-virales spéci fiques, le traitement reste, à l’heure actuelle, principalement symptomatique. Force est de constater que la pandémie de COVID-19 est plus difficile à contrôler que ce que les premières données ne laissaient présager. L’élément clé face au SARS-CoV-2 est de limiter sa transmission. Les mesures de prévention reposent, principalement, sur l’application de mesures d’hygiène des mains adéquates et la désinfection de l’environnement, ainsi que sur des mesures de distance sociale visant à limiter les contacts dans la population et à protéger les populations à risque.
2020
false
false
false
Revue Médicale de Liège
Belgique
infections à coronavirus
pneumopathie virale
COVID-19
COVID-19
article de périodique
coronavirus
coronavirus
pandémies

---
N3-AUTOINDEXEE
COVID-19 et maladies cardiovasculaires.
https://www.rmlg.ulg.ac.be/aboel.php?num_id=3264&langue=FR
Le COVID-19 affecte principalement les voies respiratoires et peut évoluer, dans les cas graves, vers une pneumonie, un syndrome de détresse respiratoire aiguë et une défaillance multi-systémique. Les patients souffrant d’une atteinte cardiovasculaire préalable sont plus à risque de développer une infection et d’évoluer vers une forme grave de la maladie. Aussi, de par le nombre croissant de cas infectés, force est de constater, qu’en plus des symptômes respiratoires typiques causés par l’infection, certains patients souffrent d’atteintes cardiovasculaires. Cette affection peut, en effet, entraîner des dommages myocardiques importants, qui aggravent la maladie et affectent le pronostic. Sur base des résultats des recherches actuellement publiées, il nous semble important de discuter des manifestations et des caractéristiques des atteintes myocardiques induites par le COVID-19 et de son impact sur le pronostic.
2020
Revue Médicale de Liège
Belgique
infections à coronavirus
pneumopathie virale
COVID-19
COVID-19
article de périodique
Maladie
maladies cardiovasculaires
Maladies
maladie de l'appareil circulatoire
Maladies cardiovasculaires
pandémies

---
N3-AUTOINDEXEE
Repenser les soins de santé post-COVID-19.
https://www.rmlg.ulg.ac.be/aboel.php?num_id=3367&langue=FR
La crise sanitaire liée à la pandémie du coronavirus (COVID-19) a obligé la société, et les hôpitaux en particulier, à s’adapter et se réformer. Le travail en équipe entre hôpitaux, même au-delà des réseaux, a permis de faire face à la crise. Le corps médical et infirmier a dû apprendre à travailler différemment et faire la distinction entre les soins urgents et non urgents. Mais le patient aussi a dû changer ses comportements. L’accès aux hôpitaux s’est vu diviser entre un trajet COVID et non-COVID, bien distincts, afin d’éviter des contaminations. La télémédecine est devenue un moyen quotidien de communiquer entre le monde médical et les patients. Des consultations téléphoniques ont été instaurées avec, à la clef, un remboursement par l’INAMI. Cependant, ces actions et innovations ne devraient pas se terminer avec la crise liée à la COVID-19, mais, au contraire, être un levier pour repenser le rôle des hôpitaux, et notre système de soins de santé plus globalement.
2020
Revue Médicale de Liège
Belgique
infections à coronavirus
pneumopathie virale
COVID-19
COVID-19
article de périodique
prestations des soins de santé
Soins de santé
pandémies

---
N3-AUTOINDEXEE
Gestion des admissions aux Urgences durant la pandémie de COVID-19 au sein du CHU de Liège : Apport d’un centre de tri avancé
https://www.rmlg.ulg.ac.be/aboel.php?num_id=3368&langue=FR
La pandémie de COVID-19 a débuté au mois de mars 2020 sur le territoire belge. Elle a contraint nos institutions hospitalières à une série de réorganisations singulières soutenues par l’activation du Plan d’Urgence Hospitalier. Cet article a pour objet de décrire l’expérience du Centre Hospitalier Universitaire de Liège (CHU de Liège) durant la pandémie de COVID-19 et de relater l’efficience de la mise en place d’un centre de tri avancé en amont des services d’urgences pour la gestion des admissions hospitalières. Méthodes : dès le 2 Mars 2020, le CHU de Liège a mis en place une infrastructure d’accueil des patients suspects d’infection par le SARS-CoV-2. D’abord initiée au sein de l’institution hospitalière, la nécessité d’une infrastructure indépendante s’est rapidement révélée indispensable et a, dès lors, vu le jour dès la fin du mois de mars, sur les deux sites hospitaliers universitaires. Du 2 mars au 3 mai 2020, l’ensemble des données relatives aux visites au sein des centres de tri avancé ont été collectées (nombre d’admissions, motif des visites, examens complémentaires et