CISMeFÀ propos deSites et documents médicauxTerminologies de SantéConnexion


Titre : Conflit sous-acromial : quelles sont les preuves de nos moyens ?;

Année de publication : 2017;

Auteurs : Pallot A;

Lien DOI : 10.1016/j.kine.2017.02.041;

Résumé : abstract-sec section-title Introduction /section-title simple-para Le conflit sous-acromial (CSA) peut avoir différentes étiologies (et mécanismes) qui sont non mutuellement exclusives cross-ref [1] /cross-ref . Il contribue au développement et/ou à la progression d’une pathologie de la coiffe des rotateurs (CDR) cross-ref [1] /cross-ref . La prévalence des épaules douloureuses, dont font partie les épaules avec CSA, est importante dans les troubles musculosquelettiques cross-ref [2] /cross-ref . Autant d’un point de vue individuel (le patient) que collectif (santé publique), il est nécessaire d’apporter la meilleure prise en charge à ces patients. L’objectif de cette revue systématique est de rapporter le niveau de preuve des moyens thérapeutiques existants pour le traitement d’un CSA. /simple-para abstract-sec section-title Matériel, population et méthode /section-title simple-para Une recherche rétrospective (en français et anglais) s’est déroulée entre avril 2016 et septembre 2016. Les équations de recherche ont été utilisées dans des bases de données de littérature blanche (MEDLINE, PEDro, Science Direct, Cochrane Library, LiSSa et la HAS) et de littérature grise (Kinédoc et OpenGrey), ainsi que sur le moteur de recherche Google Scholar. Une recherche dans les listes de références bibliographiques des articles et sur les sites dédiés à certains concepts a aussi été réalisée. Pour chaque type/concept de moyen, seul le(s) meilleur(s) schéma(s) d’étude a(ont) été retenu(s). Une comparaison de la qualité méthodologique était effectuée si plusieurs études de même niveau de schéma étaient présentes. Un niveau de preuve (échelle sur 5) cross-ref [3] /cross-ref a donc pu être attribué à chaque concept. Une recherche prospective est en cours afin de tenir actualisées les données. /simple-para abstract-sec section-title Résultats /section-title simple-para Actuellement, le niveau de preuve de 4 concepts peut être rapporté : 4/5 pour le concept 3C et scapuleo (selon Stévenot et al. cross-ref [4] /cross-ref ), 4/5 pour la méthode CGE (selon Marc et al. cross-ref [5] /cross-ref ), 2/5 pour le recentrage actif de la tête humérale par les abaisseurs longs cross-ref [6] /cross-ref et 1/5 pour la kinésithérapie de « 1 sup er /sup cycle » (étirements, exercices musculaires et neuromusculaires, …) cross-ref [7] /cross-ref . /simple-para abstract-sec section-title Conclusion ou discussion /section-title simple-para À ce jour, peu de concepts/types rééducatifs sont scientifiquement évalués. Un seul possède un fort niveau de preuve et peut être clairement recommandable dans le traitement des patients avec CSA : la kinésithérapie de « 1 sup er /sup cycle ». Présente transversalement dans les protocoles des autres concepts, elle pourrait être une des explications à leur éventuelle efficacité. De futures études sont donc nécessaires pour pouvoir statuer sur ces autres concepts. /simple-para ;

Mois de publication : April;

Numéro : 184;

Volume : 17;

Pagination : 44-44;

PII : S1779-0123(17)30102-X;

Mot-clés auteurs : Conflit sous-acromial; Épaule; Méthode CGE; Recentrage actif; Scapuleo;

greenArrow Détails


greenArrow Vous pouvez consulter :


Courriel
25/05/2017


[Accueil] [Haut de page]

© CHU de Rouen. Toute utilisation partielle ou totale de ce document doit mentionner la source.