CISMeFÀ propos deSites et documents médicauxTerminologies de SantéConnexion


Libellé préféré : antiparkinsoniens;

Synonyme MeSH : Médicaments antiparkinsoniens; Anti-parkinsoniens; Agents antiparkinsoniens;

Définition VIDAL : Médicament destiné à lutter contre les symptômes de la maladie de Parkinson. Les plus utilisés des antiparkinsoniens stimulent ou remplacent l'action de la dopamine sur des centres spécifiques du cerveau ( dopaminergiques) ; d'autres bloquent l'action de l'acétylcholine (anticholinergiques) et sont surtout efficaces sur le tremblement et la rigidité musculaire. Ces derniers sont également utilisés pour corriger le syndrome parkinsonien induit par les neuroleptiques.;

action pharmacologique : O;

substance (CISMeF) : O;

greenArrow Détails


greenArrow Consulter ci-dessous une sélection des principales ressources :

greenArrow Vous pouvez consulter :


N2-AUTOINDEXEE
ICOMT
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/icomt
La COMT est une enzyme du métabolisme à la fois de la dopamine et de la L-Dopa. L’entacapone est un inhibiteur sélectif réversible de la COMT périphérique. Elle n’a pas d’effet symptomatique en monothérapie mais associée avec la L-Dopa, elle allonge significativement la durée du déblocage moteur et permet de diminuer les doses de L-Dopa de 15 à 30%. L’entacapone augmente l’aire sous la courbe des concentrations plasmatiques de L-Dopa sans majorer le pic de concentration plasmatique. Les effets indésirables des ICOMT sont comparables à ceux de la L-Dopa. L’entacapone entraîne une coloration orangée des urines...
2017
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
Inhibiteurs de la catéchol O-méthyltransférase
antiparkinsoniens
maladie de Parkinson
information sur le médicament

---
N2-AUTOINDEXEE
Antiparkinsoniens : Les points essentiels
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/antiparkinsoniens-les-points-essentiels
La base du traitement de la maladie de Parkinson vise à compenser le déficit dopaminergique par plusiers mécanismes: 1) en apportant de la L-dopa exogène qui sera captée par le neurone dopaminergique et sera ensuite transformée en dopamine, 2) en mimant l’action de la dopamine sur les récepteurs dopaminergiques avec les agonistes dopaminergiques (bromocriptine, ropinirole, pergolide…) qui agissent directement sur les récepteurs dopaminergiques D2 post synaptiques et ne nécessitent pas de transformation ou métabolisme au niveau des neurones dopaminergiques nigrostriés, ou 3) en inhibant les enzymes du catabolisme de la dopamine comme le COMT ou la MAO-B pour diminuer sa dégradation. Le traitement peut aussi corriger les conséquences du déficit dopaminergique (par ex. l'hyperactivité cholinergique au niveau du striatum due au déficit en dopamine) en agissant sur d’autres neurotransmetteurs (acétylcholine, glutamate). Les antagonistes muscariniques (trihexyphénidyle) diminuent la transmission cholinergique en agissant au niveau de la synapse des interneurones cholinergiques striataux. Les antagonistes des récepteurs glutamatergiques de type NMDA (Amantadine) diminuent la transmission glutamatergique. Tous ces médicaments exercent un effet symptomatique en améliorant les symptômes moteurs (akinésie, tremblement, rigidité) de la maladie de Parkinson et aussi d’autres pathologies neurologiques comme le syndrome des jambes sans repos et la dystonie dopa-sensible. La plupart des effets indésirables des médicaments anti-parkinsoniens sont liés à leurs propriétés dopaminergiques périphériques et centrales...
2015
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
essentiel
antiparkinsoniens

---
N2-AUTOINDEXEE
Anticholinergiques
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/anticholinergiques-2
Dans la maladie de Parkinson, le déficit dopaminergique lève l’inhibition an niveau des neurones cholinergiques résultant donc en une hyperactivité cholinergique striatale. Les antagonistes muscariniques diminuent la transmission cholinergique en agissant au niveau de la synapse des interneurones cholinergiques striataux. Les anticholinergiques possèdent un effet antiparkinsonien modéré prédominant sur le tremblement. Leur demi vie est d’environ 3 heures. Les effets indésirables des anticholinergiques découlent directement du blocage des récepteurs cholinergiques périphériques (sécheresse buccale, constipation, dysurie, mydriase et troubles de l’accommodation) et centraux (confusion, délire, hallucinations et troubles mnésiques surtout chez le sujet âgé). Les contre-indications des anticholinergiques sont adénome de la prostate, glaucome à angle fermé, détérioration intellectuelle. La prudence s’impose chez le sujet âgé...
2015
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
antagonistes cholinergiques
antiparkinsoniens
maladie de Parkinson
anticholinergiques
antagonistes cholinergiques

---
N2-AUTOINDEXEE
IMAO B comme antiparkinsonien
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/imao-b-comme-antiparkinsonien
Les IMAO-B réduisent la dégradation périphérique de la L-Dopa en bloquant sélectivement et de manière irréversible la monoamine-oxydase-B (MAO-B) intra- et extra-neuronale. De plus, les IMAO-B possèderaient aussi une action inhibitrice sur la MAO-B cérébrale permettant de corriger une partie de la déficience dopaminergique par l’augmentation du taux de dopamine striatale. Cette propriété explique leur effet symptomatique antiparkinsonien même en l’absence d’administration de L-Dopa. les IMAO-B exercent un effet symptomatique antiparkinsonien en monothérapie (en début de la maladie lorsque la gène fonctionnelle est minime) et en association avec la L-Dopa afin de 1) diminuer les doses de L-dopa ou/et 2) en prolongeant l’efficacité de la L-dopa au stade de fluctuation motrice de 'fin de dose'. Le blocage irréversible de la MAO-B explique leur longue durée d’action. Les effets indésirables des IMAO-B sont comparables à ceux de la L-Dopa...
2015
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
antiparkinsoniens
N04BD - inhibiteurs de la monoamine oxydase type B
inhibiteurs de la monoamine oxydase
maladie de Parkinson
inhibiteurs de la monoamine oxydase
antiparkinsoniens
Organismes

---
N2-AUTOINDEXEE
Amantadine
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/amantadine
Le mécanisme d’action de l'amantadine reste mal connu et il est probablement multiple (augmentation de la synthèse et de la libération de dopamine, blocage de la recapture présynaptique de la dopamine, antagoniste des récepteurs glutamatergiques de type NMDA, faible action anticholinergique). L’amantadine exerce un effet antiparkinsonien modéré sur l'akinésie et l'hypertonie de la maladie de Parkinson. Récemment, on a découvert qu’elle diminuait significativement la durée et la sévérité des dyskinésies sans majorer les signes parkinsoniens. Une confusion, des hallucinations visuelles, une agitation représentent les effets indésirables les plus souvent rencontrés. Ils sont liés aux propriétés dopaminergiques et anticholinergiques du médicament. Une hypotension orthostatique, des oedèmes et un livedo des membres inférieurs sont plus rares. Des troubles digestifs sont egalement observés...
2015
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
amantadine
antiparkinsoniens
maladie de Parkinson
amantadine
amantadine

---
N2-AUTOINDEXEE
L-dopa
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/l-dopa
Le traitement par L-dopa constitue la pierre angulaire du traitement de la maladie de Parkinson. L’effet antiparkinsonien de la L-Dopa reste plus puissant et plus durable que celui des agonistes dopaminergiques. La L-Dopa permet d’augmenter l’espérance de vie des parkinsoniens d’environ 5 ans. La L-Dopa est également efficace dans le syndrome des jambes sans repos et dans la dystonie dopa sensible. La résorption digestive est limitée par de nombreux facteurs (vitesse de vidange gastrique, décarboxylation de la L-Dopa au niveau de la paroi de l’estomac, compétition entre la L-Dopa et de nombreux acides aminés au niveau d’un transport commun lors du franchissement de la barrière intestinale). Le pic plasmatique est atteint en moyenne en 1 à 2 heures et la demi vie est courte (1,5 heures). L'association avec un inhibiteur de la dopa-décarboxylase (bensérazide ou carbidopa) qui ne passe pas la barrière hémato-encéphalique améliore le profil pharmacocinétique avec une meilleure biodisponibilité globale et centrale et une demi-vie de 3 heures...
2015
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
lévodopa
antiparkinsoniens
maladie de Parkinson
lévodopa
Dopa
dihydroxyphénylalanine
dopa

---
N2-AUTOINDEXEE
Agonistes dopaminergiques
http://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/agonistes-dopaminergiques
Il existe deux classes d’agonistes dopaminergiques : 1) les dérivés des alcaloïdes de l’ergot de seigle (bromocriptine, cabergoline, lisuride, pergolide) et 2) les non dérivés de l’ergot de seigle (ropinirole, pramipexole, piribédil). Ils agissent tous directement sur les récepteurs dopaminergiques et ne nécessitent pas de métabolisme en principe actif par les neurones dopaminergiques nigrostriés. Les dérivés de l’ergot de seigle agissent également sur les récepteurs alpha adrénergiques et sérotoninergiques ce qui occasionnent des effets indésirables. Au stade précoce de la maladie de Parkinson, les agonistes dopaminergiques permettent de bien contrôler les symptômes moteurs mais surtout réduisent de moitié le risque de survenue des complications motrices. Au stade des complications motrices, les agonistes dopaminergiques en association avec la L-Dopa permettent de compléter l’efficacité thérapeutique de la L-Dopa, d’atténuer les fluctuations motrices et de réduire les dyskinésies par la diminution posologique de L-Dopa qu’ils entraînent. Aucun agoniste n’a démontré d’efficacité supérieure par rapport aux autres. Les agonistes dopaminergiques ont démontré une efficacité dans le syndrome des jambes sans repos mais ne sont à utiliser que dans les formes sévères. Leur demi vie est plus longue que celle de la L-Dopa...
2015
false
false
false
Pharmacomedicale.org
France
français
information sur le médicament
agonistes de la dopamine
antiparkinsoniens
maladie de Parkinson
agonistes de la dopamine

---
N1-SUPERVISEE
Maladie de Parkinson
http://unt-ori2.crihan.fr/unspf/2012_Grenoble_Gibert_Parkinson/
Patient de 70 ans, hospitalisé dans le service de gériatrie, via le service des urgences, pour chutes à répétition depuis quelques semaines. Dans ses antécédents, on note une maladie de Parkinson, traitée depuis 2004.
2012
true
true
false
true
UNSPF - Université Numérique des Sciences Pharmaceutiques Francophones
France
dopamine
acétylcholine
bensérazide
neuroleptiques
cas clinique
enseignement pharmacie
sujet âgé
maladie de Parkinson
maladie de Parkinson
maladie de Parkinson
antiparkinsoniens
neurologie
maladie de Parkinson

---
N1-SUPERVISEE
Sifrol - Pramipexole
http://www.ema.europa.eu/ema/index.jsp?curl=pages/medicines/human/medicines/000133/human_med_001049.jsp&murl=menus/medicines/medicines.jsp&mid=WC0b01ac058001d124
http://www.ema.europa.eu/ema/generateFeed/medicines/WC500019758
Sifrol est indiqué pour le traitement des symptômes des maladies suivantes: maladie de Parkinson, trouble neurologique progressif qui provoque des tremblements, un ralentissement des mouvements et une raideur musculaire. Sifrol peut être utilisé en monothérapie ou en association avec la lévodopa (autre médicament indiqué pour la maladie de Parkinson) lorsqu'au cours de l'évolution de la maladie, y compris à des stades plus avancés, la lévodopa commence à perdre de son efficacité; syndrome des jambes sans repos modéré à sévère, trouble dans lequel le patient ressent un besoin irrépressible de bouger les jambes en raison d'un inconfort, d'une douleur ou de sensations bizarres dans le corps, généralement la nuit. Sifrol est indiqué lorsque la cause précise de ce trouble ne peut être identifiée...
2011
false
N
EMA - Agence européenne des médicaments
Grande-Bretagne
anglais
français
flux de syndication
maladie de Parkinson
association de médicaments
Récepteur D2 de la dopamine
N04BC05 - pramipexole
syndrome des jambes sans repos
récepteur D3 de la dopamine
SIFROL
SIFROL 0,18 mg, comprimé
SIFROL 0,26 mg, comprimé à libération prolongée
SIFROL 0,52 mg, comprimé à libération prolongée
SIFROL 0,7 mg, comprimé
SIFROL 1,05 mg, comprimé à libération prolongée
SIFROL 2,1 mg, comprimé à libération prolongée
pramipexole
administration par voie orale
69016117
66881233
60267171
67432729
67527910
69922895
3400892595672
3400892595962
3400893460139
3400893460368
3400893460429
3400893460597
évaluation médicament
résumé des caractéristiques du produit
notice médicamenteuse
antiparkinsoniens
agonistes de la dopamine
benzothiazoles
antiparkinsoniens
agonistes de la dopamine
benzothiazoles
pramipexole

---
N1-SUPERVISEE
Évaluation de l'efficacité et de l'innocuité du traitement adjuvant en plus de la lévodopa chez les patients atteints de maladie de Parkinson et présentant des complications motrices
http://www.cochrane.org/fr/CD007166
L'objectif de cette méta-analyse est d'évaluer plus rigoureusement les bénéfices et les risques associés aux trois classes de médicaments (agonistes de la dopamine, ICOMT et IMAO-B) actuellement utilisées en traitement adjuvant en plus de la lévodopa chez les patients atteints de MP et présentant des complications motrices. Les trois classes de médicaments ont été comparées afin de déterminer si l'une d'elles conférait un meilleur contrôle symptomatique que les autres.
2010
false
false
false
Centre Cochrane Français
France
français
Inhibiteurs de la catéchol O-méthyltransférase
méta-analyse
maladie de Parkinson
maladie de Parkinson
résultat thérapeutique
lévodopa
antiparkinsoniens
agonistes de la dopamine
dyskinésies
inhibiteurs de la monoamine oxydase
résumé ou synthèse en français

---
N1-VALIDE
Médicaments du système nerveux central et canicules : rapport et recommandations
http://www.inspq.qc.ca/pdf/publications/1199_MedSystemeNerveuxCanicules.pdf
Avec le présent rapport, l'INSPQ veut répertorier quels sont vraiment les médicaments à risque sur le terrain en s'appuyant sur des publications originales, basées sur des études d'observation descriptives ou expérimentales, ou à visée étiologique. Une fois répertorié, il sera alors possible de différencier quels sont les médicaments réellement à risque de ceux qui ne le sont que théoriquement, réduisant ainsi la liste de personnes à risque durant une canicule (d'où une meilleure surveillance des impacts santé liés à la consommation de ces médicaments dans un tel contexte).
2010
false
N
INSPQ - Institut National de Santé Publique - Québec
Québec
Canada
français
agents du système nerveux central
chaleur extrême
antidépresseurs
anticonvulsivants
anticholinestérasiques
lithium
neuroleptiques
antiparkinsoniens
coup de chaleur
effets secondaires indésirables des médicaments
recommandation professionnelle

---
N1-SUPERVISEE
Traitement de la maladie de Parkinson en 2009
https://www.revmed.ch/RMS/2009/RMS-214/Traitementde-la-maladie-de-Parkinson-en-2009
La maladie de Parkinson reste incurable et de cause inconnue. La lévodopa est la molécule la plus puissante, mais son efficacité devient aléatoire au fil du temps avec l'apparition de fluctuations motrices et mouvements anormaux involontaires, dyskinésies et dystonies. Ces variations sont en partie liées aux changements de taux plasmatiques de lévodopa. Les traitements alternatifs visent à stabiliser ces taux plasmatiques ou à agir directement au niveau des récepteurs dopaminergiques avec des molécules de longue demi-vie. Dans les cas rebelles, une chirurgie fonctionnelle peut être proposée. Certains symptômes, souvent tardifs comme la démence, l'instabilité posturale et la dysautonomie sont, hélas, rebelles aux traitements dopaminergiques.
2009
false
N
RMS - Revue Médicale Suisse
Suisse
français
article de périodique
maladie de Parkinson
lévodopa
antiparkinsoniens
agents dopaminergiques
maladie de Parkinson

---
N1-SUPERVISEE
Le traitement initial de la maladie de Parkinson Quoi de neuf docteur?
http://www.stacommunications.com/journals/leclinicien/2008/07-juillet%20aout%202008/054-Maladie%20de%20Parkinson.pdf
quand débuter le traitement, choix du traitement initial
2008
false
N
Le Clinicien - la revue de formation médicale continue
Canada
français
antiparkinsoniens
maladie de Parkinson
article de périodique

---
N1-SUPERVISEE
La maladie de Parkinson - II la place de la rasagiline (Azilect)
http://www.fmoq.org/Lists/FMOQDocumentLibrary/fr/Le%20M%C3%A9decin%20du%20Qu%C3%A9bec/Archives/2000%20-%202009/087-089info-comprim%C3%A9e1208.pdf
La rasagiline est un inhibiteur sélectif de la MAO-B qui ne serait pas transformée en métabolites toxiques, contrairement à la sélégiline. Quelques études ont révélé son efficacité en monothérapie et dans le traitement adjuvant à la lévodopa. Par contre, il n'existe pas d'études à long terme. Le gouvernement du Québec rembourse seulement la rasagiline lorsqu'elle est utilisée en traitement adjuvant à une dopathérapie. La rasagiline comporte son lot d'effets indésirables, les interactions plus importantes pouvant entraîner la mort. De plus, les patients recevant ce traitement doivent éviter les aliments riches en tyramine. Il faut donc demeurer vigilant lors de la prescription de ce médicament.
2008
false
N
FMOQ - Fédération des Médecins Omnipraticiens du Québec
Canada
français
antiparkinsoniens
indanes
neuroprotecteurs
maladie de Parkinson
rasagiline
indanes
article de périodique

---
N1-SUPERVISEE
Troubles du contrôle des impulsions et maladie de Parkinson
https://www.revmed.ch/RMS/2008/RMS-156/Troubles-du-controle-des-impulsions-et-maladie-de-Parkinson
Certains troubles du comportement se développant brusquement chez des patients souffrant d'une maladie de Parkinson (MP) ont récemment fait la une de la presse non médicale et l'objet de nombreuses publications scientifiques. Jeu pathologique, achats compulsifs, addiction à internet ou à d'autres activités récréatives, hypersexualité ou boulimie, ces troubles du contrôle des impulsions (TCI) pourraient être plus fréquents qu'initialement évalués et peuvent avoir des conséquences aussi spectaculaires que désastreuses sur les patients atteints. Ils résultent d'un effet indésirable du traitement antiparkinsonien, en particulier des agonistes dopaminergiques et sont généralement réversibles après réajustement thérapeutique.
2008
false
true
false
RMS - Revue Médicale Suisse
Suisse
français
troubles du contrôle des impulsions
antiparkinsoniens
article de périodique

---
N3-AUTOINDEXEE
ANTIPARKINSONIENS dits CORRECTEURS
http://www.reseau-pic.info/?dest=medicaments/antiparkinsoniens.htm&med=AKINETON®
2007
ADIPH
France
brochure pédagogique pour les patients
antiparkinsoniens

---
N1-VALIDE
Maladie de Parkinson
guide ALD
http://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_546220/ald-n16-maladie-de-parkinson
L'objectif de ce guide est d'expliciter pour les professionnels de santé la prise en charge optimale et le parcours de soins d'un patient atteint de syndrome parkinsonien dégénératif ou secondaire non réversible, admis en ALD au titre de l'ALD 16.'
2007
false
N
HAS - Haute Autorité de Santé
Paris
France
français
maladie de Parkinson
signes et symptômes
indice de gravité médicale
éducation du patient comme sujet
maladie de Parkinson
antiparkinsoniens
adulte
sujet âgé
maladie de Parkinson
évolution de la maladie
antiparkinsoniens
agents dopaminergiques
agents dopaminergiques
maladie de Parkinson
maladie de Parkinson
rôle professionnel
antagonistes cholinergiques
antagonistes cholinergiques
continuité des soins
gestion des soins aux patients
recommandation pour la pratique clinique

---
N1-VALIDE
Valvulopathies fibrosantes sous pergolide : revue
Cardiac valve fibrosis and pergolide
http://www.john-libbey-eurotext.fr/fr/revues/medecine/mca/e-docs/00/04/0F/30/resume.md?type=text.html
http://www.john-libbey-eurotext.fr/en/revues/medecine/mca/e-docs/00/04/0F/30/resume.md?type=text.html
données de la littérature, imputabilité du pergolide dans la survenue des valvulopathies fibrosantes, mécanisme d'action, conduite à tenir en pratique, conclusion, références
2005
false
N
John Libbey Eurotext
Montrouge
France
français
anglais
Cardiotoxicité
continuité des soins
facteurs de risque
valvulopathies
valvulopathies
pergolide
agonistes de la dopamine
antiparkinsoniens
pergolide
antiparkinsoniens
agonistes de la dopamine
valvulopathies
prévalence
article de périodique
échocardiographie
résumé ou synthèse en français

---
N1-VALIDE
Pharmacologie Neurologie - Psychiatrie
http://www.chups.jussieu.fr/polys/pharmaco/poly/neuropsy.html
antimigraineux (traitement de la crise, traitement de fond), anti-parkinsoniens (anticholinergiques, médicaments dopaminergiques, agonistes), anti-épileptiques (barbituriques, hydantoïnes, valproate de sodium, carbamazépine tégrétol, benzodiapépines, succinimides, nouveaux anti-épileptiques), maladie d'Alzheimer, anti-vertigineux (anticholinergiques, médicaments agissant sur l'histamine, inhibteurs calciques, neuroleptiques), antidépresseurs (imipraminiques, IMAO, inhibiteurs du recaptage de la sérotonine), neuroleptiques (propriétés pharmacologiques, neuroleptiques conventionnels, atypiques), anxiolitiques (benzodiazépines, antidépresseurs), lithium (effets pharmacologiques et mécanismes d'action, pharmacocinétique et surdosage, effets secondaires, autre thymorégulateurs)
2002
true
N
1er cycle / licence
Faculté de Médecine Pierre et Marie Curie
Paris
France
français
N02C - antimigraineux
neuroleptiques
antidépresseurs
anticonvulsivants
antiparkinsoniens
migraines
antiparkinsoniens
épilepsie
maladie d'Alzheimer
vertige
antidépresseurs
neuroleptiques
anxiolytiques
composés du lithium
pharmacologie
anticonvulsivants
anticonvulsivants
interactions médicamenteuses
maladie de Parkinson
troubles psychotiques
troubles anxieux
dépression
trouble dépressif
neuroleptiques
antiparkinsoniens
cours

---
Courriel
21/06/2017


[Accueil] [Haut de page]

© CHU de Rouen. Toute utilisation partielle ou totale de ce document doit mentionner la source.