CISMeF /page/out.do?view=qdn&startDate=20-05-2017&endDate=27-05-2017&lang=fr&format=xml&oti=DOC CISMeF News fr Copyright 2013, CISMeF CISMeF http://www.chu-rouen.fr/images/logo_CISMeF.gif http://www.chu-rouen.fr/cismef CISMeF News Prophylaxie ou traitement anticipé prolongé contre le cytomégalovirus après une greffe allogénique de cellules souches hématopoïétiques : avantage du valganciclovir? http://www.pharmactuel.com/index.php/pharmactuel/article/view/1071 Protocole de recherche : Il s’agit d’un essai clinique multicentrique à répartition aléatoire et à double insu, contrôlé par placebo. L’étude compare la prophylaxie du CMV par valganciclovir à la thérapie anticipée (groupe recevant un placebo), du jour 100 au jour 270 après une GCSH, avec un suivi jusqu’au jour 640... Protocole de recherche : Il s’agit d’un essai clinique multicentrique à répartition aléatoire et à double insu, contrôlé par placebo. L’étude compare la prophylaxie du CMV par valganciclovir à la thérapie anticipée (groupe recevant un placebo), du jour 100 au jour 270 après une GCSH, avec un suivi jusqu’au jour 640... Kétamine par voie orale pour le traitement du syndrome douloureux régional complexe réfractaire d’une patiente âgée de 36 ans http://www.pharmactuel.com/index.php/pharmactuel/article/view/1068 Résumé du cas : Il s’agit d’une femme de 36 ans atteinte d’un syndrome douloureux régional complexe de type I au pied gauche, en contexte ambulatoire. Elle a essayé de nombreux traitements et a dû cesser les exercices de réadaptation en raison de la douleur. Après avoir consulté un médecin d’une clinique externe contre la douleur chronique, elle a commencé un traitement par kétamine par voie orale. Les douleurs ont diminué de façon importante avec la prise de kétamine et la patiente a pu recommencer un programme de réadaptation... Résumé du cas : Il s’agit d’une femme de 36 ans atteinte d’un syndrome douloureux régional complexe de type I au pied gauche, en contexte ambulatoire. Elle a essayé de nombreux traitements et a dû cesser les exercices de réadaptation en raison de la douleur. Après avoir consulté un médecin d’une clinique externe contre la douleur chronique, elle a commencé un traitement par kétamine par voie orale. Les douleurs ont diminué de façon importante avec la prise de kétamine et la patiente a pu recommencer un programme de réadaptation... Le tremblement essentiel : où en sommes-nous? http://www.pharmactuel.com/index.php/pharmactuel/article/view/1109 Objectifs : Discuter des modalités de traitement du tremblement essentiel. Source des données : Une revue de la documentation scientifique portant sur la pharmacothérapie du tremblement essentiel a été effectuée en recherchant des articles à partir de Pubmed entre 1975 et 2015 à l’aide des mots-clés suivants : adult, alprazolam, atenolol, benzodiazepines, botulinum toxin, clonazepam, deep brain stimulation, diazepam, essential tremor, gabapentin, lorazepam, metoprolol, nadolol, pediatrics, pharmacotherapy, phenobarbital, primidone, propranolol, sotalol, thalamotomy, topiramate. Les lignes directrices de l’American Academy of Neurology sur les traitements du tremblement essentiel révisées en 2011 ont également été consultées... Objectifs : Discuter des modalités de traitement du tremblement essentiel. Source des données : Une revue de la documentation scientifique portant sur la pharmacothérapie du tremblement essentiel a été effectuée en recherchant des articles à partir de Pubmed entre 1975 et 2015 à l’aide des mots-clés suivants : adult, alprazolam, atenolol, benzodiazepines, botulinum toxin, clonazepam, deep brain stimulation, diazepam, essential tremor, gabapentin, lorazepam, metoprolol, nadolol, pediatrics, pharmacotherapy, phenobarbital, primidone, propranolol, sotalol, thalamotomy, topiramate. Les lignes directrices de l’American Academy of Neurology sur les traitements du tremblement essentiel révisées en 2011 ont également été consultées... Modèles d’intervention clinique du Programme de gestion thérapeutique des médicaments : utilisation d’abréviations et de symboles dangereux dans les ordonnances pharmaceutiques http://www.pharmactuel.com/index.php/pharmactuel/article/view/1117 Quatre abréviations que les établissements doivent cibler en priorité ont été choisies : cc, U/UI, qd et μg. Chaque établissement a précisé ses modèles d’intervention clinique, qui pouvaient comprendre la diffusion de l’information, la rétroaction auprès du prescripteur et, ultimement, l’obligation de rédiger de nouveau les ordonnances fautives. Les abréviations de noms de médicaments ont également été étudiées. La mise en oeuvre de différents modèles d’intervention a entraîné une diminution nette de 3 à 29 % de la fréquence d’utilisation des quatre abréviations dans les ordonnances. On a également observé une diminution nette de la fréquence d’utilisation de noms de médicaments abrégés, variant de 1 à 4 % selon l’établissement. En exigeant une nouvelle ordonnance dans les 24 heures suivant la fautive, un centre hospitalier universitaire a réussi à faire passer son taux de non-conformité sous la barre des 10 %... Quatre abréviations que les établissements doivent cibler en priorité ont été choisies : cc, U/UI, qd et μg. Chaque établissement a précisé ses modèles d’intervention clinique, qui pouvaient comprendre la diffusion de l’information, la rétroaction auprès du prescripteur et, ultimement, l’obligation de rédiger de nouveau les ordonnances fautives. Les abréviations de noms de médicaments ont également été étudiées. La mise en oeuvre de différents modèles d’intervention a entraîné une diminution nette de 3 à 29 % de la fréquence d’utilisation des quatre abréviations dans les ordonnances. On a également observé une diminution nette de la fréquence d’utilisation de noms de médicaments abrégés, variant de 1 à 4 % selon l’établissement. En exigeant une nouvelle ordonnance dans les 24 heures suivant la fautive, un centre hospitalier universitaire a réussi à faire passer son taux de non-conformité sous la barre des 10 %... La sécurité cardiovasculaire de l’empagliflozine : étude EMPA-REG http://www.pharmactuel.com/index.php/pharmactuel/article/view/1146 L’objectif principal étudié dans les essais cliniques portant sur de nouvelles thérapies hypoglycémiantes vise généralement la baisse du taux d’hémoglobine glyquée (HbA1c) en tant que marqueur intermédiaire. Cependant, considérant que, par le passé, certaines molécules ont été associées à des risques cardiovasculaires, la Food and Drug Administration (FDA) exige depuis 2008 des preuves que les nouveaux médicaments pour le DB2 n’entraînent pas de risques cardiovasculaires. D’un côté, pensons aux avantages de la metformine. D’un autre côté, pensons au risque d’insuffisance cardiaque associé aux thiazolidinediones et à la saxagliptine. L’étude EMPA-REG évalue donc les effets de l’empagliflozine, un agent de la classe des inhibiteurs du sodium-glucose cotransporteur 2 (SGLT2), sur la mortalité et la morbidité cardiovasculaire... L’objectif principal étudié dans les essais cliniques portant sur de nouvelles thérapies hypoglycémiantes vise généralement la baisse du taux d’hémoglobine glyquée (HbA1c) en tant que marqueur intermédiaire. Cependant, considérant que, par le passé, certaines molécules ont été associées à des risques cardiovasculaires, la Food and Drug Administration (FDA) exige depuis 2008 des preuves que les nouveaux médicaments pour le DB2 n’entraînent pas de risques cardiovasculaires. D’un côté, pensons aux avantages de la metformine. D’un autre côté, pensons au risque d’insuffisance cardiaque associé aux thiazolidinediones et à la saxagliptine. L’étude EMPA-REG évalue donc les effets de l’empagliflozine, un agent de la classe des inhibiteurs du sodium-glucose cotransporteur 2 (SGLT2), sur la mortalité et la morbidité cardiovasculaire... Étude SPRINT : Doit-on réviser à la baisse la cible de tension artérielle pour les patients à un risque cardiovasculaire élevé? http://www.pharmactuel.com/index.php/pharmactuel/article/view/1144 L'’étude SPRINT découle de la volonté d’obtenir davantage de données objectives sur la cible de pression artérielle systolique à viser pour une population non diabétique, âgée d’au moins 50 ans. L’objectif principal de l’étude était donc d’évaluer si un contrôle intensif avec une valeur de pression artérielle systolique inférieure à 120 mmHg était plus efficace qu’un contrôle standard visant une pression artérielle systolique inférieure à 140 mmHg afin de réduire l’incidence des évènements cardiovasculaires graves dans cette population... L'’étude SPRINT découle de la volonté d’obtenir davantage de données objectives sur la cible de pression artérielle systolique à viser pour une population non diabétique, âgée d’au moins 50 ans. L’objectif principal de l’étude était donc d’évaluer si un contrôle intensif avec une valeur de pression artérielle systolique inférieure à 120 mmHg était plus efficace qu’un contrôle standard visant une pression artérielle systolique inférieure à 140 mmHg afin de réduire l’incidence des évènements cardiovasculaires graves dans cette population... Faut-il cesser l’aspirine avant un pontage aortocoronarien ? http://www.pharmactuel.com/index.php/pharmactuel/article/view/1147 L’acide acétylsalicylique (AAS) est largement utilisé chez des patients atteints de maladie vasculaire athérosclérotique en prévention secondaire d’évènements thrombotiques. L’AAS est aussi connu pour réduire la morbidité et la mortalité suivant un pontage aortocoronarien (PAC), notamment en diminuant l’accumulation de lipides dans l’intima et en améliorant la perméabilité du greffon de la veine saphène. L’AAS permet ainsi une diminution des infarctus du myocarde (IM) et possiblement des accidents vasculaires cérébraux (AVC). Par contre, en inhibant l’agrégation plaquettaire, la poursuite de l’AAS pourrait être associée à une augmentation du risque de saignement pendant l’opération. L’étude ATACAS avait pour objectif d’évaluer si l’AAS débutée en préopératoire, l’acide tranexamique administrée durant la chirurgie, ou ces deux molécules combinées peuvent réduire la mortalité et la morbidité suivant une chirurgie élective de pontage aortocoronarien chez des sujets à risque de complications peropératoires. Il est à noter que l’analyse des résultats concernant l’acide tranexamique a été publiée ultérieurement et l’analyse de ces résultats ne fera pas partie du présent article... L’acide acétylsalicylique (AAS) est largement utilisé chez des patients atteints de maladie vasculaire athérosclérotique en prévention secondaire d’évènements thrombotiques. L’AAS est aussi connu pour réduire la morbidité et la mortalité suivant un pontage aortocoronarien (PAC), notamment en diminuant l’accumulation de lipides dans l’intima et en améliorant la perméabilité du greffon de la veine saphène. L’AAS permet ainsi une diminution des infarctus du myocarde (IM) et possiblement des accidents vasculaires cérébraux (AVC). Par contre, en inhibant l’agrégation plaquettaire, la poursuite de l’AAS pourrait être associée à une augmentation du risque de saignement pendant l’opération. L’étude ATACAS avait pour objectif d’évaluer si l’AAS débutée en préopératoire, l’acide tranexamique administrée durant la chirurgie, ou ces deux molécules combinées peuvent réduire la mortalité et la morbidité suivant une chirurgie élective de pontage aortocoronarien chez des sujets à risque de complications peropératoires. Il est à noter que l’analyse des résultats concernant l’acide tranexamique a été publiée ultérieurement et l’analyse de ces résultats ne fera pas partie du présent article... Compatibilité du citrate de caféine injectable avec plusieurs autres médicaments http://www.pharmactuel.com/index.php/pharmactuel/article/view/1129 Objectif : Établir la compatibilité du citrate de caféine injectable avec 99 autres médicaments lors d’une administration en Y... Objectif : Établir la compatibilité du citrate de caféine injectable avec 99 autres médicaments lors d’une administration en Y... Ajustement posologique : pour un choix éclairé de la formule d’estimation de la fonction rénale http://www.pharmactuel.com/index.php/pharmactuel/article/view/1102 Objectifs : Revoir les différentes formules d’estimation de la fonction rénale basées sur la créatinine sérique et leurs avantages et inconvénients. Résumer les données de la littérature scientifique et les avis d’experts portant sur leur utilisation pour l’ajustement posologique des médicaments... Objectifs : Revoir les différentes formules d’estimation de la fonction rénale basées sur la créatinine sérique et leurs avantages et inconvénients. Résumer les données de la littérature scientifique et les avis d’experts portant sur leur utilisation pour l’ajustement posologique des médicaments... Chlorthalidone et indapamide : effet sur la pression artérielle plus soutenu comparativement à l’hydrochlorothiazide http://www.pharmactuel.com/index.php/pharmactuel/article/view/1157 L’hypertension artérielle touche environ 20 % de la population canadienne et constitue un facteur de risque majeur de maladies cardiovasculaires, qui figurent au deuxième rang des causes de mortalité au Canada. En 2016, les diurétiques thiazidiques sont l’une des cinq classes pharmacologiques recommandées par le Programme éducatif canadien sur l’hypertension (PECH) en première intention pour les patients souffrant d’hypertension systolo-diastolique4. Ils comprennent les diurétiques thiazides conventionnels (hydrochlorothiazide et bendrofluméthiazide [non commercialisés au Canada])et les diurétiques apparentés aux thiazides (chlorthalidone et indapamide), aussi appelés diurétiques « thiazide-like » dans la littérature scientifique. Toutefois, les lignes directrices du PECH émises en 2016 ne privilégient pas l’une de ces deux sous-classes par rapport à l’autre, bien que de plus en plus de données indiquent des différences entre les agents. Dans un tel contexte, les diurétiques thiazidiques ont-ils un effet comparable sur la maîtrise de la pression artérielle ?... L’hypertension artérielle touche environ 20 % de la population canadienne et constitue un facteur de risque majeur de maladies cardiovasculaires, qui figurent au deuxième rang des causes de mortalité au Canada. En 2016, les diurétiques thiazidiques sont l’une des cinq classes pharmacologiques recommandées par le Programme éducatif canadien sur l’hypertension (PECH) en première intention pour les patients souffrant d’hypertension systolo-diastolique4. Ils comprennent les diurétiques thiazides conventionnels (hydrochlorothiazide et bendrofluméthiazide [non commercialisés au Canada])et les diurétiques apparentés aux thiazides (chlorthalidone et indapamide), aussi appelés diurétiques « thiazide-like » dans la littérature scientifique. Toutefois, les lignes directrices du PECH émises en 2016 ne privilégient pas l’une de ces deux sous-classes par rapport à l’autre, bien que de plus en plus de données indiquent des différences entre les agents. Dans un tel contexte, les diurétiques thiazidiques ont-ils un effet comparable sur la maîtrise de la pression artérielle ?... Emulsion lipidique en I.V. http://www.centreantipoisons.be/professionnels-de-la-sant/articles-pour-les-v-t-rinaires/emulsion-lipidique-en-iv-eli L’administration d’une émulsion de lipides en I.V. est un traitement qui permet de soigner certaines intoxications chez les animaux avec des effets bénéfiques importants : amélioration spectaculaire de l’état clinique et diminution de la durée d’hospitalisation. De plus, c’est un traitement facile à administrer et peu coûteux. Ce traitement par émulsion lipidique est utilisé pour traiter des intoxications par des substances lipophiles responsables de symptômes sévères, surtout cardiaques. Pour les animaux, il s’agit surtout des intoxications graves par baclofen, permethrine, moxidectine et ivermectine. Habituellement, on utilise l’Intralipid 20% (Fresenius Kabi) mais d’autres marques d’émulsions de lipides ont aussi été utilisées avec succès. L’administration d’une émulsion de lipides en I.V. est un traitement qui permet de soigner certaines intoxications chez les animaux avec des effets bénéfiques importants : amélioration spectaculaire de l’état clinique et diminution de la durée d’hospitalisation. De plus, c’est un traitement facile à administrer et peu coûteux. Ce traitement par émulsion lipidique est utilisé pour traiter des intoxications par des substances lipophiles responsables de symptômes sévères, surtout cardiaques. Pour les animaux, il s’agit surtout des intoxications graves par baclofen, permethrine, moxidectine et ivermectine. Habituellement, on utilise l’Intralipid 20% (Fresenius Kabi) mais d’autres marques d’émulsions de lipides ont aussi été utilisées avec succès. Intoxication aux antilimaces à base de métaldéhyde http://www.centreantipoisons.be/professionnels-de-la-sant/articles-pour-les-v-t-rinaires/intoxication-aux-antilimaces-base-de-m-tald Cet article est destiné aux professionnels: les termes techniques utilisés peuvent ne pas être compris par tous. Le métaldéhyde est la substance active de nombreux molluscicides. La concentration est généralement de 6 %. Les chiens en mangent souvent de grandes quantités. Des intoxications sont également décrites chez les vaches, les chevaux, les oiseaux et les chats. Les premiers symptômes sont de la fièvre et des vomissements, viennent ensuite des spasmes musculaires, des convulsions et finalement le décès. Il n’y a pas d’antidote spécifique. Pour les ingestions récentes ( 1 heure) il est indiqué de faire vomir et de donner du charbon médicinal. Le traitement est symptomatique. Cet article est destiné aux professionnels: les termes techniques utilisés peuvent ne pas être compris par tous. Le métaldéhyde est la substance active de nombreux molluscicides. La concentration est généralement de 6 %. Les chiens en mangent souvent de grandes quantités. Des intoxications sont également décrites chez les vaches, les chevaux, les oiseaux et les chats. Les premiers symptômes sont de la fièvre et des vomissements, viennent ensuite des spasmes musculaires, des convulsions et finalement le décès. Il n’y a pas d’antidote spécifique. Pour les ingestions récentes ( 1 heure) il est indiqué de faire vomir et de donner du charbon médicinal. Le traitement est symptomatique. Effets indésirables et intoxication par les pyréthrinoïdes utilisés contre les ectoparasites chez le chat et le chien http://www.centreantipoisons.be/professionnels-de-la-sant/articles-pour-les-v-t-rinaires/effets-ind-sirables-et-intoxication-par-les Cet article est destiné aux professionnels: les termes techniques utilisés peuvent ne pas être compris par tous. Les signes cliniques d’une intoxication varient selon la dose, le produit utilisé, la voie d’administration et l’animal concerné. Dans la majorité des cas, ils sont mineurs. Les chats par contre, y sont particulièrement sensibles et présentent des symptômes digestifs et neuromusculaires importants en cas d’intoxication. Le traitement est symptomatique. Cet article est destiné aux professionnels: les termes techniques utilisés peuvent ne pas être compris par tous. Les signes cliniques d’une intoxication varient selon la dose, le produit utilisé, la voie d’administration et l’animal concerné. Dans la majorité des cas, ils sont mineurs. Les chats par contre, y sont particulièrement sensibles et présentent des symptômes digestifs et neuromusculaires importants en cas d’intoxication. Le traitement est symptomatique. Bois-joli (Daphne mezereum) http://www.centreantipoisons.be/nature/plantes/les-plantes-toxiques/bois-joli-daphne-mezerum Quelles parties du bois-joli sont toxiques ? Que faire après un contact avec le bois-joli ? Toutes les parties du bois-joli, mais surtout l’écorce et les baies, sont toxiques et très irritantes. L’ingestion de baies entraîne rapidement une irritation intense de la bouche, de la langue et de la gorge ainsi que des diarrhées. Quelles parties du bois-joli sont toxiques ? Que faire après un contact avec le bois-joli ? Toutes les parties du bois-joli, mais surtout l’écorce et les baies, sont toxiques et très irritantes. L’ingestion de baies entraîne rapidement une irritation intense de la bouche, de la langue et de la gorge ainsi que des diarrhées. cytise faux-ébénier, pluie d'or (Laburnum anagyroides) http://www.centreantipoisons.be/nature/plantes/les-plantes-toxiques/cytise-faux-b-nier-pluie-d-or-laburnum-anagyroides Quelles parties du Laburnum sont toxiques? Que peut-il se passer en cas d’ingestion avec Laburnum? Le cytise faux-ébénier est une plante toxique. Les gousses de cytise ressemblent un peu à des haricots. Les enfants les récoltent parfois pour jouer à la dînette et courent ainsi un risque d’intoxication à la cytisine, une toxine proche de la nicotine, présente dans toutes les parties de la plante. Quelles parties du Laburnum sont toxiques? Que peut-il se passer en cas d’ingestion avec Laburnum? Le cytise faux-ébénier est une plante toxique. Les gousses de cytise ressemblent un peu à des haricots. Les enfants les récoltent parfois pour jouer à la dînette et courent ainsi un risque d’intoxication à la cytisine, une toxine proche de la nicotine, présente dans toutes les parties de la plante. Laurier rose (Nerium oleander) http://www.centreantipoisons.be/nature/plantes/les-plantes-toxiques/laurier-rose-nerium-oleander Le laurier rose est un arbre ou un arbuste décoratif mais très toxique. La plante contient des substances qui ont un effet puissant sur le cœur. Les accidents les plus nombreux concernent l’ingestion de petits morceaux de feuilles ou de fleurs par de jeunes enfants âgés de 1,5 à 3 ans. Le laurier rose est un arbre ou un arbuste décoratif mais très toxique. La plante contient des substances qui ont un effet puissant sur le cœur. Les accidents les plus nombreux concernent l’ingestion de petits morceaux de feuilles ou de fleurs par de jeunes enfants âgés de 1,5 à 3 ans. Rhododendron ponticum http://www.centreantipoisons.be/nature/plantes/les-plantes-toxiques/rhododendron-pontique-rhododendron-ponticum Quelles parties du rhododendron sont toxiques ? Que peut-il se passer en cas d’ingestion avec rhododendron ? Rhododendron ponticum est originaire d'Europe méditerranéenne et d'Asie du sud-ouest, mais il est actuellement très abondant en Europe du Nord-Ouest pour ses qualités décoratives. La totalité de la plante, même le nectar, est toxique. Quelles parties du rhododendron sont toxiques ? Que peut-il se passer en cas d’ingestion avec rhododendron ? Rhododendron ponticum est originaire d'Europe méditerranéenne et d'Asie du sud-ouest, mais il est actuellement très abondant en Europe du Nord-Ouest pour ses qualités décoratives. La totalité de la plante, même le nectar, est toxique. Wisteria http://www.centreantipoisons.be/nature/plantes/les-plantes-toxiques/glycine-wisteria-sp Qu’es-ce qui fait que la glycine soit toxique ? Que faire lorsque vous avez ingéré de la glycine ? La glycine est une plante toxique et irritante. Ce sont les gousses et les graines qui sont le plus souvent en cause dans les accidents chez l’enfant. Le suc de la plante est irritant pour les yeux. Qu’es-ce qui fait que la glycine soit toxique ? Que faire lorsque vous avez ingéré de la glycine ? La glycine est une plante toxique et irritante. Ce sont les gousses et les graines qui sont le plus souvent en cause dans les accidents chez l’enfant. Le suc de la plante est irritant pour les yeux. Stratégies de prescription des antipsychotiques dans la schizophrénie : une revue actualisée http://www.jle.com/fr/revues/med/e-docs/strategies_de_prescription_des_antipsychotiques_dans_la_schizophrenie_une_revue_actualisee_307439/article.phtml La découverte du premier médicament antipsychotique en 1952, la chlorpromazine, par Henri Laborit, Delay et Denicker à Paris, a révolutionné la prise en charge de la schizophrénie. Depuis, de nombreux antipsychotiques ont été développés. Le traitement de référence de la schizophrénie est aujourd’hui un traitement par antipsychotique de seconde génération, si possible en monothérapie, au long cours. L’association d’antipsychotiques n’est pas recommandée en première intention, et l’association de traitements anxiolytiques et hypnotiques doit être évitée autant que possible. Le traitement antipsychotique améliore les symptômes psychotiques de la phase aiguë, et prévient l’apparition de nouveaux épisodes psychotiques. Les symptômes négatifs et cognitifs doivent faire l’objet de mesures non pharmacologiques associées... La découverte du premier médicament antipsychotique en 1952, la chlorpromazine, par Henri Laborit, Delay et Denicker à Paris, a révolutionné la prise en charge de la schizophrénie. Depuis, de nombreux antipsychotiques ont été développés. Le traitement de référence de la schizophrénie est aujourd’hui un traitement par antipsychotique de seconde génération, si possible en monothérapie, au long cours. L’association d’antipsychotiques n’est pas recommandée en première intention, et l’association de traitements anxiolytiques et hypnotiques doit être évitée autant que possible. Le traitement antipsychotique améliore les symptômes psychotiques de la phase aiguë, et prévient l’apparition de nouveaux épisodes psychotiques. Les symptômes négatifs et cognitifs doivent faire l’objet de mesures non pharmacologiques associées... Efficacité des AINS dans l’otite moyenne aiguë de l’enfant http://www.jle.com/fr/revues/med/e-docs/efficacite_des_ains_dans_lotite_moyenne_aigue_de_lenfant_307219/article.phtml Les AINS (anti-inflammatoires non stéroïdiens) associés à un antibiotique sont souvent prescrits en première intention du traitement de l’otite moyenne aiguë (OMA) mais ne font pas l’objet d’un consensus. Le but de cette revue est donc d’évaluer leur intérêt dans le traitement de l’OMA. Dans cette revue narrative menée principalement sur les bases Pubmed et Cochrane, seuls les essais contrôlés randomisés et les revues de la littérature traitant du rôle des AINS dans l’OMA chez les enfants de 6 mois à 12 ans étaient éligibles. L’objectif principal est d’évaluer l’efficacité antalgique des AINS versus paracétamol ou placebo dans cette indication. La recherche d’un effet préventif sur la survenue d’un épanchement séro-muqueux et l’évaluation du rapport bénéfices/risques des AINS dans l’OMA sont les objectifs secondaires... Les AINS (anti-inflammatoires non stéroïdiens) associés à un antibiotique sont souvent prescrits en première intention du traitement de l’otite moyenne aiguë (OMA) mais ne font pas l’objet d’un consensus. Le but de cette revue est donc d’évaluer leur intérêt dans le traitement de l’OMA. Dans cette revue narrative menée principalement sur les bases Pubmed et Cochrane, seuls les essais contrôlés randomisés et les revues de la littérature traitant du rôle des AINS dans l’OMA chez les enfants de 6 mois à 12 ans étaient éligibles. L’objectif principal est d’évaluer l’efficacité antalgique des AINS versus paracétamol ou placebo dans cette indication. La recherche d’un effet préventif sur la survenue d’un épanchement séro-muqueux et l’évaluation du rapport bénéfices/risques des AINS dans l’OMA sont les objectifs secondaires... HALDOL 2 mg/mL, solution buvable (halopéridol) - Mise à disposition d'une nouvelle seringue doseuse graduée en mg (flacon de 100 mL) : attention aux risques d'erreurs médicamenteuses - Lettre aux professionnels de santé http://ansm.sante.fr/S-informer/Informations-de-securite-Lettres-aux-professionnels-de-sante/HALDOL-2-mg-mL-solution-buvable-haloperidol-Mise-a-disposition-d-une-nouvelle-seringue-doseuse-graduee-en-mg-flacon-de-100-mL-attention-aux-risques-d-erreurs-medicamenteuses-Lettre-aux-professionnels-de-sante A compter du 1er juin 2017, le flacon en polyéthylène de 195 mL avec pipette compte-gouttes, présentation destinée uniquement au marché hospitalier, est remplacé par un flacon en verre ambré de 100 mL avec seringue doseuse pour administration orale graduée en milligrammes. Pour une bonne utilisation de cette nouvelle présentation, il est important : - que les prescriptions soient réalisées en milligrammes (mg) conformément aux posologies du RCP, - de noter que 10 gouttes de solution buvable contiennent 1 milligramme d’halopéridol... A compter du 1er juin 2017, le flacon en polyéthylène de 195 mL avec pipette compte-gouttes, présentation destinée uniquement au marché hospitalier, est remplacé par un flacon en verre ambré de 100 mL avec seringue doseuse pour administration orale graduée en milligrammes. Pour une bonne utilisation de cette nouvelle présentation, il est important : - que les prescriptions soient réalisées en milligrammes (mg) conformément aux posologies du RCP, - de noter que 10 gouttes de solution buvable contiennent 1 milligramme d’halopéridol... Risques d’erreurs médicamenteuses avec les différentes formulations d’amphotéricine B injectable : Abelcet , AmBisome et Fungizone - Lettre aux professionnels de santé http://ansm.sante.fr/S-informer/Informations-de-securite-Lettres-aux-professionnels-de-sante/Risques-d-erreurs-medicamenteuses-avec-les-differentes-formulations-d-amphotericine-B-injectable-Abelcet-R-AmBisome-R-et-Fungizone-R-Lettre-aux-professionnels-de-sante L’amphotéricine B injectable est un antifongique disponible sous trois formulations différentes en France : une forme phospholipidique (Abelcet ), une forme liposomale (AmBisome ) et une forme non lipidique (Fungizone ). L'ANSM a été destinataire d'erreurs concernent principalement l’administration de Fungizone à la place d’AmBisome , à la posologie et au débit d’administration de ce dernier, ayant pour conséquence un surdosage en amphotéricine B, pouvant entrainer de graves atteintes cardiaques ou rénales. L'ANSM rappelle les 4 points essentiels sur le bon usage de l'amphotéricine B, notamment celui de la NON INTERCHANGEABILITE des médicaments injectables à base d'amphotéricine B... L’amphotéricine B injectable est un antifongique disponible sous trois formulations différentes en France : une forme phospholipidique (Abelcet ), une forme liposomale (AmBisome ) et une forme non lipidique (Fungizone ). L'ANSM a été destinataire d'erreurs concernent principalement l’administration de Fungizone à la place d’AmBisome , à la posologie et au débit d’administration de ce dernier, ayant pour conséquence un surdosage en amphotéricine B, pouvant entrainer de graves atteintes cardiaques ou rénales. L'ANSM rappelle les 4 points essentiels sur le bon usage de l'amphotéricine B, notamment celui de la NON INTERCHANGEABILITE des médicaments injectables à base d'amphotéricine B...