Recevez cette page chaque semaine par courrier électronique, cliquez ici. [894 inscrits au 12/02/2018]
Pour se désabonner, cliquez . Pour en savoir plus sur la description et l'indexation des ressources : CISMeF : pourquoi, comment.

Période du 04-04-2020 au 11-04-2020 rss - Archives - Actualités du site (Blogue) - Créer une alerte personnalisée

documents
  1. Recommandations pour le traitement des enfants atteints de COVID-19
    GBS - Groupement des Unions Professionnelles Belges de Médecins Spécialistes 2020 Belgique
    *recommandation professionnelle;

    Il n'y a pas encore de directives nationales pour le traitement des enfants atteints de COVID-19 à l'hôpital et à l'échelon international elles restent rares. Pour les enfants, les recommandations de l'UZ Leuven sont basées sur les données scientifiques disponibles, les directives de l'OMS, celles du Royaume-Uni et les recommandations nationales pour le traitement des patients adultes atteints de COVID-19

    Voir l'indexation

  2. COVID-19
    SPLF - Société de Pneumologie de Langue Française 2020 France
    *matériel d'enseignement audio-visuel;

    Voir l'indexation

  3. Covid Questions
    SPLF - Société de Pneumologie de Langue Française 2020 France
    *information patient et grand public; *questionnaire;

    Vous (ou quelqu’un de votre entourage dont vous avez la charge) avez de la fièvre et toussez ? Vous craignez d’avoir une infection au coronavirus ? Vous avez besoin d’un avis médical ? Nous allons vous aider. Ce questionnaire d’autoévaluation vous aide à faire la synthèse des principaux éléments à communiquer à votre médecin.

    Voir l'indexation

  4. L’acide acétylsalicylique pris régulièrement par les personnes âgées en prévention primaire mène-t-il à une augmentation des décès, toutes causes confondues, comparativement au placébo ?
    Pharmactuel - la revue internationale francophone de la pratique pharmaceutique en établissement de santé 2020 Canada
    *article de périodique;

    Il existe peu de données dans la littérature scientifique portant sur le risque de mortalité chez les personnes âgées en bonne santé, associé à la prise continue d’AAS à faible dose en prévention primaire. On peut se demander si cette population en retire des avantages ou si, au contraire, elle s’expose à un risque accru de décès. Dans cet article, une sous-étude de l’étude ASPREE menée par McNeil et collaborateurs se penche spécifiquement sur la mortalité pouvant être associée à cet antiplaquettaire. Elle fait suite aux résultats de l’étude de référence ASPREE qui n’a pas démontré d’avantages statistiquement significatifs d’une prise continue d’AAS à faible dose sur la survie sans incapacité pour une population âgée en santé (rapport de risques instantanés [RRI]: 1,01; intervalle de confiance à 95 % [IC 95 %] 0,92–1,11, p 0,79). Contre toute attente, les chercheurs ont plutôt observé une augmentation du risque de décès dans le groupe AAS...

    Voir l'indexation

  5. Questions et réponses de la SFED sur le COVID-19 : conditions de réalisation d'une endoscopie
    SFED - Société Française d'Endoscopie Digestive 2020 France
    *information scientifique et technique;

    A partir du 1eravril 2020, l’état de l’épidémie dans la population sur le territoire français est différent selon les régions, mais le nombre de malades infectés est devenu très important. Parmi les malades nécessitant une endoscopie digestive en urgence, il n’est pas possible de trier de manière parfaite les patients contagieux Covid des malades non infectants Covid-

    Voir l'indexation

  6. Pandémie de Covid-19 : mesures barrières renforcées pendant le confinement et en phase de sortie de confinement
    Académie Nationale de Médecine 2020 France
    *information scientifique et technique;

    En Extrême-Orient, depuis de nombreuses années, le port d’un masque anti-projection par la population est à la fois une mesure de prévention et un acte de civisme en situation d’épidémie de virus à tropisme respiratoire (notamment dans les pays les plus frappés par le virus du SRAS en 2003). Face à l’épidémie de Covid-19, cette mesure a contribué à une réduction du taux de reproduction à Taïwan, Singapour et en Corée du Sud. Il est établi que des personnes en période d’incubation ou en état de portage asymptomatique excrètent le virus et entretiennent la transmission de l’infection. En France, dans ce contexte, le port généralisé d’un masque par la population constituerait une addition logique aux mesures barrières actuellement en vigueur.

    Voir l'indexation

  7. La substitution de la gentamicine par la tobramycine en contexte de pénurie : évaluation de l’impact sur la résistance bactérienne
    Pharmactuel - la revue internationale francophone de la pratique pharmaceutique en établissement de santé 2020 Canada
    *article de périodique;

    Objectif : Décrire les effets de la substitution de la gentamicine par la tobramycine sur le développement de résistance bactérienne pour lutter contre différentes entérobactéries et le Pseudomonas aeruginosa. Mise en contexte : La pénurie de gentamicine de septembre 2014 à juin 2016 a entraîné sa substitution par la tobramycine pour tous les patients à partir de l’âge d’un an, excepté lors d’une utilisation synergique pour le traitement des endocardites, de la tularémie et de la brucellose au Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de l’Estrie – Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke, installations Hôpital Fleurimont et Hôtel-Dieu.

    Voir l'indexation

  8. Pantoprazole pour les patients des soins intensifs exposés à un risque élevé de saignements gastro-intestinaux
    Pharmactuel - la revue internationale francophone de la pratique pharmaceutique en établissement de santé 2020 Canada
    *article de périodique;

    Voir l'indexation

  9. Infection à SARS-CoV-2/COVID19 et cancers solides : synthèse des recommandations à l'attention des professionnels de santé
    ONCO AURA 2020 France
    *article de périodique; *recommandation professionnelle;

    La France, comme l’ensemble des pays, s’adapte en temps réel à la pandémie du virus COVID-19 qui a pris naissance en Chine en décembre 2019. En réponse à la propagation du COVID-19 sur le territoire français, le Pr F. Chauvin, Président du Haut Conseil de la Santé publique, a constitué autour du Pr Benoit You un groupe de travail afin d’émettre des recommandations sur COVID-19 et cancers solides. Ce groupe de travail regroupe des oncologues et radiothérapeutes de multiples régions exerçant en secteur public régional ou CHU, en secteur privé ainsi qu’en CLCC. Les recommandations ont été adoptées et publiées le 14 mars 2020.

    Voir l'indexation

  10. Recommandations d'experts concernant la prise en charge des patients atteints de cancer des VADS pendant la pandémie de COVID-19
    ONCO AURA 2020 France
    *recommandation professionnelle;

    L'objectif de ces recommandations est de formaliser les prises en charge en mode dégradé dans le contexte de pandémie COVID-19 avec comme objectif de diminuer le risque d'infection COVID-19 chez nos patients à risque de forme grave en limitant les déplacements sur centre et en essayant de minimiser au maximum les pertes de chance lié à leur cancer. Par ailleurs dans le cadre de la crise sanitaire actuelle, l'objectif est d'optimiser l‘utilisation des lits disponibles qui peuvent varier selon les centres (hôpital de jour ou hôpital de semaine) tout en diminuant le risque de toxicité de nos traitements chez des patients fragiles et de diminuer ainsi le risque de ré -hospitalisation

    Voir l'indexation

  11. Recommandations pour la mise en place de staffs pluriprofessionnels (SPP) dans les services de soins
    ONCO AURA 2020 France
    *recommandation professionnelle;

    Le contexte et les contraintes de la médecine moderne (réduction des lits d’hospitalisation, virage ambulatoire, diminution du nombre de soignants, nouvelles thérapies, intégration des soins de support…) conjointement aux nouvelles données sociétales et des systèmes de santé (vieillissement de la population, maladies chroniques, exigences nouvelles des personnes malades…) redéfinissent les champs du soin et interrogent les pratiques professionnelles. La démarche participative en tant que modèle d’organisation du travail en équipe propose des solutions faisant intervenir aussi bien les compétences des divers professionnels de santé en interaction, que les savoirs expérientiels et la prise en compte des préférences des personnes malades.

    Voir l'indexation

  12. Covid-19 : les boues de stations d’épuration produites pendant l’épidémie ne peuvent être épandues qu’après hygiénisation
    ANSES 2020 France
    *rapport;

    Les boues de stations de traitement des eaux usées produites lors de l’épidémie de Covid-19 peuvent-elles contenir et disséminer le virus lors des épandages agricoles ? Saisie en urgence de cette question alors que la période d’épandage va débuter, l’Anses considère le risque de contamination par le SARS-CoV-2 comme faible à négligeable pour les boues ayant subi un traitement hygiénisant conforme à la réglementation. En revanche, au vu des données actuellement disponibles, il n’est pas possible de définir avec précision le niveau de contamination pour les boues non traitées, ni de pre ciser une période de stockage au-delà de laquelle le virus serait inactivé. En conséquence l’Agence recommande de ne pas épandre de boues d’épuration produites durant l’épisode épidémique sans hygiénisation préalable.

    Voir l'indexation

  13. Recommandations de la Société Française de Chirurgie Oncologique (SFCO) pour l’organisation de la Chirurgie Oncologique durant l’épidémie de COVID-19
    Société Francophone de Chirurgie Oncologique 2020 France
    *recommandation professionnelle;

    La pandémie de COVID 19 impacte l’activité de chirurgie oncologique, directement et indirectement. Les patients atteints de cancer sont plus à risque d’infection du fait de l’immunosuppression secondaire au cancer et aux traitements (chimiothérapie, chirurgie). En cas d’infection COVID 19, les patients atteints de cancer ont plus de risque d’évolution péjorative que les patients indemnes de cancer. Il faut donc à tout prix éviter l’infection COVID 19 pour les patients atteints de cancer.

    Voir l'indexation

  14. COVID-19 : attention aux intoxications liées à la désinfection et aux autres situations à risque
    ANSES 2020 France
    *rapport;

    Les centres antipoison signalent de nombreux accidents domestiques et intoxication en lien avec le COVID-19. Le point sur la situation et les recommandations pour ne pas prendre de risques. Dans le cadre de la crise sanitaire liée au COVID-19, l’Anses et le réseau des Centres antipoison suivent avec attention les appels pour un motif associé au COVID-19. Ce recensement vise à identifier les situations à risque afin d’émettre des recommandations et alerter les pouvoirs publics. Entre le 1er et le 24 mars 2020, 337 appels liés à des cas d’exposition (avec ou sans symptômes) ou des demandes d’information ont été identifiés comme pouvant être associés au contexte COVID-19. Parmi les cas d’exposition (245 cas), 144 présentaient des symptômes et 101 n’en avaient pas.

    Voir l'indexation

  15. Prise en charge des patients souffrant de pathologies psychiatriques en situation de confinement à leur domicile - Réponses rapides dans le cadre du COVID-19
    HAS - Haute Autorité de Santé 2020 France
    *recommandation professionnelle;

    La France est entrée le 14 mars 2020 dans la situation épidémique de stade 3 vis-à-vis du nouveau coronavirus SARS-Cov-2 (2019-nCoV). Dans une lettre du 26/03/2020 la DGS a saisi la HAS en vue d’élaborer des préconisations générales destinées à assurer la continuité de la prise en charge des patients souffrant de pathologies psychiatriques en période de confinement impliquant une limitation des déplacements. Dans ce contexte, il faut souligner la grande vulnérabilité des personnes souffrant de troubles psychiatriques. Elles ont en effet souvent des comorbidités somatiques accroissant le risque de développer des formes graves du SARS-Cov-2. Elles sont souvent en situation d’isolement social, présentent des risques de rupture de soins et peuvent avoir des difficultés à respecter les consignes de confinement et à effectuer les gestes barrières.

    Voir l'indexation

  16. Assurer la continuité de la prise en charge des personnes atteintes de maladies chroniques somatiques pendant la période de confinement en ville - Réponses rapides dans le cadre du COVID-19
    HAS - Haute Autorité de Santé 2020 France
    *recommandation professionnelle;

    La France est entrée le 14 mars 2020 dans la situation épidémique de stade 3 vis-à-vis du nouveau coronavirus SARS-Cov-2 (2019-nCoV). Dans une lettre du 27 mars 2020 la DGS a saisi la HAS en vue d’élaborer des recommandations générales destinées à assurer la continuité de prise en charge des patients souffrant de maladies chroniques somatiques ou psychiatriques en période de confinement impliquant une limitation des déplacements et à assurer le suivi des femmes enceintes. Les personnes atteintes de maladies chroniques sont plus exposées à des forme graves d’infection Covid-19 (HSCP, 2020). Dans ce contexte épidémique, ces personnes sont aussi plus à risque d’aggravation/de déstabilisation de leur maladie chronique du fait d’une moindre surveillance, en raison des mesures de confinement, de limitation des déplacements pour des consultations médicales en présentiel, réservées au cas les plus urgents.

    Voir l'indexation

  17. Continuité du suivi postnatal des femmes et de leur enfant - Réponses rapides dans le cadre du COVID-19
    HAS - Haute Autorité de Santé 2020 France
    *recommandation professionnelle;

    La France est entrée le 14 mars 2020 dans la situation épidémique de stade 3 vis-à-vis du nouveau coronavirus SARS-Cov-2 (2019-nCoV). Dans une lettre du 27 mars 2020 la DGS a saisi la HAS en vue d’élaborer des recommandations générales destinées à assurer la continuité de prise en charge des femmes enceintes en période de confinement impliquant une limitation des déplacements. Le HCSP a considéré les femmes enceintes comme personnes à risque de développer une forme grave d’infection à SARS-CoV-2 (Avis HCSP du 10 mars). Compte-tenu des connaissances actuelles, il n’y a pas d’arguments sur une transmission verticale du virus (pas de virémie placentaire, ni dans le sang de cordon) (Chen, 2020 ID 83) (CNGO, 2020 ID 70).

    Voir l'indexation

  18. Continuité du suivi des femmes enceintes - Réponses rapides dans le cadre du COVID-19
    HAS - Haute Autorité de Santé 2020 France
    *recommandation professionnelle;

    La France est entrée le 14 mars 2020 dans la situation épidémique de stade 3 vis-à-vis du nouveau coronavirus SARS-Cov-2 (2019-nCoV). Dans une lettre du 27 mars 2020 la DGS a saisi la HAS en vue d’élaborer des recommandations générales destinées à assurer la continuité de prise en charge des femmes enceintes en période de confinement impliquant une limitation des déplacements. Le HSCP a considéré les femmes enceintes comme personnes à risque de développer une forme grave d’infection à SARS-CoV-2 (Avis HCSP du 10 mars). Compte-tenu des connaissances actuelles, il n’y a pas d’arguments sur une transmission verticale du virus (pas de virémie placentaire, ni dans le sang de cordon) (Chen, 2020 ID83) (Collège national des obstétriciens et gynécologues français, 2020 ID 70).

    Voir l'indexation

  19. Téléconsultation et télésoin - Réponses rapides dans le cadre du COVID-19
    HAS - Haute Autorité de Santé 2020 France
    *recommandation professionnelle;

    Dans le contexte épidémique actuel, la HAS recommande la poursuite du déploiement de la télésanté qui permet aux professionnels de santé de prendre en charge les patients à distance. La HAS propose, dans cette fiche, des réponses rapides aux professionnels qui mettent en œuvre la téléconsultation et le télésoin, dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire face à l’épidémie de COVID-19.

    Voir l'indexation

  20. VIREAD - ténofovir disoproxil (fumarate de) - Extension d'indication
    HAS - Haute Autorité de Santé 2020 France
    *avis de la commission de transparence;

    Voir l'indexation

  21. Les désinfectants pour les mains faits maison peuvent présenter des risques pour la santé
    Canadiens en santé 2020 Canada
    *information patient et grand public;

    Santé Canada met en garde la population canadienne contre les risques possibles pour la santé liés à la fabrication et à l'utilisation de désinfectants pour les mains maison, car le nombre de recettes maison et de produits maison offerts en ligne augmente. Si vous avez fabriqué ou utilisé des produits désinfectants pour les mains faits maison, arrêtez de les utiliser, car bon nombre de ces recettes peuvent ne pas contenir suffisamment d'alcool pour détruire le coronavirus à l'origine de la COVID-19. Les préparations maison peuvent aussi présenter d'autres risques pour la santé, comme un risque d'irritation de la peau, d'hypersensibilité ou de réaction allergique. Santé Canada déconseille aux gens de fabriquer leur propre désinfectant pour les mains, peu importe la recette utilisée. Même les recettes provenant d'organismes de renom, comme celle qui est recommandée par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), ne conviennent pas pour la fabrication du produit à domicile. La recette de l'OMS est destinée à des producteurs autorisés, qui la produisent dans un environnement contrôlé pour que la concentration finale des divers ingrédients soit précise...

    Voir l'indexation

  22. Propositions du GFHT/GIHP pour le traitement anticoagulant pour la prévention du risque thrombotique chez un patient hospitalisé avec COVID-19 - Version courte (3 avril 2020)
    GEHT - Groupe d'Etude sur l'Hémostase de la Thrombose 2020 France
    *recommandation professionnelle;

    Chez les patients hospitalisésavec COVID-19, laprévention de la maladie thromboembolique par une HBPM est l’option de choix, mais il est vraisemblable queles posologies validéesen médecinesoientfréquemment insuffisantes,et notamment dans les formes sévèreset en cas d’obésité.De plus, plusieursobservations récentes en France et en Italiesoutiennent qu’une embolie pulmonaire sévère est très fréquente chez les patients covid-19 hospitalisés, avec une incidence d’évènements supérieure à 10%en réanimation (données non publiées, Strasbourg, Lille, Grenoble, Cremona-Italie).

    Voir l'indexation

  23. Covid-19 et santé au travail
    Académie Nationale de Médecine 2020 France
    *information scientifique et technique;

    L’épidémie à Covid-19 expose de nombreux professionnels au risque de contamination par le virus dans le cadre de leur activité, en particulier le personnel soignant exposé à des patients infectés. Les risques d’exposition concernent aussi d’autres professions, en activité d’accueil ou de guichet (par exemple les employés du secteur de l’alimentation), en contact avec le public dans des espaces confinés (par exemple les conducteurs de bus) et les métiers de la sécurité. Dans tous les secteurs, la responsabilité des employeurs est de protéger au mieux la santé de leurs employés, notamment en s’enquérant quotidiennement de leur état de santé, en affichant les consignes de prévention et en veillant à leur application : distanciation sociale supérieure à 1 mètre, lavages réguliers des mains avec savon ou solution hydro-alcoolique (selon la fiche « mesures coronavirus » de la DGAFP-SGCMAS-DGT), et en organisant au mieux le travail à domicile.

    Voir l'indexation

  24. Covid-19 : sortie du confinement
    Académie Nationale de Médecine 2020 France
    *information scientifique et technique;

    La courbe épidémique de Covid-19 montre qu’un plateau s’amorce dans les 53 États Membres de la zone Euro de l’OMS.[1] En l’absence, à ce jour, de vaccin, de traitement antiviral efficace démontré, et dans une situation de pénurie de masques et de tests diagnostiques, force a été, en France comme dans de nombreux pays, de recourir à la méthode du confinement de la population à domicile. Le confinement avait pour but de ralentir la propagation du virus et d’atténuer la brutalité de l’afflux de malades dans les établissements de santé, en particulier des cas les plus graves dans les services de réanimation dont les capacités sont limitées. Ce confinement a un fort impact économique et social. Le Gouvernement français a fixé provisoirement le terme de la période de confinement au 15 avril 2020.

    Voir l'indexation

  25. Pandémie à Covid-19 : dangers des interruptions de traitement sans avis médical
    Académie Nationale de Médecine 2020 France
    *information scientifique et technique;

    Dans un contexte de peur, d’incertitude ou de rumeur, de nombreux patients, ayant une maladie de l’appareil cardio-vasculaire ou inflammatoire, envisagent d’interrompre leur traitement. Il s’agit, par exemple, de patients prenant : de l’aspirine à faible dose afin de prévenir le risque de thrombose. A cette dose, l’aspirine n’a aucune action anti-inflammatoire. Dans le contexte de l’infection à Covid-19, il n’y a donc aucune raison médicale d’interrompre ce traitement ; des inhibiteurs de l’enzyme de conversion (IEC) ou des antagonistes des récepteurs de l’Angiotensine II communément appelés sartans. Il est vrai que le Sars-CoV-2, agent du Covid-19, pénètre les cellules pulmonaires par des récepteurs voisins de ceux sur lesquels se fixent ces médicaments et que l’hypertension artérielle a été identifiée comme un facteur de gravité chez les patients infectés. Il apparaît toutefois que, selon les premières études publiées, la gravité de l’infection n’est pas accrue en cas d’utilisation de ces traitements ; des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), qui ont la réputation de favoriser ou d’aggraver certaines infections. Dans le traitement de la fièvre due au Covid-19, leur emploi est formellement déconseillé, au profit du paracétamol qui est aussi efficace et n’interagit pas avec les phénomènes infectieux. En revanche, chez les patients atteints de rhumatisme inflammatoire chronique, les AINS peuvent être indispensables.

    Voir l'indexation

  26. L’IVG en période de confinement
    CNGOF - Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français 2020 France
    *information scientifique et technique;

    L’IVG constitue depuis près de 45 ans un droit des femmes à part entière qui ne peut en aucune manière être remis en question,même en situation de confinement. Ce droit des femmes s’exerce avec l’aide pratique des gynécologues obstétriciens, gynécologues médicaux et médecins généralistes ainsi que des sages-femmes pour l’IVG médicamenteuse. Cette prise en charge revêt toujours un caractère d’urgence.Tous les services publics de gynécologie obstétrique ainsi que de nombreux spécialistes d’exercice libéral et les sages-femmes ont à cœur de contribuer à ce que les femmes puissent ainsi maîtriser leur fécondité,même lorsque cela implique la réalisation d’une IVG.

    Voir l'indexation

  27. Guide pour la prise en charge téléphonique d’une demande de soins dentaires urgents dans le cadre du stade 3 de l’épidémie de COVID-19
    SFCO - Société Française de Chirurgie Orale 2020 France
    *recommandation professionnelle;

    Afin d’endiguer la propagation du virus et de limiter les risques pour les patients et les professionnels de santé, les cabinets dentaires sont fermés à l’accueil des patients depuis le lundi 16 mars 2020 et ce jusqu’à nouvel ordre. Une organisation nationale est mise en place pour prendre en charge les urgences bucco-dentaires afin de ne surcharger ni le SAMU-Centre 15, ni les cabinets de médecine générale, ni les services d’urgence. Un des objectifs est de limiter le déplacement des patients en favorisant les prises en charge à distance et en réservant les actes thérapeutiques d’urgence à des situations bien précises qu’il faut savoir identifier.

    Voir l'indexation

  28. COVID-19 Outil et application d'autoévaluation du Canada
    Gouvernement du Canada 2020 Canada
    *application mobile; *questionnaire;

    Cet outil en ligne déterminera si vous pourriez avoir besoin d'une évaluation ou de tests supplémentaires pour COVID-19.

    Voir l'indexation

  29. Traitement orthopédique du pied bot varus équin : en opérer le moins possible…
    Développement et Santé 2020 France
    *article de périodique;

    Les traitements du pied bot varus (PBVE) équin se sont modifiés durant ces vingt dernières années. Ceci a eu pour effet essentiel de diminuer la proportion de pieds bots opérés de manière très importante, ce qui est une amélioration tant sur la lourdeur du traitement que sur la qualité des résultats. Quel que soit le traitement, le but fixé est d’obtenir un pied plantigrade fonctionnel, indolore et vieillissant bien.

    Voir l'indexation

  30. Soins de santé mentale à distance offert par des professionnels de soins de santé mentale dans le contexte des mesures liées au confinement - COVID-19
    SPF - Service Public Fédéral - Santé publique, Sécurité de la Chaîne alimentaire et Environnement 2020 Belgique
    *recommandation professionnelle;

    Dans cette période de mesures de COVID-19 ayant un impact psychologique important sur les soins de santé mentale, les soins de santé mentaleà distance par les moyens de communicationen lignesont des outils importantspour garantir l’accessibilité et la continuité des soinsde santé mentale.Dans cette note,cette recommandation du bureau du CFPSSM est commentée.

    Voir l'indexation

  31. COVID-19 : recommandations portant sur l’organisation des soins en médecine nucléaire
    ONCO AURA 2020 France
    *recommandation professionnelle;

    Le Covid-19 va mettre en tension les services de soins. La médecine nucléaire est une activité essentiellement externe (95% de l’activité) assurant le diagnostic et le suivi de pathologies multiples. Considérant le risque élevé de contamination du personnel soignants aux patients potentiellement à risque et de contamination des patients aux personnels soignants, le report de certaines examens diagnostiques non urgents est souhaitable.

    Voir l'indexation

  32. Covid-19 : les lignes ont bougé – leçons tirées de deux mois de covid-19
    SFAR - Société Française d'Anesthésie et de Réanimation 2020 France
    *information scientifique et technique;

    La pande mie COVID-19 a plonge notre pays dans une crise sanitaire sans pre ce dent. Le foyer infectieux a de bute en Chine dans la province de Wuhan, puis a touche l’Europe avec un premier foyer en Italie puis une diffusion en France et en Espagne. Depuis, environ deux mois se sont e coule s, et la situation initialement appre hende e a sensiblement e volue au fur et a mesure que les expe riences collective et individuelle ont progresse . Nous reprenons ici quelques points subjectifs qui nous semblent inte ressants a de velopper.

    Voir l'indexation

  33. Priorisation des traitements de réanimation pour les patients en état critique en situation d’épidémie de COVID-19 avec capacités limitées - Version du 3 avril 2020 validée SFAR et SSA/EVDG
    SFAR - Société Française d'Anesthésie et de Réanimation 2020 France
    *recommandation professionnelle;

    L’expansion rapide de la pandémie COVID-19 provoque un afflux prolongé de patients en état cri-tique avec une prédominance de SDRA (1). L’enjeu est d’offrir à tous les malades des soins de lameilleure qualité possible, en répartissant les moyens disponibles pour maximiser les chances deguérison du plus grand nombre, dans le respect de l’éthique.

    Voir l'indexation

  34. Traitement anticoagulant pour la prévention du risque thrombotique chez un patient hospitalisé avec Covid-19 et surveillance de l’hémostase - ersion courte (3 avril 2020)
    SFAR - Société Française d'Anesthésie et de Réanimation 2020 France
    *recommandation professionnelle;

    Chez les patients hospitalisés avec COVID-19, la prévention de la maladie thromboembolique par une HBPM est l’option de choix, mais il est vraisemblable queles posologies validées en médecine soient fréquemment insuffisantes, et notamment dans les formes sévères et en cas d’obésité.De plus, plusieurs observations récentes en France et en Italie soutiennent qu’une embolie pulmonaire sévère est très fréquente chez les patients covid-19 hospitalisés, avec une incidence d’évènements supérieure à 10% en réanimation (données non publiées, Strasbourg, Lille, Grenoble, Cremona-Italie).

    Voir l'indexation

  35. Ventiler plusieurs patients sur un seul ventilateur
    SFAR - Société Française d'Anesthésie et de Réanimation 2020 France
    *information scientifique et technique;

    Dans l’hypothe se ou le nombre de patients devant be ne ficier d’une ventilation artificielle viendrait a exce der la disponibilite de ventilateurs disponibles dans les e tablissements de sante en France, la possibilite de placer plusieurs patients sur un seul et me me ventilateur a re cemment e te e voque e. La Socie te Franc aise d’Anesthe sie et de Re animation (SFAR) a e te sollicite e afin de contribuer a l’e laboration de recommandations concernant les modalite s d’utilisation de cette option the rapeutique dans le contexte e pide mique lie au COVID-19.

    Voir l'indexation

  36. Consignes et recommandations concernant l’appui des établissements de santé aux établissements hébergeant des personnes âgées dépendantes
    Ministère des solidarités et de la Santé 2020 France
    *recommandation;

    Dans le contexte d’épidémie liée au COVID-19, la situation des personnes âgées vivant en établissement (EHPAD, résidence autonomie, résidence service) nécessite l’appui de tous les professionnels de santé qu’ils soient libéraux, salariés et en établissements de santé. Il s’agit d’assurer la continuité des prises en charge mais également la qualité et la sécurité de l’accompagnement en soutien des professionnels de ces établissements. Le rôle des professionnels de santé de ville dans la prise en soin des personnes âgées à domicile et en résidence est abordé dans la fiche qui leur est destinée (cf. fiche «Lignes directrices pour la prise en charge en ville des patients symptomatiques en phase épidémique de COVID-19»).

    Voir l'indexation

  37. AVIS de l'Anses relatif à l'identification en tant que substance extrêmement préoccupante (SVHC) du résorcinol pour son caractère de perturbateur endocrinien
    ANSES 2020 France
    *rapport;

    Le résorcinol est utilisé pour la fabrication de pneus, de produits dérivés du caoutchouc, de colles et de résines industrielles. Il est aussi employé dans certains cosmétiques et soins d’hygiène (colorations pour cheveux, mascara à usage professionnel), comme antioxydant pour des produits alimentaires comme les crevettes et comme antiseptique dans la composition de certains médicaments. Dans le cadre de la Stratégie nationale sur les perturbateurs endocriniens, l’Anses a évolué le potentiel de perturbation endocrinienne du résorcinol pour la santé humaine. Suite à ce travail, l’expertise de l’Anses a démontré que le résorcinol impacte la fonction thyroïdienne, conduisant à des effets délétères, notamment chez la femme enceinte, ce qui réunit les conditions pour le proposer comme perturbateur endocrinien avéré. Ainsi, l’Anses propose son identification comme Substance extrêmement préoccupante (SVHC) selon le Règlement REACH ce qui pourrait, à terme, entrainer un contrôle plus strict de son utilisation en Europe.

    Voir l'indexation

  38. Médicaments contre l'insuffisance cardiaque chez les personnes souffrant de maladies rénales chroniques
    Cochrane 2020 France
    *revue de la littérature; *résumé ou synthèse en français;

    Quelle est la problématique ? Les personnes souffrant d'insuffisance cardiaque (lorsque le cœur ne pompe pas le sang correctement) ont souvent besoin de médicaments pour soulager des symptômes, tels que la fatigue, les œdèmes et les problèmes respiratoires. Des études ont examiné si ces médicaments sont nocifs ou utiles. Cependant, ils ne précisent pas si ces traitements peuvent aider les personnes qui souffrent d'insuffisance cardiaque et qui ont également des problèmes rénaux (lorsque les reins n'éliminent pas correctement les déchets et les fluides du corps).

    Voir l'indexation

  39. Coronavirus (COVID-19) : mesures de contrôle et de prévention de l’infection
    Cochrane 2020 France
    *information scientifique et technique;

    Cette Collection spéciale est l’une des deux collections consacrées au COVID-19. Elle est plus particulièrement consacrée aux mesures de contrôle et de prévention de l’infection. Voir aussi la Collection spéciale associée : Coronavirus (2019-nCoV) : données probantes pertinentes pour les soins critiques.

    Voir l'indexation

  40. L’asthme pédiatrique et la COVID-19
    SCP - Société Canadienne de Pédiatrie 2020 Canada
    *recommandation pour la pratique clinique;

    Puisque la COVID-19 est une infection à dominante respiratoire, ses effets sur les enfants et les adolescents asthmatiques soulèvent des inquiétudes. Jusqu’à présent, aucune donnée probante n’indique que les jeunes atteints d’asthme courent un risque accru de COVID-19. En théorie, un enfant ou un adolescent asthmatique atteint de la COVID-19 pourrait toutefois souffrir d’une exacerbation de son asthme et d’une grave morbidité à cause des effets combinés de ces deux affections sur ses voies respiratoires.

    Voir l'indexation

  41. Cancer de l'Endome tre: Guide pour les Patients
    ESMO - European Society for Medical Oncology 2020 Suisse
    *brochure pédagogique pour les patients;

    Ce guide pour les patientes a été préparé par Le Fonds Anticancercomme un service aux patientes, afin de les aider ainsi que leurs proches à mieuxcomprendre le cancer de l’endomètre et à prendre conscience des meilleures options de traitement disponibles en fonction du sous-type de cancer de l’endomètre. Nous recommandons aux patientes de demander à leur médecin quels tests et quels types de traitement sont indiqués pour le type et le stade de leur maladie. Les informations médicales décrites dans ce document sont basées sur les recommandations de pratique clinique de l’European Society for Medical Oncology (ESMO) pour la prise en charge du cancer de l’endomètre. Ce guide pour les patientes a été réalisé en collaboration avec l’ESMO et est diffusé avec l’autorisation de l’ESMO. Il a été écrit par un médecin et relu par 2 cancérologues de l’ESMO dont le cancérologue responsable des recommandations de pratique clinique pour les professionnels. Il a également été relu par des représentants de patients appartenant au groupe de travail de patients de l’ESMO (ESMO Cancer Patient Working Group).

    Voir l'indexation

  42. RAPAMUNE
    HAS - Haute Autorité de Santé 2020 France
    *avis de la commission de transparence;

    Voir l'indexation

  43. CHLORAPREP COLORE - CHLORAPREP
    HAS - Haute Autorité de Santé 2020 France
    *avis de la commission de transparence;

    Voir l'indexation

  44. TRYDONIS
    HAS - Haute Autorité de Santé 2020 France
    *avis de la commission de transparence;

    Voir l'indexation

  45. DUPIXENT
    HAS - Haute Autorité de Santé 2020 France
    *avis de la commission de transparence;

    Voir l'indexation

  46. TAGRISSO
    HAS - Haute Autorité de Santé 2020 France
    *avis de la commission de transparence;

    Voir l'indexation

  47. Protection des personnels de collecte de déchets au cours de l’épidémie de Covid-19
    HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique 2020 France
    *recommandation professionnelle;

    Dans son avis du 19 mars 2020 relatif à la gestion des déchets d’activités de soins (DAS) produits au cours de l’épidémie de Covid-19, en particulier en milieu diffus, le Haut Conseil de la santé publique a recommandé selon la situation une élimination des déchets via la filière classique des DASRI ou une élimination selon la filière classique des ordures ménagères avec un double emballage. La question s’est alors posée de la protection des personnels de collecte des déchets ménagers et des DASRI durant l’épidémie de Covid-19. Le présent avis répond à cette question. Au vu des voies de transmission principales du SRAS-CoV-2, interhumaines, par contact étroit, par l’intermédiaire de gouttelettes respiratoires et par contact indirect, manuporté, avec des surfaces et objets fraîchement contaminés par les gouttelettes, et des conditions professionnelles des agents de collecte et de tri des déchets, le port d’un masque n’est pas justifié. Il convient pour ces professionnels de respecter les mesures barrières destinées à empêcher la transmission interhumaine du SARS-CoV-2 et tout particulièrement l’hygiène des mains en fin de tournée, une fois les gants enlevés. Le HCSP recommande également de maintenir les moyens de protection habituels (port de gants et de tenue de travail adaptée) pour les agents assurant la collecte (rippeurs) et le tri des déchets ménagers issus de la collecte sélective ainsi que pour les agents de la collecte des DASRI.

    Voir l'indexation

  48. Épidémie à Covid-19 : accompagnement des personnes en situation de handicap
    HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique 2020 France
    *recommandation de santé publique;

    Le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) a analysé dans le cadre de l’épidémie de Covid-19 les possibilités de réouverture des externats et des accueils de jour pour l’accompagnement de certaines catégories de personnes en situation de handicap, et la balance bénéfices-risques au niveau individuel et collectif entre le confinement et la rupture de l’accompagnement habituel. Les difficultés, les limites et les risques en lien avec le confinement et l’épidémie de Covid-19 y sont déclinés pour les personnes en situation de handicap, les aidants, les professionnels de l’accompagnement social et des soins. Le HCSP rappelle 3 principes généraux a) proposer des solutions pour toute forme de situation de handicap, b) graduer et agir par subsidiarité, c) garantir le respect du droit des personnes en situation de handicap et des aidants à participer à la co-construction des solutions.

    Voir l'indexation

  49. Coronavirus SARS-CoV-2 prise en charge des personnes à risque de formes graves
    HCSP - Haut Conseil de la Santé Publique 2020 France
    *recommandation professionnelle;

    Afin de compléter les deux avis provisoires des 10 et 14 mars 2020, le Haut Conseil de la santé publique émet des recommandations prenant en compte l’actualisation des connaissances disponibles. Le HCSP actualise et précise la liste des personnes à risque de formes graves de Covid-19 ainsi que celles pour lesquelles, dans la situation actuelle, la réalisation des tests de diagnostic virologique est prioritaire. S’agissant des personnes à risque de forme graves de Covid-19, le HCSP rappelle la nécessité de respecter les mesures barrières et de distanciation physique, de privilégier les consultations à distance et de limiter les déplacements dans des lieux à risque de transmission élevée du SARS-CoV2 comme les salles d’attente ou les établissements de santé. Le HCSP recommande également de différer toute hospitalisation non indispensable et de privilégier les traitements à domicile. Lors d’une hospitalisation, l’application des mesures barrières est particulièrement essentielle.

    Voir l'indexation

  50. COVID-19 et thérapie passive par anticorps (plasma convalescent)
    INESSS - Institut national d'excellence en santé et en services sociaux 2020 Canada
    *recommandation professionnelle;

    Malgré des données précliniques encourageantes pour la thérapie passive par anticorps (plasma convalescent) pour letraitement de la COVID-19, les données disponibles à ce jour ne permettent pas d’appuyer son utilisation généralisée chez les patients infectés. Des données supplémentairesd’essais cliniques en cours de réalisation sont attendues. L’incertitude entourant l’efficacité et l’innocuité de ces traitements ne soutient pas l’usage généralisé du plasma convalescent chez les patients ayant un diagnostic de COVID-19, quel que soit le stade de la maladie, où en prophylaxie. Tous les efforts devraient être déployés pour intégrer dans des protocoles de recherche les patients ayant un diagnostic confirmé qui recevront ce traitement.

    Voir l'indexation

  51. Cadre de réflexion sur les enjeux éthiques liés à la pandémie de COVID-19
    INSPQ - Institut National de Santé Publique - Québec 2020 Canada
    *recommandation professionnelle;

    Devant la crise historique de la COVID-19, le Comité d’éthique de santé publique (CESP) et la Commission de l’éthique en science et en technologie (CEST) jugent pertinent de produire une déclaration commune portant sur certaines dimensions éthiques de la situation inédite de pandémie que nous vivons. L’objectif en est d’établir et de définir les principales valeurs phares qui émergent dans le contexte actuel, et d’explorer la manière dont elles s’articulent dans les choix difficiles qui doivent être faits. Ce faisant, le CESP et la CEST espèrent contribuer à la clarification des argumentaires proprement éthiques invoqués en appui aux décisions en santé publique et participer à la réflexion citoyenne sur les conséquences de la pandémie. Ce texte n’a pas pour objectif d’offrir des lignes directrices sur les décisions à prendre lorsque des dilemmes éthiques se présentent, mais simplement d’en éclairer les contours.

    Voir l'indexation

  52. La désinfection des masques de protection respiratoire N95 à usage unique
    INSPQ - Institut National de Santé Publique - Québec 2020 Canada
    *recommandation professionnelle;

    Le but de ce document est de décrire les lignes directrices à suivre pour effectuer la désinfection des masques de protection respiratoire N95 à usage unique afin de : Assurer la sécurité du personnel. Assurer le respect et la mise en place de mesures de prévention et contrôle des infections (PCI) associées aux activités de désinfection. Assurer le respect des procédures de désinfection des masques N95 à usage unique en lien avec les instructions du fabricant des technologies utilisées pour effectuer la désinfection. Standardiser le processus de désinfection des masques de protection respiratoire N95 à usage unique

    Voir l'indexation

  53. COVID-19 : Recommandations intérimaires CERDM - désinfection des protections respiratoires N95 à usage unique
    INSPQ - Institut National de Santé Publique - Québec 2020 Canada
    *recommandation professionnelle;

    Le CERDM a évalué les options disponibles de désinfection des protections respiratoire N95 à usage unique dans le contexte d’une pénurie de protection respiratoire au sein des établissements de soins de santé suite à la pandémie de la COVID-19 (INSPQ, à venir). En date du 2 avril 2020, au Canada, les procédés de désinfection n’ont pas encore été approuvés par une autorité réglementaire et ne répondent pas aux bonnes pratiques reconnues. Cette démarche s’inscrit dans la volonté d’identifier des stratégies alternatives et supplémentaires aux mesures déjà disponibles afin d’apporter la meilleure protection possible aux travailleurs en cas de pénurie.

    Voir l'indexation

  54. COVID-19 : Port du masque de procédure en milieux de soins lors d’une transmission communautaire soutenue
    INSPQ - Institut National de Santé Publique - Québec 2020 Canada
    *recommandation professionnelle;

    La situation épidémiologique de la COVID-19 est en évolution au Québec. De nombreuses discussions ont lieu particulièrement au sujet de la protection des travailleurs de la santé dans les régions où il y a présence d’une transmission communautaire soutenue. Il est entre autres essentiel de statuer sur les précautions que doivent prendre ou non les travailleurs de la santé devant les patients asymptomatiques qui se présentent en milieux de soins. De nombreuses préoccupations sont exprimées par les cliniciens et il peut en résulter une utilisation inappropriée des masques dans un contexte de pénurie.

    Voir l'indexation

  55. Services en centre de réadaptation pour jeunes en difficulté d’adaptation - COVID-19
    Ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec 2020 Canada
    *recommandation;

    En raison de la progression de la maladie de la COVID-19, nous souhaitons voustransmettre des consignes pour les services dispensés en centres de de réadaptation pourjeunes en difficulté d’adaptation (CRJDA). Celles-ci sont cohérentes avec les directives qui doivent obligatoirement être appliquées par tous les travailleurs du réseau de la santé et des services sociaux qui dispensent des services à domicile.

    Voir l'indexation

  56. AVIS relatif aux conditions de désinfection des surfaces lors de la réalisation d’un scanner ou autres actes d’imagerie chez un patient COVID-19
    SF2H - Société Française d'Hygiène Hospitalière 2020 France
    *recommandation professionnelle;

    La Société française d’Hygiène Hospitalière (SF2H, www.sf2h.net/) a été saisie par la Société française de Radiologie pour émettre des recommandations sur les conditionsde désinfection des surfaces d’un scanner ou autres actes d’imagerie entre deux patients suspects COVID-19.

    Voir l'indexation

  57. Fiches conseil au patient non hospitalisé en 36 langues - COVID-19
    SFMU - Société Française de Médecine d'Urgence 2020 France
    *information scientifique et technique;

    Voir l'indexation

  58. COVID-19 : Recommandations à l'usage des physiciens médicaux exerçant en imagerie médicale et médecine nucléaire - version 2 - 03/04/2020
    SFPM - Société Française de Physique Médicale 2020 France
    *recommandation professionnelle;

    Le gouvernement a mis en place des mesures de restriction de déplacement et de contact afin de ralentir la propagation du COVID 19 en France et permettre aux équipes soignantes de faire face à l'afflux de malades. Dans cette période de crise sanitaire, nous souhaitons avant tout adresser tout notre soutien aux équipes soignantes qui sont en première ligne dans la gestion de cette épidémie. Les physiciens médicaux sont amenés à être en contact avec des soignants en contact avec des patients COVID 19, et peuvent potentiellement en être porteurs et ainsi risquer de le transmettre aux soignants dont la présence est indispensable. Des patients continuent à être pris en charge en imagerie médicale et médecine nucléaire, et il est nécessaire pour eux de garantir une qualité de soins optimale en tenant compte des contraintes actuelles.

    Voir l'indexation

  59. Lutte contre la méningite épidémique dans les pays de la ceinture africaine de la méningite
    OMS - Organisation Mondiale de la Santé 2020 Suisse
    *article de périodique;

    Le principal agent pathogène responsable de la méningite bactérienne épidémique est Neis-seria meningitidis. Sur les 12 sous-types ou sérogroupes de N. meningitidis identifiés, 6 (N. meningitidis A, B, C, W, X et Y) sont reconnus comme étant les principales causes de la maladie et des épidémies. La méningite à méningocoque apparaît partout dans le monde. Cependant, c’est principalement dans une vaste région de l’Afrique subsaharienne, appelée «ceinture de la méningite», couvrant 26 pays allant du Sénégal à l’Ouest à l’Éthiopie à l’Est, que sévissent des épidémies récur-rentes de grande ampleur.

    Voir l'indexation

Courriel (Nous ne répondons pas aux questions de santé personnelles.)
07/04/2020


[Accueil] [Haut de page]

© CHU de Rouen. Toute utilisation partielle ou totale de ce document doit mentionner la source.