Logo du Projet CHNP-O
       Accueil
Recherche Médicale: Publications pédiatriques

LES PNEUMONIES DE L’ENFANT EN MILIEU HOSPITALIER PEDIATRIQUE DE OUAGADOUGOU

SAWADOGO S.A., REIHNARDT M., SANOU I., KAM K.L., DAO L.,

KOUETA F., OUEDRAOGO S, QUELOZ J.

RESUME

Les auteurs rendent compte des résultats d’une étude prospective réalisée dans le but de décrire les caractéristiques épidémiologiques, cliniques et évolutives des pneumonies en milieu hospitalier pédiatrique dans un pays sahélien. Les pneumonies ont représenté 3% des admissions et 67 % des cas d’infection respiratoire aiguë basse. Les enfants de moins de 5 ans ont été les plus touchés avec 84,6 % des cas et une légère prédominance masculine a été notée avec un sex ratio de 1,16. Des facteurs favorisants classiques ont été retrouvés: milieu socio-économique défavorisé (77 %), malnutrition (22 %), infection H.I.V. (52 %). Le délai d’hospitalisation des malades était relativement long ( 6,5 jours en moyenne ). Les principaux signes cliniques étaient la fièvre (78 %), la toux (100 % ), la dyspnée avec signes de lutte respiratoire (58 %) et les râles crépitants (100 %). Des pathologies courantes étaient fréquemment associées à la pneumonie: gastro-entérite (23,7 %), infection ORL (22 %), et paludisme (13,7 %). L’identification des germes en cause n'a pas été possible dans notre contexe de travail. Le pronostic reste sévère avec 9,3 % de léthalité.

Le jeune âge, la malnutrition, et la détresse respiratoire ont été les principaux facteurs de mauvais pronostic.

 

INTRODUCTION

Les infections respiratoires aigës (IRA) sont l’une des principales causes de morbidité et de mortalité chez l’enfant à travers le monde [3, 13].

L’incidence globale des IRA est élevée aussi bien dans les pays développés que dans les pays en développement [13]. Les IRA sont responsables chaque année de la mort de 4 millions d'enfants de moins de 5 ans dans le monde [16]. Elles sont la troisième cause de décès après le paludisme et les maladies diarrhéiques dans les pays en développement [1,5]. Dans ces pays, la mortalité des IRA est élevée du fait de la malnutrition, de la fréquence des formes graves et des traitements inadéquats [13].

La pneumonie est l’IRA la plus meurtrière avec 80 % des décès [16].

Pour réduire la mortalité due aux IRA, le plus important est de pouvoir prendre en charge convenablement et en temps voulu les cas de pneumonie [11].

Comment se présentent les pneumonies sur les plans épidémiologique, clinique et évolutif, en milieu hospitalier pédiatrique dans un pays sahélien comme le nôtre? C'est à cette question que notre travail se propose de donner des éléments de réponse.

1 MATERIEL ET METHODES

Nous avons réalisé une étude prospective dans le service de pédiatrie du Centre Hospitalier National Yalgado Ouédraogo de Ouagadougou, du 01 Avril 1995 au 31 Mars 1996, soit une période d’un an.

A été retenu tout enfant âgé de 0 à 15 ans:

- qui présentait à l’admission des signes cliniques de pneumonie: fièvre, signes fonctionnels respiratoires et syndrôme de condensation pulmonaire;

-et qui avait bénéficié d’une radiographie pulmonaire.

Pour chaque enfant, une fiche de collecte de données a été effectuée comportant:

- les données générales: âge, sexe, profession des parents;

- les données cliniques: antéccédents, signes généraux, signes respiratoires et affections associées;

- les données paracliniques: radiographie pulmonaire, hémogramme, hémoculture, examen bactériologique de liquide de ponction pleurale, goutte épaisse et frottis sanguin, examen bactériologique et chimique de liquide céphalo-rachidien, coproculture, sérologie H.I.V. par l’ELISA et confirmé par le Western Blott.

- les données évolutive.

Les données ainsi recueillies ont été saisies et analysées par micro-ordinateur à l’aide du logiciel EPI INFO version 5.0.

RESUTATS

1 Aspects épidémiologiques.

Fréquence globale

Durant la période de notre étude, 234 cas de pneumonie.ont été recensés; vingt malades n’ayant pu bénéficié d’une radiographie pulmonaire ont été exclus et nous avons retenu pour l’étude 214 cas. Le service de pédiatrie a hospitalisé pendant la même période 7281 malades dont 320 cas d’infection respiratoire aiguë basse. Les pneumonies ont ainsi représenté 3 % de l’ensemble des hospitalisations et 67 % des cas d’infection respiratoire aiguë basse.

Fréquence mensuelle

La répartition mensuelle des cas de pneumonie est donnée par la figure 1.

Nous remarquons que 78 % des cas ont été hospitalisés pendant les mois correspondant à la période de saison sèche (novembre à avril).

Figure 1

Répartition selon le sexe

Nous avons observé une légère prédominance masculine avec 115 cas (53 %) contre 99 cas (47 %) pour le sexe féminin; le sex ratio était donc de 1,16.

Répartition selon l’age

L’age moyen était de 2,8 ans; et 84.6 % des malades avaient moins de 5 ans. La répartition des malades selon l'âge est donnée par le tableau I.

Tableau I

Statut socio-économique

La majorité des patients (71 %) était issue de couches socio-économiques défavorisées (paysans, ouvriers,secteur informel, chômeurs).

Statut vaccinal

Les malades à jour de leur calendrier vaccinal pour les vaccins du Programme Elargi de Vaccination (P.E.V.) représentaient 82,3 % des cas.

2 Aspects cliniques

Délai d’hospitalisation

Le délai moyen d’hospitalisation était de 6,5 jours et 72 % des malades ont été hospitalisés dans un délai inférieur ou égal à 7 jours.

Signes cliniques

Les principaux signes d’appel étaient:

- la toux dans 100% des cas,

- la fièvre (température ³ 38º ) dans 78 % des cas; une hyperthermie majeure (T ³ 39,5º ) était notée chez 28 % des patients.

Une dyspnée avec signes de lutte respiratoire a été observée chez 124 malades (58 %); le tirage intercostal était le signe de lutte le plus fréquent (51,4 %).

Tous les patients ont présenté des râles crépitants à l’auscultation pulmonaire.

Le tableau II indique les signes cliniques observés chez nos patients.

Tableau II

Affections associées

Les principales affections associées ont été la gastro-entérite (23,7 %), la malnutrition (22 %), les infections ORL (22 %) et le paludisme (13,7 %) comme l'indique le tableau III

Tableau III

3 Aspects paracliniques

Radiographie pulmonaire

Des images radiologiques anormales ont été observées chez 166 malades (77,6 %). Le tableau IV donne les différents types d'images radiologiques anormales.

Tableau IV

Biologie

L’hémogramme,réalisé 168 fois a permis de noter:

- une anémie (taux d’Hb < 12 g / dl) dans 95,8 % des cas

- une hyperleucocytose (nombre de leucocytes > 12000 / mm3 ) dans 46 %

- Une VS accélérée à la première heure (> 30 mm) dans 77,4 %.

La sérologie H.I.V. faite 54 fois s’est révélée positive 28 fois (52 %)

Bactériologie

Une recherche bactériologique a été effectuée 6 fois seulement: trois hémocultures qui sont restées négatives et trois cultures de liquide de ponction pleurale ayant permis d’isoler une fois un Staphylococcus auréus.

4 Aspects évolutifs

Durée d’hospitalisation

La durée d’hospitalisation variait de 1 à 63 jours avec une moyenne de 10 jours et 17,3% des malades ont séjourné plus de 2 semaines comme le précise le tableau V.

Tableau V

Mode de sortie

Nous avons observé 177 cas de guérison (82,7 %), dix-sept cas d’évasion (8 %) et 20 cas de décès (9,3 %); deux cas de séquelles à type de pachypleurite ont cependant été notés.

La durée moyenne d’hospitalisation des malades décédés a été de 4,5 jours.

Les décès étaient précoces (dans les 24 premières heures) dans 50 % des cas.

Facteurs de mauvais pronostic

Tous les cas de décès ont été observés chez les enfants de moins de 5 ans;le taux de léthalité y était donc de 11 % contre 0% chez les autres.

Le taux de léthalité était de 17 % chez les enfants malnutris contre 7,2 % chez ceux présentant un état nutritionnel normal.

Chez les patients en détresse respiratoire (score de Silverman > 5), le taux de léthalité était de 40,6 % contre 3,8 % chez ceux ne présentant pas de détresse respiratoire.

Le tableau V montre l’évolution selon l’âge, l’état nutritionnel et le score de Silvermann.

Le décès est lié de façon statistiquement significative au jeune âge, à la malnutrition, et à la détresse respiratoire.

Tableau V

DISCUSSION

1 Aspect épidémiologiques

La fréquence des pneumonies a été relativement basse dans notre étude (3 %). Des taux plus élevés sont observés par d’autres auteurs: PATWARI en Inde [13] et Adonis en Côte d’Ivoire [1] trouvent respectivement 21,3 % et 7,7 %.

Par ailleurs les pneumonies ont représenté 67 % des cas d’IRA basses dans notre série; PATWARI [13] et ADONIS [1] trouvent respectivement 83,87 % des IRA et 46 % des affactions respiratoires basses.

La recrudescence des pneumonies en saison sèche pourrait être due aux vents secs d’harmattan; ce avis est partagé par ADONIS [1] et ATAKOUMA [2]; Cependant, DIATA [4] au Congo et SUNG [15] à Hong-Kong notent une incidence plus élevée en période chaude et humide.

La prédominance masculine observée dans notre étude confirme les données de la littérature.

Les enfants de moins de 5 ans ont été les plus touchés avec 84,6 % des cas; c’est également le constat fait par J KRAVITZ [7] au Zimbabwé et SUNG [15] à Hong-Kong.

Le milieu socio-économique défavorisé, observé chez 71 % de nos patients, se retrouve dans la littérature [5,14,12]; en effet, la promiscuité est grande dans ce milieu et les consultations souvent tardives.

2 Aspects cliniques

Sur le plan clinique nos résultats se superposent à ceux retrouvés par la plupart des auteurs.

- La fièvre: présente chez 78 % des patients dans notre série, McCONNOCHIE [8] la note dans 78,7 % des cas, et MISHRA [10] dans 100 % des cas de pneumonie grave.

- La toux: elle a été un signe très fréquent, constat fait également par d’autres auteurs [2,6].

- La dyspnée avec signes de lutte respiratoire existait chez 58 % des malades et le tirage intercostal était le signe de lutte le plus fréquent (51,4 %); MISHRA [10] trouve un tirage dans 100 % des cas. En effet, pour le diagnostic de la pneumonie chez l’enfant âgé de 2 mois à 5 ans dans les formations sanitaires de premier niveau des pays en développement, l’Organisation Mondiale de la Santé propose de se baser sur 2 signes cliniques clés: respiration rapide et le tirageintercostal [ 11 ].

- Les râles crépitants ont été notés chez tous les patients; C’est le constat fait par Mishra [10]; quant à McCONNOCHIE [8], il trouve 67,2 %.

- Les affections associées ont été les affections couramment rencontrées en milieu tropical sahélien (paludisme, gastro-entérite, malnutrition, infections ORL), constat fait par d’autres auteurs [2,1]

3 Aspects paracliniques

La radiographie pulmonaire: les anomalies radiologiques ont été fréquentes; nous avons observé plus d’images de condensation que d’infiltrat contrairement à MISHRA [10].

L’anémie: elle a été notée chez la plupart des malades ( 95,8 % ); ADONIS [1] trouve un taux plus bas de 52 % avec comme critère un taux d’hémoglobine inférieur à 9 g/dl.

La séro-positivité H.I.V.: l’immunodépression favorise la survenue des pneumonies [5] mais le taux élevé de 52 % dans notre série pourrait être dû à la faiblesse de l’échantillon ayant fait l’objet d’un test; néanmoins, il reste inquiétant et nous amène à évoquer l’hypothèse d’une prévalence élevée de l’infection V.I.H. au sein de la population.

L’identification des germes est quasi-impossible dans nôtre contexte à cause du manque de moyens techniques, ce qui a un impact négatif sur le plan thérapeutique et donc évolutif.

4 Aspects évolutifs

La durée moyenne d’hospitalisation de 9,9 jours est très élevée comparativement à celles trouvées par d’autres auteurs: ADONIS [1] et SUNG [15] notent respectivement 4,9 jours et 5 jours.

Le taux de léthalité de 9,3 % est assez élevé; Sung [15] note un taux de 1,2 % et Mishra [10] trouve pour les pneumonies très graves un taux de 7,7 %.

Le jeune âge et la malnutrition sont des facteurs aggravants classiques, retrouvés dans la littérature [5,2,1]

La détresse respiratoire reste dans nôtre contexte un problème préoccupant à cause de l’insuffisance des moyens de réanimation, notamment l’absence d’assistance respiratoire.

CONCLUSION

La pneumonie en milieu hospitalier pédiatrique sahélien est une affection du nourrisson et de l’enfant d’âge préscolaire dont le pronostic reste encore sévère. Des efforts doivent être faits, notamment en ce qui concerne l’identification des germes en cause et la réanimation pédiatrique. Une éducation sanitaire serait également nécessaire pour que les parents amènent tôt leurs enfants en consultation.

BIBLIOGRAPHIE

1. Adonis L.Y., Amon-Tanoh F., Ngoan A.M., Camara R., Kouadio V.A., KOFFI O., Ehué A., Timité-Konan A.M. Profil général des affections respiratoires inférieures de l’enfant dans le Service de Pédiatrie du CHU de Yopougon. Publications Médicales Africaines 1994;129:29-34.

2. Atakouma D.Y., Tatagnan-AGBI K., Agbéré A.D., Katchalla-Moustapha B., Gbadoé A., Agbobli E., Késsié F.K., Assimadi J.K. Aspects cliniques, thérapeutiques et évolutifs de la staphylococcie pleuro-pulmonaire du nourrisson au CHU de Lomé- Tokoin ( Togo ). Méd Afr Noire 1995;42:260-6.

3. Casaltat J.P.Etiologie des infections respiratoires basses aiguës chez l’enfant. Méditerrannée Médicale 1993;6:22-4.

4. Diata V. Climat et maladies pulmonaires à Brazaville. Climat et Santé 1991;5:115-33.

5. Garcia J. Les infections respiratoires aiguës de l’enfant. Rev Prat 1988;38:69-78.

6. Hane A.A., Badiane M., Sow P.S., Ki-Zerbo G., Faye-Ndao M.A., Coll A.M. Les pneumonies franches lobaires aiguës de l’enfant ( P.F.L.A. ).A propos de 42 cas colligés dans le service des maladies infectieuses du CHU de Dakar. Dakar Médical 1990;35:74-8.

7. Kravitz J., Sanders D. Pediatric Pneumonia in Zimbabwe: Management and Pharmaceutical Costs of Impatient Care. J. Trop. Pediatr. 1994;40:17-23.

8. McConnochie K.M., Hall Caroline B., Barker WILLIAM H. Lower Respiratory Tract Illness in the First Two Years of Life: Epidemiologie Patterns and Costs in a Suburban Pediatric Practice. American Journal of Public Health 1988;78:34-9.

9. Mercat A., Dautzenberg B.Pneumopathies communautaires (immunodéprimés exclus). Editions Techniques. E.M.C. (Paris-France), Pneumologie, 6003 D10 1992;11p.

10. Mishra S., Kumar H., Anand V.K., Patwari A.K., Sharma D. ARI Control Programme: Results in Hospitalized Children. J. Trop. Pediatr 1993;39:288-92.

11. OMS. Infections respiratoires aiguës chez l’enfant: Prise en charge dans les petits hôpitaux des pays en développement 1990; WHO/ARI/90.5.

12. Oréga M., Oulai M., Cissé L., Niague-Beugré M., Soro-Kone M., Migan Y., M’bengué A., Plo J., Andoh J. Malnutrition et infections pulmonaires dans un service de pédiatrie en milieu tropical. Méd Afr Noire 1993;40:576-79.

13. Patwari A.K., Aneja S., Mandal R.N., Mullick D.N. Acute Respiratory Infections in Children: A Hospital Based Report.Indian Pediatrics 1988 25:613-17.

14. Sfar M.T., Tabbane C. Aspects épidémiologiques et diagnostiques de la staphylococcie pleuro-pulmonaire de l’enfant Tunisien ( à propos de 200 cas ). Tunisie Médicale 1983 61:241-65.

15. Sung R.T.Y., Cheng A.F.B., Chan R.C.K., Tam J.S., Oppenheimer S.J. Epidémiologie and Etiologie of Pneumonia in Children in Hong-Kong. Clincal Infectious Diseases 1993;17:894-6.

16. WHO. Programme for control of acute respiratory infections. Interim programme report. Geneva: Word Health Organization, mimeographed document nº WHO/ARI/91.19.

Figure 1: Répartition mensuelle de 214 cas de pneumonie.

Tableau I: répartition des 214 cas de pneumonie selon les tranches d’âge

Age (ans)

Cas

%

< 1

88

41,1

1 - 4

93

43,5

5 - 9

24

11,2

10 - 15

9

4,2

Total

214

100

Tableau II: Signes cliniques observés dans les pneumonies.

Signes cliniques

Cas (n = 214)

Pourcentage (%)

Signes généraux

   

* Fièvre

167

78

* Paleur

51

23,8

Signes respiratoires

   

* Toux

214

100

* Signes de lutte

124

58

* Augmentation des VV

118

55,1

* Matité

147

68,7

* Râles crépitants

214

100

* Râles sous-crépitants

53

24,7

* Râles ronflants

68

31,8

* Râles sibilants

33

15,4

* Souffle tubaire

6

2,8

Tableau III: Affections associées aux pneumonies

Affections associées

Cas (n = 214)

Pourcentage (%)

Gastro-entérite

50

23,7

Malnutrition

47

22

Infections ORL

47

22

Paludisme

29

13,7

Méningite

9

4,3

Hémoglobinose

3

1,4

Rougeole

2

0,9

Tableau IV: Types d’images radiologiques anormales observées dans les pneumonies

Types d’images

Cas (n = 214)

Pourcentage (%)

Surcharge hilaire

71

33,2

Condensation

65

30,4

Infiltrat

60

28

Pneumopathie interstitielle

30

14

Epanchement liquidien

4

1,8

Tableau V: Evolution selon l’âge, l’état nutritionnel et le score de Silvermann

 

Évolution

   

Facteurs

 

Décès

Guérison

Total

p

Age

< 5

³ 5

20

0

146

31

166

31

0,02

Etat nutritionnel

Malnutri

Normal

8

12

33

144

41

156

0,02

Score de Silvermann

> 5

£ 5

7

13

158

19

165

32

< -10-7

SOMMAIRE

Ce site est hébergé par le CHU de Rouen. Maître Toile:Brahima CISSE Mise à jour le 15/12/1999